«Le cinéma saoudien est prêt à faire de grandes choses», selon la star égyptienne Laila Eloui

(Photo AN par Huda Bachatah)
(Photo AN par Huda Bachatah)
Short Url
Publié le Vendredi 10 décembre 2021

«Le cinéma saoudien est prêt à faire de grandes choses», selon la star égyptienne Laila Eloui

  • L’idole de l’écran exhorte la nouvelle génération de cinéastes du Royaume à «se mettre en avant et à occuper le devant de la scène»
  • «Lorsqu’un drame est écrit clairement et sous la meilleure forme, on ne peut que veiller à sa perfection à tous égards», selon Eloui

DJEDDAH: Les stars égyptiennes du cinéma et de la télévision sont depuis longtemps une source d’inspiration pour les Saoudiens, mais personne ne détrône Laila Eloui, l’actrice primée qui a tourné plus de 70 films au cours d'une carrière qui s’étend sur plusieurs décennies.

Avec son sens de la mode, sa beauté et ses boucles blondes, Laila Eloui était l’une des favorites de la nouvelle génération des années 1980 et 1990, qui manquait rarement l’occasion de regarder ses idoles sur les petits écrans.

Après avoir fait ses débuts à l’écran dans les années 1970, l’actrice a joué dans des films, des comédies et des drames aux côtés de certains des plus grands noms de l’histoire du divertissement égyptien, notamment Ahmad Zaki, Farouq al-Fichawi, Adel Imam, Kamal al-Chinawi, Hussain Fahmi, Laila Siddqi, Mervat Amin et Isaad Younis.

Les performances d’Eloui l’ont rendue célèbre et lui ont valu une série de prix dans des festivals égyptiens et internationaux.

Aujourd'hui, s’exprimant à l’occasion de la quatrième journée du Red Sea International Film Festival à Djeddah, Eloui a inspiré une nouvelle génération de cinéastes saoudiens à se lancer et à prendre leur tour sous les feux de la rampe.

«Tout le monde peut sentir le changement qui se produit ici», a-t-elle déclaré. «C'est un changement pour le meilleur, c'est un changement pour plus d’innovation, et je crois que la jeune génération de réalisateurs, d'acteurs et d'actrices et plus encore aura de grandes choses à offrir.»

«Vous devez saisir l’opportunité qui se présente parce que vous serez les producteurs du changement dans l’industrie cinématographique arabe et saoudienne», a-t-elle ajouté.

Eloui s’exprimait dans le cadre d’une série de séances de master classes comprenant des conférences et des discussions sous forme de questions-réponses avec des leaders de l’industrie cinématographique.

L’actrice égyptienne a occupé le devant de la scène jeudi et, avec un sourire contagieux, a dit combien elle était fière et heureuse de voir l’engagement de la communauté saoudienne dans le festival, ainsi que la popularité des films, des conférences et des ateliers.

Eloui a évoqué les défis auxquels elle a été confrontée tout au long de sa carrière et a décrit le métier d’acteur comme l’un des plus exigeants «car il nécessite une grande habileté pour contrôler ses actions et ses réactions, et jouer un personnage différent du sien».

Elle a donné un aperçu de certains de ses rôles les plus importants au cinéma et a déclaré que, même après 40 ans de carrière, son amour du métier d’acteur reste intact.

Parlant des défis auxquels sont confrontés les acteurs de la relève, en particulier lorsqu’il s’agit de scénarios, Eloui a déclaré que la lecture d’un scénario différait d’une décennie à l’autre.

«Au fil du temps, j’ai acquis plus de connaissances, j’ai mieux compris les scénarios et j’ai visualisé clairement les scènes. Cela doit s’acquérir par la patience et l’apprentissage.»

À ses débuts, c’était un véritable défi, «mais j’ai appris à aimer chaque personnage. Vous apprenez à aimer chaque œuvre qui se présente à vous et vous épousez l’histoire et votre rôle dans cette histoire.»

«Mon rôle en tant qu’actrice est de compléter le film. Ne faire qu’un avec le personnage est plus facile si vous comprenez votre rôle, et c’est là que réside la vraie magie d’un scénariste et d’un réalisateur. Une fois le message est clair, vous n’aurez besoin de faire aucun ajout en tant qu’actrice», a-t-elle ajouté.

«Cela ne fait pas de mal d’improviser parfois et d’ajouter votre grain de sel au personnage que vous jouez», a-t-elle renchéri en précisant «cela fonctionne mieux si vous avez une bonne compréhension de l’histoire et une bonne relation avec le réalisateur.»

«C’est une relation de travail et nous nous complétons mutuellement. C’est comme ça qu’on fait le succès.»

