Pêche post-Brexit: Londres accorde 23 licences supplémentaires aux Français

Menacés de «contentieux» par Paris dans le conflit des droits de pêche post-Brexit, les Britanniques ont accordé samedi 23 licences supplémentaires aux pêcheurs français, un chiffre très en-deçà des 104 licences encore réclamées par la France. (Photo, AFP)
Menacés de «contentieux» par Paris dans le conflit des droits de pêche post-Brexit, les Britanniques ont accordé samedi 23 licences supplémentaires aux pêcheurs français, un chiffre très en-deçà des 104 licences encore réclamées par la France. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 12 décembre 2021

Pêche post-Brexit: Londres accorde 23 licences supplémentaires aux Français

  • Avec les 23 approbations annoncées samedi, la France a jusqu'ici obtenu 1 027 licences de pêche post-Brexit et en réclame donc encore 81
  • Bruxelles avait demandé à Londres de régler le litige des droits de pêches avant vendredi 10 décembre, Paris faisant de cette date un ultimatum

BRUXELLES: Menacés de "contentieux" par Paris dans le conflit des droits de pêche post-Brexit, les Britanniques ont accordé samedi 23 licences supplémentaires aux pêcheurs français, un chiffre très en-deçà des 104 licences encore réclamées par la France.

La France avait dit vendredi attendre "un geste de bonne volonté" de Londres pour poursuivre les discussions, après avoir menacé d'engager à son encontre une procédure au niveau européen si aucune avancée n'était enregistrée dans la journée.

"Hier soir, après avoir reçu des éléments justificatifs additionnels de la part de la Commission européenne, le Royaume-Uni a accordé 18 licences à des navires de remplacement", a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique. Une annonce confirmée par la Commission, qui négocie au nom de la France.

Ces nouveaux bateaux, qui prennent la place de bateaux pêchant auparavant dans les eaux britanniques mais dont Londres contestait l'antériorité, sont la principale pierre d'achoppement des discussions avec Paris.

"Un travail technique plus approfondi se poursuit sur sept demandes supplémentaires concernant des navires de remplacement, et devrait se conclure lundi", a ajouté le porte-parole britannique.

Par ailleurs, l'île anglo-normande de Jersey, qui octroie ses licences de manières indépendante, a approuvé samedi 5 nouvelles licences aux pêcheurs français, a annoncé son gouvernement, un chiffre confirmé par Bruxelles.

Au total, l'île a délivré jusqu'à présent 130 licences. Sa voisine Guernesey, elle, avait délivré début décembre une quarantaine de licences.

Selon le porte-parole britannique, ces décisions "concluent la période de  pourparlers intensifs" des derniers jours entre Londres et la Commission. 

Les pêcheurs des Hauts-de-France se disent «délaissés» et «prévoient» des actions

LILLE : Les pêcheurs des Hauts-de-France, déçus de l'octroi par Londres de seulement 23 licences supplémentaires aux pêcheurs français, ont annoncé des actions prochaines contre les importations de produits britanniques et se sont dit "délaissés par la Commission Européenne".

Ces professionnels "s'interrogent sur la pertinence de la politique communautaire, les principes d'autorité et de respect étant pour le moins aléatoires dans les hautes sphères bruxelloises", écrit le comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) des Hauts-de-France dans un communiqué.

"Bien loin de satisfaire les professionnels de la filière, cette nouvelle exaspère les pêcheurs des Hauts-de-France, qui se sentent à la fois trahis par le gouvernement britannique (...) et délaissés par la Commission Européenne, qui avait pourtant promis de sévir", déplore le CRPMEM samedi soir.

"Des mouvements seront à prévoir (...), mouvements qui viseront l'importation des produits britanniques" et s'inscriront "dans la continuité des blocages des ports bretons, normands, et du nord de la France qui ont eu lieu le 26 novembre dernier", avertissent les pêcheurs.

Ce jour-là, des pêcheurs avaient mis en place des blocages dans les ports de Saint-Malo, Calais, ou encore Ouistreham. Ils avaient également bloqué l'accès du tunnel sous la Manche pendant environ deux heures.

Le comité national des pêcheurs a également fait état de la "déception" et la "colère" de ses membres. 

"On avait le sentiment d'une réelle volonté depuis que la Commission européenne a tapé du poing sur la table avec une date butoir", a expliqué Jean-Luc Hall, le directeur général. 

Le comité "espère encore" que de nouvelles licences arrivent d'ici lundi, avec des réunions au niveau européen. Ensuite, "il faudra réfléchir aux modalités d'actions", a prévenu M. Hall pour qui "la Commission a réagi trop tard" sur les licences.

