Le patron d'Instagram sommé de s'expliquer sur l'impact du réseau sur les plus jeunes

Le patron d'Instagram s'apprêtait à subir mercredi un feu nourri de questions de la part des sénateurs américains, alors que l'application de partage de photos est accusée d'avoir sciemment ignoré des documents internes faisant état de risques pour ses plus jeunes utilisateurs. (Photo, AFP)
Le patron d'Instagram s'apprêtait à subir mercredi un feu nourri de questions de la part des sénateurs américains, alors que l'application de partage de photos est accusée d'avoir sciemment ignoré des documents internes faisant état de risques pour ses plus jeunes utilisateurs. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 08 décembre 2021

Le patron d'Instagram sommé de s'expliquer sur l'impact du réseau sur les plus jeunes

  • Adam Mosseri sera sommé de s'expliquer sur le contenu de travaux de recherches réalisés par Facebook, la maison mère d'Instagram
  • Facebook s'est défendu face à ces révélations, assurant que les résultats de ses recherches avaient été dénaturés et minimisant leur portée

WASHINGTON: Le patron d'Instagram s'apprêtait à subir mercredi un feu nourri de questions de la part des sénateurs américains, alors que l'application de partage de photos est accusée d'avoir sciemment ignoré des documents internes faisant état de risques pour ses plus jeunes utilisateurs.

Adam Mosseri sera sommé de s'expliquer sur le contenu de travaux de recherches réalisés par Facebook, la maison mère d'Instagram, ayant fuité dans la presse américaine par l'intermédiaire de la lanceuse d'alerte et ex-employée de l'entreprise Frances Haugen.

L'une des études, publiée en 2019, révélait qu'Instagram renvoyait une image personnelle négative pour un tiers des jeunes filles de moins de 20 ans.

Une autre, datant de 2020, montrait que 32% des adolescentes estimaient que l'utilisation du réseau social avait aggravé l'image de leur corps lorsqu'elles n'en étaient déjà pas satisfaites.

Facebook s'est défendu face à ces révélations, assurant que les résultats de ses recherches avaient été dénaturés et minimisant leur portée.

Mais pour les parlementaires américains, qui ont déjà entendu plusieurs responsables de réseaux sociaux dans le cadre d'une série d'auditions sur la protection en ligne des enfants, il est urgent d'agir.

"Mes conversations avec des parents m'incitent fortement à me battre pour des réformes et à exiger les réponses que tout le pays attend", a déclaré mardi le sénateur Richard Blumenthal, qui préside la sous-commission sur la protection des consommateurs devant laquelle s'exprimera M. Mosseri.

Mi-novembre, plusieurs Etats américains ont ouvert une enquête pour déterminer si Meta, le nouveau nom de Facebook, avait délibérément laissé les enfants et les adolescents utiliser Instagram en sachant que la plateforme pourrait nuire à leur santé mentale et physique.

Mesures

A la veille de l'audition, Instagram a annoncé une série de mesures censées renforcer la protection des plus jeunes.

L'application va notamment empêcher les utilisateurs de mentionner dans leurs publications des adolescents qui ne sont pas abonnés à leur profil. Elle avait déjà rendu les comptes des mineurs privés par défaut quand ils s'inscrivent.

Le réseau social va aussi proposer, en mars 2022, des outils pour permettre aux parents de voir combien de temps leurs enfants passent sur l'application et instaurer des limites. Ils auront prochainement accès à un centre d'informations avec des tutoriels et des conseils d'experts.

Autre nouveauté, Instagram lance, sur tous les grands marchés anglophones, l'option "Fais une pause", qui suggérera aux utilisateurs d'arrêter pendant un moment de faire défiler des contenus sur l'appli.

M. Mosseri a également annoncé l'apparition, en janvier, d'un nouvel espace au sein de l'application qui permettra aux adolescents de passer en revue toute leur activité sur Instagram, des contenus postés aux commentaires, en passant par les "likes", et éventuellement d'en supprimer une partie, afin de leur permettre de "gérer plus facilement leur empreinte numérique".