Eloui a rappelé son rôle dans le drame télévisé de 2001 «Hadith al-Sabah Wal Masaa» («Discussion du matin et du soir») avec Abla Kamel, Dalal Abdel Aziz et Khaled al-Nabawi. Le drame était basé sur un roman du lauréat d’un prix Nobel Naguib Mahfouz et portait sur la vie d’une famille égyptienne à travers les générations.

Le scénario était impeccablement écrit, et il est toujours largement apprécié par les fans et les professionnels du secteur, a-t-elle déclaré.

«Lorsqu’un drame est écrit clairement et sous la meilleure forme, on ne peut que veiller à sa perfection à tous égards. Des acteurs à la production en passant par le décor, l’éclairage et les costumes, tous ces éléments se complètent les uns les autres – c’est un cercle complet.»

Eloui a également souligné l’importance d’écouter le réalisateur. «Les acteurs sont des acteurs et ont leur vision; mais ils doivent montrer leurs compétences et accepter les instructions et les conseils d’un réalisateur», a-t-elle déclaré.

«Plus il y a de coopération entre les artistes dans un film, meilleur est le résultat.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


À la découverte de Diriyah, une exposition organisée au siège de l’Unesco à Paris

Cet événement, qui invite le public à découvrir le patrimoine et la culture tangibles et immatériels de Diriyah, a été inauguré par Fahad ben Maayouf al-Ruwaily, ambassadeur d’Arabie saoudite en France. (AFP).
Cet événement, qui invite le public à découvrir le patrimoine et la culture tangibles et immatériels de Diriyah, a été inauguré par Fahad ben Maayouf al-Ruwaily, ambassadeur d’Arabie saoudite en France. (AFP).
 Dr Abdallah al-Masry, membre du comité patrimoine et culture de Diriyah. (Photo fournie).
Dr Abdallah al-Masry, membre du comité patrimoine et culture de Diriyah. (Photo fournie).
Selon les organisateurs, «cette exposition multidisciplinaire explore les paysages naturels et bâtis de Diriyah à travers des images, des films, des objets et des œuvres d'art contemporaines commandés à des artistes saoudiens».
Selon les organisateurs, «cette exposition multidisciplinaire explore les paysages naturels et bâtis de Diriyah à travers des images, des films, des objets et des œuvres d'art contemporaines commandés à des artistes saoudiens».
Short Url
  • Cette exposition présente, à travers le travail visionnaire d'artistes saoudiens contemporains, une fenêtre sur le monde de Diriyah et d'At-Turaif
  • «Aujourd'hui, nous sommes ici dans la maison de l'Unesco pour transmettre ces histoires et montrer comment At-Turaif, avec tout ce qu'il représente, doit être partagé avec le monde»

PARIS: «Les Testaments terrestres, un regard sur les traces matérielles de Diriyah»: tel est le titre de l’exposition organisée par la Délégation permanente du royaume d'Arabie saoudite auprès de l'Unesco et la Diriyah Gate Development Authority. L’événement se tient du 22 au 29 février dans le hall Ségur, au siège de l’Unesco, à Paris.

Cet événement, qui invite le public à découvrir le patrimoine et de la culture tangibles et immatériels de Diriyah, a été inauguré par Fahad ben Maayouf al-Ruwaily, ambassadeur d’Arabie saoudite en France, en présence de la princesse Tarfa al-Saoud, directrice associée de la conservation et des programmes de la Fondation Diriyah, Krista Pikkat, directrice de l’entité culture et situations d’urgence au sein du secteur de la culture de l’Unesco, et Abdallah al-Masry, archéologue, universitaire et membre du comité patrimoine et culture de Diriyah.

«Nous sommes ravis d'accueillir cet événement sur le riche patrimoine de Diriyah et d'At-Turaif, son site classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette collaboration est essentielle à notre mission, qui consiste à protéger les sites du patrimoine culturel et à donner vie à leur importance archéologique non seulement pour le peuple saoudien, mais aussi pour la communauté internationale. Cette exposition présente, à travers le travail visionnaire d'artistes saoudiens contemporains, une fenêtre sur le monde de Diriyah et d'At-Turaif. Pour cet échange culturel enrichissant, nous vous exprimons notre sincère gratitude», confie Fahad ben Maayouf al-Ruwaily lors de l’inauguration de l’exposition.

Selon les organisateurs, «cette exposition multidisciplinaire explore les paysages naturels et bâtis de Diriyah à travers des images, des films, des objets et des œuvres d'art contemporaines commandés à des artistes saoudiens». En effet, l’événement combine des vestiges historiques et des objets archéologiques pour offrir une vision plus large de Diriyah et d’At-Turaif, le centre du gouvernement du premier État saoudien et la maison ancestrale de la famille royale saoudienne.

