Des groupes de défense des droits humains se félicitent de l'action disciplinaire du Conseil de l'Europe contre la Turquie

Osman Kavala a longtemps défendu les droits des minorités turques, notamment les Arméniens, les Kurdes et autres. Il est le fondateur d'une organisation artistique et culturelle à but non lucratif basée à Istanbul. (Photo, AFP)
Osman Kavala a longtemps défendu les droits des minorités turques, notamment les Arméniens, les Kurdes et autres. Il est le fondateur d'une organisation artistique et culturelle à but non lucratif basée à Istanbul. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 décembre 2021

Des groupes de défense des droits humains se félicitent de l'action disciplinaire du Conseil de l'Europe contre la Turquie

Osman Kavala a longtemps défendu les droits des minorités turques, notamment les Arméniens, les Kurdes et autres. Il est le fondateur d'une organisation artistique et culturelle à but non lucratif basée à Istanbul. (Photo, AFP)
  • HRW et Amnesty critiquent la Turquie pour la détention «grotesque» d'Osman Kavala
  • Le philanthrope de grande notoriété est détenu depuis des années pour des accusations «à motivation politique»

LONDRES: D'importants groupes de défense des droits humains ont salué les mesures disciplinaires engagées contre la Turquie par le plus haut tribunal européen des droits et de la démocratie, pour la détention du militant Osman Kavala. 

Human Rights Watch, basé à Washington, et Amnesty International, basé à Londres, deux des groupes de défense des droits humains de premier plan dans le monde, ont publié des déclarations appuyant une décision du Conseil de l'Europe de pénaliser Ankara pour le maintien en détention de Kavala. 

Les mesures disciplinaires concernent le non-respect par la Turquie d'une décision de la Cour européenne des droits de l’homme qui a décrété que Kavala devait être libéré. 

«La Turquie refuse de se conformer au jugement définitif de la Cour dans cette affaire», a indiqué un communiqué du Conseil, qui a engagé une procédure qui pourrait finalement faire perdre à la Turquie ses droits de vote, voire son adhésion au Conseil de l’Europe, composé de 47 pays.  

Aisling Reidy, conseillère juridique principale auprès de Human Rights Watch, a déclaré: «Comme ce n'est que la deuxième fois que le Conseil de l'Europe déclenche une telle procédure de sanctions contre un État membre, cette décision est une reconnaissance de la situation critique de l'État de droit en Turquie.» 

«Face au mépris de la Turquie de son obligation d'exécuter un arrêt clé de la Cour européenne des droits de l'homme, le comité des ministres a pris la bonne décision en notifiant la Turquie du fait qu'il allait activer une procédure d'infraction», a-t-elle poursuivi.  

Le directeur d'Amnesty International pour l’Europe, Nils Muiznieks, a déclaré: «Il y a deux ans, la Cour européenne des droits de l'homme a estimé que le droit à la liberté d'Osman Kavala avait été violé, dans le but inavoué de le réduire au silence, et a demandé sa libération immédiate. Au lieu de mettre en application cette décision, les procureurs ont été systématiquement à la recherche de crimes à lui imputer, portant à son encontre un simulacre d’accusations sans aucune preuve. Tous les tours et détours de cette saga d'injustice ont mis en évidence la nature profondément politique de l'affaire, telle qu'elle a été clairement définie par la Cour européenne.» 

«Le message du comité des ministres à la Turquie est limpide: l'échec de la Turquie à assurer la libération immédiate d'Osman Kavala et à mettre fin à ses poursuites contre lui pour des motifs politiques est une violation inadmissible des engagements du pays en matière de droits humains.» 

Kavala, âgé de 64 ans, a longtemps défendu les droits des minorités turques, notamment les Arméniens, les Kurdes et autres. Il est le fondateur d'une organisation artistique et culturelle à but non lucratif basée à Istanbul. 

Il a été arrêté en 2017 à la suite d'un coup d'État manqué en Turquie et accusé d'avoir des liens avec le mouvement guléniste, un groupe islamiste d'opposition dirigé depuis les États-Unis par Fethullah Gulen. 

En 2020, Kavala a été brièvement remis en liberté, pour être détenu quelques heures plus tard – cette fois pour des accusations liées à son implication présumée dans l'organisation des manifestations du parc Gezi en 2013, qui ont secoué la Turquie après qu’elles se sont transformées en un mouvement antigouvernemental. 

Muiznieks, d'Amnesty, a affirmé: «Après plus de quatre ans derrière les barreaux pour des motifs politiques, il doit être autorisé à enfin rentrer chez lui et retrouver sa famille.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Répression des manifestations en Iran: l'Allemagne « convoque » l'ambassadeur iranien

Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Short Url
  • Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion"
  • Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation en Iran

BERLIN: Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion" sur la répression du mouvement de protestation en Iran contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur iranien, et la discussion aura lieu cet après-midi", a déclaré Christian Wagner, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

"Nous étudions formellement toutes les options", en réaction à cette répression, a-t-il ajouté.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict, en particulier le port du voile islamique.

Le mouvement de contestation s'est depuis propagé dans plusieurs villes du pays, où les manifestants ont crié des slogans hostiles au pouvoir, selon les médias locaux.