Ces annonces ont été accueillies avec méfiance, voire hostilité, par les sénateurs américains.

Marsha Blackburn, cheffe de file des républicains à la sous-commission sénatoriale sur la protection des consommateurs, a ainsi accusé Instagram de chercher à "faire diversion" juste avant l'audition.

Président de la Family Online Safety Institute, association de défense des familles utilisatrices d'internet, Stephen Balkam a lui salué un signe "encourageant". "C'est le dernier d'une longue série d'améliorations qu'a faites Instagram depuis deux ou trois ans."

"Instagram est plus sûr qu'il ne l'était", a-t-il poursuivi, "moins toxique pour les adolescents. Mais il ne sera jamais parfait, jamais complètement sûr. Mais c'est vrai de tous les réseaux sociaux."


L'astronaute française Sophie Adenot prête à décrocher la lune

La classe d'astronautes de 2022 de l'Agence spatiale européenne (ESA) française Sophie Adenot pose après avoir rencontré la presse à la base aérienne 120 de Cazaux, une base de l'armée de l'air et de l'espace française, à Cazaux, dans le sud-ouest de la France, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
La classe d'astronautes de 2022 de l'Agence spatiale européenne (ESA) française Sophie Adenot pose après avoir rencontré la presse à la base aérienne 120 de Cazaux, une base de l'armée de l'air et de l'espace française, à Cazaux, dans le sud-ouest de la France, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Son premier voyage dans l'espace ne prendra pas corps avant 2026, au mieux, mais l'aventure commencera dès ce printemps, à Cologne
  • Sophie Adenot assure qu'un voyage spatial de l'Italienne Samantha Cristoforetti avait entraîné une hausse de «15%» des inscriptions dans les filières scientifiques et techniques

PARIS: "Je suis au pied de l'Everest" : la nouvelle astronaute française Sophie Adenot garde les pieds sur terre, même si elle pourrait un jour décrocher la lune.

Son premier voyage dans l'espace ne prendra pas corps avant 2026, au mieux, mais l'aventure commencera dès ce printemps, à Cologne (Allemagne), où cette quadra bardée de diplômes va "retourner à l'école".

"Je commence les cours le 3 avril, avec mes cahiers et mes classeurs. Je n'ai aucune autre certitude. C'est un grand bond dans l'inconnu. J'ai tellement de choses à apprendre", a-t-elle expliqué lundi lors d'une conférence de presse sur la base aérienne de Cazaux (sud-ouest).

C'est là, près du Bassin d'Arcachon, que cette lieutenant-colonel de l'armée de l'Air s'est formée comme pilote d'hélicoptère et a exercé comme pilote d'essai, totalisant 3 000 heures de vol.

Avec ses quatre camarades de la nouvelle promotion de l'Agence spatiale européenne (ESA), la deuxième astronaute française de l'histoire, après Claudie Haigneré, a trois ans pour se préparer à une mission sur la station spatiale internationale (ISS).

"L'ISS, c'est l'une des plus grandes avancées de l'humanité. C'est mon premier objectif. Ce ne sera pas avant 2026 mais ça pourrait aussi être 2030", relève Sophie Adenot en rappelant que "Thomas Pesquet a attendu sept ans" avant d'aller dans l'espace.

Le Français, qui a accédé à la célébrité avec sa mission sur l'ISS en 2016/2017, est désormais sur les rangs pour aller sur la lune.

S'il n'est pas exclu que Sophie Adenot, cheveux châtains attachés en queue de cheval et yeux noisette, foule un jour la surface de l'unique satellite naturel de la Terre, elle ne sera pas le premier "moonwalker" européen.

Ce privilège doit revenir à un membre de la promotion ESA 2009, celle de Pesquet, dans le cadre du programme américain Artemis qui vise à mettre un humain sur la lune pour la première fois depuis 1972.

