La ville yéménite de Marib ne capitulera pas devant les Houthis, assure Hadi

Une photo prise depuis une position tenue par des combattants fidèles au gouvernement yéménite montre la fumée qui s’élève à Marib. (Photo, AFP)
Une photo prise depuis une position tenue par des combattants fidèles au gouvernement yéménite montre la fumée qui s’élève à Marib. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 décembre 2021

La ville yéménite de Marib ne capitulera pas devant les Houthis, assure Hadi

  • Le président a reproché aux Houthis d’avoir lancé une guerre économique parallèle qui a conduit à la dévaluation rapide du riyal yéménite
  • Mardi, le riyal yéménite a brisé son record à la baisse, atteignant 1 600 riyals pour un dollar américain

AL-MUKALLA: Marib ne capitulera pas devant la milice houthie soutenue par l’Iran, a assuré le président yéménite lundi.

S’adressant à la nation à la veille du 54e anniversaire de l’indépendance du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi a rappelé que les Houthis, avec l’aide de Téhéran, mènent des attaques agressives sur la ville de Marib depuis des mois et rejettent toutes les initiatives de paix internationales visant à mettre fin à la guerre au Yémen.

«Le Yémen est confronté à un projet purement iranien ciblant la foi, la religion et la patrie, et visant à attaquer (...) notre nation arabe en utilisant (...) la milice houthie qui a accepté de servir d’outil bon marché pour déchirer le pays», a déclaré M. Hadi, soulignant que les troupes gouvernementales et les tribus locales «enterreraient» les combattants houthis dans les déserts de Marib et ne leur permettraient pas de s’emparer de la ville stratégique.

«Marib, ville qui permet de défendre la péninsule arabique, ne tombera pas. Leur projet s’effondrera devant la solidité de nos héros, et ses déserts enterreront les rêves de leurs maîtres (iraniens)».

Le dirigeant yéménite accuse depuis longtemps le régime iranien de soutenir les Houthis avec des armes et des fonds qui alimentent l’expansion de la milice face aux lourdes attaques des forces gouvernementales et de la coalition arabe.

Le président a reproché aux Houthis d’avoir lancé une guerre économique parallèle qui a conduit à la dévaluation rapide du riyal yéménite et à l’aggravation de la crise économique.

«La milice lance une attaque économique féroce pour influencer la monnaie nationale par toutes les méthodes sales, et a créé une économie parallèle qui se nourrit des moyens de subsistance de la population, aide au pillage, à la contrebande et au commerce sur le marché noir», a-t-il mentionné, faisant référence à l’interdiction par les Houthis d’utiliser les nouveaux billets de banque imprimés par le gouvernement internationalement reconnu à Aden, et à la réticence des rebelles à déposer les recettes publiques dans la banque centrale du pays.

«Nous continuerons à lutter jusqu’à ce que nous restaurions l’État, que nous mettions fin au coup d’État et que cette milice se soumette à la paix et au consensus national.»

Mardi, le riyal yéménite a brisé son record à la baisse, atteignant 1 600 riyals pour un dollar américain. Le riyal s’échangeait à près de 700 contre le dollar en janvier.

Les promesses de M. Hadi de relever les défis politiques, économiques et militaires ont été faites alors que la coalition arabe a annoncé mardi qu’elle lançait une nouvelle vague de frappes aériennes visant des sites militaires à Sanaa et dans d’autres régions contrôlées par les Houthis.

Les avions de guerre de la coalition ont attaqué plusieurs sites militaires à Sanaa, notamment un site occupé par le Corps des gardiens de la révolution islamique, précise la coalition dans un communiqué repris par l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Dans un autre communiqué, la coalition a annoncé avoir effectué mardi après-midi une frappe aérienne sur un camp d’entraînement militaire des Houthis dans le district de Mahliyah, au sud de Marib, tuant plus de 60 combattants.

Selon des sites de médias locaux comme Al-Sahil al-Gharbi, un hôpital de la ville de Radaa, contrôlée par les Houthis, dans la province d’Al-Bayda, a reçu les corps de 34 Houthis tués par des frappes aériennes dans le même district, ajoutant que d’autres frappes aériennes ont détruit des renforts militaires qui se dirigeaient vers des champs de bataille au sud de Marib.

Le général de division Abdu Abdallah Majili, porte-parole de l’armée yéménite, a indiqué mardi à Arab News que les frappes de missiles et de drones des Houthis sur les régions de Marib ont diminué depuis le début des frappes aériennes intensives de la coalition sur les dépôts de missiles et les ateliers de drones à Sanaa.

