Quatre missiles Houthis ont touché la ville densément peuplée de Marib au Yémen

Des débris sur le site des frappes aériennes de la coalition arabe à Sanaa, au Yémen, le dimanche 5 décembre 2021. (Photo, AP)
Des débris sur le site des frappes aériennes de la coalition arabe à Sanaa, au Yémen, le dimanche 5 décembre 2021. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Lundi 06 décembre 2021

Quatre missiles Houthis ont touché la ville densément peuplée de Marib au Yémen

Des débris sur le site des frappes aériennes de la coalition arabe à Sanaa, au Yémen, le dimanche 5 décembre 2021. (Photo, AP)
  • Le ministre yéménite de l'Information appelle les États-Unis et l'ONU à condamner les attaques terroristes contre des zones résidentielles
  • Des images sur les réseaux sociaux montrent une fumée épaisse s'échappant des zones bombardées et des gens qui fuient

AL-MUKALLA: Trois civils yéménites ont été blessés lorsque quatre missiles tirés par les Houthis soutenus par l'Iran ont frappé des zones résidentielles de Marib, ville centrale du Yémen, alors que de violents combats font rage à l'extérieur de la ville stratégique, déclarent dimanche des responsables locaux et des habitants. 

De fortes explosions ont secoué la ville après que les quatre missiles ont touché l'aéroport, les quartiers d'Al-Shareka et de Rawdha, indiquent des habitants. 

Des images sur les réseaux sociaux montrent une fumée épaisse qui s'échappe des zones bombardées et des gens qui fuient. 

Le ministre yéménite de l'Information a appelé les envoyés des Nations Unies et des États-Unis au Yémen à condamner les attaques de missiles Houthi et à qualifier le mouvement Houthi d’organisation terroriste. 

« La milice houthie prend constamment pour cible la ville de Marib, qui regorge de millions d'habitants et de personnes déplacées, avec des missiles balistiques pour essayer de faire un grand nombre de victimes parmi les civils. C'est un lâche acte de vengeance », déclare Moammar Al-Eryani sur Twitter. 

Le bombardement de Marib par les Houthis intervient alors que la coalition arabe annonçait qu'elle avait intercepté quatre drones équipés d'explosifs tirés par les Houthis dans les régions du sud de l'Arabie saoudite. 

La coalition déclare également avoir tué plus de 115 Houthis au cours des dernières 24 heures après avoir ciblé leurs emplacements et leurs véhicules militaires avec 19 frappes aériennes dans les provinces de Jouf et Marib, portant le nombre total de décès de Houthis au cours des dernières 48 heures à plus de 175. 

Par ailleurs, de violents combats entre les troupes gouvernementales et les Houthis ont éclaté dimanche dans des zones sensibles au sud de la ville de Marib alors que les Houthis intensifiaient leurs attaques, précise à Arab News un responsable militaire local. 

Le responsable indique que des dizaines de Houthis ont été tués dans des combats dans différents points de la région de Juba et que sept autres se sont rendus aux troupes gouvernementales. 

Les responsables militaires yéménites associent généralement le bombardement arbitraire des Houthis contre la ville de Marib à la mort de chefs militaires rebelles ou aux défaites qu'ils ont subies. 

« Nous pensons qu'un certain nombre de chefs militaires houthis de haut rang ont été tués dimanche dans la province de Marib », dit le responsable. 

Selon le site d'information du ministère de la Défense, le commandant de la 143e brigade d'infanterie à Marib, le brigadier général Thayab Abdul Waded Al-Qibili a déclaré dimanche que les troupes de l'armée avaient tué des dizaines de Houthis et détruit 10 véhicules militaires lors de violents combats à Marib Rowdhat Jehim, saluant au passage l’aviation militaire de la coalition arabe qui a ciblé les renforts militaires houthis sur les champs de bataille au sud de Marib, au Yémen. 

Des milliers de combattants et de civils ont été tués dans la province de Marib depuis février, lorsque les Houthis ont relancé une offensive militaire pour prendre le contrôle de Marib une ville riche en énergie et dernier bastion du gouvernement dans le nord. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com