Algérie: Vers une libération des initiatives dans l’investissement?

Président Abdelmadjid Tebboune. ( photo fournie)
Président Abdelmadjid Tebboune. ( photo fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 08 décembre 2021

Algérie: Vers une libération des initiatives dans l’investissement?

  • Le gouvernement dirigé par Aïmene Benabderrahmane a décidé de réviser la loi sur l’investissement afin d’attirer les capitaux étrangers et les délocalisations
  • Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, a fustigé les responsables de la bureaucratie, lourde, handicapante et parfois corrompue

PARIS: L’Algérie va-t-elle vers la libération des initiatives en matière d’investissement dès le premier trimestre 2022? Refonte des institutions régissant l’investissement, adoption des mesures incitatives, fiscales, parafiscales et douanières, amélioration du climat des affaires et simplification substantielle des procédures administratives, tels sont les chantiers que le gouvernement compte traiter pour permettre à l’économie algérienne de devenir plus attractive, compétitive et diversifiée à moyen et long terme.

Pour y parvenir, le gouvernement dirigé par Aïmene Benabderrahmane, a décidé de réviser la loi sur l’investissement afin d’attirer les capitaux étrangers et les délocalisations. Lors de son récent déplacement à Dubaï, le Premier ministre algérien avait indiqué que des amendements importants sont à l’étude pour favoriser la libération des initiatives en matière d’investissements. 

«La loi sur l’investissement représente l’un des principaux éléments de réformes structurelles et profondes en passe d’exécution», a-t-il souligné lors d’une déclaration à la presse. 

Des partenariats gagnant-gagnant

Pour le gouvernement, des avantages fiscaux et parafiscaux importants, allant jusqu’aux avantages maximaux, seront accordés aux projets structurants, notamment ceux réalisés dans le large territoire du sud du pays. L’avant-projet de loi concernera, entre autres, la garantie de transfert des apports ou des dividendes réalisés par les partenaires étrangers. Toujours dans le cadre de ce projet de loi, l’emploi de la main-d’œuvre étrangère devrait être limité de 10 % et peut-être porté à 15 % si les qualifications requises pour le projet ne sont pas disponibles sur le marché local. 

«La vision adoptée en matière d’investissement ne sera soumise qu’au principe de gagnant-gagnant, pour faire avancer l’économie nationale vers de nouveaux horizons fondés sur des revenus diversifiés loin de la dépendance aux hydrocarbures», a précisé le Premier ministre. Selon la même source, la révision de la loi permettra aussi l’introduction d’amendements substantiels qui permettront d’encourager les investissements, notamment dans les secteurs du tourisme, des énergies renouvelables, des mines et de l’agriculture, des marchés ouverts aux investisseurs nationaux et étrangers. 

Des secteurs porteurs

Interrogé par Arab News en français sur les secteurs porteurs, Ishak Kherchi, expert en économie et professeur à l’université de Chlef (Algérie) explique, quant à lui, que les secteurs stratégiques qui feront décoller l’économie algérienne sont ceux qui sont en rapport avec les matières premières, comme le secteur des mines qui dispose d’un énorme potentiel. «Impulser les investissements dans le secteur de l’énergie et des matières premières permettra au pays d’avoir des retombées bénéfiques», indique-t-il. À l’exemple de Ghar-Djebilet, l’une des trois mines situées dans la wilaya de Tindouf, dans le sud du pays. Dans le cadre d’un joint-venture avec le consortium chinois CMH, elle va permettre d’extraire cinquante millions de tonnes de fer par an dont cinq millions de tonnes seront réservées aux besoins locaux et le reste sera destiné à l’exportation», ajoute-t-il. Il précise que dans cette filière, deux autres sites aussi importants sont appelés à être exploités avec des partenaires privés, nationaux et étrangers. 

Ishak Kherchi, expert économique et professeur à l'université de Chlef
Ishak Kherchi, expert économique et professeur à l'université de Chlef

 

D’autres secteurs, à plus faible compétitivité, peuvent être exportateurs en cas de surproduction saisonnière, poursuit-il. «Ces derniers auront besoin de plus d’investissement et de réformes structurelles à tous les niveaux pour leur permettre d’atteindre un développement stable et durable», ajoute-t-il. Dans ce but, Ishak Kherchi plaide pour la mise en œuvre d’une vision stratégique à l’horizon 2030, 2040 et 2050. «Une vision économique stratégique, à moyen et long terme, permettra au pays de mettre en œuvre les réformes structurelles tant attendues par les entreprises et les filières industrielles qui leur permettra, par la suite, de conquérir des marchés internationaux», souligne-t-il. 

