Les «Citgo 6», monnaie d'échange du Venezuela avec les USA

Les « Citgo 6 » ou les six de Citgo, ainsi ont été surnommés les six employés de la compagnie pétrolière Citgo, ballotés au gré des tumultueuses relations entre le Venezuela et les Etats-Unis. (Photo, AFP)
Les « Citgo 6 » ou les six de Citgo, ainsi ont été surnommés les six employés de la compagnie pétrolière Citgo, ballotés au gré des tumultueuses relations entre le Venezuela et les Etats-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 décembre 2021

Les «Citgo 6», monnaie d'échange du Venezuela avec les USA

  • Depuis 2017, les «Citgo 6» vivent au rythme des relations américano-vénézuéliennes, des détentes comme des tensionsDepuis 2017, les «Citgo 6» vivent au rythme des relations américano-vénézuéliennes, des détentes comme des tensions
  • Très hostile au pouvoir de gauche de Caracas, les Etats-Unis ont commencé à infliger des sanctions au Venezuela

CARACAS: Les "Citgo 6" ou les six de Citgo, ainsi ont été surnommés les six employés de la compagnie pétrolière Citgo, ballotés au gré des tumultueuses relations entre le Venezuela et les Etats-Unis.

Accusés de corruption, ces cinq Vénézuéliens nationalisés Américains et un Vénézuélien ayant sa carte de résident américain, ont été condamnés par la justice vénézuélienne à des peines allant 8 à 13 ans mais l'ONG Foro Penal, spécialiste des Droits de l'Homme et de l'univers carcéral, les classe parmi les 251 "prisonniers politiques" au Venezuela.

Leur employeur, Citgo, spécialisée dans la raffinage et la distribution, est une filiale du géant pétrolier vénézuélien PDVSA (Pétrole du Venezuela) mais dépendant du droit américain, elle est officiellement aujourd'hui entre les mains du leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido.

Très hostile au pouvoir de gauche de Caracas, les Etats-Unis ont commencé à infliger des sanctions au Venezuela pour tenter d'évincer le président Nicolas Maduro du pouvoir en 2015. Ils sont montés en puissance avec une série de nouvelles sanctions notamment contre PDVSA en 2017 avant de reconnaitre Guaido comme président intérimaire en 2019. Et, dans le cadre des sanctions, les biens vénézuéliens aux Etats-Unis ont été confiés à Guaido.

Lunettes cassées

"Si quelqu'un a un doute sur le fait qu'il (son mari) est un otage, la dernière détention le confirme", déclare Denysse Vadell, épouse de Tomeu Vadell, à propos de sa ré-incarcération le 16 octobre dernier.

Sans qu'il y ait de lien officiel, celle-ci est survenue quelques heures après l'extradition du Cap-Vert vers les Etats-Unis d'Alex Saab, considéré comme un important intermédiaire du pouvoir vénézuélien et proche de Maduro.

Pour de nombreux observateurs, il s'agit d'une mesure de rétorsion alors que Caracas a vainement tenté d’empêcher le transfert vers les Etats-Unis de Saab, accusé de blanchiment d'argent par la justice américaine. 

"Aucun gouvernement en devrait avoir le droit de jouer ainsi avec la vie des personnes", affirme Mme Vadell, lors d'un appel vidéo avec l'AFP depuis les Etats-Unis.

Depuis 2017, les "Citgo 6" vivent au rythme des relations américano-vénézuéliennes, des détentes comme des tensions. 

M. Vadell avait été désigné vice-président du raffinage de Citgo à peine 15 jours avant son arrestation le 21 novembre 2017.

Sans avoir encore été jugés, les Citgo 6 avaient ensuite bénéficié de la détention à domicile en décembre 2019, avant d'être renvoyés en prison en février 2020, juste après la réunion du président américain Donald Trump et de Juan Guaido. 

Leur procès à huis clos entamé en août 2020 a débouché sur les condamnations en novembre 2020. 

Mais en avril 2021, ils avaient bénéficié d'une assignation à résidence, ce qui avait été alors perçu comme un geste de bonne volonté du président Maduro en direction de Washington et de Joe Biden considéré plus souple que Trump. 

Le 16 octobre, retour à nouveau à la case prison, le jour de l'extradition d'Alex Saab, donc.

"Nous sommes préoccupés parce qu'on voit que le gouvernement vénézuélien réagit à ce qui peut se passer aux Etats-Unis", explique Verónica Vadell, l'aînée des trois enfants de M. Vadell. 

