Turquie: Erdogan défend sa politique économique, «risquée mais juste»

A dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle prévue, le président Erdogan semble privilégier la croissance à tout prix, au risque de réduire encore le pouvoir d'achat de ménages déjà sonnés par la hausse de certains produits de base. (Photo, AFP)
A dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle prévue, le président Erdogan semble privilégier la croissance à tout prix, au risque de réduire encore le pouvoir d'achat de ménages déjà sonnés par la hausse de certains produits de base. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 décembre 2021

Turquie: Erdogan défend sa politique économique, «risquée mais juste»

A dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle prévue, le président Erdogan semble privilégier la croissance à tout prix, au risque de réduire encore le pouvoir d'achat de ménages déjà sonnés par la hausse de certains produits de base. (Photo, AFP)
  • «Ce que nous faisons est juste. Nous avons suivi et nous suivons un plan politiquement risqué mais juste», a déclaré M. Erdogan
  • La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année, renchérissant les importations, dont la Turquie est très dépendante, notamment pour l'énergie et les matières premières

ANKARA: La Turquie est sur un chemin « risqué mais juste » pour l'économie, a affirmé mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan, défendant sa position controversée d'abaisser les taux directeurs malgré la dégringolade de la livre turque et l'inflation galopante. 

« Ce que nous faisons est juste. Nous avons suivi et nous suivons un plan politiquement risqué mais juste », a déclaré M. Erdogan devant les députés de son parti au Parlement.  

La banque centrale turque avait annoncé peu avant intervenir pour stopper la chute de la livre turque, qui a perdu près de 30% de sa valeur face au dollar en un mois. Mardi, la monnaie avait chuté de près de 6% face au billet vert. 

« Le monde entier sait que je suis contre les taux d'intérêt (élevés). Je n'ai jamais été pour. Je ne l'étais pas hier et je ne le serai pas demain », a dit le président turc, insistant sur le caractère définitif de sa décision d'abaisser les taux d'intérêts. 

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêts élevés favorisent l'inflation. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en baissant les taux. 

Conformément au souhait du président, la banque centrale turque – officiellement indépendante – a ainsi abaissé de nouveau son taux directeur en novembre (de 16 à 15%) pour la troisième fois en moins de deux mois, alors que l'inflation frôle les 20% sur un an, un taux quatre fois supérieur à l'objectif initial du gouvernement. 

Croissance à tout prix 

A dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle prévue, le président Erdogan semble privilégier la croissance à tout prix, au risque de réduire encore le pouvoir d'achat de ménages déjà sonnés par la hausse de certains produits de base. 

L'économie turque a enregistré une croissance de 7,4% sur un an au troisième trimestre de 2021, selon les chiffres officiels publiés mardi. Selon la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), l'économie turque pourrait atteindre une croissance de 9% en 2021 et 3,5% en 2022. 

Mais des experts s'inquiètent des conséquences de cette course à la croissance sur la valeur de la livre turque, et mettent en garde contre la fonte des réserves de devises du pays. 

Lors d'une précédente crise en 2018, la banque centrale turque avait, selon l'opposition, pioché 128 milliards de dollars dans ses réserves pour soutenir la livre. Si le montant des réserves utilisées par la banque centrale mercredi reste inconnu, des observateurs s'interrogent sur les risques de l'opération. 

Dans une note envoyée avant l'intervention de la banque centrale mercredi matin, l'économiste Timothy Ash avait mentionné son inquiétude quant à une éventuelle décision de contrôle des capitaux. 

« Si les gens pensent qu'un contrôle des capitaux pourrait s'imposer, la prochaine étape sera une ruée bancaire. Nous n'en sommes pas là, mais au moindre signal d'un contrôle des capitaux, ce risque sera accru », a-t-il ajouté. 

20% d'inflation 

La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année, renchérissant les importations, dont la Turquie est très dépendante, notamment pour l'énergie et les matières premières. 