Libération des initiatives? 

Concernant la nouvelle loi sur l’investissement, Ishak Kherchi confirme. «L’Algérie se dirige en effet vers la libéralisation des initiatives dans les investissements avec la mise en place de nombreux avantages destinés aux opérateurs locaux et étrangers.» L’expert cite notamment les avantages fiscaux pour tous les programmes qui seront situés dans le sud du pays dont l’exonération de l’impôt sur les bénéfices des entreprises (IBS) sur une durée de vingt ans. M. Kherchi cite également la création d’une agence nationale dédiée à la facilitation de l’accès au foncier industriel ainsi qu’à l’ouverture des capitaux des entreprises publiques aux investisseurs privés. 

Dans cette perspective, l’expert insiste sur l’amélioration et l’ajustement du climat des affaires, car, estime-t-il, des freins persistent comme une bureaucratie lourde et handicapante. Selon lui, le gouvernement devrait travailler à la mise en place de bureaux de change et à la numérisation des procédures administratives et des transactions bancaires. «Les réformes structurelles essentielles comme le traitement et la garantie de prêts, qui seront complètement éloignés des procédures d’avant, nécessitent du temps dans la mise en œuvre, d’où l’importance de l’application de la vision stratégique en matière de relance économique», conclut-il. 

Rachid Zouaïmia, spécialiste en droit des investissements et de régulation, professeur à l’université de Bejaïa (Algérie), considère, de son côté, que la mondialisation de l’économie impose des exigences, notamment la transparence des conditions d’investissement et l’absence de volatilité de la législation. Pour lui, la réglementation doit être standardisée, raisonnable, facilement identifiable et appliquée clairement. Or, le cadre juridique actuel, qui découle de la loi de 2016, se caractérise par une prolifération désordonnée de textes qui n’assurent pas la sécurité juridique des investissements directs à l’étranger (IDE), alors que cette dernière est une exigence majeure.

Une bureaucratie parfois corrompue

Lors de l’ouverture de la Conférence nationale sur la relance industrielle, qui s’est déroulée du 4 au 6 décembre 2021, le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, a fustigé les responsables de la bureaucratie, lourde, handicapante et parfois corrompue, considérant cette dernière comme «un crime contre l’économie nationale».

«Parfois tout est prêt, sauf celui qui donne l’autorisation pour le début de la production. Des milliards de dollars ont été dépensés pour des usines pour qu’à la fin, un bureaucrate vienne te dire: “Paye!” Tout marche avec la corruption», a-t-il dénoncé devant une assistance composée de hauts responsables d’État, d’industriels, de walis et de responsables locaux. «Si vous acceptez la corruption, c’est que vous n’avez rien compris. Vous n’avez pas compris que l’Algérie a changé», a-t-il ajouté.

Mine de Fer et d'Acier de Ghar el Djebilat. ( Photo fournie )
Mine de Fer et d'Acier de Ghar el Djebilat. ( Photo fournie )

 

À ce propos, le président de la république a ordonné la levée des toutes les entraves bureaucratiques imposées aux investisseurs et il a instruit le gouvernement de débloquer, avant la fin de l’année en cours, quatre cent deux projets bloqués au sein du Conseil national de l’investissement (CNI). 

Pour rappel, le Premier ministre avait déclaré que deux mille cinq cents projets d’investissement, estimés à près de quatre-vingt-dix milliards de dollars (1 dollar = 0,89 euro), sont en attente de validation au niveau du CNI.

 


L’engouement des Marocains face à la CAN féminine 2022

La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal.(Photo, Twitter/@CAFwomen)
La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal.(Photo, Twitter/@CAFwomen)
Short Url
  • La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales
  • Sur les réseaux sociaux, les Marocains semblent de plus en plus intéressés par cette édition de la CAN

CASABLANCA: La quatorzième édition de la CAN féminine de football, qui se déroule au Maroc a déjà toute sa place dans l’histoire du football marocain. Un niveau de jeu de qualité, une médiatisation sans précédent, un engouement manifeste chez les supporters contribuent à renforcer la visibilité du football féminin au sein du continent africain.

Au Maroc, la passion pour le football est notamment présente du côté des équipes masculines ; mais avec cette édition de la CAN et surtout les bons résultats décrochés par les Lionnes de l’Atlas, les Marocaines et surtout les Marocains découvrent le football sous un nouvel angle.

