Commerce: face aux tensions géopolitiques, l'UE fourbit de nouvelles armes

L'Europe est un géant économique qui peine à peser sur la scène mondiale, dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis d'un côté, la Chine et la Russie de l'autre. (Photo, AFP)
L'Europe est un géant économique qui peine à peser sur la scène mondiale, dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis d'un côté, la Chine et la Russie de l'autre. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 09 décembre 2021

Commerce: face aux tensions géopolitiques, l'UE fourbit de nouvelles armes

  • L'Europe est un géant économique qui peine à peser sur la scène mondiale, dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis d'un côté, la Chine et la Russie de l'autre
  • À l'heure actuelle, la prise de décision en matière de politique étrangère européenne requiert l'unanimité des 27 États membres

BRUXELLES : Fini le temps de l'Europe naïve ? Bruxelles a dévoilé mercredi un projet d'instrument qui permettrait de punir rapidement tout pays utilisant des sanctions économiques pour exercer des pressions contre l'UE ou un de ses membres.

L'Europe est un géant économique qui peine à peser sur la scène mondiale, dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis d'un côté, la Chine et la Russie de l'autre.

À l'heure actuelle, la prise de décision en matière de politique étrangère européenne requiert l'unanimité des 27 États membres. Cette règle limite les capacités de réaction de l'Europe en cas de crise, chaque pays ayant tendance à défendre ses intérêts propres.

D'où l'idée de concentrer de nouveaux pouvoirs au sein de l'exécutif européen à Bruxelles.

Selon la proposition législative présentée mercredi, la Commission européenne disposerait d'une liste d'options pour répondre aux menaces économiques des gouvernements étrangers. Pour s'opposer à ces mesures de rétorsion, les États membres auraient besoin d'une majorité qualifiée (15 États membres sur 27 représentant au moins 65% de la population totale de l'UE).

Arme de dernier recours

"Nous envoyons un message clair : l'UE défendra fermement ses intérêts", a déclaré le commissaire européen au Commerce, Valdis Dombrovskis.

"Le commerce est de plus en plus utilisé comme une arme et l'UE ainsi que ses États membres sont visés par des tentatives d'intimidation économique", a-t-il souligné.

Le nouvel "outil anti-coercition" permettrait le recours à différents types de représailles : gel de l'accès aux marchés publics, blocage d'autorisations de mise sur le marché de certains produits, interdiction de participer à des projets de recherche financés par l'UE, etc.

Les sanctions se veulent "un outil de dissuasion, une défense en dernier recours, face à des pays qui agissent en dehors des lois internationales", a expliqué Valdis Dombrovskis lors d'une conférence de presse.

Différentes étapes sont prévues avant leur déclenchement : négociations avec les pays tiers visés, coordination avec les partenaires concernés de l'UE et, si nécessaire, consultation préalable des autres institutions européennes (États membres, Parlement).

Dans l'immédiat, la proposition de la Commission va être soumise au Parlement européen et aux États membres qui pourront la modifier. Certains gouvernements ont déjà exprimé de fortes réticences à céder de tels pouvoirs à Bruxelles.

Une Europe «moins naïve»

Pour la France, qui s'apprête à assurer la présidence tournante de l'UE pour six mois à partir de janvier, cette initiative "vient combler un manque essentiel", a commenté le ministre chargé du commerce, Franck Riester.

"L'UE franchit une étape pour bâtir une politique commerciale moins naïve", a-t-il affirmé.

L'idée de renforcer les outils de rétorsion ne vise officiellement aucun pays en particulier. Mais le concept d'autonomie stratégique de l'UE, souhaité notamment par la France, a gagné du terrain dans le sillage de la présidence Trump, quand les États-Unis ont imposé des sanctions commerciales à l'UE.

Les nouvelles armes européennes pourraient être brandies dans un conflit du type de celui qui oppose actuellement la Lituanie à la Chine, a expliqué M. Dombrovskis.

Le pays balte accuse Pékin de bloquer ses exportations pour protester contre l'ouverture en juillet d'une représentation diplomatique taïwanaise à Vilnius. La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire. Pour l'instant, l'UE étudie la situation et pourrait saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Certains pays estiment d'ailleurs peu judicieux de s'écarter du cadre de résolution des conflits de l'OMC. Dans une prise de position écrite, le gouvernement suédois reconnaît un contexte de "concurrence géopolitique mondial où les instruments économiques et commerciaux jouent un rôle clé", mais il doute que "le problème soit suffisamment important pour justifier la proposition" de la Commission.

Développer un ordre commercial juste et fondé sur des règles "dans le cadre de l'OMC doit être une priorité de l'UE. Mais, cela ne suffit pas", affirme cependant l'eurodéputé social-démocrate allemand Bernd Lange, président de la Commission au commerce extérieur du Parlement européen.