"La survie d'entreprise est en jeu", continue-t-il.  

Désormais "on veut que la Commission aille au bout de ce qu'elle a avancé, qu'elle plaide les dossiers non-retenus aux contentieux. Même si ça n’arrange personne car les procédures prennent un certain temps", déclare M. Hall.

«Base légale»

En vertu de l'accord signé fin 2020 entre Londres et Bruxelles, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais depuis plus de onze mois, Français et Britanniques se disputent sur la nature et l'ampleur des justificatifs à fournir.

Avec les 23 approbations annoncées samedi, la France a jusqu'ici obtenu 1 027 licences de pêche post-Brexit et en réclame donc encore 81.

"Cette décision est une importante étape dans un long processus. Nous allons examiner (...) la base légale de chaque demande de licence qui n'a pas encore été approuvée", a souligné samedi sur Twitter le commissaire européen à la Pêche Virginijus Sinkevicius.

Au total, 83 nouvelles licences ont été accordées par les Britanniques ces deux dernières semaines, s'est-il félicité.

La Commission s'était montrée vendredi confiante sur la conclusion rapide d'un compromis, faisant état d'une "compréhension mutuelle" et rappelant que 95% des demandes de licences réclamées avaient déjà reçu une réponse positive.

Bruxelles avait demandé à Londres de régler le litige des droits de pêches avant vendredi 10 décembre, Paris faisant de cette date un ultimatum. Jeudi soir, le Royaume-Uni avait sèchement rejeté l'échéance.

Si Londres "campe sur sa position, nous demanderons à la Commission d'annoncer qu'un contentieux est engagé", avait réaffirmé vendredi le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune.

Mais "si les Britanniques disent +on donne quelques dizaines de licences supplémentaires+ comme geste de bonne volonté (...) , nous en tiendrons compte (...) et peut-être nous continuerons" à dialoguer, avait-il aussitôt ajouté.

Le ministère français de la Mer n'avait pas réagi samedi en début d'après-midi à l'annonce de Londres. La ministre Annick Girardin avait fustigé jeudi les "manœuvres dilatoires" du Royaume-Uni

Ce que récuse Londres: "C'est une procédure technique fondée sur des éléments tangibles, et non pas des dates-butoirs. Les discussions intenses des derniers jours ont été constructives (...) mais nos décisions resteront guidées par la qualité des justificatifs fournis", avait expliqué vendredi un porte-parole du gouvernement britannique.

Sur les côtes françaises de la Manche, les pêcheurs assurent avoir fourni "tous les documents exigés".

Le ton est déjà monté à plusieurs reprises: un blocus de Jersey par les pêcheurs français en mai dernier; des menaces françaises de sanctions en octobre; et plus récemment, le blocage par les pêcheurs français de ports et du terminal fret du tunnel sous la Manche.


La compagnie nationale de logement s'associe à l'entreprise coréenne Naver pour développer des solutions de ville intelligente dans le Royaume

Cet accord a été signé en présence du ministre du logement Majid Al-Hogail. NHC
Cet accord a été signé en présence du ministre du logement Majid Al-Hogail. NHC
Short Url
  • La collaboration, officialisée en présence du ministre du logement Majid Al-Hogail, vise à intégrer la technologie Digital Twin, en utilisant le système cloud avancé de Naver.  
  • Cet accord s'appuie sur l'entrée initiale de Naver sur les marchés du Moyen-Orient et de l'Arabie saoudite en 2023 en établissant un contrat avec les ministères de l'investissement et du logement pour l'utilisation de leurs systèmes.

RIYADH : Le secteur immobilier saoudien est prêt à adopter les technologies de pointe après que la National Housing Co. se soit associée à la société technologique coréenne Naver Corp. pour améliorer les solutions de ville intelligente. 

La collaboration, officialisée en présence du ministre du logement Majid Al-Hogail, vise à intégrer la technologie Digital Twin, en utilisant le système cloud avancé de Naver.  

Cette technologie reflète les entités du monde réel dans un environnement virtuel, ce qui permet de prendre des décisions en temps réel grâce à l'analyse des données, à la prédiction et à l'optimisation. Elle sera basée sur le cloud et se concentrera sur la modélisation numérique tridimensionnelle. 

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des objectifs de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise à utiliser cette technologie pour la planification urbaine et la prévision des inondations, tout en faisant progresser le développement des villes intelligentes.

L'intégration de la technologie Digital Twin fait partie de la stratégie plus large du Royaume visant à moderniser son secteur immobilier et à adopter des solutions de pointe pour améliorer la gestion urbaine et l'efficacité des infrastructures. 