«Je n’ai presque jamais regardé un match de la sélection féminine de football» raconte à Arab news en français Yacine, un jeune Marocain qui ne rate plus aucune rencontre de la CAN féminine 2022. «Le hasard a voulu que je suive la cérémonie d’inauguration de cette édition ainsi que le premier match des Lionnes de l’Atlas face à la sélection du Burkina Faso», explique-t-il, avant d’avouer: «J'étais surpris de voir un tel niveau de jeu, j’ai éprouvé des émotions aussi intenses que celles je ressens que quand je regarde un match de la sélection masculine». Le jeune trentenaire raconte que, depuis ce premier match, il suit quand il le peut toutes les rencontres de la CAN féminine 2022. 

«Le football est le sport le plus populaire du monde, mais on ne s'intéresse presque jamais au football féminin. Cela s’explique par différentes raisons, entre autres la culture, le fait que l’on a toujours cru que le football était réservé aux hommes – le football masculin s’étant imposé depuis longtemps – et l’idée que les femmes ne manieront jamais le ballon mieux que les hommes», pense un autre néo-supporter des Lionnes de l’Atlas, Othmane.

«Si on prenait le temps de ne regarder qu’une dizaine de minutes d’un match des Lionnes de l’Atlas, beaucoup de certitudes tomberaient à l'eau et seul un sentiment prendrait le dessus: la fierté», poursuit Othmane.

La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal. Avec deux victoires au compteur, les deux sélections affichent un sans-faute.

Sur les réseaux sociaux, les Marocains semblent de plus en plus intéressés par cette édition de la CAN. À chaque nouveau but ou nouvelle victoire, des pages aux millions d'abonnés relayent l’information, avec un engagement comparable à celui réservé à la sélection masculine.

D’ailleurs, de plus en plus de femmes s'intéressent au football grâce à cette CAN féminine 2022. C’est le cas d’Abir, 25 ans, qui ne s’est jamais trop intéressée au football auparavant. Pourtant, elle fait aujourd’hui partie d’un groupe de femmes qui ont créé une page Instagram pour soutenir et encourager les Lionnes de l’Atlas.

«En tant que femme, je suis fière du niveau qu’a atteint la sélection féminine», dit-elle à Arab news en français. «Dans les pays arabes et africains, les femmes ont du mal à se faire entendre, surtout lorsqu’il s’agit de sport, et vu que cette CAN se déroule au Maroc, c’est justement l’occasion pour nous les femmes d’exprimer tout notre soutien envers les Lionnes de l’Atlas, l’objectif étant, entre autres, de faire avancer le football et le sport féminin en général».

Pour se faire entendre et exprimer leur soutien, Abir et une dizaine d’autres Marocaines se sont mobilisées afin de créer une page Instagram à travers laquelle elles présentent les différentes joueuses de la sélection et communiquent les résultats de la sélection féminine.

«Je n’ai jamais eu de passion particulière pour le football, mais avec cette CAN organisée au Maroc, je me sens de plus en plus impliquée, je comprends mieux le football et, plus précisément, le sacrifice que ces femmes ont dû faire pour se dévouer à leur passion», indique Abir. «Les femmes marocaines, africaines et arabes doivent déployer de multiples efforts pour pouvoir exceller et se faire connaître. Nous sommes là pour elles», conclut-elle, d’un ton enthousiaste.

La CAN féminine de football se déroule du 2 au 23 juillet 2022. La sélection marocaine a remporté hier deuxième match des phases de groupe face à l'Ouganda. Le prochain match l'opposera à la sélection sénégalaise, dans une rencontre dont le seul enjeu sera de savoir qui occupera la première place du groupe A


Le Conseil d'association Royaume-Uni-Égypte inauguré à Londres

Les deux parties ont publié une déclaration conjointe à la suite de son inauguration. (Shutterstock)
Les deux parties ont publié une déclaration conjointe à la suite de son inauguration. (Shutterstock)
Short Url
  • La nouvelle plate-forme vise à promouvoir les ambitions exprimées dans l'accord entre le Royaume-Uni et l'Égypte signé en décembre 2020
  • Les ministres des Affaires étrangères ont discuté de leurs domaines de coopération, notamment les investissements et la lutte contre le changement climatique

LE CAIRE: Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et la ministre britannique des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement, Liz Truss, ont inauguré à Londres le Conseil d'association Royaume-Uni-Égypte.

Les deux parties ont publié une déclaration commune à la suite de l’inauguration, soulignant que l’association créait une nouvelle plate-forme pour promouvoir les ambitions exprimées dans l'accord entre le Royaume-Uni et l'Égypte, signé en décembre 2020.