"Il est évident que les raisons de leur incarcération ne sont pas juridiques mais qu'elles répondent à une intention du gouvernement de les utiliser comme monnaie d'échange politique dans ses relations avec les Etats-Unis", assure Gonzalo Himiob, le directeur de Foro Penal.

L'avocat de Vadell, Jesus Loreto décrit le procès à huis clos comme "tumultueux". En raison de la pandemie de coronavirus, il s'est déroulé "dans un couloir" du tribunal. 

Les avocats n'avaient le droit ni à des stylos ni à du papier pour prendre des note, ne pouvant pénétrer dans l'enceinte qu'avec des papiers déjà imprimés, rappelle Me Loreto qui a également dû retirer sa montre.

Les fouilles étaient si poussées que les policiers ont cassé ses lunettes pour vérifier qu'elles ne contenaient pas de microphone caché. 

Selon lui, la condamnation repose sur un contrat prévoyant le refinancement de Citgo dans le dos du pouvoir vénézuélien. Or, "Il a été démontré que ce contrat n'a jamais été signé", promet l'avocat, qui souligne que les accusés n'étaient pas présents le 16 novembre dernier au procès en appel. 

En espérant une issue heureuse, la famille de M. Vadell attend dans le désarroi, brandissant une photo de lui souriant aux côtés de son chien "Sergent Pepper" aujourd'hui âgé de 13 ans. "Il y a un vide à la maison", regrette sa fille Cristina. 

Désespérée, Denysse lance à l'attention des responsables vénézuéliens: "Toutes les acusations sont fausses. Ouvrez vos coeurs, s'il vous plait, libérez-le!" 


Aramco signe dix accords lors du Forum d'investissement saoudo-coréen

La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord avec des entreprises coréennes de premier plan (Photo, Shutterstock).
La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord avec des entreprises coréennes de premier plan (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Les accords visent à accélérer la stratégie en aval et le développement de solutions énergétiques à faible émission de CO2.
  • Les plans initiaux comprennent une usine de coulée et de forgeage de 60 000 tonnes par an en Arabie saoudite

RIYAD: La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord ainsi que neuf protocoles d'accord avec des entreprises coréennes de premier plan, visant à faire progresser sa stratégie en aval et soutenir le développement de solutions énergétiques à faible émission de carbone, tout en créant de nouvelles options de financement pour la compagnie.
Les signatures ont eu lieu lors du Forum d'investissement saoudo-coréen à Riyad, auquel ont également assisté le président de la République de Corée, Moon Jae-in, le président-directeur général d'Aramco, Amin Nasser, et des chefs d’entreprise des deux pays.
Les accords visent à créer de nouvelles opportunités dans les domaines de la technologie de pointe, de la production et des finances, illustrant l'engagement d'Aramco à stimuler le développement par le biais de partenariats mondiaux, selon un communiqué.
Nasser a déclaré dans ce communiqué: «Notre partenariat avec les entreprises coréennes s'étend sur des décennies et nous sommes heureux aujourd'hui d'élargir ces liens dans les domaines de la technologie, de la production et des finances. En plus du fait de se concentrer sur un développement de pointe dans divers domaines, ils soutiennent également notre objectif commun de trouver des solutions climatiques et de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce au développement de la production d'hydrogène et d'ammoniac à faible émission de carbone, ainsi que du captage et du stockage du carbone. Ces initiatives avec les principaux dirigeants de l'industrie coréenne renforceront davantage notre stratégie d'expansion et d'intégration en aval.»
Fabrication locale d'équipements industriels
Aramco a signé un accord avec la société coréenne Doosan Heavy Industries & Construction Co. et la société saoudienne Saudi Arabian Industrial Investments Company, Dussur. Ce partenariat vise à établir une usine de coulée et de forgeage qui pourrait fournir aux fabricants du Royaume des équipements industriels et de traitement tels que des valves, des pompes, des compresseurs, des têtes de puits, des brides, des échangeurs de chaleur et des turbines à gaz et éoliennes, dans le but d'améliorer les équipements locaux.
La projet conjoint vise un objectif de production de 60 000 tonnes par an, principalement à partir de procédés de moulage au sable et de forgeage libre, complétés par des capacités d'usinage. Il a également le potentiel de produire des équipements d'origine dans les domaines des plates-formes, du forage, de la marine et de l’ingénierie, avec la possibilité de s'étendre au marché plus vaste du CCG.
Des solutions énergétiques à faible émission de CO2
Les accords comprennent également des protocoles d'accord avec les sociétés énergétiques coréennes Kepco, S-Oil, Posco, Hyundai Oilbank, H2Korea et Lotte Chemical pour étudier une collaboration potentielle au niveau de l’approvisionnement, du transport, de l'utilisation et de la certification de l'hydrogène et de l'ammoniac. Les entreprises prévoient également d'étudier la faisabilité de convertir l'ammoniac exporté en hydrogène – procédé connu sous le nom de craquage d'ammoniac.
Cela représente une première étape vers une usine potentielle de production à grande échelle d'hydrogène et d'ammoniac en Arabie saoudite, qui comprendrait également une installation de captage et de stockage du carbone.
Solutions de financement
Aramco a également signé un accord avec l'Export-Import Bank of Korea, connue sous le nom de K-Exim, pour étudier des solutions de financement stratégiques visant à appuyer les activités commerciales et d'investissements de la société englobant des entreprises coréennes.
L'accord suivant, dans le domaine de la construction, a été signé:
• Doosan et Dussur – accord pour une usine de coulée et de forgeage dans le Royaume.
Les protocoles d'accord suivants, dans le domaine de la technologie, ont été signés:
• Korea Electric Power Corporation ou Kepco – visant à étudier la chaîne d'approvisionnement en ammoniac.
• S-Oil – un accord ayant pour but d’étudier une collaboration potentielle dans le domaine du prélèvement de l'ammoniac et de la logistique.
• S-Oil – un accord pour l’étude des opportunités de collaboration en R&D (recherche et développement) sur des solutions énergétiques à faible émission de carbone.
• Deux accords distincts avec POSCO et Hyundai Oilbank pour échanger des informations et étudier une collaboration potentielle dans le domaine de l'ammoniac bleu et de l'hydrogène bleu.
• H2Kotra – un accord pour l’échange d’informations sur la certification de l'hydrogène et les exigences réglementaires.
• S-Oil – un accord pour l’échange d’informations relatives à la technologie «Thermal Crude to Chemicals» d'Aramco, et l’étude d’une collaboration potentielle.
Les protocoles d'accord suivants, dans le domaine des finances et des investissements, ont été signés:
• Export-Import Bank of Korea, Kemix – conditions principales pour les solutions de financement stratégique.
• S-Oil – un accord de collaboration sur l'investissement en capital-risque et le financement des start-up.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jeux vidéo: avec le rachat d'Activision, Microsoft met la pression sur la concurrence

