Covid: la vaccination obligatoire revient dans les débats

ace à la forte reprise du Covid et l'arrivée du variant Omicron, faut-il rendre la vaccination obligatoire ? Plusieurs pays, dont l'Allemagne, envisagent cette mesure, longtemps jugée excessive et toujours loin de faire l'unanimité pour des raisons éthiques et pratiques. (Photo, AFP)
ace à la forte reprise du Covid et l'arrivée du variant Omicron, faut-il rendre la vaccination obligatoire ? Plusieurs pays, dont l'Allemagne, envisagent cette mesure, longtemps jugée excessive et toujours loin de faire l'unanimité pour des raisons éthiques et pratiques. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

Covid: la vaccination obligatoire revient dans les débats

  • Beaucoup, comme la France, ont privilégié la mise en place d'un pass sanitaire, une mesure déjà restrictive qui impose d'être vacciné ou testé négativement au Covid
  • Mais ces derniers jours, plusieurs pays, en particulier européens, ont annoncé leur intention de franchir le pas d'une obligation franche et totale

PARIS : Face à la forte reprise du Covid et l'arrivée du variant Omicron, faut-il rendre la vaccination obligatoire ? Plusieurs pays, dont l'Allemagne, envisagent cette mesure, longtemps jugée excessive et toujours loin de faire l'unanimité pour des raisons éthiques et pratiques.

"Une discussion (...) doit avoir lieu" sur la vaccination obligatoire dans l'Union européenne, a estimé mercredi Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

Ces propos marquent un tournant. Depuis l'arrivée des vaccins anti-Covid voici près d'un an, très peu de pays, parmi lesquels l'Indonésie et le Turkménistan, ont fait le choix de les imposer sans réserve à leur population.

Beaucoup, comme la France, ont privilégié la mise en place d'un pass sanitaire, une mesure déjà restrictive qui impose d'être vacciné ou testé négativement au Covid pour accéder à divers endroits comme les restaurants. Autre contrainte souvent retenue, la vaccination obligatoire pour des catégories particulières comme les soignants.

Mais ces derniers jours, plusieurs pays, en particulier européens, ont annoncé leur intention de franchir le pas d'une obligation franche et totale. C'est le cas de l'Autriche, à partir de début 2022, et de l'Allemagne, où la mesure est au programme du futur gouvernement.

"Trop de gens ne se sont pas fait vacciner", a déclaré mardi le social-démocrate Olaf Scholz, qui va succéder la semaine prochaine à Angela Merkel et s'était pourtant opposé à la vaccination obligatoire pendant la campagne électorale.

Qu'est-ce qui a changé la donne ? L'arrivée en Europe d'une nouvelle vague particulièrement forte de contaminations, qui a d'abord frappé les pays de l'Est, s'est étendue à l'Allemagne et l'Autriche, puis touche maintenant d'autres pays comme la France.

Les Etats s'inquiètent aussi de l'arrivée du variant Omicron, identifié voici quelques jours et dont le profil génétique fait craindre une plus forte résistance à l'immunité, même si sa contagiosité réelle est encore un mystère.

En Afrique du Sud, où ce variant a été identifié, les débats sont aussi vifs sur la vaccination obligatoire, explicitement envisagée par le président Cyril Ramaphosa là encore après avoir longtemps tenu des positions contraires.

« Comment on contrôle ? »

Ces différents pays sont, néanmoins, dans des situations contrastées en matière de vaccination. Trois quarts des Sud-africains ne sont pas vaccinés, alors que c'est le cas de moins d'un tiers des Allemands.

Le choix allemand se justifie-t-il pour autant, afin de convaincre les derniers récalcitrants ? La question se pose d'autant plus dans un pays comme la France, où les non vaccinés ne représentent qu'un quart de la population et un dixième des personnes éligibles.

Mais la perspective n'y convainc pour l'heure ni le gouvernement - le ministre de la Santé, Olivier Véran, a dit mercredi privilégier une stratégie "sans obligation si possible" - ni les autorités scientifiques.

"L'immense majorité des grandes démocraties n'est pas entrée dans l'obligation vaccinale", a souligné mercredi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, chargé d'aider le gouvernement français face à la crise sanitaire.

