Le dossier nucléaire iranien, au coeur des discussions de Macron dans le Golfe

Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 01 décembre 2021

Le dossier nucléaire iranien, au coeur des discussions de Macron dans le Golfe

  • Pour le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid, "les sanctions contre l'Iran ne doivent pas être levées. Elles doivent être renforcées"
  • Pour la France en revanche, l’objectif est de "voir l'Iran revenir au plein respect de l'ensemble de ses engagements au titre du JCPOA et que les Etats-Unis reviennent à l'accord", a précisé la présidence française

ATHENES : Alors qu’il s’apprête à atterir dans le Golfe pour une visite destinée à consolider l’influence géopolitique de son pays sur le double plan régional et international, le président français Emmanuel Macron a réitéré lundi dernier son appel à l’égard de Téhéran à revenir « sans délai » et « de façon constructive » au respect de l'accord nucléaire. Macron avait en effet eu une discussion téléphonique avec son homologue iranien Ebrahim Raïssi.

Recevant mardi à Paris le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, ce dernier a tenu des des propos encore plus sévères à l’égard de l’Iran contre qui il a requis « des sanctions renforcées » car selon lui, la course iranienne vers le nucléaire « ne s'est pas arrêtée avec les discussions de Vienne ».

"Les sanctions contre l'Iran ne doivent pas être levées. Elles doivent être renforcées. Il faut exercer une menace militaire crédible sur l'Iran", a déclaré Lapid dans un communiqué à l'issue de la rencontre, au moment où les négociations sur le nucléaire iranien viennent de reprendre lundi dernier à Vienne.

Pour la France en revanche, l’objectif est de voir l'Iran revenir au plein respect de l'ensemble de ses engagements au titre du JCPOA et que les Etats-Unis reviennent à l'accord", a précisé la présidence française, en utilisant l'acronyme anglais de l'accord nucléaire signé en 2015 et que les Etats-Unis ont quitté trois ans plus tard. Paris veut également un rétablissement de la coopération iranienne avec l’AIEA « qui permette à l’Agence de s’acquitter pleinement de sa mission », a affirmé Macron.

 

nucleaire iranien

Ces divergences de point de vue entre Paris et Tel Aviv vont probablement être au centre des discussions qu’Emmanuel Macron va avoir entre le 3 et le 4 décembre prochain, tour à tour avec les responsables émiratis, qataris et saoudiens. Selon une source de l’Elysée, l’Iran sera entre autres dossiers sur la table des discussions.

 

NUCLEAIRE IRANIEN: RETOUR A LA TABLE DES NEGOCIATIONS A VIENNE

Après cinq mois de pause, les négociateurs se sont retrouvés lundi à Vienne, pour un peu plus de deux heures, dans un climat jugé "positif", même s'il reste de nombreux obstacles pour ressusciter rapidement l'accord international de 2015. 

Les experts vont poursuivre le travail au cours des prochains jours avec "un sentiment d'urgence pour redonner vie" au pacte de 2015, a précisé le diplomate européen Enrique Mora, qui chapeaute les négociations.

 

 

nucleaire iranien

 

La levée des sanctions, le leitmotiv de Raïssi

Pour sa part, le président iranien Ebrahim Raïssi a réitéré la volonté de son pays de voir les négociations qui ont repris à Vienne sur le nucléaire iranien déboucher sur une levée des sanctions contre Téhéran, lors de l’entretien téléphonique avec son homologue français.

Il a également noté à l’égard de son homologue français  que « l'envoi d'une équipe complète aux pourparlers démontre l'engagement sérieux de l'Iran dans ces pourparlers ».

Faisant allusion aux Etats-Unis, il a ajouté: "ceux qui ont commencé à violer l'accord sur le nucléaire doivent gagner la confiance de l'autre partie pour que les négociations aient des résultats fructueux".

"Si les Américains lèvent les sanctions et que les Européens remplissent leurs engagements (...), l'Iran remplira ses obligations", a assuré M. Raïssi.

Il a en outre affirmé que son pays était prêt à poursuivre sa "pleine coopération" avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'organisme chargé de contrôler le caractère pacifique du programme nucléaire iranien avait déploré la semaine dernière l'absence d'avancées sur plusieurs questions en suspens.

De son côté, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a appelé les autres parties à honorer leurs obligations pour que Téhéran revienne à ses engagements, lors d'une conversation téléphonique lundi soir avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

"Les parties adverses doivent retourner à leurs pleines obligations. Dans ce cas, l'Iran arrêtera également ses mesures compensatoires", a dit le ministre, selon un communiqué.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.


Adhésion à l'Otan: Macron appelle Erdogan à « respecter le choix souverain» de la Finlande et la Suède

« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • « Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité», a indiqué l'Elysée
  • Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février

PARIS : Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à "respecter le choix souverain" de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'Otan, et souhaité qu'une "solution" soit rapidement trouvée pour lever la menace de veto turc.

"Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité", a indiqué l'Elysée à l'issue de l'appel entre les deux dirigeants qui a duré une heure. 

"Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide" à l'opposition turque aux deux candidatures, a ajouté la présidence française.

Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février.

Mais la Turquie menace de bloquer leur entrée dans l'Alliance, qui requiert l'unanimité des Etats membres de l'organisation.

Ankara accuse notamment les deux pays d'abriter des militants kurdes du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan qu'elle considère comme une organisation terroriste, et demande leur extradition. 

La Turquie envisage par ailleurs une nouvelle opération contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, qui risque de susciter de nouvelles tensions au sein de l'Otan, notamment avec la France.

Les présidents français et turc ont évoqué en outre "l'urgence de rendre possibles les exportations de céréales ukrainiennes", bloquées par la guerre dans les ports du sud du pays, ce qui menace d'entraîner une crise alimentaire mondiale. Emmanuel Macron va poursuivre "dans les jours qui viennent les contacts à ce sujet avec les acteurs internationaux pertinents". 

Ils ont discuté des "différentes voies possibles pour acheminer" ces récoltes, en lien avec les Nations Unies, et sont "convenus de rester en contact afin de trouver une solution rapidement".

Une des pistes étudiées est la mise en place d'un corridor naval depuis Odessa, en mer Noire, dont la Turquie pourrait être un acteur important.

Les deux dirigeants ont par ailleurs dit "leur préoccupation face à la dégradation de la situation en Libye".

Après plus d'une décennie de chaos consécutif à la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye, minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest, compte depuis début mars deux gouvernements rivaux, comme entre 2014 et 2021, alors en pleine guerre civile.

Un gouvernement formé par l'ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha, approuvé par le Parlement siégeant dans l'Est, est en concurrence avec l'exécutif à Tripoli dirigé par Abdelhamid Dbeibah, issu des accords politiques parrainés par l'ONU.