A 10 jours de sa tenue, la présidentielle en Libye de plus en plus compromise

Omar Abdel-Aziz Bushah, vice-président du Conseil supérieur d'État libyen, et le vice-président adjoint Mohammed Amzab donnent une conférence de presse sur les derniers développements sur les prochaines élections, dans la capitale libyenne Tripoli le 8 décembre 2021. (Photo, AFP)
Omar Abdel-Aziz Bushah, vice-président du Conseil supérieur d'État libyen, et le vice-président adjoint Mohammed Amzab donnent une conférence de presse sur les derniers développements sur les prochaines élections, dans la capitale libyenne Tripoli le 8 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 14 décembre 2021

A 10 jours de sa tenue, la présidentielle en Libye de plus en plus compromise

  • Le scrutin présidentiel annoncé pour le 24 décembre, premier du genre dans l'Histoire du pays nord-africain et où près de 2,5 millions d'électeurs sont appelés à voter
  • A dix jours de l'échéance, la campagne électorale n'a pas encore commencé et la publication de la liste définitive des candidats a été reportée sine die, rendant très improbable sa tenue dans les délais

TRIPOLI : La Libye est censée élire son président dans dix jours mais l'absence d'une liste officielle de candidats et des désaccords persistants entre camps rivaux font peser de sérieux doutes sur sa tenue à la date prévue.

Le scrutin présidentiel annoncé pour le 24 décembre, premier du genre dans l'Histoire du pays nord-africain et où près de 2,5 millions d'électeurs sont appelés à voter, est présenté comme l'aboutissement d'un processus parrainé par l'ONU pour sortir la Libye du chaos ayant suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Mais à dix jours de l'échéance, la campagne électorale n'a pas encore commencé et la publication de la liste définitive des candidats a été reportée sine die, rendant très improbable sa tenue dans les délais, bien que le gouvernement libyen se soit déclaré dimanche "prêt" pour l'organiser.

Cela fait des semaines que le scénario d'un report se dessine, les ingrédients susceptibles de transformer l'échéance historique en fiasco se multipliant: une loi électorale contestée, un calendrier modifié pour repousser les législatives et des figures controversées se déclarant candidats.

Dans ce contexte, "les élections pourraient faire plus de mal que de bien en raison des profondes lignes de fracture sociétales et politiques", observe Jamal Benomar, ancien sous-secrétaire général de l'ONU et président du Centre international pour les initiatives de dialogue.

 

Une population déconcertée par une interminable transition

La Libye va-t-elle enfin achever son interminable transition après une décennie de chaos? Rien n'est moins sûr pour de nombreux Libyens, déconcertés par un processus politique qui bat de l'aile et une présidentielle de plus en plus hypothétique. 

"Je ne suis pas très optimiste. Il y a beaucoup de divergences et rivalités entre régions et il n'est pas sûr que les résultats soient acceptés", déclare à l'AFP Khaled Al-Turki, 25 ans, avec en arrière-plan le port de Tripoli et la Méditerranée.

"S'il y avait eu un candidat capable de rassembler, nous aurions été optimistes. Mais ce n'est pas le cas", indique cet employé du bureau local d'une organisation internationale. 

En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe et grâce à l'appui de l'Otan, les Libyens ont lancé une révolte qui a renversé Mouammar Kadhafi, le "Guide" qui dirigeait le pays depuis 1969.

Mais depuis la fin de la révolte avec la mort de Mouammar Kadhafi tué par des rebelles en octobre 2011, la Libye est minée par les rivalités entre les principales régions, le poids des milices et les ingérences étrangères, aux dépens d'une population exsangue malgré les immenses ressources énergétiques du pays.

 

«Trop divisés»

Que le scrutin soit reporté ou pas, les conditions pour des "élections libres et équitables ne sont pas réunies, les Libyens étant trop divisés pour accepter ou s'entendre sur les résultats", selon M. Benomar.

Surmontant les années de guerre entre pouvoirs rivaux de l'Ouest et l'Est, un gouvernement intérimaire a pourtant été installé en mars pour mener à bien la transition jusqu'aux élections. 

Des questions de fond sont cependant restées en suspens.

"Des institutions fragmentées, l'absence d'Etat et de forces de sécurité et armées unifiées ou légitimes sont autant d'éléments qui conduisent à l'instabilité, et ces questions fondamentales sont sans réponse depuis 2012", décortique M. Benomar.

Amanda Kadlec, ancienne membre du groupe d'experts de l'ONU sur la Libye, abonde: "le seuil minimum d'infrastructures et les exigences de sécurité pour une élection libre et équitable ne sont pas réunis à ce stade".

Si une myriade de milices reste déployée dans l'ouest du pays, l'Est est toujours contrôlé par Khalifa Haftar, lui-même candidat. 

En Tripolitaine (ouest), ce maréchal suscite une profonde animosité depuis qu'il a tenté en vain de conquérir militairement la capitale Tripoli en 2019-2020.

