Biden déplore «l'une des séries de tornades les pires» de l'histoire des Etats-Unis

Le président américain a également souligné que les phénomènes météorologiques étaient «plus intenses» avec le réchauffement climatique. (Photo, AFP)
Le président américain a également souligné que les phénomènes météorologiques étaient «plus intenses» avec le réchauffement climatique. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 12 décembre 2021

Biden déplore «l'une des séries de tornades les pires» de l'histoire des Etats-Unis

  • «C'est une tragédie», a-t-il déclaré, «et nous ne savons toujours pas combien de vies ont été perdues ni l'étendue complète des dégâts»
  • Les agences fédérales de réponses aux catastrophes ont déjà commencé à être déployées sur place, a affirmé Joe Biden

WILMINGTON : Le président américain Joe Biden a déploré samedi "l'une des séries de tornades les pires" de l'histoire des Etats-Unis après les ravages constatés dans cinq Etats du pays.

"C'est une tragédie", a-t-il déclaré, "et nous ne savons toujours pas combien de vies ont été perdues ni l'étendue complète des dégâts", alors qu'au moins 83 décès, dont plus de 70 dans le seul Etat du Kentucky, ont déjà été recensés.

Les agences fédérales de réponses aux catastrophes ont déjà commencé à être déployées sur place, a affirmé Joe Biden, qui a promis que "l'Etat fédéral ferait tout ce qu'il peut pour aider".

Six morts dans l'effondrement d'un entrepôt Amazon

EDWARDSVILLE : Au moins six personnes sont mortes dans l'effrondrement d'un entrepôt du géant du commerce en ligne Amazon, a annoncé samedi le chef des pompiers d'Edwardsville (Illinois), où se situe le bâtiment.

"Nous avons identifié 45 membres du personnel qui ont réussi à sortir du bâtiment, un qui a dû être évacué par les airs vers un hôpital de la région pour être traité et six décès", a déclaré James Whiteford lors d'une conférence de presse.

Le chef des pompiers de cette ville de 25 000 habitants a en outre précisé que les opérations de secours s'étaient conclues plus tôt dans l'après-midi, faisant place désormais aux opérations de récupération des corps. 

L'annonce laisse craindre que le bilan de cet effondrement s'alourdisse encore durant les trois jours que les opérations doivent durer.

Une grande partie du toit de l'entrepôt Amazon a été arrachée, tandis qu'un des murs s'est effondré dans le bâtiment.

"Nous sommes profondément attristés par la nouvelle que des membres de notre famille Amazon sont décédés en raison de la tempête à Edwardsville", avait déclaré plus tôt Kelly Nantel, porte-parole d'Amazon.

"Nous continuons de fournir du soutien à nos employés et partenaires dans la zone", avait-t-elle précisé.

Une déclaration d'état d'urgence a déjà été proclamée au Kentucky, a-t-il également précisé, et d'autres pourraient suivre si les gouverneurs des Etats touchés par la catastrophe en faisaient la demande.

Joe Biden a affirmé prévoir se rendre sur place dans le Kentucky, mais a souligné ne pas vouloir "faire obstacle" aux opérations de secours.

Le président américain a également souligné que les phénomènes météorologiques étaient "plus intenses" avec le réchauffement climatique, sans établir toutefois de lien de causalité directe entre le dérèglement climatique et la catastrophe qui a endeuillé vendredi soir le pays.


Thaïlande: l'assaillant tue sa famille et se suicide après l'attaque contre une crèche

Le bilan de la fusillade est monté à «au moins 30 morts», dont 23 enfants. (AFP)
Le bilan de la fusillade est monté à «au moins 30 morts», dont 23 enfants. (AFP)
Short Url
  • Jakkapat Vijitraithaya a précisé que le tireur, un ancien policier âgé de 34 ans, a tué sa femme et leur enfant
  • L'attaque a commencé à 12h30 locale (06h30 GMT) dans une crèche, avant que l'assaillant ne prenne la fuite en voiture et percute plusieurs piétons

BANGKOK: L'assaillant qui a attaqué au fusil et au couteau une crèche en Thaïlande, tuant 32 personnes dont au moins 23 enfants, a ensuite tué sa famille avant de se suicider, a indiqué jeudi un colonel de police de la province de Nong Bua Lamphu (nord).

Jakkapat Vijitraithaya a précisé que le tireur, un ancien policier âgé de 34 ans, a tué sa femme et leur enfant.

Un précédent bilan de police faisait état de 30 morts, dont 23 enfants âgés entre deux et trois ans.

L'attaque a commencé à 12h30 locale (06h30 GMT) dans une crèche, avant que l'assaillant ne prenne la fuite en voiture et percute plusieurs piétons, selon Jakkapat Vijitraithaya.

Une fusillade perpétrée par un officier de l'armée, qui s'était disputé avec un supérieur, s'était produite en février 2020 en Thaïlande dans un centre commercial de Nakhon Ratchasima, faisant 29 morts.