Le Pr Delfraissy, qui s'exprimait face à des députés, a exprimé un fort scepticisme pour des raisons de principe comme d'application pratique.

Sur le premier plan, "bien sûr que la santé (...) est un élément essentiel, mais est-ce qu'on doit nous priver quand même d'une certaine forme de liberté ?", s'est-il demandé.

Sur le second plan, "comment on le contrôle ?", s'est interrogé le Pr Delfraissy, mettant l'accent sur le cas des personnes âgées non vaccinées, a priori les plus menacées de formes graves du Covid 19.

"Quand vous avez une petite mamie qui vous dit qu'elle ne veut pas se faire vacciner (...), vous croyez qu'on va envoyer les gendarmes ?", a-t-il insisté.

En France, pourtant, la vaccination obligatoire est en passe de devenir une réalité dans un territoire très éloigné de la métropole, la Nouvelle-Calédonie, où elle doit entrer en vigueur au 1er janvier 2022.

Là encore, toutefois, se pose déjà la question de sa mise en pratique. A part pour certaines catégories - soignants, enseignants, personnes à risque de forme grave... - aucune amende n'est prévue.


Taubira dénonce une « porosité » entre la droite et l'extrême droite

Christiane Taubira, candidate française de gauche à la "primaire du peuple", visite le vignoble du Château la Tuilère à Saint-Ciers-de-Canesse, près de Bordeaux, le 28 janvier 2022. (AFP)
Christiane Taubira, candidate française de gauche à la "primaire du peuple", visite le vignoble du Château la Tuilère à Saint-Ciers-de-Canesse, près de Bordeaux, le 28 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • « Ce qu'il y a de plus inquiétant sur la droite, c'est plutôt la porosité qu'elle montre avec de plus en plus d'aisance à l'égard de l'extrême droite », a poursuivi Mme Taubira
  • Quant à Eric Zemmour, qui souhaite débattre avec elle, « je ne suis pas là pour satisfaire ses désirs », a-t-elle dit. 

PARIS : Christiane Taubira, candidate à la Primaire populaire de la gauche pour l'élection présidentielle, a regretté vendredi sur BFMTV une "porosité" que "montre" selon elle la droite "avec de plus en plus d'aisance à l'égard de l'extrême droite".

Interrogée sur une proposition de Valérie Pécresse concernant l'immigration, l'ex-ministre de la Justice a reproché à la candidate LR de soutenir "le financement par l'UE des murs de barbelés qui permettent de faire converger les arrivants vers les points de passage autorisés". Selon elle, il s'agit là de "bavardages irresponsables" pour "distraire la galerie".

"Ce qu'il y a de plus inquiétant sur la droite, c'est plutôt la porosité qu'elle montre avec de plus en plus d'aisance à l'égard de l'extrême droite", a poursuivi Mme Taubira.

"On voit bien ce glissement vers la droite extrême et l'extrême droite, même, ces gages qui sont donnés publiquement", a-t-elle regretté, en rappelant que les "grands ténors de la droite sociale", citant Philippe Seguin décédé en 2010, "doivent s'en inquiéter".

"Nous avons besoin de cohésion, pas de paroles irresponsables, comme sortir le Kärcher de la cave", a insisté la candidate qui a fait son premier meeting jeudi à Bordeaux devant quelque 600 personnes. 

Quant à Eric Zemmour, qui souhaite débattre avec elle, "je ne suis pas là pour satisfaire ses désirs", a-t-elle dit. 

"Lorsqu'il sera confirmé à l'élection présidentielle, à ce moment, nous aviserons", a-t-elle expliqué, mais "je n'ai pas de raison particulière de venir débattre avec lui".

Dénonçant "ses idées nauséabondes et inacceptables", elle a expliqué ne pas vouloir faire "de zèle pour légitimer le discours" du canidat d'extrême droite, "confirmer son installation confortable dans l'espace public, donner un écho supplémentaire à sa parole de haine, de rejet, de division, d'exclusion".

"Je n'y prendrai pas ma part", a-t-elle ajouté, une manière de critiquer la démarche du candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon qui a débattu à deux reprises avec le candidat de Reconquête!. 


