Le Venezuela dévalue à nouveau sa monnaie avec six zéros en moins

Vue d'un tas de détritus avec des billets de bolivar vénézuélien inutilisés dans une rue de la ville de Puerto Concha, dans l'État de Zulia, au Venezuela, le 8 septembre 2021. (Federico Parra/ AFP)
Vue d'un tas de détritus avec des billets de bolivar vénézuélien inutilisés dans une rue de la ville de Puerto Concha, dans l'État de Zulia, au Venezuela, le 8 septembre 2021. (Federico Parra/ AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 01 octobre 2021

Le Venezuela dévalue à nouveau sa monnaie avec six zéros en moins

  • La mesure, annoncée le mois dernier par la banque centrale, vise à faciliter les transactions quotidiennes des quelques 30 millions de Vénézuéliens
  • Le pays a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013, notamment en raison de la baisse de sa production et des cours du pétrole, mais aussi de la mauvaise gestion et de la crise politique

CARACAS, Venezuela : Un million de bolivars qui n'en valent plus qu'un: le Venezuela, en proie à l'inflation la plus élevée au monde, dévalue vendredi sa monnaie pour la troisième fois en treize ans.

Le pays qui traverse la pire crise de son histoire, va imprimer de nouveaux billets - qui auront donc perdu six zéros - pour accompagner la mesure, alors que ceux-ci ont presque disparu de la circulation dans le pays.

La mesure, annoncée le mois dernier par la banque centrale, vise à faciliter les transactions quotidiennes des quelques 30 millions de Vénézuéliens

Il fallait avant la dévaluation sept millions de bolivars pour acheter une baguette de pain, dans un pays jadis considéré comme un des plus riches d'Amérique du sud grâce à son pétrole, qui a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013, notamment en raison de la baisse de sa production et des cours du pétrole, mais aussi de la mauvaise gestion et de la crise politique.

94,5% des foyers vivent sous le seuil de pauvreté de 1,9 dollar par jour, selon une récente étude universitaire. Plusieurs millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, en raison de la crise économique et politique.

Depuis 2008, ce sont quatorze zéros qui auront été supprimés. Un nouveau bolivar représentera 100 billiards de bolivars de 2007, reflet de l'incroyable érosion de la monnaie vénézuélienne.

Sans surprise, avec une telle dévaluation, les salaires se sont évaporés. "On touche notre salaire tous les quinze jours, moins de trois dollars", explique à l'AFP Marelys Guerrero, 43 ans, institutrice payée en millions de bolivars.

Pour faire face à l'inflation la plus élevée au monde, anticipée à 1.600 % en 2021 par le cabinet d'analyses Ecoanalitica, les Vénézuéliens ont désormais recours au dollar qui a supplanté le bolivar. Plus des deux tiers des transactions dans le pays sont effectuées dans cette monnaie, qui paradoxalement est celle des Etats-Unis, le principal adversaire du régime.

Le loyer d'un appartement dans un quartier modeste de la capitale démarre à 150 dollars, et un panier de produits alimentaires de base pour une famille de cinq personnes coûte près de 220 dollars.

Le bolivar est relégué aux transactions par carte, aux transferts bancaires... et transformé les paiements quotidiens en véritables casse-têtes.

- Un jouet pour enfants -

Pour payer un pourboire à un voiturier au parking d'un restaurant, il faut payer par carte au comptoir et au lieu d'un billet, le gardien reçoit un reçu.

Face au manque d'argent liquide, les arrêts de bus, dans lesquels ne sont acceptés que des bolivars, se sont transformés en bureaux de change à ciel ouvert.

"Nous changeons le dollar à quatre millions de bolivars. Le ticket (de bus) coûte deux millions", explique William Hernandez, un chauffeur de 56 ans.

Dans la rue, les enfants manient des liasses de billets et multiplient les enchères en jouant aux cartes, avec de vrais bolivars qui ne valent plus rien depuis belle lurette.

Le gouvernement invoque régulièrement les sanctions internationales imposées depuis 2019, notamment par les Etats-Unis, pour tenter d'évincer le président Nicolas Maduro du pouvoir, même si la crise dure depuis plus de 8 ans.

Des négociations sont en cours entre le gouvernement chaviste du président socialiste Maduro, réélu en 2018 lors d'un scrutin contesté, et l'opposition dirigée par Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis.

Jadis acteur majeur du marché pétrolier mondial, le Venezuela, qui a produit jusqu'à 3,3 millions de barils par jour, en est aujourd'hui à un peu plus de 500.000 b/j.