«Les frappes réussies ont détruit des magasins et des ateliers de missiles balistiques et de drones, et ont conduit à une réduction des tirs de missiles balistiques sur les zones peuplées», a noté M. Majili.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 


La décision de la Banque centrale du Liban ébranle les opérateurs du marché noir

Une vue du bâtiment de la Banque centrale du Liban à Beyrouth, au Liban. (REUTERS)
Une vue du bâtiment de la Banque centrale du Liban à Beyrouth, au Liban. (REUTERS)
Short Url
  • La déclaration du gouverneur vendredi a secoué le marché noir, ce qui a porté le taux de change du dollar vendredi à 38 000 livres
  • Selon l’expert bancaire Louis Hobeika, la banque centrale semble avoir été soumise à des pressions politiques visant à la forcer à faire quelque chose pour réduire le taux, dans un contexte de crainte de troubles sociaux

BEYROUTH : Le taux de change du dollar sur le marché noir libanais devait poursuivre sa chute à la suite des mesures annoncées vendredi par le gouverneur de la banque centrale, Riad Salameh, a déclaré un banquier de premier plan à Arab News.

Le banquier s'attend à ce que le taux de change continue à baisser jusqu'à ce qu'il soit presque égal à celui de la plateforme Sayrafa de la banque centrale, qui a enregistré vendredi un prix de 24,600 livres contre le dollar.

Les propos du banquier sont intervenus alors que le gouverneur a publié une déclaration surprise tard vendredi, demandant aux banques de maintenir leurs agences et leurs caisses ouvertes jusqu'à 18 heures pendant trois jours consécutifs à partir de lundi prochain, afin de permettre aux citoyens d'acheter des dollars au prix Sayrafa.

 

image 4
La déclaration du gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, a secoué vendredi le marché noir, ce qui a porté le taux de change du dollar vendredi à 38 000 livres. (AFP)

 

Il a également donné des instructions pour payer les salaires des employés du secteur public en dollars au cours de Sayrafa.

La dépréciation de la monnaie locale a créé un effet de chaîne, entraînant encore plus de difficultés économiques pour le pays, et la banque centrale avait auparavant demandé aux banques de céder une partie de leurs cotisations en dollars au taux de change Sayrafa.

Cependant, les banques ont commencé à limiter la quantité de dollars donnés aux gens, ce qui a entraîné une reprise du marché noir au cours de la semaine dernière.

La déclaration du gouverneur vendredi a secoué le marché noir, ce qui a porté le taux de change du dollar vendredi à 38 000 livres.

La confusion s'est installée dans les bureaux de change immédiatement après la déclaration du gouverneur, les gens se précipitant pour échanger la devise américaine, le taux de change du dollar ayant chuté de façon spectaculaire en quelques minutes, passant de 37 700 livres à 29 000 livres.

Les changeurs au marché noir, qui sont disséminés dans les rues principales de Beyrouth, notamment dans les marchés de l'or et près des bureaux de change, ont été stupéfaits et ont commencé à passer des appels.

L'expert bancaire Louis Hobeika a déclaré à Arab News : « Ce qui se passe est le résultat de la peur des gens. Le problème au Liban n'est pas monétaire, mais plutôt économique et politique. »

Il a ajouté : « En une semaine, le taux de change du dollar a augmenté d'environ 11 000 livres, mais la chute spectaculaire du cours en moins d'une heure est certainement due à des raisons politiques. »

Selon Hobeika, la banque centrale semble avoir été soumise à des pressions politiques visant à la forcer à faire quelque chose pour réduire le taux, dans un contexte de crainte de troubles sociaux.

Le gouverneur de la banque a utilisé l’ultime recours, a-t-il dit. « Mais c'est comme traiter un malade du cancer avec du Panadol ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Un symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées et l'amélioration de l'expérience des visiteurs

Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Le symposium examine la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées. (SPA)
Short Url
  • Le Dr Abdul Rahman Al-Sudais a déclaré que le symposium était le premier en son genre à être organisé par l'agence gouvernementale «Commission royale pour la ville de La Mecque et les lieux saints» et qu’il visait à mettre en œuvre des programmes liés à
  • Les projets discutés lors du symposium scientifique seront lancés à la Grande Mosquée de La Mecque et traduits en 10 langues

LA MECQUE : Les responsables de la Présidence générale pour les affaires des Deux Saintes Mosquées ont récemment passé en revue les initiatives destinées à améliorer l'expérience des visiteurs des lieux de culte.