Et il n'est pas le seul candidat clivant parmi la centaine en lice: Seif al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dictateur tué pendant la révolte populaire de 2011, figure parmi les candidats les plus en vue, de même qu'Abdelhamid Dbeibah, Premier ministre intérimaire, qui s'était pourtant engagé à ne pas concourir.

 

Les conditions de sécurité sont-elles réunies?

Malgré les progrès politiques enregistrés depuis un an, la sécurité reste précaire. Dans l'Est, le maréchal Haftar a instauré un système très autoritaire, taxé de "dictature militaire" par ses détracteurs.

Ces dernières semaines, le processus électoral a été émaillé d'incidents: des hommes armées ont bloqué l'accès au tribunal de Sebha (sud) pour empêcher les avocats de Seif al-Islam Kadhafi, fils cadet de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, de faire appel du rejet de sa candidature à la présidentielle.

Si ces hommes armés se sont finalement retirés et que la justice a rétabli la candidature du fils Kadhafi, ces incidents ont suscité la "grande inquiétude" du gouvernement intérimaire et de l'ONU.

Des doutes subsistent aussi sur la capacité des autorités à protéger les bureaux de vote. Après les incidents à Sebha, le ministre de l'Intérieur Khaled Mazen a laissé entendre que ses services n'étaient pas en mesure d'assurer la sécurité.

Sur les réseaux sociaux, des électeurs ont affirmé ne pas avoir trouvé leurs cartes électorales, récupérées selon eux par d'autres, alimentant des soupçons de fraude. Plus de 2.300 cartes d'électeurs ont été dérobées dans cinq bureaux de vote par des hommes armés dans l'ouest du pays, notamment à Tripoli.

«Aveuglement»

Pour Anas el-Gomati, directeur du Sadeq Institute, "des élections dans ces conditions juridiques et politiques déstabiliseraient certainement la Libye".  

"Une victoire électorale de Seif ou de Haftar entraînerait une guerre (provoquée) par ceux qui se sont opposés à Kadhafi en 2011 ou à l'assaut de Haftar sur Tripoli en 2019. La candidature de Dbeibah est également contestée, il s'est engagé à ne pas se présenter, et ses opposants contesteraient sa victoire", résume-t-il. 

Et pour ajouter à la confusion, l'émissaire de l'ONU pour la Libye Jan Kubis a jeté l'éponge un mois avant la présidentielle. 

Si aucune raison n'a été avancée, le noeud du problème serait des "divergences de fond sur les élections" avec le chef de l'ONU Antonio Guterres, a révélé à l'AFP un diplomate à New York. M. Kubis était favorable à la tenue de l'élection le 24 décembre alors que M. Guterres était plus dubitatif, selon lui. 

Dans sa quête d'élections coûte que coûte, M. Kubis avait reconnu une loi électorale controversée, taillée sur mesure pour le maréchal Haftar, promulguée sans vote par le Parlement dirigé par son allié Aguila Saleh.

En dépit de tous les signaux d'alerte, la communauté internationale veut la tenue des élections à la date prévue, "faisant avancer aveuglement ce processus électoral sans prendre en compte les risques", pointe Peter Millett, ex-ambassadeur britannique en Libye.

Si un report semble presque inéluctable, trois grandes questions se posent selon lui: "pour combien de temps, qui gouvernera par intérim et à quoi aura servi cette période". 

 

Quels sont les principaux chantiers d'un futur gouvernement?

Les défis restent colossaux après 42 ans de dictature et la décennie de violences post-révolution. L'un des principaux défis sera l'unification des institutions, aussi bien l'armée que la Banque centrale. 

La rédaction d'une Constitution est également primordiale, la Libye n'ayant plus de Loi fondamentale depuis sa suppression par Kadhafi en 1969. 

La réponse apportée à la situation des droits humains sera également scrutée: des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ont été commis en Libye depuis 2016, a conclu début octobre une mission d'enquête de l'ONU.

Le pays est aussi devenu la plaque tournante du trafic d'êtres humains sur le continent. Des dizaines de milliers de migrants venus d'Afrique subsaharienne en quête de l'eldorado européen, y sont la proie de trafiquants quand ils ne meurent pas en tentant la traversée de la Méditerranée.

Sans oublier les attentes pressantes d'une population dont le quotidien est rythmé par les coupures de courant, la pénurie de liquidités et l'inflation. Cela passe par une relance d'une économie fortement dépendante des hydrocarbures et jadis parmi les plus prospères de la région. 

Le démantèlement des milices apparaît comme enfin une étape clef à la pacification, de même que le départ des quelque 20 000 mercenaires et combattants étrangers stationnés en Libye.


L'ONU et la pression internationale sont nécessaires pour que les Houthis s'engagent dans le processus de paix

Photo du vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane. (AFP)
Photo du vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane. (AFP)
Short Url
  • Le cessez-le-feu de deux mois est entré en vigueur le 2 avril dans tout le Yémen
  • Le prince Khalid ben Salmane a déclaré avoir affirmé à Timothy Lenderking le « soutien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Conseil présidentiel yéménite »

RIYAD : Le vice-ministre saoudien de la Défense a rencontré l'envoyé spécial américain pour le Yémen à Washington pour discuter du conflit à Taïz et de la nécessité de propositions de paix soutenues par l'ONU pour faire pression sur le groupe militant Houthi. 