Sur cette photo d'archive prise le 20 mai 2021, un logo Microsoft orne un bâtiment à Chevy Chase, Maryland. (Photo, AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 20 mai 2021, un logo Microsoft orne un bâtiment à Chevy Chase, Maryland. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après le rachat la semaine dernière du spécialiste des jeux mobiles Zynga par Take-Two pour 12,7 milliards de dollars, l'acquisition mardi de Microsoft est la dernière opération record d'un secteur en pleine consolidation
  • Le géant américain, qui commercialise la console Xbox et possède plusieurs studios de développement, va ainsi devenir le troisième plus gros acteur de l'industrie vidéoludique en termes de chiffre d'affaires derrière le chinois Tencent et le japonais Sony

PARIS : En mettant la main sur Activision-Blizzard et ses jeux phares comme "Call of Duty" pour près de 69 milliards de dollars, Microsoft a mis la pression sur son rival Sony et tous les prétendants comme Google, Amazon et Tencent au titre de leader mondial de l'industrie vidéoludique.

2022 est d'ores et déjà une année historique pour le jeu vidéo.

Après le rachat la semaine dernière du spécialiste des jeux mobiles Zynga par Take-Two pour 12,7 milliards de dollars, l'acquisition mardi de Microsoft est la dernière opération record d'un secteur en pleine consolidation.

Le géant américain, qui commercialise la console Xbox et possède plusieurs studios de développement, va ainsi devenir le troisième plus gros acteur de l'industrie vidéoludique en termes de chiffre d'affaires derrière le chinois Tencent et le japonais Sony, fabricant de la PlayStation.

Avec de potentielles conséquences majeures pour les joueurs du monde entier: de Call of Duty à Diablo, sans oublier Overwatch, Microsoft met la main sur un portefeuille de jeux haut de gamme qu'il pourrait rendre exclusifs pour ses Xbox, aux dépens notamment de la Playstation 5 de Sony.

Exclusivité

"Sachant que Microsoft n'a pas hésité à passer en exclusivité les jeux Bethesda sur les plateformes Xbox, on peut craindre pour les joueurs que cela soit la même chose pour les jeux Activision-Blizzard", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, expert jeux vidéo chez Midcap Partners.