«Déclic»

"La lune, bien sûr j'en rêve mais je n'ai pas envie d'en faire un objectif. On est tous là pour qu'un Européen aille sur la lune. Il n'y a pas de compétition entre nous, ce sera un travail d'équipe", confie la nouvelle astronaute, "passionnée de yoga" et de "sports d'extérieur", en montagne notamment.

Quant au voyage vers Mars, "ce sera plus sa génération!", s'exclame-t-elle en désignant Arnaud Prost, pilote de chasse de 30 ans assis à ses côtés et choisi par l'ESA comme astronaute de réserve.

Si la Bourguignonne de 40 ans, mariée et mère d'un jeune enfant, s'est sortie des impitoyables sélections de l'ESA parmi plus de 20 000 candidats, c'est peut-être en partie grâce à son "esprit d'équipe".

"Je sais que ça a été très regardé. On a vraiment été poussé dans nos retranchements dans ce domaine", souligne-t-elle, sans s'étendre.

Sophie Adenot qui ponctue ses réponses de chiffres -"J'aime ça, je suis une scientifique"- et même d'un anglicisme -"c'est surréel"- peut-être hérité d'études au prestigieux MIT près de Boston ou de sa formation au Royaume-Uni, entend être une "ambassadrice" de la science et de la technologie, notamment auprès des filles.

Elle assure qu'un voyage spatial de l'Italienne Samantha Cristoforetti, devenue récemment la première Européenne à prendre les commandes de l'ISS, avait entraîné une hausse de "15%" des inscriptions dans les filières scientifiques et techniques.

Pour elle, c'est le vol de la Française Claudie Haigneré qui a été un "déclic". Elle avait 14 ans. "Je me suis dit: +Tiens, il y a une femme!+ Je pensais que c'était inatteignable".

Au-delà de ce rôle, Sophie Adenot se réjouit aussi de pouvoir aider, de tout là-haut, à une meilleure marche de la planète, en contribuant à développer de nouvelles technologies.

"Dans l'ISS, un astronaute utilise cinq litres d'eau par jour, contre 100 litres pour quelqu'un sur Terre. C'est parce que presque tout est recyclé, même l'urine. Demain, ces technologies seront peut-être dans nos maisons".


Louis Vuitton ou «l'extension du domaine du luxe»

Cette photo d'archives prise le 3 juillet 2021 montre le logo du groupe de luxe LVMH, Louis Vuitton Moet Hennesy, à Paris. Chocolaterie, restaurants éphémères, cafés et même, peut-être, un hôtel : la première marque de luxe mondiale Louis Vuitton, qui veut être "plus qu'une marque de mode, une marque de culture", accélère sa diversification pour mieux "étendre son territoire". (AFP).
Cette photo d'archives prise le 3 juillet 2021 montre le logo du groupe de luxe LVMH, Louis Vuitton Moet Hennesy, à Paris. Chocolaterie, restaurants éphémères, cafés et même, peut-être, un hôtel : la première marque de luxe mondiale Louis Vuitton, qui veut être "plus qu'une marque de mode, une marque de culture", accélère sa diversification pour mieux "étendre son territoire". (AFP).
Short Url
  • Louis Vuitton, «c'est beaucoup plus qu'une marque de mode, c'est une marque de culture à audience mondiale», avait lancé en début d'année le PDG de LVMH Bernard Arnault lors de l'assemblée générale du groupe
  • «L'idée est que la marque peut tout vendre, compte tenu de sa puissance et de son influence»

PARIS : Chocolaterie, restaurants éphémères, cafés et même, peut-être, un hôtel: la première marque de luxe mondiale Louis Vuitton qui se veut "plus qu'une marque de mode, une marque de culture", accélère sa diversification pour mieux "étendre son territoire".

Louis Vuitton, "c'est beaucoup plus qu'une marque de mode, c'est une marque de culture à audience mondiale", avait lancé en début d'année le PDG de LVMH Bernard Arnault lors de l'assemblée générale du groupe.

En 2021, Louis Vuitton assurait 27% des ventes du numéro un mondial du luxe, dont le chiffre d'affaires atteignait alors 64,2 milliards d'euros.