Le ministre Al-Hogail a souligné l'importance de ce partenariat, déclarant sur X que l'accord ouvrait la voie à l'innovation en matière de solutions numériques.

« Ensemble, nous réalisons des visions stratégiques pour les municipalités et les secteurs du logement dans notre quête incessante de villes intelligentes durables », a-t-il déclaré.

Cet accord s'appuie sur l'entrée initiale de Naver sur les marchés du Moyen-Orient et de l'Arabie saoudite en 2023 en établissant un contrat avec les ministères de l'investissement et du logement pour l'utilisation de leurs systèmes.

L'ambitieuse feuille de route prévoit également d'amalgamer des technologies avancées telles que l'IA, la robotique et les solutions cloud. 

L'entreprise a mis l'accent sur l'architecture ouverte de la plateforme, favorisant les collaborations avec des entités locales saoudiennes et sud-coréennes.

Abdullah Al-Ghamdi, président de l'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle, a visité le site de l'entreprise en mai, ce qui témoigne de la relation de longue date de l'établissement avec le Royaume.

Au cours de la réunion, des collaborations potentielles entre les deux entités ont été discutées, la SDAIA étant responsable de la stratégie, de la recherche et du développement dans les secteurs de l'IA, des données et des villes intelligentes en Arabie saoudite. 

Des représentants d'autres grandes institutions saoudiennes, dont le ministère des communications et des technologies de l'information, le Centre national d'information et le Bureau national de gestion des données, ont également visité le site pour découvrir les avancées technologiques de l'entreprise et discuter des possibilités de collaboration, selon un communiqué publié sur le site web de l'entité coréenne.

Cette visite fait suite à l'intégration de Naver dans le consortium « One Team Korea » en novembre 2022. Ce partenariat visait à obtenir des projets saoudiens sous le patronage du ministère sud-coréen de l'aménagement du territoire, des infrastructures et des transports.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Semafor lance l'édition Golfe, troisième étape de son expansion mondiale

Short Url
  • Mohammed Sergie, ancien journaliste de Dow Jones, sera à la tête de la plateforme
  • La transformation de l'Arabie saoudite est l'une des histoires les plus importantes et les plus passionnantes du monde à l'heure actuelle, déclare le cofondateur et rédacteur en chef Ben Smith à Arab News

LONDRES : La plateforme d'information Semafor sera lancée au Moyen-Orient le 16 septembre avec l'ancien journaliste de Dow Jones Mohammed Sergie comme rédacteur en chef, marquant ainsi la troisième édition de la société en plus des États-Unis et de l'Afrique subsaharienne.

Semafor Gulf proposera des reportages originaux et une lettre d'information tri-hebdomadaire qui analysera les scénarios financiers, commerciaux et géopolitiques de la région et leur impact dans le monde.

"Le cœur de notre idée éditoriale et de notre modèle autour de l'opportunité de l'information internationale est cette notion que la plupart des médias d'information dominants en langue anglaise ont été créés et conçus au 19ème siècle par des journaux américains et britanniques, dans une large mesure, qui étaient des marques d'information nationales", a déclaré Justin Smith, co-fondateur et directeur général de Semafor.

Ces marques d'information "réexportaient ensuite leur contenu vers le reste du monde", presque après coup, et envoyaient leurs correspondants dans le monde entier pour qu'ils fassent des rapports pour leur pays d'origine, a-t-il déclaré à Arab News.

Alors que le monde a changé et que le nombre de lecteurs anglophones s'est multiplié, il est nécessaire de mettre en place un nouveau modèle dans lequel le reportage international "n'est pas fait exclusivement pour rapporter des nouvelles pour le pays d'origine, mais est plutôt créé pour les gens du monde entier - les consommateurs de nouvelles dans les régions où ces journalistes se trouvent, en plus des gens qui s'intéressent à cette région".

"La notion de correspondant étranger en 2024 est dépassée et n'est plus aussi pertinente.

Semafor Gulf, dirigé par Sergie, sera lancé avec une équipe de journalistes et de chroniqueurs couvrant l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar, et continuera à se développer jusqu'en 2025.

M. Sergie, qui a commencé sa carrière aux Émirats arabes unis, a créé le bureau d'Arabie saoudite de Dow Jones en 2008 et a été rédacteur en chef de Bloomberg News.

Semafor est, à certains égards, différente des autres marques d'information en ce sens qu'elle est "indépendante de la source" et qu'elle "essaie de raconter l'histoire un peu différemment, en s'adressant à un public sophistiqué", a déclaré M. Sergie.

