Départ de Merkel : une chancelière saluée, mais aussi critiquée par le monde

Dans quelques jours, le 8 décembre, la chancelière passera la main à son successeur Olaf Scholz, après quatre mandats à la tête de l'Allemagne. (Photo, AFP)
Dans quelques jours, le 8 décembre, la chancelière passera la main à son successeur Olaf Scholz, après quatre mandats à la tête de l'Allemagne. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 05 décembre 2021

Départ de Merkel : une chancelière saluée, mais aussi critiquée par le monde

  • Dans quelques jours, le 8 décembre, la chancelière passera la main à son successeur Olaf Scholz, après quatre mandats à la tête de l'Allemagne
  • Nombreux sont les dirigeants du monde qui ont regretté le départ d’Angela Merkel; toutefois, son bilan en politique étrangère fait débat

BERLIN: "La vie sans crises est plus facile, mais quand elles sont là, il faut y faire face". Angela Merkel avait résumé son credo le 22 juillet.

La dirigeante allemande avait alors énuméré les cinq crises majeures auxquelles elle aura été confrontée, de la crise financière de 2008 à la pandémie de la Covid-19, en passant par le sauvetage de l'euro, l'afflux de réfugiés syriens et irakiens en 2015 et le réchauffement climatique.

Dans quelques jours, le 8 décembre, la chancelière passera la main à son successeur Olaf Scholz, après quatre mandats à la tête de l'Allemagne.

Pluie d’hommages…

Après 16 ans au pouvoir en Allemagne, elle a su gagner le respect de nombreux dirigeants au niveau international. Toutefois, elle s'est attiré les foudres de certains rivaux politiques.

Côté russe, le président russe Vladimir Poutine affirme : «Je lui fais confiance, c'est une personne très ouverte ». «Elle fait vraiment un effort honnête pour résoudre les crises», regrette-t-il.

A l'occasion du dernier conseil des ministres franco-allemand organisé à Paris fin mai 2021, le président français Emmanuel Macron a été reconnaissant envers une chancelière dont il estime qu’elle a toujours été à l’écoute. «Ce dernier conseil me permet de dire tout ce que la relation franco-allemande doit à ton engagement, ta volonté de faire, parfois ta patience avec nous, et ta capacité d'écoute. Et donc merci infiniment de cela,» déclare-t-il, s’adressant à Merkel.

Nombreux sont les dirigeants du monde qui ont regretté le départ d’Angela Merkel, y compris l’ancien président américain Obama, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde qui a fait l’éloge de son «dynamisme», le Premier ministre néerlandais Mark Rutte….

En pleine montée des populismes, Mme Merkel avait même été désignée par le New York Times comme la nouvelle "leader du monde libre".

L'influence allemande a grandi en Asie ou en Afrique, continent où elle s'est rendue beaucoup plus souvent que ses prédécesseurs.

Critiques de la politique «Merkel»

Toutefois, son bilan en politique étrangère fait débat car le poids géopolitique de l'Allemagne reste très en-deçà de son influence économique.

La priorité donnée au commerce avec la Chine - deuxième marché des exportateurs allemands - en dépit des accusations de violations des droits de l'Homme, lui vaut des critiques croissantes.

En matière transatlantique, l'Allemagne ne peut plus autant compter sur le parapluie américain que dans le passé, sans avoir défini dans le même temps une nouvelle stratégie en matière de politique de sécurité, sur une participation accrue par exemple à des missions militaires à l'étranger.

"L'engagement de l'Allemagne" sur la scène internationale, "reste souvent en-deçà des attentes de ses principaux partenaires et des exigences posées par l'environnement" mondial, soulignait l'an dernier un rapport de la Conférence sur la sécurité de Munich.

La première femme chancelière fédérale n'aura pas non plus réussi à influer sur la féminisation du personnel politique. L'actuelle proportion de femmes élues au Bundestag (34%) est à peine supérieure qu'à l'arrivée de Mme Merkel en 2005 (32,5%).

De sa part, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a souligné sa politique à l’égard des réfugiés : "La chose la plus importante est qu'il ne doit pas y avoir d'impérialisme moral. Je ne doute pas du droit de l'Allemagne à définir ses obligations morales pour elle-même. Ils peuvent décider s'ils acceptent chaque réfugié ou non, mais cela ne devrait être obligatoire que pour eux".

Le «losange» de Merkel, une posture devenue iconique

Une affiche géante de 20 m sur 70 est placardée près de la gare centrale de Berlin. Elle représente le désormais célèbre losange, composé de plus de 2.000 photographies de mains, avec le slogan "L'avenir de l'Allemagne en de bonnes mains".