Si certains habitants de Caracas craignent que la nouvelle dévaluation ne réduise encore leur pouvoir d'achat, certains se réjouissent de la simplification qu'elle entraîne, comme Rodrigo Bermudez, un comptable.

"C'est un soulagement... Le nombre de chiffres rendait toute transaction si fastidieuse", explique-t-il, en montrant une facture comportant bien trop de zéros pour être intelligible.

Au Venezuela et ailleurs, quelques cas emblématiques d'hyperinflation

Valse des étiquettes, brouettes de billets pour acheter le pain... plusieurs pays ont été confrontés à l'hyperinflation, dans laquelle est englué le Venezuela, où la hausse des prix devrait atteindre 1.600% cette année.

L'hyperinflation, définie comme une hausse des prix de plus de 50% par mois, résulte généralement d'un dérapage des finances publiques, notamment dans des conditions extrêmes, comme les conflits ou les changements de régime. Elle se caractérise par un effondrement de l'activité, combiné avec de la création de monnaie.

- L'Allemagne de Weimar -

Ruinée et endettée après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale, la République de Weimar a fait tourner la planche à billets, enclenchant entre 1921 et 1924 un phénomène d'hyperinflation.

En 1923, les images d'Allemands allant chercher leur pain avec des brouettes de billets de banque marquent les esprits. L'inflation atteint alors jusqu'à 20% par jour, d'après le think tank américain Cato Institute. Le phénomène a alimenté la montée du nazisme selon nombre d'historiens.

La palme de la pire hyperinflation jamais constatée revient à la Hongrie, où, en 1946, les prix pouvaient doubler en 15 heures.

- L'Argentine en 1989 -

En Argentine, l'hyperinflation a atteint 3.079% en 1989 et 2.314% en 1990, poussant les clients à se dépêcher de faire leurs achats dans la crainte permanente de voir changer les étiquettes.

Cette crise déclenche une explosion sociale avec des pillages de supermarchés et entraîne le départ anticipé du président Raul Alfonsin.

L'hyperinflation est jugulée par un programme de convertibilité à parité fixe (1 dollar pour 1 peso) à partir de 1991, année où l'inflation se limite à 84%. Mais la parité finit par plonger le pays dans la récession, entraînant son abandon en 2002.

- L'ex-Yougolavie en 1993-1994 -

Plongée dans la crise par la désintégration de l'ancienne Yougoslavie en 1991, puis par l'embargo de l'ONU en 1992, la République fédérale de Yougoslavie (RFY, Serbie et Monténégro), sombre en décembre 1993 dans l'hyperinflation, avec une hausse des prix de 300.000.000%.

La population est confrontée à des magasins vides ainsi qu'à une dévaluation vertigineuse et permanente.

En janvier 1994, alors que l'inflation s'établit à 1.000.000%, le gouvernement lance un programme de réformes et met en circulation un "super-dinar", valant officiellement un mark allemand.

- Le Zimbabwe en 2008 -

La valse des étiquettes s'emballe au Zimbabwe entre 2008 et 2009 avec la dégringolade du dollar zimbabwéen, enclenchée par une réforme agraire controversée qui a vu l'éviction de force de la plupart des fermiers blancs du pays.

Pour tenter d'enrayer la chute de sa devise, le gouvernement de Robert Mugabe fait tourner sans retenue la planche à billets. Il introduit un billet de 100.000 milliards de dollars zimbabwéens, juste assez pour acheter une miche de pain.

Les produits de base, comme le sucre et la farine de maïs, deviennent des luxes rares.

Dans les années 2000, les Zimbabwéens se déplaçaient encore avec des sacs, voire des brouettes de billets pour faire leurs courses.

Après plusieurs dévaluations, les autorités ont abandonné en 2009 leur devise au profit du dollar américain.

- Le Venezuela actuellement -

Le Venezuela, qui retire ce vendredi six zéros à sa devise dans une énième réforme, se débat depuis des années avec l'inflation la plus élevée au monde.

Dans cet ancien riche pays pétrolier, l'hyperinflation a atteint 400.000% en 2018, près de 10.000% en 2019, 3.000% en 2020 et devrait s'établir à 1.600% cette année.

Un nouveau bolivar représentera 100 millions de milliards de bolivars de 2007.

Les énormes sommes des billets ne permettent d'acheter que quelques légumes ou un maigre morceau de viande, dans une économie largement dollarisée. Les billets locaux valent tellement peu que les enfants s'en servent pour jouer.