En tant que "plateforme médiatique multi-sources", Semafor propose une "distillation et une curation experte du meilleur contenu existant" ainsi que son contenu original afin de fournir une compréhension holistique d'une histoire particulière, a expliqué Justin Smith.

Et actuellement, a ajouté Sergie, "il y a une lacune sur le marché d'une lecture intelligente qui apporte des informations de toutes les sources".

Par exemple, en Arabie saoudite, les fonctionnaires partagent souvent des informations par le biais de podcasts, qui ne figurent pas nécessairement dans "le régime médiatique traditionnel des gens", a-t-il expliqué.

Il existe également une "scène" différente dans chaque pays du Golfe - une sorte de "renaissance" dans différents secteurs - que Semafor souhaite saisir et présenter au public, a déclaré M. Sergie à Arab News.

semafor
Le journaliste chevronné Mohammed Sergie dirigera Semafor Gulf. (Semafor)



Outre la culture et les affaires, le Moyen-Orient est une région géopolitiquement chargée qui pose à la fois des défis et des opportunités aux plateformes d'information.

"Le Golfe est un site incroyablement important pour la politique, et ces choses (la politique et d'autres sujets comme l'économie et les affaires) sont étroitement liées", a déclaré Ben Smith, cofondateur et rédacteur en chef de Semafor (qui n'a aucun lien de parenté avec Justin).

Il y aura "certainement un aspect géopolitique" dans la couverture de Semafor Gulf, a ajouté M. Sergie.

La société embauchera "au moins une demi-douzaine de journalistes dans la région", a déclaré Justin Smith, et environ la moitié d'entre eux seront basés en Arabie saoudite, qui détient la plus grande part du marché du Golfe.

Pour répondre aux besoins de la région, M. Sergie a indiqué que l'entreprise "expérimenterait probablement d'autres canaux", tels que WhatsApp, afin d'atteindre un public plus large, en particulier dans la région du Conseil de coopération du Golfe.

Sur la base de son expérience non journalistique, il pense que la plupart des dirigeants d'entreprise et des responsables politiques sont "collés à leur courrier électronique" et qu'ils "consommeront toujours de cette manière". Bien qu'il reconnaisse que le lecteur moyen ne consomme pas d'informations par courriel, il ne constitue pas le public cible de Semafor.

La couverture de la marque d'information est soigneusement conçue pour un type de lecteur spécifique. "Nous considérons que le public est composé de tous ceux qui sont obsédés par cette histoire, ce qui inclut certainement beaucoup de gens dans la région, mais aussi beaucoup de gens en dehors de la région", a déclaré Ben Smith.

De plus, Justin Smith a affirmé que "nous ne sommes pas une marque d'information de masse" : "Nous ne sommes pas une marque d'information de masse. Nous ne cherchons pas à toucher tout le monde".

Semafor s'adresse à la classe dirigeante et aux personnes basées dans la région ainsi qu'à celles qui sont basées en dehors de la région, mais qui sont toujours "profondément intéressées" par celle-ci, a-t-il expliqué.

C'est un facteur clé qui différencie Semafor Gulf des autres sociétés d'information de langue anglaise de la région.

"Je crois comprendre que certaines des grandes marques mondiales d'information en langue anglaise n'ont pas nécessairement investi de manière aussi agressive dans la région du Golfe, à la mesure de la croissance de l'histoire du Golfe", a déclaré Justin Smith.

Les grandes marques mondiales de médias d'information font généralement des reportages pour leur pays d'origine, mais nous allons "renverser la situation et faire des reportages pour la région et pour le monde qui s'intéresse à la région", a-t-il poursuivi.

L'approche de Semafor Gulf consiste à adapter son contenu aux lecteurs avertis et passionnés par la région, tout en supprimant le filtre que les États-Unis ou le Royaume-Uni pourraient appliquer à un sujet régional afin de le rendre plus pertinent pour les lecteurs de leur pays d'origine, a expliqué Ben Smith.

Les organes d'information internationaux contextualisent souvent les articles sur la région de manière à les rendre plus "exotiques" ou plus pertinents pour les lecteurs de leur pays d'origine, a-t-il ajouté.

Ces médias internationaux sont dans une phase où ils "redécouvrent constamment les changements en Arabie saoudite" comme s'il s'agissait d'une nouvelle histoire ; mais Semafor Gulf aimerait "écrire en partant du principe que les gens (les lecteurs) savent réellement ce qui se passe", a expliqué Ben Smith.