L'élection de la députée PS de Paris Lamia El Aaraje annulée

La députée du Parti socialiste français (PS) Lamia El Aaraje s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 8 juin 2021. (AFP)
La députée du Parti socialiste français (PS) Lamia El Aaraje s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 8 juin 2021. (AFP)
Short Url
  • « Il est difficile de pas ressentir ce soir un sentiment d'injustice », a aussi dit l'élue socialiste
  • Cette décision intervenant dans la dernière année de la législature, le siège de Mme El Aaraje restera vacant jusqu'aux élections législatives

PARIS : L'élection en juin 2021 de Lamia El Aaraje, unique députée PS de Paris, a été annulée vendredi par le Conseil constitutionnel en raison de la présence au premier tour d'un candidat ayant frauduleusement affiché le soutien de LREM sur son bulletin, un "hurluberlu", a-t-elle regretté.

Les "manœuvres frauduleuses" de Jean-Damien de Sinzogan, qui s'était renommé "Jean de Bourbon" et avait affiché le soutien de La République en Marche alors qu'il ne bénéficiait pas de l'investiture du parti présidentiel, "ont eu pour effet de porter atteinte à la sincérité du scrutin", ont jugé les Sages.

"Il apparaît urgent de modifier le droit électoral afin que les préfectures puissent contrôler la conformité des étiquettes politiques déclarées par chaque candidat", a réagi dans un communiqué Mme El Aaraje, déplorant qu'une députée "élue haut la main (...) soit pénalisée par les manœuvres d'un hurluberlu, l'inconséquence d'un seul homme".

"Il est difficile de pas ressentir ce soir un sentiment d'injustice", a aussi dit l'élue socialiste à propos d'une "nouvelle très difficile à accepter".

Le Conseil constitutionnel, institution présidée par l'ancien Premier ministre Laurent Fabius, estime que "la manœuvre commise par M. de Sinzogan" a "été de nature à altérer la sincérité du scrutin", "compte tenu des 449 suffrages qu'il a obtenus et du faible écart de 266 voix" ayant séparé François-Marie Didier, candidat LR arrivé troisième au premier tour, de Danielle Simonnet (LFI), arrivée deuxième et qualifiée pour le second tour avec Mme El Aaraje, 

M. de Sinzogan est déclaré inéligible pour une durée de trois ans.

Le Conseil constitutionnel avait été saisi quelques jours après l'élection par un électeur de la circonscription et par le candidat malheureux François-Marie Didier qui avait estimé le scrutin "faussé" et s'était dit "très étonné qu'une telle candidature ait pu être autorisée".

Cette élection législative partielle avait été provoquée par la démission de la députée et ex-ministre socialiste George Pau-Langevin, nommée adjointe à la Défenseure des droits.

En l'emportant avec 56% face à la candidate Insoumise, Mme El Aaraje avait permis au PS de conserver la 15e circonscription de la capitale, dans le XXe arrondissement (nord-est), son dernier bastion après le raz-de-marée de La République en Marche en 2017.

Dans un communiqué, la présidente du groupe PS à l'Assemblée, Valérie Rabault, a indiqué "prendre acte" de la décision du Conseil, mais a déploré qu'elle "ouvre la voie à une jurisprudence qui permettra à toute personne se présentant sous une fausse étiquette politique d'entacher la sincérité du scrutin et de mettre en cause des candidats qui ne sont liés ni de près ni de loin à de telles manœuvres frauduleuses". 

François-Marie Didier et Danielle Simonnet ont eux salué auprès de l'AFP la décision, une "bonne jurisprudence" pour le premier, "très positive afin qu'il n'y ait pas d'usurpation" pour la seconde.

Cette décision intervenant dans la dernière année de la législature, le siège de Mme El Aaraje restera vacant jusqu'aux élections législatives, prévues les 12 et 19 juin dans la foulée de l'élection présidentielle.


Ultradroite: l'ex-militaire Aurélien Chapeau condamné à 9 ans de prison ferme

Un soldat français regarde une unité malienne arriver à l'aéroport de Tombouctou, quelques heures avant la cérémonie de remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021.(AFP)
Un soldat français regarde une unité malienne arriver à l'aéroport de Tombouctou, quelques heures avant la cérémonie de remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021.(AFP)
Short Url
  • Interpellé en mai 2020, cet homme de 38 ans, cuisinier dans l'armée reconverti en agent de sécurité, était soupçonné d'avoir diffusé des messages d'apologie du nazisme
  • Aurélien Chapeau, un ex-militaire adepte du néonazisme et des armes, a été jugé à Paris

PARIS : Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi à neuf ans de prison Aurélien Chapeau, un ex-militaire adepte du néonazisme et des armes "intoxiqué" à la propagande en ligne, pour "préparation individuelle à la commission d'un acte de terrorisme".

