Turquie: la livre en chute libre après une baisse des taux

Pour les Turcs, l'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable. (Photo, AFP)
Pour les Turcs, l'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 17 décembre 2021

Turquie: la livre en chute libre après une baisse des taux

  • La Banque centrale a décidé d'abaisser son principal taux directeur - de 15% à 14% - pour le quatrième mois consécutif
  • À rebours des théories économiques classiques, Erdogan estime que les taux d'intérêts élevés favorisent l'inflation

ISTANBUL : Le quotidien des Turcs risque de se compliquer encore en cette fin d'année: leur monnaie a touché un nouveau plus bas historique jeudi, après une nouvelle baisse du taux directeur conforme aux souhaits du président Recep Tayyip Erdogan.

La monnaie nationale, qui a déjà vu sa valeur fondre de plus moitié depuis le début de l’année face au dollar, s'échangeait à près de 15,5 livres pour un dollar - un taux jamais atteint - en début d'après-midi.

La Banque centrale turque a décidé d'abaisser son principal taux directeur - de 15% à 14% - pour le quatrième mois consécutif provoquant une chute immédiate de la livre dans les minutes suivant l'annonce.

À rebours des théories économiques classiques, le chef de l’Etat estime que les taux d'intérêts élevés favorisent l'inflation. 

Mais sa politique monétaire et le manque d’indépendance de la Banque centrale - dont il a limogé trois gouverneurs depuis 2019 - n’ont fait qu’entraîner la livre turque vers le fond.

Le président Erdogan, dont la popularité est au plus bas après 19 ans au pouvoir, semble faire le pari de la croissance à tout prix en vue de l'élection présidentielle prévue en 2023. Celle-ci a atteint 7,4% sur un an au troisième trimestre, portée notamment par les exportations, rendues moins coûteuses.

Mais pour les Turcs, l'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable, le pays étant très dépendant des importations, notamment pour les matières premières et l'énergie.

Dans ce contexte politiquement explosif, le président Erdogan a annoncé jeudi, dans une déclaration retransmise en direct à la télévision, le relèvement du salaire minimum au 1er janvier 2022 de 2 825,90 (soit environ 160 euros) à 4 250 livres (environ 240 euros), soit une hausse de 50%.

"Avec cette augmentation, je crois que nous avons démontré notre détermination à ne pas écraser nos travailleurs face aux hausses de prix", a déclaré le chef de l'Etat.

«Erdogan en roue libre»

L'inflation officielle a atteint 21,3% sur un an en novembre, mais ce chiffre fait l’objet d’une âpre bataille politique: l'opposition accuse l’Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment – et largement - la hausse des prix.

Des images, abondamment relayées et commentées ces derniers jours en Turquie, montrent d’interminables files d’attente devant des dépôts de pain gérés par les municipalités d'opposition d'Ankara et d'Istanbul: le pain de 250 grammes y est vendu 1,25 livre (environ 7 centimes), deux fois moins que dans la plupart des boulangeries. 

Cette différence de quelques centimes d’euros par pain est devenue cruciale pour de nombreux Turcs, alors que des produits de base comme l’huile de tournesol ont vu leur prix grimper de 50% sur un an.

La Banque centrale turque est intervenue à quatre reprises depuis le 1er décembre pour tenter de soutenir la livre, en vain. Car de plus en plus de Turcs se tournent vers le dollar ou l’or pour tenter de préserver leurs économies. 

Le président turc n’entend pas pour autant infléchir sa politique économique et avait prévenu fin novembre qu'il continuerait de "résister aux pressions", dénonçant un "complot" visant l'économie turque.

"Le président Erdogan continue de dicter sa politique non orthodoxe à une Banque centrale lourdement purgée" de toutes voix dissonantes, a réagi Jason Tuvey, analyste de Capital Economics, selon qui "une évolution vers un contrôle des capitaux semble de plus en plus probable".

Cette nouvelle baisse des taux d’intérêt est "une décision suicidaire pour la livre", a réagi pour sa part Timothy Ash, analyste à BlueBay Asset Management, spécialiste de la Turquie.

M. Erdogan, qui a remplacé à trois reprises son ministre des Finances depuis 2018, dont le dernier le 2 décembre, a limogé par décret dans la nuit de mercredi à jeudi deux vice-ministres des Finances.

Pour un responsable occidental de haut rang, Recep Tayyip Erdogan est convaincu du bien-fondé de sa politique monétaire et n'entend pas y renoncer.

"Erdogan est en roue libre (...) Il n'y a plus personne autour de lui pour contrer sa conviction fondamentale, qu'elle soit liée à ses principes religieux ou à sa mentalité de boutiquier - ou à une combinaison des deux: il pense sincèrement que cela va fonctionner", déclarait cette semaine ce responsable sous couvert de l'anonymat.


La BCE va entamer la «seconde mi-temps» de sa politique monétaire, selon Villeroy de Galhau

François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
Short Url
  • La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records
  • Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%

PARIS: Pour le patron de la Banque de France François Villeroy de Galhau, il est temps pour la Banque centrale européenne d'entamer la "seconde mi-temps" de sa politique monétaire, et de procéder à partir de janvier à des hausses de taux directeurs plus "flexibles".