«Les Testaments terrestres, un regard sur les traces matérielles de Diriyah» est une manifestation culturelle qui explore, à travers des fragments archéologiques, des photographies d’archives, des films, de la poésie et des œuvres commandées aux artistes saoudiens Racha al-Rachid, Omar Abdeljawad, Ali Alsumayuin et au collectif Bricklab, l'héritage de Diriyah et de son peuple, avec la terre qui a formé son architecture emblématique comme support partagé.

«Il ne fait aucun doute que de nombreux établissements historiques et préhistoriques existent le long de Diriyah et à proximité de ce site depuis des milliers d'années», explique Abdallah al-Masry.

«L’objectif de cette exposition consiste à mettre en valeur la tradition des constructions de Diriyah. Il est important de reconnaître que ces traditions et ces techniques de construction anciennes utilisant la terre restent d’actualité. En effet, ce sont des matériaux durables qui résistent à l’humidité et à la chaleur, garantissant le bien-être des êtres humains. Aujourd’hui, dans cette exposition, on observe le dialogue et la connexion entre ces images anciennes et ces œuvres modernes. On découvre la beauté et la solidité des matériaux», nous explique Krista Pikkat.

Symbole vivant des traditions

L’expérience des «Testaments terrestres» raconte l’histoire de Wadi Hanifah, la source verdoyante de Diriyah, et d’At-Turaif, un site qui constitue l’emblème de l’héritage fondateur du royaume d’Arabie saoudite. À ce jour, At-Turaif demeure un symbole vivant des traditions, des valeurs et des formes matérielles qui définissent la culture et le patrimoine najdi.

«Je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude à nos partenaires de l'Unesco pour leur soutien et leur collaboration dans la réalisation de cette exposition sur le district d'At-Turaif, le cœur de Diriyah, qui retrace son patrimoine archéologique, historique, culturel et terrestre», indique Abdallah al-Masry.

«La ville de Diriyah, dont les premières colonies remontent au XVe siècle après J.-C., bénéficie d'un emplacement physique unique sur un plateau qui surplombe Wadi Hanifa, l'un des lits de rivières asséchés qui parsèment le paysage de l'Arabie», explique Abdallah al-Masry à Arab News en français.

«Il ne fait aucun doute que de nombreux établissements historiques et préhistoriques existent le long de Diriyah et à proximité de ce site depuis des milliers d'années. Cependant, c’est la vision clairvoyante et audacieuse des premiers occupants d'At-Turaif, les ancêtres du clan Al-Saoud et de leurs dirigeants, qui ont réussi à unir la région, qui deviendra le royaume d'Arabie saoudite.»

Abdallah al-Masry ajoute que «pour les citoyens saoudiens, Diriyah est un symbole vivant de continuité dans de multiples sphères de leur vie, à commencer par l'appartenance nationale, la stabilité et une forte unité sociale combinées à une diversité culturelle régionale dynamique».

«Mémoire collective»

«L'histoire de Diriyah, de sa terre et de son peuple Al-Awja [le peuple de Diriyah], dont la vie dans le wadi [«oued»] a lentement façonné, de génération en génération, notre mémoire collective. Ce sont des histoires de générosité, de parenté, de résilience, d'honneur, de durabilité et de solidarité qui continuent de nous inspirer aujourd'hui», fait savoir la princesse Tarfa al-Saoud à Arab News en français.

«Aujourd'hui, nous sommes ici dans la maison de l'Unesco pour transmettre ces histoires et montrer comment At-Turaif, avec tout ce qu'il représente, doit être partagé avec le monde. Nous sommes là pour partager des expériences humaines et des valeurs universelles, et les célébrer ensemble», conclut-elle.


Le comédien Russell Peters se produira à Riyad

La nouvelle tournée Peters se nomme «The Deported World Tour» (Photo, Getty Images).
La nouvelle tournée Peters se nomme «The Deported World Tour» (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Le comédien canadien Peters sera rejoint sur scène par le comédien américain Adam Hunter et le DJ StartingFromScatch
  • Ce n’est pas la première fois que Peters se rend dans la région: il s’est produit à Abu Dhabi en 2023, ainsi qu’à AlUla en Arabie Saoudite en février 2022

RIYAD: La superstar comique mondiale Russell Peters se produira à l’université Princesse Noura Bent Abdel Rahmane de Riyad, le 24 février.

Le spectacle est produit par Smile Entertainment et Live Nation Middle East.

