Rencontre Emmanuel Macron-Mohammed ben Salmane aujourd'hui à Djeddah

Le président français, Emmanuel Macron, et le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed al-Nahyane accompagnés par les membres de la délégation française et des officiels émiratis à l'exposition de Dubaï, le premier jour de sa tournée dans le Golfe, le 3 décembre 2021. (Photo, AFP)
Le président français, Emmanuel Macron, et le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed al-Nahyane accompagnés par les membres de la délégation française et des officiels émiratis à l'exposition de Dubaï, le premier jour de sa tournée dans le Golfe, le 3 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 04 décembre 2021

Rencontre Emmanuel Macron-Mohammed ben Salmane aujourd'hui à Djeddah

  • Le président français en Arabie saoudite, dernière étape de sa tournée dans le Golfe
  • Macron avait conclu une visite aux Émirats par la signature de plusieurs accords

BEYROUTH: Le président français Emmanuel Macron rencontre samedi à Djeddah, sur la côte ouest de l'Arabie saoudite, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. M. Macron, qui effectue une tournée express dans le Golfe, est attendu dans cette grande cité portuaire saoudienne au lendemain d'une visite dans les Emirats arabes unis et au Qatar.

Auprès du prince héritier saoudien, Macron entend en particulier plaider la cause du Liban où la crise économique a été aggravée par la crise diplomatique ouverte en octobre avec plusieurs Etats du Golfe, au premier rang desquels l'Arabie, qui avait gelé ses importations.

Le président français avait conclu vendredi une visite aux Émirats par la signature de plusieurs accords et partenariats. En effet, les Émirats arabes unis ont signé vendredi un accord pour acquérir 80 avions de combat Rafale, construits par le groupe français Dassault Aviation, a indiqué l'Élysée.

Cette commande est la plus importante obtenue à l'international pour l'avion de chasse depuis son entrée en service en 2004.

«Outre la présence de trois bases militaires françaises sur le territoire émirien, cette confiance mutuelle (entre la France et les Émirats) se traduit par l'acquisition de 80 avions Rafale, 12 hélicoptères Caracal, et d'éléments associés. Il s'agit d'un aboutissement majeur du partenariat stratégique entre les deux pays», se félicite la présidence française dans un communiqué.

Pour sa part, la ministre des Armées, Florence Parly, évoque «un partenariat stratégique plus solide que jamais».

L'accord a été signé par le directeur-général de Dassault Aviation, Eric Trapier, tandis que M. Macron s'entretenait avec le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, sur le site de l'Exposition universelle.

Les avions seront livrés à partir de 2027 au standard F4, un programme en développement de près de deux milliards d'euros livrable en 2024 et présenté comme un «saut technologique, industriel et stratégique».

Cette commande vise à remplacer les 60 Mirage 2000-9 acquis en 1998 par les Emirats.

Elle intervient dix ans après de vaines négociations soutenues par l'ancien président français Nicolas Sarkozy.

Depuis, le Rafale a réalisé une percée à l'international malgré la concurrence d'appareils américains et européens. Il compte désormais six clients étrangers: le Qatar (36 avions), l'Inde (36), l'Egypte (30 nouveaux en plus de 24), la Grèce et la Croatie.

Les Emirats sont actuellement le cinquième client le plus important de l'industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d'euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d'armement de la France.

Lors de la rencontre, Emmanuel Macron et Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, se sont entretenus des enjeux régionaux. Ils ont réaffirmé leur engagement commun pour la tenue des élections et le retrait des mercenaires en Libye, conformément aux conclusions de la Conférence internationale pour la Libye de Paris le 12 novembre dernier.

Le Président a de même réitéré son engagement pour la sécurité régionale et la lutte contre la prolifération nucléaire dans le contexte des tensions avec l’Iran. Sur le Liban, le Président français a appelé son interlocuteur à s’impliquer davantage pour répondre aux besoins humanitaires des populations, préserver la souveraineté du pays, et éviter que la situation ne continue de se détériorer.

Macron a de même tenu à remercier les Emirats arabes unis pour leur soutien logistique dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Enfin, les deux dirigeants ont abordé la questions des enjeux globaux, notamment le financement de l’initiative ACT-A pour un accès de tous aux solutions sanitaires contre le virus, ainsi que la transition écologique alors que les EAU se préparent à accueillir la COP28. 

 

Le contrat pour le Louvre Abou Dhabi prolongé de 10 ans, jusqu'en 2047

img 4
Vue générale du musée du Louvre Abou Dhabi. (Photo, AFP)

L'accord de licence du Louvre Abou Dhabi a été prolongé de dix ans, jusqu'en 2047, témoignant de la réussite du musée ouvert en 2017 aux Emirats, a indiqué vendredi l'Elysée à l'occasion de la visite à Dubaï du président français Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat français et le prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, dit MBZ, "ont acté le prolongement sur dix ans du partenariat sur le Louvre Abou Dhabi, vecteur de rayonnement de la France à l'étranger et de promotion de ses valeurs d'universalisme", a indiqué la présidence française.

Ce prolongement va représenter le versement de 165 millions d'euros par Abou Dhabi sur les dix années supplémentaires, une somme qui sera versée entre 2022 et 2023, a précisé la ministre française de la Culture Roselyne Bachelot, qui a signé l'accord.

En contrepartie, le Louvre s'engage à prêter quatre de ses oeuvres emblématiques, dont les noms n'ont pas été communiqués à Dubaï.

"La France a été initiatrice en 2017 de ce type d'accord, qui a été suivi par d'autres pays, et il était très important de le prolonger sur le long terme alors que le Louvre Abou Dhabi est absolument magnifique et provoque l'émerveillement de tous ceux qui le visitent", a commenté Mme Bachelot à l'AFP. "Il n'y a que des points positifs à cet accord."

Conçu par l'architecte français Jean Nouvel, le Louvre Abou Dhabi avait été inauguré en grande pompe fin 2017 par Emmanuel Macron. Il est le fruit d'un accord culturel sans précédent d'une durée de 30 ans entre Paris et le plus grand émirat du pays du Golfe.

Le musée expose des oeuvres prêtées par des établissements français, ainsi qu'une collection acquise par les autorités d'Abou Dhabi.

Il avait accueilli quelque deux millions de visiteurs durant les deux premières années avant d'être contraint à la fermeture pendant 100 jours début 2020 en raison de la pandémie.


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com