La déclaration a indiqué que les deux ministres s’étaient entretenus sur le développement du partenariat stratégique entre leurs pays, et se sont félicités de plusieurs succès commerciaux, dont le projet de fabrication de trains linéaires de monorail dans la ville anglaise de Derby, avec le soutien de la British Export Finance Corp.

Ce partenariat vient s'ajouter à la vente à l'Égypte de deux unités de ravitaillement maritime ayant appartenu à la Royal Navy, ainsi que de contrats de renouvellement et de développement.

Le communiqué ajoute que la coopération comprend l'ouverture d'un nouveau champ d'énergie solaire d'une capacité de 66 mégawatts par Globeleq, avec un investissement de 80 millions de dollars (un dollar = 0,97 euros); le lancement des opérations commerciales par Lekela Wind Energy, avec un investissement de 325 millions de dollars et l'approbation d'un investissement de 100 millions de dollars par British International Investment pour acquérir Alpha Medical Group.

Les deux ministres ont également discuté des perspectives de renforcement de la coopération économique entre le Royaume-Uni et l'Égypte, et sont convenus de travailler activement au développement du commerce et des investissements bilatéraux, notamment en trouvant des solutions aux obstacles au niveau du commerce et en améliorant l'accès au marché dans les secteurs de l'agriculture, de la santé, de l'énergie et de la finance, via la création d'un sous-comité du commerce.

Les gouvernements égyptien et britannique ont également confirmé leur engagement à renforcer la coopération bilatérale et les investissements dans les soins de santé et l'éducation, et se sont félicités de l'approfondissement de leur coopération technique, qui soutiendra le travail conjoint pour surmonter les obstacles à l'accès au marché dans les secteurs prioritaires.

La coopération future comprend la signature d'une déclaration d'intention entre l’Agence égyptienne de réglementation des services publics d'électricité et de protection des consommateurs et l’Autorité britannique des marchés du gaz et de l'électricité, pour aider à la réforme de la législation égyptienne sur les énergies renouvelables.

Les deux ministres se sont réjouis du renforcement de la coopération en Afrique et de la découverte d'opportunités de coopération tripartite avec les pays africains dans divers domaines, notamment les infrastructures.

Le Royaume-Uni a salué les préparatifs de l'Égypte pour accueillir la COP27 à Charm el-Cheikh en novembre, soulignant sa volonté de s'appuyer sur la Charte climatique de Glasgow et les précédents objectifs de l'ONU en matière de changement climatique.

L'Égypte et le Royaume-Uni ont tous deux souligné l'importance d'aider les peuples en développement à parvenir à une transition équitable vers des modèles de développement durable respectueux de l'environnement et compatibles avec les efforts de lutte contre le changement climatique, notamment la transition vers l'énergie durable et l'hydrogène vert. Concernant l’adaptation aux effets du changement climatique, ils ont évoqué la gestion durable et intégrée des ressources naturelles, le renforcement de la résilience et l’établissement des capacités techniques et technologiques.

Les deux ministres ont également abordé un grand nombre de questions bilatérales, régionales et mondiales d'intérêt commun, dont les droits humains, évoquant leur volonté de tenir régulièrement des réunions du Conseil d'association pour continuer à renforcer la coopération entre Londres et Le Caire.

Le Royaume-Uni a congratulé l'Égypte pour son leadership et ses efforts dans le domaine de la production d'énergie renouvelable et pour avoir offert des opportunités aux investisseurs et entreprises britanniques dans le secteur de l'énergie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Soudan: Burhane limoge les civils, les anti-putsch restent dans la rue

Le principal bloc civil du Soudan rejette la proposition du général putschiste Abdel Fattah al-Burhane de laisser la place à un gouvernement civil, dénonçant un « discours est vague, chargé de double sens » destiné à maintenir l'influence de l'armée dans le pays. (Photo, AFP)
Le principal bloc civil du Soudan rejette la proposition du général putschiste Abdel Fattah al-Burhane de laisser la place à un gouvernement civil, dénonçant un « discours est vague, chargé de double sens » destiné à maintenir l'influence de l'armée dans le pays. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le général Burhane a commencé par limoger mercredi, dans un communiqué officiel, les cinq membres civils du Conseil souverain qu'il préside
  • Depuis son coup d'Etat, 114 manifestants ont été tués et des milliers blessés dans la répression des rassemblements pro-démocratie, selon des médecins

KHARTOUM: Le général putschiste Abdel Fattah al-Burhane a limogé mercredi les membres civils du pouvoir soudanais, au septième jour d'une nouvelle vague de mobilisation dans la rue des pro-démocratie, qui entendent durcir leur bras de fer avec une armée quasiment toujours au pouvoir depuis l'indépendance.