Le gouvernement invoque les sanctions internationales imposées depuis 2019, notamment par Washington pour tenter d'évincer le président socialiste Nicolas Maduro, même si la crise dure depuis plus de 8 ans.


Des salariés de TAP Air Portugal manifestent à Lisbonne

Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État (Photo, AFP).
Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État (Photo, AFP).
Short Url
  • Des pilotes de TAP avaient déjà manifesté début août afin de s'opposer aux coupes salariales, prévues dans le plan de restructuration
  • Le plan de sauvetage de TAP prévoit notamment des baisses de 25% pour les salaires supérieurs à 1 410 euros jusqu'en 2025

LISBONNE: Des centaines de salariés de TAP Air Portugal ont manifesté mardi à Lisbonne contre les "erreurs" de gestion qui compromettent, selon eux, le succès du plan de restructuration de la compagnie aérienne renationalisée en 2020 à la suite de la crise sanitaire.

Des pilotes, des techniciens de maintenance ou encore des membres d'équipage, majoritairement en uniforme, ont défilé en silence jusqu'au ministère des Infrastructures qui a la tutelle des transports.

"Nous sommes des salariés mais également des contribuables", "les licenciements chez TAP reviennent cher": pouvait-on lire sur les pancartes brandies par un millier de manifestants, selon les organisateurs, qui ont participé à ce mouvement à l'appel de trois syndicats.

"Nous demandons au ministre de reconnaître" les "erreurs de gestion" de TAP, a déclaré Tiago Faria Lopes, président du syndicat des pilotes de l'aviation civile (SPAC).

Les syndicats reprochent notamment à la compagnie de "gaspiller les recettes" générées par la reprise du trafic aérien cet été en faisant notamment appel à des prestataires externes, après un plan de départs ayant entraîné une pénurie de personnel et de nombreuses annulations cet été.

Des pilotes de TAP avaient déjà manifesté début août afin de s'opposer aux coupes salariales, prévues dans le plan de restructuration, qu'ils estiment supérieures à celles des autres salariés de la compagnie.

Le plan de sauvetage de TAP prévoit notamment des baisses de 25% pour les salaires supérieurs à 1 410 euros jusqu'en 2025, ainsi qu'une réduction de la flotte de TAP et la cession de créneaux de décollage et d'atterrissage.

"Sans cet effort, nous n'aurions pas obtenu le feu vert de la commission européenne pour le plan de restructuration qui a permis de sauver TAP", a estimé la direction du transporteur portugais, rappelant que les syndicats avaient validé cet accord.

Le groupe aérien portugais, dont les difficultés financières s'étaient encore accrues avec la crise sanitaire, a été sauvé en urgence en 2020 par l'État, qui va injecter 3,2 milliards d'euros au total, en échange d'un plan de restructuration imposé par Bruxelles.

Alors que ce plan est "mis en œuvre avec succès", le ministère des Infrastructures a appelé mardi les salariés "au sens des responsabilités" afin de transformer TAP en une compagnie "rentable".


Le fonds souverain saoudien acquiert des actions dans Alphabet, Zoom et Microsoft

Le PIF se place actuellement au cinquième rang des plus grands fonds souverains du monde; ses actifs sont évalués à 620 milliards de dollars. (Shutterstock)
Le PIF se place actuellement au cinquième rang des plus grands fonds souverains du monde; ses actifs sont évalués à 620 milliards de dollars. (Shutterstock)
Short Url
  • Le PIF de l'Arabie saoudite a acquis des actions chez JPMorgan (3,9 millions d'actions) et BlackRock (741 693 actions)
  • Le Fonds d'investissement saoudien est également l'actionnaire majoritaire de la société Lucid Motors, dont le siège social se situe en Californie

RIYAD: Le Public Investment Fund (PIF), en l’occurrence le fonds souverain saoudien, a acquis des actions auprès des entreprises Alphabet, Zoom Video et Microsoft. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une sélection plus large d'actions américaines, et porte à quelque 40,8 milliards de dollars les investissements du fonds souverain saoudien au cours du deuxième trimestre.

Selon une déclaration de la US Securities and Exchange Commission (l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, NDLR), le PIF a acheté 213 000 actions de classe A dans Alphabet, 4,7 millions d'actions de classe A dans Zoom et 1,8 million d'actions dans Microsoft.

Le PIF de l'Arabie saoudite a par ailleurs acquis des actions chez JPMorgan (3,9 millions d'actions) et BlackRock (741 693 actions).

