Les robotaxis en roue libre aux Emirats

Un robotaxi sur l'île de Jiangxinzhou lors de la Tech Week le 21 juin 2021. Nanjing compte actuellement 40 robotaxis en fonctionnement. (Dave Tacon / Semaine technologique de Nanjing)
Un robotaxi sur l'île de Jiangxinzhou lors de la Tech Week le 21 juin 2021. Nanjing compte actuellement 40 robotaxis en fonctionnement. (Dave Tacon / Semaine technologique de Nanjing)
Short Url
Publié le Dimanche 12 décembre 2021

Les robotaxis en roue libre aux Emirats

  • Quatre véhicules sans conducteur, deux électriques et deux hybrides, prénommés TXAI, sont testés depuis novembre dans l'émirat d'Abou Dhabi
  • Les clients peuvent réserver une course grâce à une application et être récupérés et déposés à neuf endroits définis sur l'île artificielle de Yas

ABOU DHABI, Emirats arabes unis : Immobile derrière le volant, les mains sur ses genoux, Moustapha laisse le robotaxi rouler, seul, lors d'un essai à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, riche pays pétrolier du Golfe qui souhaite renforcer la présence de ces véhicules autonomes.

La conduite a été "tranquille" jusqu'à présent, sans incidents notables, rapporte Moustapha, responsable de la sécurité lors de ces essais, organisés par Bayanat, filiale de la société Group 42, spécialisée dans l'intelligence artificielle.

Quatre véhicules sans conducteur, deux électriques et deux hybrides, prénommés TXAI, sont testés depuis novembre dans l'émirat d'Abou Dhabi.

Les clients peuvent réserver une course grâce à une application et être récupérés et déposés à neuf endroits définis sur l'île artificielle de Yas.

"Ces derniers jours, la plupart de nos clients ont commandé des taxis devant les centres commerciaux ou des hôtels", explique Moustapha.

A l'issue de la première phase d'essais, une deuxième débutera dans la capitale émiratie, avec au moins dix véhicules, a indiqué la société.

Les robotaxis ont été testés dans divers pays ces dernières années. Fin novembre, une flotte de 67 véhicules a été mise en service à Pékin, mais toujours en présence d'un agent de sécurité en cas d'urgence.

"Passer du niveau L3 (où un agent de sécurité est présent) au niveau L4 (sans agent) serait une étape importante", estime Hasan al-Hosani, PDG de Bayanat, qui dit collaborer en ce sens avec les autorités d'Abou Dhabi.

Les Emirats arabes unis ont approuvé le mois dernier une licence temporaire pour tester les voitures autonomes sur les routes, malgré l'absence de législation fédérale à ce sujet, ce qui constitue l'un des plus gros obstacles. 

"Cette technologie est nouvelle et les réglementations relatives à la sécurité et à d'autres aspects opérationnels sont en cours d'élaboration", explique M. Hosani.

L'émirat voisin de Dubaï souhaite atteindre les 25% de transports sans conducteur d'ici 2030, afin de réduire les coûts, la pollution et les accidents, espèrent les autorités.

Dubaï compte aussi lancer une petite flotte de taxis autonomes d'ici 2023, ont indiqué les médias d'Etat, et vise les 4.000 véhicules en service d'ici 2030.

Ce changement devrait affecter les chauffeurs de taxi, dont la grande majorité aux Emirats sont des travailleurs immigrés asiatiques.


Le développement de l’Algérie se poursuivra grâce au soutien des États membres de l’ONU, selon Ramtane Lamamra

Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra. (Photo, AN)
Le ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra. (Photo, AN)
Short Url
  • Alger cherche à devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU
  • La candidature de l’Algérie est approuvée par l’Union africaine, la Ligue des États arabes et l’Organisation de la coopération islamique

LONDRES: Le développement de l’Algérie demeure sur la bonne voie et se poursuivra grâce au soutien des États membres de l’ONU, a affirmé lundi le ministre des Affaires étrangères du pays, Ramtane Lamamra.

Dans son discours lors du débat de l’Assemblée générale des Nations unies, M. Lamamra a également réaffirmé la volonté de son pays de devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. «Mon pays est membre de l’ONU et célèbre son 60e anniversaire d’indépendance», a-t-il déclaré. «Il poursuit résolument le processus d’édification d'une Algérie nouvelle sous la direction du président Abdelmadjid Tebboune.»

«Mon pays réaffirme son respect des valeurs et des principes (de l’ONU) et sa détermination à rétablir le rôle de l’action multilatérale dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales et la réalisation d’un développement global, équitable et durable», a-t-il ajouté.

M. Lamamra a souligné l’engagement de l’Algérie à l’égard des principes de la charte de l’ONU, à l’approche des élections prévues en juin prochain concernant l’adhésion au Conseil de sécurité.