«Nous sommes vraiment ravis d'accueillir Russell à Riyad après un intervalle de plus de dix ans», a affirmé Peter Howarth-Lees, fondateur et PDG de Smile Entertainment.

Le comédien canadien Peters sera rejoint sur scène par l’américain Adam Hunter et le DJ StartingFromScatch, qui donneront le coup d'envoi du spectacle pendant le week-end du Jour de la fondation de l'Arabie saoudite.

La tournée la plus remarquable de Peters, dernièrement nommé l’un des cinquante meilleurs comédiens de tous les temps par le magazine Rolling Stone, a pour titre «The Deported World Tour», qui a été présenté dans plus de quarante villes sur une période de dix-huit mois, et a été créé en tant que spécial stand-up sur Amazon Prime en 2020.

Ce n’est pas la première fois que Peters se rend dans la région: il s’est produit à Abu Dhabi en 2023, ainsi qu’à AlUla en Arabie Saoudite en février 2022, entre autres spectacles présentés dans la région.

Peters, d'origine anglo-indienne, qui a été le premier comédien à afficher complet à l’Air Canada Center de Toronto en 2007, s'est également produit au Madison Square Garden de New York, au Sydney Opera House, et à l'O2 Arena de Londres.

Russell Peters, qui a fait son entrée sur la scène de l'humour à l'âge de 19 ans, est devenu célèbre dans le monde entier avec l'émission «Comedy Now» de CTV, une émission canadienne de stand-up mettant en vedette des programmes comiques de comédiens professionnels et amateurs.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Succès d'audience, la série «True Detective» de HBO aura une cinquième saison

La série américaine policière "True Detective" sera renouvelée pour une cinquième saison, a annoncé jeudi HBO, quelques jours après la diffusion du dernier épisode de la saison 4 (Photo, AFP).
La série américaine policière "True Detective" sera renouvelée pour une cinquième saison, a annoncé jeudi HBO, quelques jours après la diffusion du dernier épisode de la saison 4 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les épisodes seront à nouveau réalisés par Issa Lopez, qui s'est distinguée sur la quatrième saison
  • Il a signé un contrat avec HBO et la plateforme de streaming Max du même groupe Warner Bros Discovery

NEW YORK: La série américaine policière "True Detective" sera renouvelée pour une cinquième saison, a annoncé jeudi HBO, quelques jours après la diffusion du dernier épisode de la saison 4, jouée pour la première fois par un duo féminin et succès d'audience.

Les épisodes seront à nouveau réalisés par Issa Lopez, qui s'est distinguée sur la quatrième saison et a signé un contrat avec HBO et la plateforme de streaming Max du même groupe Warner Bros Discovery pour travailler sur d'autres "contenus exclusifs", indique la chaîne américaine dans un communiqué.

HBO ne précise pas qui incarnera cette fois le duo de détectives de police, lequel change chaque saison depuis la toute première en 2014 et le duo Matthew McConaughey-Woody Harrelson qui avait fait la renommée de la série.

De retour pour la saison 4 au début de l'année, avec une intrigue dans la nuit polaire de l'Alaska et un duo 100% féminin avec Jodie Foster et Kali Reis, une actrice autochtone et ancienne championne américaine de boxe, "True Detective" a été un succès d'audience avec 12,7 millions de téléspectateurs en moyenne dans le monde, soit le meilleur résultat de la série depuis qu'elle existe, selon HBO. En France, les épisodes sont diffusés sur Prime Video avec le pass Warner.

Pour Jodie Foster, récemment interviewée par l'AFP, cette quatrième saison se voulait le reflet de la première. "Les deux garçons, c'était la Louisiane: il fait chaud, tout le monde est en sueur... C'est la clarté de cette lumière brutale. Et, chez nous, c'était tout l'inverse: deux femmes, dans le noir, dans le froid, au fin fond du monde", a-t-elle souligné.

Les deux femmes enquêtent sur la mort mystérieuse de huit scientifiques opérant sur une station de recherches de l'Arctique, mais Kali Reis est aussi hantée par le meurtre non élucidé d'une femme autochtone. Un sujet qui croise sa vie réelle, l'actrice étant engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes autochtones.

Durant sa diffusion, la saison 4 a aussi vécu son mini-psychodrame sur les réseaux sociaux, quand l'un de ses auteurs originels, Nic Pizzolatto, qui fait toujours partie des producteurs exécutifs, a relayé des critiques contre le scénario.

Ces critiques ont été très commentées par les médias spécialisés américains et Kali Reis a fini par répondre sur X (ex-Twitter) que "quand on a rien de positif à partager, jeter de la merde sur les autres c'est la nouvelle tendance".