Les conservateurs du groupe PPE soutiennent aussi le nouvel instrument tout en mettant en garde sur ses possibles dérives. "Nous ne voulons pas qu'il ouvre une course aux armements commerciaux et renforce les tendances protectionnistes", a déclaré Christophe Hansen.


Découverte du patrimoine agricole marocain au Salon International de l’Agriculture de Paris

La participation marocaine au Salon International de l'Agriculture de Paris, sous le thème "Maroc, des siècles de saveurs", marque une forte présence du terroir marocain dans ce grand rendez-vous annuel de l'agriculture mondiale à Paris (Photo, X).
La participation marocaine au Salon International de l'Agriculture de Paris, sous le thème "Maroc, des siècles de saveurs", marque une forte présence du terroir marocain dans ce grand rendez-vous annuel de l'agriculture mondiale à Paris (Photo, X).
Short Url
  • Le Maroc est présent avec une délégation de 82 coopératives représentant plus de 1230 petits agriculteurs, dont 610 femmes rurales,
  • Le pavillon marocain offre une vitrine aux produits du terroir tels que l'argane, le safran et les dattes

CASABLANCA: La participation marocaine au Salon International de l'Agriculture de Paris, sous le thème "Maroc, des siècles de saveurs", marque une forte présence du terroir marocain dans ce grand rendez-vous annuel de l'agriculture mondiale. Avec une délégation de 82 coopératives représentant plus de 1230 petits agriculteurs, dont 610 femmes rurales, cette 10ème participation est le fruit d'une stratégie ambitieuse initiée depuis 2008 pour promouvoir le secteur agricole marocain, notamment à travers la Stratégie Génération Green 2020-2030.

Le pavillon marocain offre une vitrine aux produits du terroir tels que l'argane, le safran, les dattes, enrichissant ainsi le paysage culinaire et culturel du salon.

Une vitrine du terroir marocain

La formation et le coaching pré-salon ont permis aux participants de se préparer efficacement aux échanges avec le public et les potentiels importateurs, soulignant l'importance de l'accompagnement du Ministère de l'Agriculture et de l'Agence pour le Développement Agricole (ADA).

La mise en œuvre de stratégies marketing et commerciales multicanal par l'ADA illustre l'effort de diversification des canaux de distribution pour les produits du terroir marocain. Les accords avec les grandes enseignes de distribution et le développement de la vente en ligne sont des leviers importants pour l'expansion du marché des produits marocains, tant au niveau national qu'international.

Dans un contexte où la France connaît des tensions agricoles marquées par la gronde des agriculteurs et un accueil houleux réservé au Président Macron, la présence marocaine au Salon International de l'Agriculture prend un relief particulier. Elle démontre la volonté du Maroc de se positionner comme un partenaire agricole de premier plan avec ses partenaires internationaux, malgré les contextes parfois tendus. 


L'Arabie saoudite dévoile une importante découverte de gaz dans le champ de Jafurah selon le ministère de l'Énergie

Le ministre de l'énergie du Royaume, le prince Abdelaziz ben Salmane (Photo, Fournie).
Le ministre de l'énergie du Royaume, le prince Abdelaziz ben Salmane (Photo, Fournie).
Short Url
  • Cette découverte faite par Saudi Aramco est le résultat de l'application des normes internationales les plus élevées en matière d'estimation
  • En novembre, Saudi Aramco a également commencé à produire du gaz de réservoir étanche non conventionnel (gaz de schiste) dans la zone opérationnelle de South Ghawar,

RIYAD : Saudi Arabian Oil Co. a découvert 15 000 milliards de pieds cubes standard de gaz supplémentaires dans le champ Jafurah du Royaume. 

Selon un communiqué de presse du ministère de l'Énergie, la découverte comprend également 2 milliards de barils de condensat. 

Avec la dernière découverte, la quantité de ressources dans le champ est passée à 229 trillions de pieds cubes standard de gaz et 75 milliards de barils de condensat, a ajouté le ministère dans le communiqué de presse, citant le ministre de l'Énergie du Royaume, le prince Abdelaziz ben Salmane. 

Cette découverte faite par le géant de l'énergie, également connu sous le nom de Saudi Aramco, est le résultat de l'application des normes internationales les plus élevées en matière d'estimation et de développement des ressources en hydrocarbures afin d'assurer leur bonne exploitation, a ajouté le communiqué.  

En novembre 2023, le ministère de l'énergie a annoncé que Saudi Aramco avait découvert deux nouveaux gisements de gaz, respectivement dans la province orientale et dans le Rub’ Al Khali.

Dans un communiqué de presse, le ministère a déclaré que la première découverte a eu lieu dans le réservoir de Hanifa, dans le puits Al-Hiran-1.  

Le champ a été découvert après que du gaz a coulé à un taux de 30 millions de pieds cubes par jour depuis ledit réservoir, ainsi que 1 600 barils de condensat.  