Aurélien Chapeau, 38 ans, était-il un "loup solitaire" s'apprêtant à commettre une "tuerie de masse" comme l'a martelé l'accusation ? Ou un troll d'internet, comme il en existe "des dizaines et des centaines et qui heureusement ne passent pas tous les jours à l'action", dépeint par sa défense ?

"Le tribunal ne lit pas les augures", a évacué le président de la 16e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris en rendant son jugement.

"Nous ne sommes pas là pour savoir si oui ou non vous seriez passé à l'acte sans l'intervention des services de police", a-t-il ajouté, assurant avoir constaté "la multiplicité des actes préparatoires" et à "très haut niveau d'intensité" de l'ex-militaire radicalisé.

Sous le pseudo "Ayatjouz" ("I hate Jews", je hais les juifs), cet ancien cuistot de l'armée reconverti en agent de sécurité, fréquentait depuis 2010 des forums de l'ultradroite.

Aurélien Chapeau avait déjà eu maille à partir avec la justice. En mai 2019, il avait été condamné à quatre mois de prison ferme pour des menaces à l'encontre de membres de l'association SOS Racisme.

Centaines de munitions 

Malgré cette première condamnation, derrière son écran, il s'était progressivement mis, à partir de 2019, à multiplier les messages de plus en plus menaçants.

Pour le ministère public, tout était réuni pour qualifier le projet de "terroriste", à savoir : l'idéologie, la détention d'armes, et surtout le repérage de cibles. 

Lorsqu'ils l'ont interpellé le 26 mai 2020 à son domicile à Limoges, après un signalement des cyber-patrouilleurs du renseignement intérieur, les enquêteurs ont mis la main sur des explosifs artisanaux, mais surtout sur trois armes à feu, dont un fusil mitrailleur, et des centaines de munitions correspondantes.

Selon les éléments de l'enquête, M. Chapeau avait effectué sur internet des recherches concernant des lieux fréquentés par la communauté juive à Limoges, mais aussi à Strasbourg et dans la région parisienne et publié sur des forums des captures d'écran de certaines adresses. 

Le potentiel "loup solitaire" avait bien tenté de prendre contact avec des groupes d'ultradroite constitués, notamment le groupuscule néonazi américain "Atomwaffen Division". Ces tentatives n'avaient pas abouti.

« Jihad blanc »

Pendant trois jours, le tribunal a dressé le profil d'un homme très isolé, peu éduqué, en échec professionnel et personnel et à la masculinité fragile. 

Se disant "intoxiqué", via son écran, aux idées les plus violentes de l'ultradroite, l'agent de sécurité était autant obsédé par les juifs que par la crainte d'un "grand remplacement" racial en Occident.

Auprès de sa communauté, il se présentait en adorateur de Brenton Tarrant, l'Australien suprémaciste blanc accusé d'avoir tué 51 personnes dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande en mars 2019.

Un modèle qu'il voulait suivre, comme il le disait sur internet? "J'ai pas acheté ces armes pour tuer qui que ce soit, je le jure devant Dieu, je mérite d'être puni pour la propagande que j'ai diffusée mais il n'y a jamais eu de projet d’attentat,", a assuré l'homme aux cheveux blonds ras et à la posture raide.

"Oui, il n'y a rien de concret, vous n'êtes pas sorti avec votre arme pour tirer sur les gens. Mais on est au stade du projet, on intervient en amont", avait soutenu le procureur qui avait comparé l'idéologie de M. Chapeau à celle d'un "jihad blanc".

Cette condamnation intervient alors que la mouvance de l'ultradroite qui prolifère sur le net comme dans la rue au carrefour de la crise sanitaire et de l'élection présidentielle inquiète de plus en plus en France les autorités, qui cherchent des moyens de riposter.