Pour se distinguer des médias régionaux, Justin Smith a déclaré que Semafor Gulf ajouterait une "lentille mondiale" et "ferait le lien" entre les histoires mondiales et régionales, ce qui donnerait une "macro-sensibilité" plus internationale et moins "centrée sur l'Occident".

Il poursuit : "Semafor est une mosaïque de sources multiples assemblées très soigneusement et très intentionnellement pour apporter un équilibre idéologique, et vous nous verrez donc chercher à apporter ce type d'équilibre géographique et idéologique, même dans le Golfe.

Ainsi, Justin Smith a ajouté que Semafor se décrit comme un "service intelligent, autant qu'une marque d'information", car alors que "les lecteurs essaient de trianguler ce paysage d'information incroyablement compliqué", Semafor offre une multitude de contenus d'experts que les lecteurs peuvent consommer "rapidement et obtenir une compréhension beaucoup plus profonde, plus perspicace et plus équilibrée de n'importe quel sujet d'actualité".

Ce texte est la traduction d'un texte paru sur Arabnews.com


Squatwolf se développe en Arabie Saoudite avec un nouvel entrepôt et des événements fitness

Squatwolf, la marque de vêtements de sport cofondée par Anam Khalid et Wajdan Gul, se développe en Arabie saoudite. (Fourni)
Squatwolf, la marque de vêtements de sport cofondée par Anam Khalid et Wajdan Gul, se développe en Arabie saoudite. (Fourni)
Short Url
  • La marque émiratie ouvre un entrepôt capable de traiter 30 000 commandes par jour
  • La société a été fondée en 2016 par Anam Khalid et Wajdan Gul

DUBAI : Après avoir débuté comme un projet passionnel, Squatwolf, la marque de vêtements de sport cofondée par Anam Khalid et Wajdan Gul, est en train de se développer en Arabie saoudite.

squatwolf
Les fondateurs ont ouvert un entrepôt dans le Royaume. (Fourni)


L'entrepôt d'Arabie saoudite peut traiter jusqu'à 30 000 commandes par jour et assure une livraison le jour même à Riyad et le lendemain dans les grandes villes, notamment Jeddah, Dammam, Alkhobar et La Mecque. (Fourni)
"Nous sommes fiers d'être la première marque de vêtements de sport du Royaume à soutenir la Vision 2030, en faisant de la salle de sport un terrain de jeu pour tous", a récemment déclaré Khalid à Arab News.

"Notre entrepôt saoudien est une démonstration de notre engagement en tant que marque émiratie à soutenir la région et à s'y investir pleinement."


L'entrepôt d'Arabie saoudite peut traiter jusqu'à 30 000 commandes par jour et assure une livraison le jour même à Riyad et le lendemain dans les grandes villes, notamment Jeddah, Dammam, Alkhobar et La Mecque, a précisé M. Gul.

La marque prévoit de collaborer avec des détaillants et des gymnases partenaires, des ambassadeurs locaux et d'organiser des événements communautaires pour soutenir ses objectifs d'expansion.

"Nous sommes là pour reconnaître tous les pratiquants de la gym, quel que soit leur niveau de forme physique", a déclaré Khalid.


M. Gul a confirmé que les Squatwolf Games, un événement de fitness de premier plan à Dubaï, allaient faire leurs débuts en Arabie saoudite.

"Oui, les Squatwolf Games arrivent en Arabie saoudite et en grand nombre. Nous faisons constamment évoluer les jeux vers quelque chose de plus grand et de meilleur".


La marque participera également au KSA Muscle Show, ce qui lui permettra de s'engager davantage auprès de la communauté locale du fitness.

La société a été fondée en 2016 par Khalid et Gul. "Tout a commencé lorsque Gul et moi avons réalisé qu'il n'y avait pas de marque de vêtements de sport dans la région qui correspondait à notre amour pour la salle de sport, sa communauté et l'impact qu'elle a sur tous les aspects de notre vie", a déclaré Khalid.

M. Gul est convaincu que le marché du fitness et des vêtements de sport est en plein essor dans le Royaume. "Avec la mise en œuvre de la Vision 2030 en Arabie saoudite, de nouvelles salles de sport ouvrent chaque jour, le fitness devient un mode de vie et rester en bonne santé est une priorité pour tout le monde", explique-t-il.

"Le fait d'être la première marque de vêtements de sport dans la région MENA, y compris en Arabie saoudite, nous donne un avantage concurrentiel qui nous permet de garder une longueur d'avance sur les performances des produits, les communautés locales et les demandes des adeptes de la gym", a ajouté M. Khalid.