Un syndicat chez Starbucks, la victoire d'une nouvelle génération

Les employés de Starbucks célèbrent après le dépouillement des votes, le 9 décembre 2021 à Buffalo, New York. (Photo, AFP)
Les employés de Starbucks célèbrent après le dépouillement des votes, le 9 décembre 2021 à Buffalo, New York. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 décembre 2021

Un syndicat chez Starbucks, la victoire d'une nouvelle génération

  • Chez Starbucks, les salariés travaillent tout aussi dur qu'à la chaîne, si ce n'est plus, mais gagnent bien moins que dans une usine syndiquée
  • Le taux de syndicalisation dans le privé est à 6% et la victoire des salariés dans un ou deux cafés Starbucks ne bouleverse pas la donne

NEW YORK : Les employés qui se sont battus pour la création du premier syndicat dans un café Starbucks géré par l'entreprise aux Etats-Unis ont en grande majorité une vingtaine d'années et sont bien déterminés à prendre en main leurs conditions de travail.

"Cette génération Z (comme elle est souvent surnommée, NDLR) est la plus favorable aux syndicats que j'aie jamais vue", affirme Richard Bensinger, un syndicaliste chevronné qui les a aidés à monter leur campagne.

"Ce sont des jeunes qui n'ont aucun espoir de devenir propriétaires d'une maison. Ils ont deux emplois. Ils ont des dettes étudiantes. Ils comprennent qu'il y a la classe des milliardaires, et qu'il y a le reste des gens", explique-t-il. 

Will Westlake, 24 ans et membre du comité d'organisation du syndicat "Starbucks Workers United", confirme.

Il a vu sa grande soeur, de onze ans son aîné, enchaîner les petits boulots, à défaut de trouver un poste correspondant à sa formation, pour rembourser les 100 000 dollars empruntés pour ses études.

Il veut pouvoir gagner correctement sa vie, y compris comme serveur. 

"Les États-Unis ne sont plus le pôle manufacturier qu'ils étaient, mais une économie de services (...). si nous n'améliorons pas les conditions des travailleurs du secteur des services, nous condamnons 70% de notre population à la pauvreté à long terme", remarque-t-il.

Condescendance

Sa collègue, Natalie Wittmeyer, a elle rapidement rejoint le mouvement après son embauche, il y a tout juste un mois chez Starbucks, offusquée des méthodes employées par la direction pour surveiller les salariés depuis le début de leur campagne.

"Je crois que je parle au nom de beaucoup de jeunes américains qui en ont assez d'être traités comme des moins que rien juste parce que nous travaillons dans la restauration rapide" ou "parce qu'on est jeune", dit-elle. 

Pour RJ Rebmann, 26 ans, la victoire montre aussi qu'"au final, les gens de la classe populaire savent où sont leurs intérêts" et que "même quand ils font face à de l'intimidation anti-syndicale, ils peuvent gagner".

La mobilisation de ces jeunes à Buffalo, au nord de l'Etat de New York, a sans doute été facilitée par la présence historiquement importante des syndicats dans la région, qui a permis à plusieurs générations d'ouvriers d'accéder à des niveaux de vie décents.

Chez Starbucks, les salariés travaillent tout aussi dur qu'à la chaîne, si ce n'est plus, mais gagnent bien moins que dans une usine syndiquée, relève Richard Bensinger. "Ils veulent juste avoir leur mot à dire sur leurs conditions de travail et ne pas être traités avec condescendance."

Jeudi, il les regardait avec fierté prendre la parole les uns après les autres lors du point presse qui a suivi leur victoire: un vote net en faveur d'un syndicat au café de l'avenue Elmwood à Buffalo et une majorité des voix au café de Genesee, près de l'aéroport. 

Des recours ayant été déposés sur ce scrutin spécifiquement, les résultats finaux doivent encore être confirmés, mais le syndicat est confiant.

Pour Ruth Milkman, spécialiste de longue date des mouvements de travailleurs à l'université new-yorkaise CUNY, une tendance est clairement à l'oeuvre. 

Exemple

"Pour cette génération, les syndicats sont de nouveau à la mode", remarque-t-elle. "Ils en ont marre des conditions économiques du marché du travail actuel et après plusieurs décennies de déclin du mouvement syndical et de désillusion des travailleurs plus âgés, ils semblent assez déterminés à vouloir relancer la machine". 

Le problème, ajoute-t-elle, "c'est qu'ils font face à une législation sur le travail qui rend extrêmement difficile toute avancée". 

La création d'un syndicat par exemple "n'est qu'une première étape" qui n'est pas toujours suivi de succès, explique-t-elle: l'entreprise a l'obligation de "négocier de bonne foi" mais pas forcément d'aboutir à une convention salariale. 

Le taux de syndicalisation dans le privé est à 6% et la victoire des salariés dans un ou deux cafés Starbucks ne bouleverse pas la donne, selon elle.

Rebecca Kolins Givan, spécialiste des syndicats à l'Université Rutgers, est plus optimiste. 

"Même si c'est juste un café sur des milliers dans le pays, (cette victoire) montre que c'est possible" malgré tous les obstacles posés par la loi et l'entreprise, remarque-t-elle. Cela donne un exemple "à toute une génération qui n'a pas l'expérience des syndicats".