Cette campagne provoque l'ire des adversaires sociaux-démocrates, qui vont jusqu'à dénoncer un "culte de la personnalité monstrueux et vide de contenu" autour de Mme Merkel. "Si c'est ça la politique, on est tombé bien bas", abondent les Verts.

Angela Merkel, la vie après la chancellerie

Sa priorité, elle l'a répété à plusieurs reprises: faire une pause après 30 ans de carrière politique.

"Mes yeux commenceront à se fermer car je suis fatiguée, je dormirai un peu, et ensuite nous verrons où cela m'emmènera", regrette-t-elle.

Les possibilités sont nombreuses: "Est-ce que je veux écrire, est-ce que je veux parler, est-ce que je veux faire des randonnées, est-ce que je veux rester à la maison, est-ce que je veux visiter le monde ?".

"J'ai décidé de ne rien faire pour le moment et d'attendre la suite", concluait-elle, décevant une fois de plus ceux qui espéraient la voir annoncer une tournée de conférences, l'écriture de ses mémoires, voire un road trip dans les Montagnes rocheuses américaines comme elle l'avait une fois évoqué.


La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Short Url
  • "Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a dit Støre
  • Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant

OSLO: La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien, en lien avec d'autres pays, a déclaré vendredi le Premier ministre norvégien, en présence de son homologue espagnol Pedro Sánchez qui plaide pour une telle reconnaissance.

"La Norvège est prête à prendre une décision sur la reconnaissance d'un Etat palestinien", a dit Jonas Gahr Støre lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Sánchez.

"Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a-t-il ajouté.

Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant.

La Norvège a par ailleurs abrité au début des années 1990 les premiers pourparlers de paix israélo-palestiniens qui ont débouché sur les accords d'Oslo --moribonds-- dans lesquels les deux parties acceptaient la coexistence pacifique entre deux Etats indépendants.

Le Premier ministre espagnol a de son côté entrepris cette semaine une tournée en Pologne, en Norvège et en Irlande pour parler de la "nécessité d'avancer vers la reconnaissance de la Palestine", selon un porte-parole du gouvernement espagnol.

"L'Espagne s'est engagée publiquement à reconnaître un Etat palestinien, au plus tôt, quand les conditions seront appropriées et de façon à avoir l'impact positif le plus fort possible sur le processus de paix", a souligné M. Sánchez depuis Oslo.

Selon des médias l'ayant accompagné lors d'une tournée la semaine dernière en Jordanie, en Arabie saoudite et au Qatar, le dirigeant espagnol avait alors évoqué la fin du mois de juin comme horizon pour une telle reconnaissance par le gouvernement espagnol.

"Je salue l'initiative du Premier ministre Sánchez de consulter les pays qui partagent les mêmes idées afin de renforcer la coordination, et nous intensifierons cette coordination dans les semaines à venir", a dit le dirigeant norvégien.

M. Sánchez est par ailleurs très critique vis-à-vis de l'attitude du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu depuis le début du conflit à Gaza.

L'attaque du Hamas le 7 octobre a causé la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

L'offensive lancée en représailles par Israël a fait jusqu'à présent 33.634 morts à Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.


La Maison Blanche a «  mis en garde » l'Iran à propos d'une attaque contre Israël

La Maison Blanche a "mis en garde" l'Iran, a fait savoir sa porte-parole jeudi, alors que Téhéran menace d'attaquer Israël, en représailles après une frappe mortelle contre un bâtiment consulaire iranien à Damas en Syrie. (AFP).
La Maison Blanche a "mis en garde" l'Iran, a fait savoir sa porte-parole jeudi, alors que Téhéran menace d'attaquer Israël, en représailles après une frappe mortelle contre un bâtiment consulaire iranien à Damas en Syrie. (AFP).
Short Url
  • La Maison Blanche a "mis en garde" l'Iran, a fait savoir sa porte-parole jeudi
  • Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est entretenu par téléphone avec ses homologues chinois, turc et saoudien, les appelant à faire pression sur l'Iran

WASHINGTON: La Maison Blanche a "mis en garde" l'Iran, a fait savoir sa porte-parole jeudi, alors que Téhéran menace d'attaquer Israël, en représailles après une frappe mortelle contre un bâtiment consulaire iranien à Damas en Syrie.

"Nous avons mis l'Iran en garde", a dit Karine Jean-Pierre lors de son point-presse de routine, en répétant que le soutien des Etats-Unis à la sécurité d'Israël était "à toute épreuve".

Blinken appelle la Chine à dissuader l'Iran de toute attaque contre Israël

Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est entretenu par téléphone avec ses homologues chinois, turc et saoudien, les appelant à faire pression sur l'Iran contre toute attaque visant Israël, a indiqué jeudi le département d'Etat.