Les résultats du symposium, intitulé « La fatwa dans les Deux Saintes Mosquées et son impact sur la facilitation des procédures pour les visiteurs », ont reçu l'approbation des dirigeants saoudiens.

Dr Abdul Rahman Al-Sudais
Dr Abdul Rahman Al-Sudais

Les projets discutés lors du symposium scientifique seront lancés à la Grande Mosquée de La Mecque et traduits en 10 langues, dont l'anglais, le français, le russe, le farsi, le turc, l'ourdou, le chinois, le bengali et le haoussa.

Le Dr Abdul Rahman Al-Sudais, chef de la présidence générale pour les affaires des Deux Saintes Mosquées, a déclaré que le symposium était le premier en son genre à être organisé par l'agence gouvernementale et qu'il visait à mettre en œuvre des programmes liés à la fatwa de la présidence générale, à la fatwa dans les Deux Saintes Mosquées, et aux efforts pour faciliter l'accès des visiteurs à la Grande Mosquée et à la Mosquée du Prophète à Médine.


Crise au Liban : les militaires souffrent aussi

Des soldats de l'armée libanaise patrouillent pendant les élections législatives dans la capitale Beyrouth, le 15 mai 2022. (AFP).
Des soldats de l'armée libanaise patrouillent pendant les élections législatives dans la capitale Beyrouth, le 15 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • La crise économique au Liban affecte non seulement les moyens de subsistance des civils, mais aussi ceux du personnel de l'armée libanaise
  • Un soldat a déclaré que la nourriture de la cantine est parfois satisfaisante, mais que d'autres jours, elle ne l'est pas, en raison de l'augmentation du prix des aliments dans le pays

BEYROUTH : La crise économique du Liban découle de décennies de corruption et de mauvaise gestion de la part des élites politiques qui ont dominé le pays. Depuis le début de l'effondrement, les responsables n'ont pratiquement rien fait pour mettre en œuvre les réformes exigées par la communauté internationale afin de débloquer investissements et prêts. La crise affecte non seulement les moyens de subsistance des civils, mais aussi ceux du personnel de l'armée libanaise.

Avant la crise économique, le salaire d'un soldat libanais équivalait presque à 1 380 000 LL, soit environ 920 dollars (856 euros) selon le taux de change officiel. Cependant, avec l'hyperinflation que connaît le Liban, la valeur réelle de ce salaire a atteint un plancher historique de 37$ (34 euros) le 27 mai - avant de remonter à 50$ (46 euros). Ce avec le changement du taux du dollar.

Lors d'une récente interview télévisée sur la chaîne Al Jadeed, un soldat de l'armée libanaise a confié qu'il ne pouvait rien se permettre avec son salaire actuel. Il doit travailler à l'extérieur comme charpentier mécanique et bétonneur afin de survivre. De nombreux soldats sont également contraints de travailler à temps partiel, par exemple en conduisant des taxis ou en travaillant comme livreurs pour gagner un peu d'argent supplémentaire.

Ce soldat a déclaré que la nourriture de la cantine est parfois satisfaisante, mais que d'autres jours, elle ne l'est pas, en raison de l'augmentation du prix des aliments dans le pays.

Selon le soldat, la hausse du prix du carburant les empêche de se déplacer, malgré les efforts déployés pour obtenir des bus pour transporter les soldats à leur poste de travail. L'homme a également souligné que la plupart de ses confrères se sentent fatigués et qu'ils ne peuvent pas s'exprimer.

« Depuis trois ans, je patiente en espérant que cette crise soit résolue, mais je ne peux plus dépendre de ma famille pour vivre », a-t-il déclaré.

Au Liban, tous les passeports des membres du personnel de sécurité, y compris les militaires et les forces de sécurité intérieure, sont retenus au prétexte de les empêcher de fuir le pays. Il y a environ un mois, les autorités libanaises ont suspendu toutes les demandes de renouvellement de passeports pour tous les citoyens du pays, en raison d'une ruée qui a épuisé les stocks de passeports disponibles. Depuis 2020, les demandes de renouvellement de passeport ont été multipliées par dix ce qui a fait monter la pression sur les centres de passeport et « a affecté les stocks de passeports disponibles », a déclaré la Sécurité générale dans un communiqué. Tout citoyen tenté de chercher ailleurs de meilleures conditions de vie, y compris le personnel de l'armée libanaise, ne pourra donc pas le faire de sitôt.