Les autorités répriment lourdement ces protestations : selon un bilan officiel incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 57 manifestants tués.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté dénoncé dimanche un usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants.


Hong Kong: un cardinal jugé pour un fonds d'aide aux manifestants pro-démocratie

Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour «collusion avec des forces étrangères»
  • Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie

HONG KONG: Le procès du cardinal Joseph Zen, 90 ans, et de cinq militants pro-démocratie, tous accusés d'avoir géré un fonds d'aide aux manifestants antigouvernementaux, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Hong Kong.

Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour "collusion avec des forces étrangères", ce qui avait soulevé l'indignation internationale.

Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie, selon la loi de sécurité nationale imposée par Pékin en 2020.

Avec ses coaccusés, parmi lesquels la chanteuse Denise Ho et l'avocate Margaret Ng, il n'est pour l'instant jugé que pour défaut d'enregistrement du fonds en tant que société.

Tous quatre encourent une amende de 10.000 dollars de Hong Kong (1.300 euros) et ont plaidé non-coupable.

Le fonds "612 Humanitarian Relief Fund", aujourd'hui dissous, était destiné à financer une partie des frais judiciaires et médicaux des personnes arrêtées lors des gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019.

Ce mouvement avait été suivi d'une sévère reprise en main par Pékin à Hong Kong. La plupart des personnalités pro-démocratie de la ville sont désormais en prison ou ont fui à l'étranger, et des dizaines d'associations ont fermé leurs portes.

Le Vatican a réagi prudemment à l'arrestation de Mgr Zen, se contentant de dire qu'il "suivait de très près l'évolution de la situation".

L'affaire tombe à un moment délicat pour l'Eglise catholique, qui cherche à renouveler à la fin de l'année un accord qui permet à Pékin de nommer des évêques en Chine avec l'approbation du pape.

Mgr Zen se montre critique à l'égard de cet accord qu'il juge néfaste pour l'Eglise clandestine chinoise, qui refuse de se soumettre aux exigences des autorités.

L'un des plus hauts prélats catholiques à avoir critiqué l'attitude du Vatican à l'égard de Mgr Zen est le cardinal allemand Gerhard Mueller.

"Nous l'avons abandonné", a-t-il déclaré au journal italien Il Messaggero début septembre, se disant déçu qu'un récent consistoire - une réunion de cardinaux à Rome - ne se soit pas prononcé en faveur de Mgr Zen.

"Je ne voudrais pas que le silence du consistoire sur Mgr Zen révèle le fait que ce cardinal sera sacrifié sur l'autel de la raison, pour défendre et appliquer l'accord diplomatique avec Pékin. Je sens venir ce risque, et je ressens de la douleur", a-t-il déploré.


Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru

Les gens nettoient leurs maisons inondées à la suite du super typhon Noru à San Mateo, dans la province de Rizal, le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Les gens nettoient leurs maisons inondées à la suite du super typhon Noru à San Mateo, dans la province de Rizal, le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La sixième victime, un homme âgé, est mort, emporté par un glissement de terrain dans la municipalité de Burdeos, sur les îles Polillo, dans la province de Quezon
  • Accompagné de vents de 195 km/h, il s'agit du typhon le plus puissant enregistré cette année dans le pays

SAN ILDEFONSO: Le typhon Noru, le plus puissant enregistré cette année aux Philippines, a provoqué la mort de six personnes, ont annoncé lundi les autorités.

Cinq secouristes ont été tués pendant son passage, alors qu'ils se trouvaient dans un village inondé.

"Ils avaient été déployés par le gouvernement provincial dans une zone inondée", à Santa Maria, a dit le lieutenant-colonel Romualdo Andres, chef de la police de la municipalité de San Miguel, près de Manille.

Selon M. Andres, les sauveteurs pataugeaient dans les eaux de crue lorsqu'un mur s'est effondré sur eux, les projetant dans le courant rapide.

La sixième victime, un homme âgé, est mort, emporté par un glissement de terrain dans la municipalité de Burdeos, sur les îles Polillo, dans la province de Quezon, où le typhon a touché terre, a précisé Garner Jimenez du bureau local de la défense civile.

Dimanche, Noru a infligé des vents violents et de fortes pluies sur l'île principale de Luçon, très peuplée. Le typhon avait touché terre à 17H30 locales (09H30 GMT) dans la municipalité de Burdeos sur les îles Polillo, qui font partie de la province de Quezon.

Accompagné de vents de 195 km/h, il s'agit du typhon le plus puissant enregistré cette année dans le pays.

Près de 75 000 personnes ont été évacuées avant la tempête, les service météorologiques avertissant sur le risque de grandes inondations dans les zones vulnérables du pays.

La municipalité de Burdeos a été particulierement touchée. Des vents féroces ont arraché des toits et abattu de grands arbres, tandis que de fortes pluies ont inondé les maisons riveraines, a déclaré Ervin Calleja, un enseignant de 49 ans.

"C'était vraiment inquiétant", a-t-il confié à l'AFP par téléphone.

Mais aucun dégât de taille n'avait été identifié lundi.

"Vous pourriez penser qu'on en a trop fait", a déclaré le président Ferdinand Marcos Jr lors d'un briefing. "Il n'y a rien de tel que d'en faire trop quand il s'agit de catastrophes", a-t-il ajouté.