Le PIF a acquis également 6,3 millions d'actions dans Starbucks et d'autres actions encore notamment dans les sociétés suivantes: Adobe Systems, Advanced Micro Devices, Salesforce, Home Depot, Costco, Freeport-McMoRan, Datadog et NextEra Energy.

Fort de ses 620 milliards de dollars (1 dollar = 0,98 euro) d'actifs, le PIF occupe une place centrale dans la stratégie de l'Arabie saoudite visant à transformer l'économie en développant de nouveaux secteurs et en élargissant les sources de revenus au-delà du pétrole.

Une stratégie à deux volets est poursuivie par le PIF: créer un portefeuille international d'investissements et investir au niveau local dans des projets qui réduiront la dépendance du Royaume vis-à-vis du pétrole.

Outre les entreprises susmentionnées, le Fonds d'investissement saoudien est également l'actionnaire majoritaire de la société Lucid Motors, dont le siège social se situe en Californie. Aujourd'hui, plus de 60% des parts de ce constructeur de véhicules électriques appartiennent au PIF.

Durant le premier trimestre de cette année, le PIF a réduit de 22% la part des actions qu'il détient sur le marché américain: celle-ci se chiffre à 43,6 milliards de dollars, contre 55,9 milliards de dollars un trimestre auparavant.

La US Securities and Exchange Commission a révélé dans un rapport publié à la fin du premier trimestre que le PIF a baissé sa participation dans trois sociétés: Visa Inc, Plug Power et Walmart.

Le fonds a en revanche augmenté sa participation dans Take-Two Interactive, PayPal, Alibaba et Farfetch Ltd.

Les données publiées par le Sovereign Wealth Fund Institute au mois d'avril révèlent que le PIF se classe actuellement au cinquième rang des fonds souverains les plus importants au monde; ses actifs représentent un total de 620 milliards de dollars. 

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le gaz monte avec les craintes en Europe, le pétrole stable

Des tuyaux et des manomètres pour conduites de gaz à Open Grid Europe, l'un des plus grands opérateurs de réseau de transport de gaz d'Europe, à Werne, dans l'ouest de l'Allemagne (Photo, AFP).
Des tuyaux et des manomètres pour conduites de gaz à Open Grid Europe, l'un des plus grands opérateurs de réseau de transport de gaz d'Europe, à Werne, dans l'ouest de l'Allemagne (Photo, AFP).
Short Url
  • Historiquement, le prix du gaz n'a été plus élevé que lors de deux séances, début mars, quand les sanctions économiques contre la Russie après son invasion de l'Ukraine ont bouleversé le marché
  • Et l'impact de la crise énergétique semble désormais se profiler

LONDRES: Le prix du gaz grimpait mardi à son plus haut niveau en six mois en Europe où les inquiétudes sur l'approvisionnement énergétique s'intensifient, tandis que les cours du pétrole se stabilisaient.

Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, prenait 4,72% à 230,50 euros le mégawattheure (MWh) vers 09H35 GMT (11H35 à Paris).

Historiquement, le prix du gaz n'a été plus élevé que lors de deux séances, début mars, quand les sanctions économiques contre la Russie après son invasion de l'Ukraine ont bouleversé le marché.

Et l'impact de la crise énergétique semble désormais se profiler: les factures de gaz vont augmenter en Allemagne.

Même si le gouvernement a promis lundi d'amortir le choc pour les plus modestes, à partir du 1er octobre, les importateurs pourront prélever 2,4 centimes de plus par kilowattheure (KWh) de gaz auprès des entreprises et des particuliers.

"Les gouvernements espèrent que de telles mesures suffiront à réduire la demande, et permettront à tout le continent de passer l'hiver", commentent les analystes de Deutsche Bank.

Très dépendante des importations de gaz russe, l'Allemagne est également confrontée à une sécheresse qui fait baisser le niveau du Rhin sous son niveau nécessaire au transport fluvial.

"Le niveau du Rhin est assez bas pour que les centrales à charbon, qui dépendent des barges pour leur amener le matériau de base, peinent à faire venir le carburant jusqu'à elles", commentent les analystes de UniCredit.

Du côté du pétrole, l'Union européenne (UE) a annoncé mardi qu'elle examinait la réponse de l'Iran à son compromis sur le dossier nucléaire, une étape cruciale qui pourrait marquer l'entrée de longues et difficiles négociations dans leur dernière ligne droite.

La perspective du retour des barils iraniens sur le marché a fait reculer les prix, d'autant que la faiblesse de l'économie mondiale promet une demande en berne.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre perdait 0,88% à 94,27 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre cédait quant à lui 0,53%, à 88,94 dollars.