Le taux d'inflation pour novembre, qui sera rendu public vendredi, pourrait ainsi être supérieur à 20%, selon certains experts, fragilisant le quotidien de nombreux Turcs. Parmi les parmi de l'OCDE, seule l'Argentine connaît une inflation plus élevée. 

Le chef de l'Etat turc a cependant minimisé les conséquences de sa politique, les jugeant temporaires. 

« Le taux de change peut être à la hausse aujourd'hui mais en baisse demain. L'inflation peut monter aujourd'hui et chuter demain », a-t-il estimé. Il a cependant dit « surveiller attentivement » les fluctuations de la monnaie et la hausse des prix. « Nous savons ce que nous faisons. (...) C'est notre job », a-t-il affirmé. 


Liban: Des divisions apparaissent entre les deux alliés politiques du pays

Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Courant patriotique libre laisse entendre qu'il se sépare du Hezbollah, l'accusant d'attaquer la position du président
  • Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président

BEYROUTH: La colère du Courant patriotique libre (CPL) à l'égard du Premier ministre intérimaire, Najib Mikati, qui a convoqué une session du Conseil des ministres lundi, a entraîné un bouleversement des relations entre le parti et son allié, le Hezbollah.

Le chef du CPL, Gebran Bassil, a exprimé mardi, lors d'une conférence de presse, sa colère face à «une décentralisation élargie, même sans lois».

Le Hezbollah et le Mouvement Amal ont fourni une couverture politique à Mikati pour qu'il convoque une session du Conseil des ministres afin d'approuver le processus d'obtention de médicaments pour les patients sous dialyse ou atteints de cancer, ce que Mikati considère comme une nécessité absolue.

Le CPL refuse de tenir toute session du Conseil des ministres en raison du vide présidentiel afin d'empêcher Mikati d'exercer les pouvoirs du président chrétien, d'autant plus que le mouvement estime que le gouvernement intérimaire n'a pas le droit de jouer ce rôle.

Alors que le pays traverse une crise économique dévastatrice, huit tentatives d’élire un président par le Parlement libanais ont échoué après la fin du mandat du président, Michel Aoun, il y a plus d'un mois.

Bassil, le gendre d'Aoun, s'est indirectement présenté comme un candidat à la présidence, étant donné que son bloc parlementaire est le plus grand bloc chrétien et qu'il a le droit de nommer le futur président.

Bassil rejette la candidature de l'ancien ministre Sleiman Frangieh pour le poste, qui est soutenu par le Hezbollah et Amal.

Lors d'une conférence de presse, Bassil a signalé que la session du Conseil des ministres de lundi était «inconstitutionnelle, illégale et non conventionnelle», la décrivant comme «une exécution de la Constitution et un coup fatal à l'accord de Taëf».

Les ministres du CPL ont boycotté la session du Conseil des ministres, à l'exception du ministre de l'Industrie George Bouchkian, qui a assuré le quorum pour la session. Son comportement a eu pour conséquence que son parti, le Tachnag, allié du CPL, l'a renié pour ne pas avoir respecté sa décision de boycotter la session.

Le site web du CPL a indiqué que «le Hezbollah contribue à la normalisation du vide et à l'attaque de la position du président».

Bassil s'est indirectement adressé au Hezbollah, en disant: «Si quelqu'un pense qu'il fait pression sur nous sur la question présidentielle, nous aimerions lui dire que cela ne fonctionnera pas.»

«Nous n'assisterons pas aux sessions du Parlement si nous ne trouvons pas une grande nécessité nationale à le faire, et nous chercherons à abandonner le vote blanc plus rapidement et à opter pour un candidat présidentiel», a-t-il ajouté.

Le député Michel Moussa, membre du bloc parlementaire Développement et Libération dirigé par le président du Parlement, Nabih Berri, a minimisé la possibilité d'un changement de la carte politique au niveau des élections présidentielles suite aux tensions qui ont suivi la séance du Conseil des ministres. «Ne pas élire un nouveau président contribue à approfondir ces conflits», a-t-il jugé.

Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président.

Le Hezbollah a évité de commenter les déclarations de Bassil.