"L'idée est que la marque peut tout vendre, compte tenu de sa puissance et de son influence", constatait une note de la banque HSBC après ces propos tenus par Bernard Arnault. Elle citait la présence de Louis Vuitton "dans les bijoux, les baskets, les parfums et même le chocolat".

Cette année, Louis Vuitton a, entre autres, installé un salon de thé éphémère dans sa boutique lilloise avec des gaufres Meert à son effigie, créé un restaurant éphémère à Saint-Tropez avec le chef étoilé Mory Sacko, un autre à Séoul avec Alain Passard, chef étoilé lui aussi, ou encore présenté une collection de meubles et d'objets à Shanghai.

Et le 12 décembre, Louis Vuitton ouvrira pour un an, dans son siège social au coeur de Paris, un espace baptisé LV Dream réunissant une exposition de collaborations de la marque avec des artistes, un café, une chocolaterie et une boutique.

"Le luxe quitte l'ère de la niche artisanale, on entre dans une ère de l'influence culturelle. Plus on va du côté culturel, plus on renforce la dimension symbolique de la marque. On oublie qu'on est dans du commerce et donc on peut vendre plus cher", explique à l'AFP Julie El Ghouzzi, de l'agence de conseil Cultz.

Si la diversification n'est pas nouvelle - il existe des cafés Ralph Lauren ou Gucci, des hôtels Armani... - la "différence vient du fait que Louis Vuitton le fait en pleine maîtrise, ce n'est pas une licence", ajoute-t-elle.

«Le luxe est une hydre»

Dans une interview au site spécialisé du monde du luxe Women's Wear Daily (WWD), le PDG de la marque Michael Burke évoque même la possibilité, après le projet LV Dream, de transformer le siège social en un hôtel Louis Vuitton.

Situé face à la Samaritaine et à l'hôtel Cheval Blanc, également propriétés de LVMH, le lieu "a toutes les caractéristiques d'un lieu d'hébergement idéal", a-t-il dit en espérant une ouverture "dans les cinq ans", selon WWD. "C'est ce que veulent nos clients, une relation 7 jours sur 7, 24 heures sur 24", selon M. Burke.

Pour Serge Carreira, maître de conférence à Sciences Po Paris au sein du Master Mode et Luxe, "chaque nouvelle brique vient consolider le reste: l'hôtel permet d'enrichir la narration de la marque Louis Vuitton sur l'art du voyage".

Avec un hôtel, "Louis Vuitton a l'ambition de jouer un rôle dans les villes au XXIe siècle", ajoute Eric Briones, auteur de "Luxe et digital" (ed. Dunod).

Michael Burke ne cache pas que son "rêve est de faire renaître le centre-ville commercial original de Paris". "C'est la version de Bernard (Arnault) depuis le début, nous sommes à mi-chemin. Il faudra encore 10, 15 ans pour arriver à ce que nous voulons", a-t-il dit à WWD.

Pour Eric Briones, "le luxe n'a jamais été aussi puissant": "les marchés financiers sont habitués à une croissance à deux chiffres" et donc une marque de luxe est "dans une recherche permanente de nouveaux business, d'extension de son territoire. C'est l'extension du domaine du luxe".

"Ce ne sont plus des maisons de luxe, ce sont des plateformes de luxe. Le luxe sait se déplacer là où est l'argent, où est la croissance", selon lui. "Le luxe est une hydre, vous lui coupez une tête, il y a deux têtes qui poussent".