Le prince Khalid ben Salmane a déclaré avoir affirmé à Timothy Lenderking le « soutien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Conseil présidentiel yéménite », dans un communiqué publié samedi sur son compte Twitter officiel.  

« Bien que la dynamique de la trêve reste élevée, j'ai réaffirmé la nécessité pour les Nations unies et la communauté internationale de faire pression sur les Houthis pour qu'ils rouvrent les routes de Taïz, déposent les revenus du port de Hodeïda et s'engagent dans des propositions de paix », ajoute le communiqué.

Le prince Khalid a également réitéré les « aspirations de l'Arabie saoudite à parvenir à une résolution politique globale de la crise qui conduira le Yémen vers la paix et la prospérité. »

Le cessez-le-feu de deux mois, qui est entré en vigueur le 2 avril, visait à mettre fin aux hostilités dans tout le pays, à permettre la réouverture de l'aéroport international de Sanaa, à autoriser l'entrée de navires de carburant dans le port de Hodeïda et à ouvrir les routes à Taïz et dans de nombreuses autres provinces.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


HRW dénonce l’arrestation «sans fondements» de plusieurs militants en Iran

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il s'agit d'une « nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor »
  • Le pays est secoué par des grèves du travail et des protestations contre la hausse des prix des produits de base

LONDRES : L'Iran a arrêté plusieurs militants de premier plan sur la base de ce que Human Rights Watch a qualifié vendredi d' « accusations sans fondement », dans un contexte de grèves du travail et de protestations contre la hausse des prix.

Citant des organes de presse proches de l'appareil de renseignement iranien, HRW a déclaré que les personnes arrêtées sont accusées d'être « en contact avec des acteurs étrangers suspects », bien qu'aucune preuve n'ait été fournie pour étayer cette affirmation hormis les autorités qui ont confirmé avoir arrêté deux Européens au début du mois.

« L'arrestation de membres de premier plan de la société civile iranienne sur la base d'accusations sans fondement d'ingérence étrangère malveillante est une nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor dans le pays », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse senior sur l'Iran à HRW.

« Au lieu de chercher l'aide de la société civile pour comprendre et répondre aux problèmes sociaux, le gouvernement iranien les traite comme une menace inhérente. »

Depuis le 6 mai, les gens se sont rassemblés dans au moins 19 villes et villages pour protester contre la nouvelle selon laquelle l'Iran connaîtra des augmentations de prix des produits essentiels dans les mois à venir ; des députés ont assuré qu'au moins deux personnes ont été tuées dans les protestations jusqu'à présent.

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système de rémunération.

HRW indique qu'au cours des quatre dernières années, l'Iran a connu un pic dans les manifestations de grande ampleur, organisées par les principaux syndicats, en raison des inégalités économiques découlant de la baisse du niveau de vie.

L'organisation ajoute que les forces de sécurité ont répondu aux manifestations par une force excessive et meurtrière et ont arrêté des milliers de personnes, utilisant les poursuites et l'emprisonnement sur la base d'accusations illégitimes comme principal outil pour réduire au silence les dissidents éminents et les défenseurs des droits de l'homme.

Depuis que ces dernières manifestations ont commencé début mai, les autorités ont fortement perturbé l'accès à Internet dans plusieurs provinces.

« Les autorités iraniennes cherchent depuis longtemps à criminaliser la solidarité entre les membres des groupes de la société civile à l'intérieur et à l'extérieur du pays », a déclaré Sepehri Far.

« L'intention est d'empêcher la responsabilisation et l'examen des actions de l'État que la société civile fournit. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ankara et Téhéran s'efforcent de combler le «vide» laissé par Moscou en Syrie

Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Short Url
  • La crise ukrainienne risque d'accroître la dépendance du régime de Damas vis-à-vis de Téhéran, déclare un analyste à Arab News
  • Ankara et Téhéran soutiennent des camps rivaux dans le conflit syrien, l'Iran soutenant le régime d'Assad, tandis que la Turquie soutient l'opposition syrienne

ANKARA: Le retrait de dizaines de milliers de soldats russes de Syrie pour renforcer les troupes russes en Ukraine pourrait marquer un tournant dans le conflit syrien et conduire à une course entre Téhéran et Ankara pour combler le vide laissé par Moscou dans le pays, selon d’éminents analystes. 

La Russie, l'Iran et la Turquie sont les pays garants des pourparlers d'Astana sur la Syrie, qui visent à négocier un accord de paix permanent en réunissant les parties en conflit.

Cependant, la Russie a été la force d'équilibre dans ce trio, empêchant l’enracinement incontrôlé des milices soutenues par l'Iran.

Mais aujourd'hui, les bases russes abandonnées auraient été transférées au corps paramilitaire iranien des gardiens de la révolution (CGRI) et au Hezbollah, tandis que Téhéran devrait envoyer davantage de troupes en Syrie pour combler le vide laissé par le personnel militaire russe à destination de l'Ukraine.