Le Forum économique mondial revient pour faire la lumière sur « l'Histoire à un tournant »

Des soldats suisses construisent des clôtures devant le Kongress Hotel Davos en prévision du prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Des soldats suisses construisent des clôtures devant le Kongress Hotel Davos en prévision du prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Le drapeau national de l'Ukraine flotte aux côtés des drapeaux d'autres pays au centre des congrès, où se tiendra le prochain Forum économique mondial 2022 à Davos, en Suisse. (Reuters)
Le drapeau national de l'Ukraine flotte aux côtés des drapeaux d'autres pays au centre des congrès, où se tiendra le prochain Forum économique mondial 2022 à Davos, en Suisse. (Reuters)
Une vue générale du centre de congrès, qui accueillera le prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Une vue générale du centre de congrès, qui accueillera le prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Short Url
  • La réunion de cette année rassemblera environ 2 500 dirigeants et experts du monde entier, dont plus de 50 chefs d'État et de gouvernement, plus de 1 250 dirigeants du secteur privé et près de 100 innovateurs et pionniers technologiques mondiaux
  • Les sujets qui seront abordés lors de la réunion annuelle vont de la COVID-19 et du changement climatique à l'éducation, la technologie et la gouvernance énergétique

LONDRES : Le Forum économique mondial a annoncé mercredi que le thème de sa réunion annuelle de 2022 serait « L'Histoire à un tournant : Politiques gouvernementales et stratégies d'entreprise », dans le cadre de son retour à une conférence en personne depuis que la pandémie l'a contraint à passer au virtuel depuis 2020.

« La réunion annuelle est le premier sommet qui rassemble les dirigeants mondiaux dans cette nouvelle situation caractérisée par l'émergence d'un monde multipolaire à la suite de la pandémie et de la guerre »a déclaré Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du WEF.

La réunion de cette année – qui a lieu au printemps plutôt qu'en janvier comme d'habitude – revient après une interruption de deux ans et rassemblera environ 2 500 dirigeants et experts du monde entier, dont plus de 50 chefs d'État et de gouvernement, plus de 1 250 dirigeants du secteur privé et près de 100 innovateurs mondiaux et pionniers de la technologie.

« Le fait que près de 2 500 dirigeants du monde politique, des affaires, de la société civile et des médias se réunissent en personne démontre la nécessité d'une plateforme mondiale fiable, informelle et orientée vers l'action pour faire face aux problèmes d'un monde en crise », a déclaré M. Schwab.

La société civile sera représentée par plus de 200 dirigeants d'ONG, d'entrepreneurs sociaux, d'universités, d'organisations syndicales, de groupes confessionnels et religieux, et par au moins 400 dirigeants de médias et journalistes. La réunion annuelle rassemblera également les jeunes générations, avec la participation de 100 membres des communautés Global Shaper et Young Global Leader du Forum.

Dans un contexte de pandémie mondiale, d'invasion de l'Ukraine par la Russie et de défis géo-économiques, la réunion se tient à un endroit stratégique où des personnalités publiques et des leaders mondiaux se rencontreront en personne pour renouer des liens, échanger des idées, acquérir de nouvelles perspectives et faire avancer les solutions.

Les sujets qui seront abordés lors de la réunion annuelle vont de la COVID-19 et du changement climatique à l'éducation, la technologie et la gouvernance énergétique.

Il s'agit notamment de la « Reskilling Revolution », une initiative visant à offrir à un milliard de personnes une meilleure éducation, de meilleures compétences et de meilleurs emplois d'ici 2030 ; d’une initiative sur les mesures et les divulgations universelles en matière d'environnement, de société et de gouvernance (ESG) pour mesurer le capitalisme des parties prenantes ; et de l'initiative « One Trillion Trees », 1t.org, pour protéger nos arbres et nos forêts et restaurer les écosystèmes de la planète.

Le programme s'articulera autour de six piliers thématiques : favoriser la coopération mondiale et régionale ; assurer la reprise économique et façonner une nouvelle ère de croissance ; construire des sociétés saines et équitables ; préserver le climat, l'alimentation et la nature ; favoriser la transformation de l'industrie et, enfin, exploiter la puissance de la quatrième révolution industrielle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Japon proteste contre des forages chinois en mer de Chine orientale

Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale (Photo, AFP).
Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Japon estime que la ligne médiane entre les côtes des deux nations marque les limites de leurs ZEE respective
  • Mais la Chine juge que la frontière se situe plus près de la côte du Japon, en tenant compte du plateau continental et d'autres caractéristiques de l'océan

TOKYO: Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale.

Le ministère japonais des Affaires étrangères a indiqué vendredi avoir déposé une plainte auprès de l'ambassade de Chine à Tokyo, accusant Pékin d'avoir construit 17 plateformes de forage dans un secteur où les zones économiques exclusives (ZEE) des deux pays se chevauchent en mer de Chine orientale.