"Si +Call of Duty+ et tous les jeux d'Activision-Blizzard deviennent des exclusivités Microsoft, cela met une énorme pression à Sony et à tous ceux qui veulent faire du +cloud gaming+ comme Google, Amazon et Tencent", ajoute-t-il.

Nouvelle frontière annoncée du jeu vidéo, le "cloud gaming (ou jeu en streaming) permet de s'affranchir d'une machine à la maison en utilisant des serveurs à distance. Cette technologie fait partie de la stratégie développée par Microsoft avec notamment le Game Pass Ultimate et le Xbox Cloud Gaming.

Conscient de la nécessité de proposer à terme, un catalogue de jeux attractif, Microsoft avait déjà cassé sa tirelire en septembre 2020 en s'assurant le contrôle de Bethesda, l'éditeur des séries à succès "The Elder Scrolls" et "Fallout", pour 7,5 milliards de dollars.

"C'est comme si vous vous abonnez à Netflix ou Amazon Prime parce qu'il y a la série que vous voulez voir. Demain, ce sera pareil: vous irez vers la plateforme où il y aura votre jeu préféré", souligne encore M. Planade.

Ubisoft, la prochaine cible ?

À la suite de cette acquisition, Microsoft obtiendra également "une position dominante dans l'esport, un secteur en pleine expansion où il a eu du mal à s'imposer par le passé (...) Ce rachat renforcera la position de Microsoft sur le marché des jeux mobiles, qui représentera 272 milliards de dollars d'ici 2030", selon Rupantar Guha, analyste chez GlobalData.

Dès lors, quelle riposte possible pour Sony, Google, Amazon ou Tencent dans ce Monopoly géant des jeux vidéo ?

"Ils vont devoir réagir s'ils veulent" prétendre être les leaders, note un observateur du marché, sachant que les deux mastondontes américains disposent d'un portefeuille de jeux "très léger" par rapport à leurs ambitions.

"Il reste encore quelques acteurs intéressants pour une entreprise américaine ou japonaise: Electronics Arts (Fifa, Les Sims, Apex...), basé en Californie, constitue une cible assez intéressante pour un Gafa", renchérit Laurent Michaud, analyste spécialisé dans l'industrie vidéoludique.

"Si Sony devait jeter son dévolu sur une entreprise, il pourrait être intéressé par les éditeurs asiatiques Bandai Namco, Capcom, Square Enix, Konami ou Nexon", complète-t-il.

Dans cette course à la taille, tous les regards sont braqués sur Ubisoft, "joyau unique sur le secteur par sa taille, la qualité de ses actifs et par sa capacité de production", selon Charles-Louis Planade. 

Le géant chinois Tencent a déjà pris une participation minoritaire dans l'éditeur français, valorisé autour de 6 milliards d'euros sur le marché.

Avec l'annonce de l'acquisition d'Activision-Blizzard, Ubisoft a terminé mardi sur une hausse de plus de 11% à la Bourse de Paris.


Souscriptions record dans la première émission de sukuk de 1,7 milliard de dollars d'Al Rajhi Bank

Image: Shutterstock
Image: Shutterstock
Short Url
  • Le montant principal global de l’émission a été fixé à 6,5 milliards de riyals saoudiens avec un taux de profit fixe de 3,5 % par an
  • Cette émission est la plus importante d'une institution financière en Arabie saoudite

RIYAD: Le président d'Al Rajhi Bank a déclaré que l’établissement financier avait achevé avec succès l'émission de ses sukuk libellés en riyals saoudiens de niveau 1 avec un nombre record d'investisseurs. 

Le montant principal global a été fixé à 6,5 milliards de RS (1,5 milliard d’euros) avec un taux de profit fixe de 3,5 % par an. L'émission a généré un nombre sans précédent de participants, dépassant les 600 investisseurs, selon un communiqué d'Abdallah Souleimane al-Rajhi, le président de la banque. 

1
Abdullah Suliman al-Rajhi 

Cette émission est la plus importante d'une institution financière en Arabie saoudite et également la première du genre dans l'histoire de la banque, a déclaré Al-Rajhi. 

Il également a ajouté que les souscriptions reçues d'investisseurs individuels qualifiés étaient entièrement allouées et constituaient 38% de l'émission totale. Cette étape s'inscrit dans le cadre des efforts de la banque pour élargir sa base d'investisseurs, conformément aux objectifs de la Vision 2030 du Royaume, dont l’objectif est de diversifier les sources de revenus et à améliorer le climat d'investissement. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com