Argentine: l'urgente quête des identités «volées» sous la dictature

Les membres des Grands-mères de la Place de Mai se réunissent à Buenos Aires le 19 décembre 2011, alors que le Congrès argentin reconnaissait le groupe de défense des droits à l'occasion de son 35e anniversaire. (AFP)
Les membres des Grands-mères de la Place de Mai se réunissent à Buenos Aires le 19 décembre 2011, alors que le Congrès argentin reconnaissait le groupe de défense des droits à l'occasion de son 35e anniversaire. (AFP)
Les membres des Grands-mères de la Place de Mai se réunissent à Buenos Aires le 19 décembre 2011, alors que le Congrès argentin reconnaissait le groupe de défense des droits à l'occasion de son 35e anniversaire. (AFP)
Les membres des Grands-mères de la Place de Mai se réunissent à Buenos Aires le 19 décembre 2011, alors que le Congrès argentin reconnaissait le groupe de défense des droits à l'occasion de son 35e anniversaire. (AFP)
Short Url
  • Sous la dictature militaire (1976-1983), un peu moins de 500 enfants ont été «appropriés», nés d'une mère détenue puis disparue, et donnés à un foyer souvent ami du régime
  • Depuis, 130 cas ont été «résolus» --c'est-à-dire l'identité originelle de l'enfant restituée-- souvent en d'émouvantes retrouvailles, parfois après la mort. Mais rien, aucune «restitution», depuis juin 2019

MORON: Les "Grands-mères" de la Place de Mai s'éteignent l'une après l'autre, les souvenirs -et les doutes- s'enfouissent,et le temps presse : en Argentine la quête, toujours délicate, de l'identité d'enfants "volés" sous la dictature, reprend depuis peu alors que les restitutions se raréfient.

Le doute, ce peut être cette dissemblance physique d'avec ses parents, qui avec le temps a fini par interpeller. Cette absence dans l'album-photos de la grossesse de sa mère, ou ces trous dans le récit familial. Le déclic, c'est parfois le décès d'un parent, parfois sa propre paternité, maternité, qui fait réaffleurer le doute : "Je viens de donner la vie, mais ma vie à moi vient d'où ?"

"Ils viennent à nous dans divers états, avec cette +chaîne de doutes+, ils ont porté une charge de silence pendant 20 ans, parfois plus, sans en parler à personne, même pas leur conjoint. Certains ont pris rendez-vous plusieurs fois, et finalement ne sont pas venus", explique à l'AFP Laura Rodriguez, de la jeune génération de l'organisation "Abuelas" qui regroupait à l'origine ces grands-mères d'enfants "volés" à leurs filles ou fils sous la dictature.

Aussi Abuelas multiplie depuis quelques semaines des sessions dites d'"approche spontanée", les décentralise dans la vaste province de Buenos Aires. Pour aller à la rencontre, au plus près, de ceux auxquels ce pas coûte. Il n'est jamais facile de venir dire qu'"+on n'est pas sûr d'être qui on nous a toujours dit qu'on était+", excuse Laura.

Sous la dictature militaire (1976-1983), un peu moins de 500 enfants ont été "appropriés", nés d'une mère détenue puis disparue, et donnés à un foyer souvent ami du régime, dans un curieux mélange de service à une famille voulant un enfant et de délire de voir élever un être "bien pensant" politiquement.

«Saut dans le vide»

Depuis, 130 cas ont été "résolus" --c'est-à-dire l'identité originelle de l'enfant restituée-- souvent en d'émouvantes retrouvailles, parfois après la mort. Mais rien, aucune "restitution", depuis juin 2019. La faute en grande partie à la pandémie, qui a tari les contacts, les recherches.

Dans la province de Buenos Aires, plus de 600 "présentations spontanées" étaient ainsi reçues par an vers 2012-14, chiffre tombé à 250 -et tout en virtuel- en 2020. Et six "Grands-mères" sont décédées durant les années Covid.

Aussi Moron, à 40 km de Buenos Aires, accueille une de ces sessions  --une demi-douzaine sont prévues sur les semaines à venir-- où Abuelas, et Defenseur du peuple, vont au contact, invitent, incitent, quiconque aurait des doutes sur son identité à venir s'exprimer.

Car parler n'est pas facile. "C'est un saut dans le vide", insiste Guillermo Amarilla Molfino, "petit-fils N.98" qui a lui-même mis des années à verbaliser, puis récupérer son identité, sa fratrie, en 2009 après un long processus. Il dispense à présent des conseils à l'équipe qui va accueillir en présentiel des quadra, quinquagénaires, nés dans cette fourchette fin des années 70-début des 80. Et qui "doutent".

"Il y a beaucoup de craintes, il y a une culpabilité, cette culpabilité qui nous fait taire : +pourquoi je doute de mes parents, pourquoi je trahis ceux qui m'ont donné à manger, un toit ?", poursuit-il. "Il y a le silence qui parfois devient un allié avec lequel on vit". Et venir parler  "c'est comme +remettre sa vie+" à quelqu'un.