"Il est extrêmement regrettable que la partie chinoise procède unilatéralement au développement dans ces eaux", a déclaré le ministère. "Les frontières des zones économiques exclusives et du plateau continental n'ont pas encore été fixées en mer de Chine orientale", a-t-il rappelé.

Le Japon estime que la ligne médiane entre les côtes des deux nations marque les limites de leurs ZEE respectives. Mais la Chine juge que la frontière se situe plus près de la côte du Japon, en tenant compte du plateau continental et d'autres caractéristiques de l'océan.

En 2008, le Tokyo et Pékin s'étaient entendus pour exploiter conjointement les champs gaziers dans les zones disputées et à suspendre les prospections unilatérales. Mais les négociations visant à déterminer les façons d'appliquer cet accord avaient été suspendues deux ans plus tard et n'ont jamais repris.


La Russie suspend les livraisons de gaz à la Finlande, qui veut adhérer à l'Otan

L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi (Photo, AFP).
L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Fin avril, le géant russe avait déjà suspendu ses livraisons de gaz à la Bulgarie et la Pologne en expliquant que ces deux pays de l'UE n'avaient pas effectué de paiement en roubles
  • L'Union européenne avait qualifié cette mesure de «chantage»

MOSCOU: La Russie a cessé samedi de fournir du gaz naturel à la Finlande voisine, qui a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles et provoqué sa colère en demandant à adhérer à l'Otan.

N'ayant pas reçu de paiement en roubles de la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum à la date butoir du 20 mai, Gazprom a "complètement arrêté ses livraisons de gaz", a expliqué le géant russe de l'énergie dans un communiqué.

Après le début de l'opération militaire russe en Ukraine le 24 février et l'imposition de sanctions occidentales, le président russe Vladimir Poutine avait réclamé le 31 mars aux acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" de payer en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnements.

La liste des "pays inamicaux", publiée début mars, comprend notamment les Etats-Unis, les membres de l'Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, la Suisse, Taïwan, la Corée du Sud, la Norvège et l'Australie.

Les Etats de l'UE sont les principaux consommateurs de gaz russe.

"A compter du 1er avril, les paiements pour le gaz doivent être effectués en roubles en utilisant de nouvelles coordonnées bancaires, ce dont les partenaires ont été informés en temps voulu", a justifié Gazprom.

Fin avril, le géant russe avait déjà suspendu ses livraisons de gaz à la Bulgarie et la Pologne en expliquant que ces deux pays de l'UE n'avaient pas effectué de paiement en roubles. L'Union européenne avait qualifié cette mesure de "chantage".

«Pas de coupure»

Gazprom indique avoir fourni 1,49 milliard de mètres cube de gaz naturel à la Finlande en 2021, soit les deux tiers de la consommation du pays nordique.

Le gaz naturel ne représente toutefois que 8% de l'énergie consommée en Finlande.

La compagnie finlandaise Gasum a expliqué qu'elle comblerait le manque à partir d'autres sources par le biais du gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l'Estonie.

"Il est très regrettable que la livraison contractuelle en gaz naturel soit suspendue. Nous avons cependant veillé soigneusement à nous préparer à cette situation", avait indiqué le directeur général de Gasum, Mika Wiljanen, dans un communiqué publié vendredi soir annonçant la mesure russe imminente. 

"Il n'y aura pas de coupures dans le réseau de distribution de gaz", avait-il assuré.

Gasum, qui rejette l'exigence d'un paiement en roubles, a annoncé mardi qu'il demandait un arbitrage en justice.

Gazprom Export s'est dit prêt à défendre ses intérêts devant les tribunaux par tous les "moyens disponibles". 

Interrogé vendredi par la presse, le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a jugé "évident que personne ne va livrer quoi que ce soit gratuitement".

La Finlande a déjà dévoilé des plans pour se passer de gaz russe l'hiver prochain en annonçant notamment la location sur dix ans, conjointement avec l'Estonie voisine, d'un terminal flottant de regazéification du gaz naturel liquéfié (GNL).

«Grave erreur»

La semaine passée, la Russie avait déjà suspendu les livraisons d'électricité à la Finlande après que son entreprise énergétique RAO Nordic ait réclamé à Helsinki des arriérés de paiement.

Interrogé par l'AFP, l'opérateur du réseau électrique finlandais Fingrid avait assuré pouvoir se passer du courant russe, qui représente environ 10% de l'électricité consommée dans le pays.

La Finlande, qui partage quelque 1 300 km de frontières avec la Russie, et la Suède voisine ont soumis mercredi une demande d'adhésion à l'Otan, alors que durant des décennies, notamment pendant toute la Guerre Froide, les deux pays avaient fait le choix du non-alignement.

Ce revirement est le résultat de l'offensive russe en Ukraine, Moscou étant perçue comme une menace.

La Russie a dit avoir lancé son assaut contre l'Ukraine à la fois pour y empêcher un prétendu génocide de populations russophones et l'expansion de l'Otan, que Moscou considère comme une menace existentielle.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov a estimé que les candidatures suédoise et finlandaise constituaient "une grave erreur" dont "les conséquences auront une portée considérable".

En réaction, Moscou a déjà annoncé qu'elle allait créer douze nouvelles bases militaires dans l'ouest du pays.