"Personne n'a intérêt à une escalade" dans la région et "tous les pays devraient inciter l'Iran à ne pas entreprendre une escalade", a dit à la presse le porte-parole du département d'Etat, Matthew Miller.

M. Blinken s'est également entretenu par téléphone avec le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, "afin de réitérer notre ferme soutien à Israël face à ces menaces", a déclaré M. Miller.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a indiqué de son côté que Washington avait "mis en garde" l'Iran à propos de potentielles attaques contre Israël.

Le président américain Joe Biden a affirmé mercredi que son soutien à Israël était "inébranlable" face aux menaces de représailles de l'Iran après une frappe meurtrière contre le consulat iranien à Damas, en Syrie.

L'Iran "menace de lancer une attaque importante contre Israël", avait dit le président américain lors d'une conférence de presse commune à la Maison Blanche avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait assuré mercredi qu'Israël serait "puni" après cette attaque le 1er avril en Syrie lui ayant été imputée.

La frappe a détruit le consulat iranien à Damas et fait 16 morts, dont sept membres du corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, selon une ONG.

L'Iran avait déjà promis de riposter à cette frappe qui a encore exacerbé les tensions régionales sur fond de guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement palestinien Hamas, soutenu par l'Iran.


Suède: émotion après la mort d'un père de famille tué par balle par un gang

La Suède était sous le choc jeudi après la mort par balle d'un père de famille en plein jour en présence de son fils dans une banlieue de Stockholm, des médias assurant qu'il avait affronté un gang de jeunes. (AFP)
La Suède était sous le choc jeudi après la mort par balle d'un père de famille en plein jour en présence de son fils dans une banlieue de Stockholm, des médias assurant qu'il avait affronté un gang de jeunes. (AFP)
Short Url
  • Le pays nordique est aux prises avec une guerre des gangs qui a atteint un niveau sans précédent fin 2023
  • Ces bandes recrutent des jeunes qui ne sont pas responsables pénalement pour mettre à exécution des actes criminels, certains des auteurs étant âgés de 12 ans

STOCKHOLM: La Suède était sous le choc jeudi après la mort par balle d'un père de famille en plein jour en présence de son fils dans une banlieue de Stockholm, des médias assurant qu'il avait affronté un gang de jeunes.

Le pays nordique est aux prises avec une guerre des gangs qui a atteint un niveau sans précédent fin 2023 avec un nombre record de fusillades sur fond de lutte pour le contrôle du trafic de drogue.

Ces bandes recrutent des jeunes qui ne sont pas responsables pénalement pour mettre à exécution des actes criminels, certains des auteurs étant âgés de 12 ans.

Le Premier ministre Ulf Kristersson et la cheffe de l'opposition Magdalena Andersson ont annoncé se rendre jeudi soir à Skärholmen, dans le sud de la capitale, où le père de famille a été tué.

Plusieurs fusillades ont été enregistrées dans ce quartier au cours des derniers mois.

"Le système criminel auquel est confronté notre pays a des conséquences brutales pour l'ensemble de notre société libre et ouverte", a dit le Premier ministre dans un message sur Instagram.

"Des personnes si violentes ne devraient pas pouvoir intimider les honnêtes citoyens pour qu'ils se taisent", a-t-il ajouté.

"Les gangs, totalement impitoyables, ne s'arrêteront pas tant que nous ne les arrêterons pas", a ajouté le dirigeant.

Le chef du parti anti-immigration Démocrates de Suède, Jimmie Åkesson, a estimé qu'il "ne suffit pas d'éructer des platitudes, il est temps que la Suède déclare une guerre totale à tous les membres de ces gangs criminels".

Le père de famille de 39 ans, identifié par son prénom Mikael dans les médias, a été tué d'une balle dans le front devant son fils mercredi en début de soirée alors qu'ils se rendaient à vélo à la piscine.

Il est décédé jeudi, selon la police.

Plusieurs médias, dont la chaine de télévision TV4 et les tabloïds Aftonbladet et Expressen, affirment qu'il a été tué parce qu'il s'est confronté à une bande criminelle.

La police, qui n'a procédé à aucune arrestation, n'a pas confirmé ce fait.

"Il détestait l'injustice. Cela lui a coûté la vie", a dit sa soeur, sous couvert d'anonymat, à Expressen. "Il était sensible, il n'aimait pas lire tout ce qui concernait les fusillades".

Ce meurtre intervient alors que le Parlement suédois a adopté mercredi une loi autorisant la police à créer des zones temporaires pour mener des fouilles au corps sans suspicion de crime, pour tenter d'endiguer la violence des bandes criminelles.