Le député Bilal Abdallah, membre du bloc du Rassemblement démocratique, a déclaré: «Un parti a tenté sans succès d'élever le discours sectaire. Le Hezbollah n'a pas réagi.»

Un observateur politique, préférant garder l'anonymat, a révélé: «En participant à la session du Conseil des ministres, le Hezbollah a tenté d'assurer à Bassil qu'il n'était pas seul sur la scène.»

Le Front souverain pour le Liban, qui s'oppose au Hezbollah, a souligné que les députés doivent rester dans la salle du Parlement jusqu'à ce qu'un nouveau président soit élu, pour le bien du pays et de la Constitution.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les sommets de Riyad reflètent la volonté du Royaume de renforcer ses relations avec la Chine

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Short Url
  • Le prince Faisal ben Farhane a déclaré que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance, la coopération et la coordination
  • Xi devrait participer à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement

RIYAD: Trois sommets prévus à Riyad dans les prochains jours reflètent la détermination commune du Royaume, des autres pays du Conseil de coopération du Golfe et du monde arabe en général à renforcer la coopération et à améliorer les relations stratégiques avec la Chine en vue d'une plus grande croissance et prospérité pour tous les pays et leurs peuples, selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane.

«Les relations entre le Royaume et la Chine sont stratégiques et étroites à la lumière des développements et des changements internationaux en cours», a-t-il affirmé.

Il a ajouté que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance mutuelle, la coopération et la coordination continue, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Ses commentaires sont intervenus alors que le président chinois, Xi Jinping, est arrivé à Riyad mercredi soir pour une visite officielle de trois jours, au cours de laquelle il devrait assister à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement et au sommet arabe-Chine de Riyad pour la coopération et le développement.

Le prince Faisal a salué la contribution apportée par un comité mixte saoudo-chinois de haut niveau au développement des relations entre les deux pays dans de nombreux domaines. Il a indiqué que les relations économiques bilatérales progressent rapidement dans le contexte du plan de développement et de diversification, la Vision 2030 du Royaume et de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route », qui offrent des opportunités prometteuses de coopération, de développement durable et d’intérêts mutuels.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a soutenu que la Chine se classe comme le premier partenaire commercial du Royaume depuis 2018, et que la valeur du commerce bilatéral en 2021 était de 309 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,25 euro), soit une augmentation de 39% par rapport à l'année précédente.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les ministres jordanien, égyptien et irakien des Affaires étrangères discutent des opportunités de coopération trilatérale

Les ministres des Affaires étrangères de Jordanie, d'Égypte et d'Irak (Photo, Petra).
Les ministres des Affaires étrangères de Jordanie, d'Égypte et d'Irak (Photo, Petra).
Short Url
  • Ils ont déterminé des secteurs potentiels de coopération dans les domaines de la politique, de l'économie, de la sécurité et de l'industrie
  • Les trois ministres ont également discuté de questions régionales d'intérêt mutuel, notamment de la cause palestinienne

AMMAN: Les ministres des Affaires étrangères de Jordanie, d'Égypte et d'Irak, Ayman Safadi, Sameh Shoukry et Fouad Hussein, se sont rencontrés mercredi pour discuter des moyens de renforcer l'intégration stratégique de leurs pays, grâce à un mécanisme de coopération trilatérale, a rapporté l’agence de presse jordanienne.

Ils auraient déterminé des secteurs potentiels de coopération dans les domaines de la politique, de l'économie, de la sécurité et de l'industrie, et recommandé que les efforts se poursuivent vers la signature d'accords.

Ayman Safadi et Sameh Shoukry ont exprimé le plein soutien de leurs pays à la stabilité et la sécurité en Irak et l’ont félicité pour la formation de son nouveau gouvernement.

Les trois ministres ont également discuté de questions régionales d'intérêt mutuel, notamment de la cause palestinienne. En outre, ils sont convenus de maintenir les communications institutionnelles pour faciliter les projets et plans à venir et surmonter les défis économiques nécessitant une coopération systématique.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com