«L’Algérie est consciente de l’ampleur des défis sans précédent qui se posent aux niveaux international et régional», a-t-il indiqué. «Par conséquent, elle a présenté sa candidature au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité, une candidature approuvée par l’Union africaine, la Ligue des États arabes et l’Organisation de la coopération islamique.»

M. Lamamra a également confirmé que l’Algérie accueillerait un sommet pour les États arabes les 1er et 2 novembre, et qu’Alger «aspirait à faire de cet événement une étape décisive dans le travail commun des États arabes en vue de relever les défis régionaux et internationaux actuels».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le président algérien invite le roi du Maroc au sommet arabe d'Alger

Cette combinaison d'images créée le 27 août 2021 montre les drapeaux nationaux de l'Algérie et du Maroc (Photo, AFP).
Cette combinaison d'images créée le 27 août 2021 montre les drapeaux nationaux de l'Algérie et du Maroc (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre algérien de la Justice Abderrachid Tabi «a remis la lettre d'invitation adressée à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour assister aux travaux du sommet arabe, prévu les 1er et 2 novembre 2022 en Algérie»
  • La partie marocaine n'a toutefois pas divulgué qui représenterait le royaume chérifien à ce sommet de la Ligue arabe à Alger

RABAT: Un émissaire du président algérien Abdelmadjid Tebboune a remis mardi à Rabat une lettre d'invitation au roi du Maroc Mohammed VI pour assister au sommet de la Ligue arabe prévu début novembre à Alger, dans un climat de tension entre les deux rivaux du Maghreb.

Le ministre algérien de la Justice Abderrachid Tabi "a remis la lettre d'invitation adressée à Sa Majesté le Roi Mohammed VI (...) pour assister aux travaux du sommet arabe, prévu les 1er et 2 novembre 2022 en Algérie", selon un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères.

Sur instruction du souverain alaouite, M. Tabi a été reçu en personne par le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita.

La partie marocaine n'a toutefois pas divulgué qui représenterait le royaume chérifien à ce sommet de la Ligue arabe à Alger.

Le 12 septembre, le magazine panafricain Jeune Afrique, citant des sources "très bien informées", a affirmé que Mohammed VI "prendra part personnellement" au 31e sommet de la Ligue arabe en sa qualité de chef d'Etat du royaume chérifien.

Mais cette information n'a pas été confirmée officiellement. D'autres articles de presse marocains ont, depuis, fait état de la participation du chef du gouvernement Aziz Akhannouch et de Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères.

L'enjeu est d'autant plus significatif que les relations entre les deux poids-lourds du Maghreb sont au plus bas.

L'Algérie a rompu ses liens diplomatiques avec le Maroc en août 2021, accusant Rabat d'"actes hostiles". Une décision qualifiée de "complètement injustifiée" par Rabat.

En juillet dernier, Mohammed VI a réitéré une main tendue à l'Algérie, en aspirant "à œuvrer avec la présidence algérienne pour que le Maroc et l’Algérie puissent travailler main dans la main à l’établissement de relations normales entre les deux pays".

Mais tout dégel de la situation achoppe sur la question du territoire disputé du Sahara occidental.

Le statut de cette ex-colonie espagnole oppose depuis les années 1970 le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus activement par Alger.

Rabat, qui contrôle près de 80% de ce territoire, en a fait sa cause nationale et prône un plan d'autonomie sous sa souveraineté pour régler le conflit, tandis que le Polisario réclame un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU.


Les Iraniens indignés après le meurtre d’une tiktokeuse lors d’une manifestation

Hadis Najafi a récemment fait parler d’elle après la diffusion d’une vidéo sur TikTok dans laquelle on la voit attacher ses cheveux et se préparer à rejoindre les manifestations antigouvernementales. (Twitter)
Hadis Najafi a récemment fait parler d’elle après la diffusion d’une vidéo sur TikTok dans laquelle on la voit attacher ses cheveux et se préparer à rejoindre les manifestations antigouvernementales. (Twitter)
Short Url
  • Najafi a reçu six balles au visage et au cou dans la ville de Karaj
  • Au moins 41 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations qui secouent le pays

DUBAÏ: Des funérailles ont été organisées pour Hadis Najafi, une jeune femme iranienne qui a

été abattue par les forces de sécurité lors de manifestations près de Téhéran.

Najafi a reçu six balles au visage et au cou dans la ville de Karaj, rapporte Radio Farda. Des vidéos des funérailles de la jeune femme de 20 ans ont circulé sur les réseaux sociaux pour lui rendre hommage. Elle avait récemment fait parler d’elle après la diffusion d’une vidéo sur TikTok dans laquelle on la voyait attacher ses cheveux et se préparer à rejoindre les manifestations antigouvernementales.

Ces manifestations ont été déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, détenue par la «police des mœur» pour avoir enfreint les règles strictes de port du voile. Au moins 41 personnes ont été tuées alors que l’Iran continue de réprimer les manifestations qui se déroulent dans tout le pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com