Trans Musicales, techno ouïghoure et country des Îles Féroé

Sur cette photo d'archives prise le 30 novembre 2022, Christophe Lhuillier (G), éducateur spécialisé et guitariste, et Claire Ottaway, chanteuse, tous deux membres du groupe Astereotypie, un collectif musical dont les membres souffrent de troubles autistiques, posent lors d'une séance photo à Paris. (AFP).
Sur cette photo d'archives prise le 30 novembre 2022, Christophe Lhuillier (G), éducateur spécialisé et guitariste, et Claire Ottaway, chanteuse, tous deux membres du groupe Astereotypie, un collectif musical dont les membres souffrent de troubles autistiques, posent lors d'une séance photo à Paris. (AFP).
Short Url
  • Les Trans Musicales ouvrent leur pochette-surprise de mercredi à dimanche à Rennes
  • Dans ce festival, Astéréotypie est un des groupes avec le plus gros vécu. Au départ, il s'agissait d'un projet médico-éducatif autour de chanteurs à troubles autistiques

PARIS : Les Estoniennes à cithare de Duo Ruut, la techno des Ouïghours de None Sounds ou encore Kóboykex, cowboys des Iles Féroé à country revitalisée: les Trans Musicales ouvrent leur pochette-surprise de mercredi à dimanche à Rennes.

L'inattendu peut surgir à chaque coin de scène avec ce dernier festival majeur de l'année dans les musiques actuelles. "Le public des Trans est là pour ça, est prêt à tout, est friand de ça", savoure auprès de l'AFP le patron de l'évènement, Jean-Louis Brossard.

L'an dernier, les 56 000 spectateurs ont croisé de drôles d'extra-terrestres. Tel Rodrigo Cuevas, sorte de Freddie Mercury électrisant le folklore des Asturies (nord-ouest de l'Espagne) en robe traditionnelle et sabots. Ou encore Antti Paalanen, accordéoniste finlandais à la voix caverneuse, revenu sur scène car la foule chantait toujours sa dernière mélodie alors qu'il était dans sa loge après son passage.

Parmi les 80 artistes programmés, certains aimantent déjà les regards. C'est le cas de Zaho de Sagazan, jeune française dont le premier album est prévu en 2023. "Il y a un côté électro et un côté très chanson, c'est un personnage, une voix pas entendue avant, une vraie présence scénique", décrit Jean-Louis Brossard. C'est l'artiste en résidence cette année, qui chantera donc plusieurs soirs, comme Stromae, Jeanne Added ou Fishbach au début de leur parcours dans un passé récent.

Jean-Louis Brossard lui a choisi pour première partie "Duo Ruut, deux Estoniennes qui jouent une cithare de leur pays, assises, chantent en estonien, c'est très différent de Zaho, mais il faut faire comme ça car si ça va dans la même direction ça s'annule".

«Que ça rentre dedans»

A ne pas confondre avec Puuluup, autres artistes estoniens qui jouent eux de la lyre avec un archet. Leur timbre grave évolue sur des tonalités hip-hop qui font muter la folk de leur pays.

Kóboykex, duo des Îles Féroé, se démarque par ses tenues de cowboy à franges. "Un cowboy bleu et un cowboy rose, le bleu, il siffle, ils m'ont fait penser aux Everly Brothers", déroule Jean-Louis Brossard.

Dans un festival sans tête d'affiche -mis à part Agoria, figure française de la techno- Astéréotypie est un des groupes avec le plus gros vécu. Au départ, il s'agissait d'un projet médico-éducatif autour de chanteurs à troubles autistiques se relayant à l'écriture et au micro. Mais leur nouvel album "Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme" et leur rock puissant décollent peu à peu l'étiquette du handicap.

"Les textes sont incroyablement bien, c'est ça qui est intéressant, on ne les programme pas car ils sont autistes, ce n'est pas le but, ce qu'on veut c'est que ça ait de la gueule, que ça rentre dedans, que ça envoie et c'est le cas", insiste Jean-Louis Brossard.

"Les chanteurs jouent avec des musiciens issus de Moriarty (groupe de renom dans les années 2010, NDLR), ici dans un style très différent de ce qu'on connaissait d'eux", développe le défricheur en chef des Trans, fan du titre "20 euros", autour d'un homme tombé amoureux de ce billet de banque.

Et puis il y a None Sounds, deux musiciens ouïghours exilés à Barcelone, qui font de la techno. Leur musique est sans parole, mais eux ne se privent pas pour la prendre en interview pour parler politique, profitant de l'exposition médiatique des Trans.