La deuxième découverte a été faite au puits Al-Mahakek-2, où la ressource naturelle s'est écoulée à un rythme de 0,85 million de pieds cubes par jour. 

Le ministère a ajouté que du gaz a également été découvert dans cinq autres réservoirs dans des champs précédemment connus, y compris le réservoir Jalla dans le champ Assekra, où le gaz s'est écoulé à un taux de 46 millions de pieds cubes par jour.  

En novembre, Saudi Aramco a également commencé à produire du gaz de réservoir étanche non conventionnel dans la zone opérationnelle de South Ghawar, avec deux mois d'avance sur le calendrier. 

Le gaz de réservoir étanche non conventionnel, également connu sous le nom de gaz de schiste, se trouve généralement dans des réserves où les hydrocarbures sont étroitement piégés dans des couches rocheuses.  

L'extraction de cette ressource nécessite des techniques spécialisées telles que le forage horizontal et la fracturation hydraulique. 

Les installations mises en service à South Ghawar ont actuellement une capacité de traitement de 300 millions de pieds cubes par jour pour le gaz brut et de 38 000 barils par jour pour le condensat. 

Plus tôt en février, lors de la conférence internationale sur les technologies pétrolières à Dhahran, Amin H. Nasser, PDG de Saudi Aramco, a déclaré que l'entreprise visait la continuité dans la production de tous les types d'énergie, y compris le pétrole et le gaz, ainsi que les énergies renouvelables.  

Il a également ajouté qu'Aramco avait la capacité de se développer dans n'importe quel secteur pour créer des entreprises rentables.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le Qatar va augmenter sa production de gaz grâce à une nouvelle expansion d'un champ gazier géant

Le Qatar fait partie des premiers exportateurs mondiaux de GNL, pour lequel la concurrence s'est intensifiée depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022 (Photo fournie).
Le Qatar fait partie des premiers exportateurs mondiaux de GNL, pour lequel la concurrence s'est intensifiée depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022 (Photo fournie).
Short Url
  • Le Qatar a annoncé dimanche de nouveaux projets visant à augmenter la production du plus grand gisement de gaz naturel au monde
  • La nouvelle expansion du champ offshore North Field, baptisée «North Field West», ajoutera 16 millions de tonnes supplémentaires de gaz naturel liquéfié par an aux plans de développement actuels

DOHA: Le Qatar a annoncé dimanche de nouveaux projets visant à augmenter la production du plus grand gisement de gaz naturel au monde, pour porter sa capacité à 142 millions de tonnes par an d'ici 2030.

La nouvelle expansion du champ offshore North Field, baptisée "North Field West", ajoutera 16 millions de tonnes supplémentaires de gaz naturel liquéfié (GNL) par an aux plans de développement actuels, a déclaré le ministre qatari de l'Energie, Saad al-Kaabi, lors d'une conférence de presse.

"North Field contient d'énormes quantités de gaz supplémentaires estimées à 240 billions de pieds cubes, ce qui porte les réserves de gaz de l'Etat du Qatar de 1.760 billions à plus de 2.000 billions de pieds cubes", a souligné M. Kaabi, également PDG du géant public qatari des hydrocarbures QatarEnergy.

Ces résultats "nous permettront de commencer à développer un nouveau projet de GNL à partir du secteur ouest du champ North Field avec une capacité de production d'environ 16 millions de tonnes par an", a-t-il ajouté.

Cela portera la capacité de production du Qatar à 142 millions de tonnes une fois que "la nouvelle expansion sera terminée avant la fin de cette décennie", a-t-il poursuivi, ce qui représente une augmentation de près de 85% par rapport aux niveaux de production actuels.

Le PDG de QatarEnergy a affirmé que la société "commencera immédiatement" les travaux d'ingénierie pour garantir que l'expansion soit achevée à temps.

Le Qatar est l'un des principaux producteurs de GNL du monde avec les Etats-Unis, l'Australie et la Russie.

La Chine, le Japon et la Corée du Sud ont été le principal marché pour le gaz du Qatar, mais après l'invasion russe de l'Ukraine il y a deux ans, la demande a également augmenté de la part des pays européens.

Les derniers plans de développement font suite à de récentes annonces de contrats d'approvisionnement à long terme.

Le Qatar a annoncé ces dernières semaines qu'il fournirait 7,5 millions de tonnes de GNL par an pendant 20 ans à Petronet, en Inde, les premières livraisons étant prévues à partir de mai 2028.

Et fin janvier, QatarEnergy a annoncé un accord avec Excelerate Energy, basée aux Etats-Unis, pour fournir au Bangladesh 1,5 million de tonnes de GNL par an pendant 15 ans.

L'année dernière, le Qatar a signé des accords de GNL avec la société chinoise Sinopec, la française Total, la britannique Shell et l'italienne Eni.