Mardi, le principal bloc civil avait rejeté la proposition du leader de facto du Soudan de laisser la place à un gouvernement civil en remplaçant le Conseil souverain, actuellement la plus haute autorité du pays, par un Conseil suprême des forces armées. 

Si les civils ne veulent pas former de gouvernement tant que le général Burhane ne s'est pas retiré, ce dernier semble mettre en place les premières étapes du plan qu'il a proposé à la surprise générale lundi soir. 

Il a commencé par limoger mercredi, dans un communiqué officiel, les cinq membres civils du Conseil souverain qu'il préside. Certains d'entre eux avaient affirmé la veille à la presse locale n'avoir reçu aucune notification officielle, découvrant, surpris, ne plus avoir leurs véhicules de fonction. 

« Une trahison » 

Le général Burhane avait choisi ces cinq personnalités apolitiques et peu connues du public peu après son coup d'Etat. Elles passaient pour ne jouer qu'un rôle mineur au sein du Conseil souverain. 

Lors de son putsch le 25 octobre 2021, il avait confisqué le pouvoir aux civils, en limogeant l'ensemble des civils du gouvernement et du Conseil souverain, mettant fin à la transition initiée après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019. 

Depuis son coup d'Etat, 114 manifestants ont été tués et des milliers blessés dans la répression des rassemblements pro-démocratie, selon des médecins. 

Aujourd'hui, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), colonne vertébrale du gouvernement civil limogé lors du putsch, appellent à « maintenir la pression populaire », dénonçant la proposition de Burhane comme une « trahison » et une « tactique » pour maintenir la mainmise de l'armée sur la politique et l'économie. 

Malgré la mort il y a une semaine de neuf personnes dans des défilés anti-putsch, les manifestants restent mobilisés pour la septième journée d'affilée, maintenant barricades et campements dans Khartoum et ses banlieues. 

Ils ont même déclaré mardi un nouveau sit-in illimité à Wad Madani, à 200km au sud de Khartoum. Et mercredi après-midi, ils appellent à un « défilé des femmes » à Khartoum alors que ces dernières ont joué un rôle majeur en 2019. 

Lors de la « révolution » qui a renversé le général Béchir, les manifestants avaient maintenu leurs sit-in huit mois. Ils avaient alors obtenu que l'armée partage le pouvoir avec les civils pour mener le pays vers ses premières élections démocratiques. 

« Nous ne partirons pas d'ici avant d'obtenir un gouvernement civil », déclarait mardi un des manifestants depuis Wad Madani, Mahmoud Mirghani. 

« Loup déguisé en mouton »  

« On a lancé ce sit-in en réponse au discours de Burhane le putschiste, on veut la liberté, la paix, la justice et un gouvernement civil », renchérissait une autre manifestante, Safa Abderrahim. 

L'ONU a dit mardi espérer que l'annonce du général Burhane « crée une opportunité pour obtenir un accord ». 

Les Etats-Unis ont pour leur part jugé qu'il était « trop tôt » pour en évaluer l'impact, appelant toutes les parties à chercher un accord vers « un gouvernement dirigé par des civils » avec des « élections libres ». 

Mais pour Yasser Arman, cadre des FLC, »le discours de Burhane s'adresse surtout à la communauté internationale dont certains membres veulent des solutions rapides (...) privilégiant la stabilité à la démocratie ». 

Pour ce dirigeant civil, Burhane veut « choisir un Premier ministre qui sera un loup déguisé en mouton et prendra ses ordres auprès du Conseil suprême des forces armées, ainsi l'armée gardera les pouvoirs souverains et exécutifs sous prétexte d'une solution politique ». 

Pour la rue aussi, le nerf de la guerre se trouve dans les caisses vides de l'Etat, alors que le pays est privé de  son aide internationale depuis le putsch et pris entre dévaluation exponentielle et inflation à plus de 200%. 

« Tout le peuple soudanais a vu l'économie s'écrouler depuis le coup d'Etat », lançait mardi un manifestant à Khartoum alors qu'aujourd'hui encore 80% des ressources échappent au contrôle du ministère des Finances. 

On ignore quelle est la part des militaires dans l'économie, mais ils tiennent de nombreuses entreprises allant de l'élevage de volailles au BTP. 

« Burhane doit remettre à la justice tous ceux qui ont tué (des manifestants) et il est le premier d'entre eux », affirmait mardi un manifestant à Khartoum sous couvert d'anonymat.