D'où l'importance du doigté, de qui va recueillir ces doutes, en tête-à-tête. Equilibrisme entre une écoute empathique et le "devoir, pas forcément agréable, de doucher les espoirs, trier ce qui est une information fiable dans ce que nous dit la personne, et ce qui relève du récit qu'elle a commencé, seule, à se tisser", pose patiemment Luciano Lahiteau, Défenseur des droits.

Je doute, donc je suis 

La quête, poursuit-il, emprunte ensuite un protocole établi : stricte confidentialité bien sûr, prise de toute donnée, document, acte, dont dispose cette personne, croisement avec les données de la "grande" histoire, registres récupérables, état-civil, hôpitaux, témoignages ou éléments émergés lors de procès de militaires.

Puis, s'il y a "présomption", un prélèvement ADN est proposé, croisé avec la Banque nationale de données génétiques, qui détient une grande partie -pas tous- des ADN des familles recherchant un enfant "approprié" sous la dictature.

"Quand on en retrouve un, c'est le gros lot à la loterie !", convient Laura Rodriguez. "Mais on se conçoit comme travaillant dans un +univers plus vaste+". Qu'ils soient enfants adoptés, illégitimes, confiés, "on reçoit énormément de gens qui ne sont pas fils de disparus. Et on s'assure d'accueillir, d'aider de la même façon, donner les outils, à quiconque fait ce pas" d'exprimer son doute sur sa vraie identité.


Grèce: au moins 15 morts dans le naufrage d'une embarcation de migrants

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
Short Url
  • Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré
  • Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame

ATHENES: Au moins 15 personnes sont mortes et une trentaine d'autres portées disparues en Grèce dans le naufrage de deux embarcations de migrants, poussées par des vents violents, ont annoncé jeudi les gardes-côtes grecs.

Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré, a indiqué un porte-parole des garde-côtes, Nikos Kokkalas, sur la chaîne de télévision publique ERT.

Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, a-t-il ajouté, en précisant qu'une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame. "Les femmes étaient complètement paniquées", a-t-il décrit.

Quelques heures plus tôt, les autorités avaient fait état de disparus après le naufrage d'une autre embarcation, un voilier transportant quelque 95 personnes, cette fois-ci au large de l'île de Cithère, proche de la péninsule du Péloponnèse.

A la nage 

Certains des survivants ont pu rejoindre la côte à la nage, et une opération combinée mobilisant des navires en mer et les services de pompiers et de police à terre a permis de retrouver 80 personnes.

Le voilier a coulé près du port de Diakofti. Il a été "complètement détruit", selon M. Kokkolas.

Aucune précision n'a été fournie quant à la nationalité des naufragés.

Dans la région de Cithère, les vents atteignaient 102 km/h, ont indiqué les garde-côtes.

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays.

Les embarcations de fortune partent du Liban, et non plus de la Turquie, pour contourner les patrouilles en mer Égée et tentent de rejoindre l'Italie.

Les garde-côtes ont assuré avoir secouru quelque 1.500 personnes au cours des huit premiers mois de l'année, contre moins de 600 en 2021.

La traversée périlleuse de quelques milles nautiques entre les îles grecques, porte d'entrée dans l'Union européenne, et les côtes turques en mer Egée, située en Méditerranée orientale, coûte la vie à de nombreux migrants et réfugiés qui tentent la traversée à bord d'embarcations de fortune pour fuir guerres et misère.

Depuis janvier 2022, 64 personnes ont péri en tentant de passer en Europe depuis les côtes turques proches, contre 111 pour l'ensemble de l'année 2021, selon les données de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

En décembre dernier, au moins 30 personnes ont péri dans trois naufrages distincts de bateaux de migrants en mer Égée. Mais les données précises sont difficiles à établir car certains corps ne sont jamais repêchés ou sont retrouvés sur le rivage des semaines plus tard.

Accusations 

Athènes accuse Ankara de fermer les yeux sur les pratiques des passeurs et de laisser des migrants venir en Grèce en violation de l'accord de mars 2016 qui prévoyait un effort de la Turquie pour limiter les départs de réfugiés et migrants depuis son territoire.

La Turquie nie ces accusations.

De son côté, la Grèce est pointée du doigt par des ONG et des médias pour ses responsabilités dans des refoulements illégaux et souvent violents à ses frontières maritimes et terrestres.

Le gouvernement conservateur grec a toujours démenti ces refoulements vers la Turquie, contraires au droit international, malgré les enquêtes sérieuses et documentées menées par des médias internationaux et des ONG.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé la Grèce de transformer la mer Egée en "cimetière" avec "ses politiques oppressives". Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, lui a rétorqué que la Turquie poussait les migrants "avec violence" vers les eaux territoriales grecques "en violation du droit international".