La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records en zone euro: 10,6% en octobre.

Le patron de la Banque de France estime qu'à la réunion de la BCE "du 15 décembre, nous devrions terminer la première mi-temps, de normalisation" de la politique monétaire, après plusieurs années de taux exceptionnellement bas, proches de zéro voire négatifs depuis 2016.

"Nous discuterons autour de Christine Lagarde (la présidente de la BCE, ndlr) et je pense que la bonne mesure serait de relever les taux d'intérêt pour arriver autour de 2%, un taux plus normal au regard des niveaux passés", a-t-il déclaré lors d'une émission de la chaîne d'information en continu LCI.

Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%. M. Villeroy de Galhau se positionne donc en faveur d'un relèvement des taux de 0,50 point de pourcentage à l'issue de la prochaine réunion de décembre.

Pour lui, la réunion de décembre sera "un point d’inflexion, pas un point d’arrêt". Il imagine ensuite une "deuxième mi-temps où les hausses de taux vont continuer, mais à un rythme moins rapide et plus flexible --disons des passes plus courtes", a-t-il expliqué pour filer la métaphore footballistique, tandis que l'équipe de France disputait dans le même temps un match contre la Pologne pour accéder au quart de finale de la Coupe du Monde.

Il a aussi évoqué la réduction du bilan de la BCE, c'est-à-dire la réduction des achats d'actifs sur les marchés financiers par l'institution.

Ces "injections de liquidités dans l'économie" ont été fortement "augmentées en 2021" puis "stabilisées en 2022". "Nous discuterons le 15 décembre de les réduire (...), mais il faut le faire prudemment et progressivement", selon le patron de la Banque de France.


La croissance du commerce d'armes ralentie par des problèmes d'approvisionnement, selon un rapport

Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine
  • Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021

STOCKHOLM: La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a augmenté en 2021, toutefois affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie et la guerre en Ukraine qui devrait à la fois amplifier ces difficultés et stimuler la demande, selon un nouveau rapport publié lundi.

Selon le rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars (environ 562 milliards d'euros) en 2021, soit une augmentation de 1,9% par rapport à 2020.

Cette croissance a cependant été sévèrement affectée par des problèmes généralisés sur la chaîne d'approvisionnement.

"L'impact durable de la pandémie commence vraiment à se manifester dans les entreprises d'armement", a déclaré à l'AFP Nan Tian, chercheur au SIPRI et co-auteur du rapport.

Des problèmes en termes de pénurie de main-d'œuvre et d'approvisionnement en matières premières ont "ralenti la capacité des entreprises à produire des systèmes d'armement et de les livrer à temps".

"Ce que l'on voit réellement, c'est une croissance possiblement plus lente que ce que beaucoup avait prévu dans la vente des armes en 2021", a-t-il souligné.

Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine, notamment "parce que la Russie est un grand fournisseur de matières premières utilisées dans la production d'armes", selon les auteurs du rapport, mais aussi parce que ce conflit a entraîné une hausse de la demande.

Il reste pourtant difficile d'évaluer le niveau de cette hausse selon Nan Tian, qui dépend à la fois du besoin des pays ayant aidé l'Ukraine avec des armes de reconstituer leurs stocks et de l'aggravation de l'environnement sécuritaire, signifiant que "les pays cherchent à se procurer plus d'armes".

Bien que les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales (soit 299 milliards de dollars), les États-Unis sont la seule région dans le monde ayant connu une baisse de ses ventes par rapport à 2020.

Parmi les cinq plus grosses entreprises du marché - Lockheed Martin, Raytheon Technologies, Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics - seule Raytheon a vu ses ventes croître.

Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021, à 109 milliards de dollars.

Les entreprises européennes, qui représentent maintenant 27 des 100 plus grandes entreprises, totalisent un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2020.

Le rapport note également une tendance chez les sociétés d'investissement privé à acheter des entreprises d'armement, une évolution que les auteurs du rapport estiment plus visible ces trois ou quatre dernières années.

Selon eux, cette tendance menace de rendre l'industrie de l'armement plus opaque et donc plus difficile à tracer.

"Car ces sociétés d'investissement privé vont acheter ces entreprises et pratiquement plus produire de données financières publiques", explique Mr Tian.


Subventions américaines: UE et Etats-Unis doivent «se coordonner»

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE doit prendre des mesures de «rééquilibrage» pour aplanir les «distorsions» de concurrence causées par l'IRA
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables

PARIS: Europe et Etats-Unis doivent "se coordonner" pour éviter une coûteuse course aux subventions et jouer sur un pied d'égalité, a estimé dimanche le ministre français de l'Industrie, interrogé sur l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

"Il faut que l'on évite la course à l'échalote (...) des subventions maximales qui font qu'on se retrouve en concurrence au détriment de nos finances publiques", a déclaré Roland Lescure au cours de l'émission Questions politiques de France Inter/France Télévisions/Le Monde.

"Il faut que la concurrence soit forte et loyale, donc on a besoin de se coordonner pour s'assurer qu'on est sur un terrain de jeu qui est juste", en ce qui concerne notamment les subventions à l'installation d'usines, a-t-il poursuivi.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Si une usine qui s'installe en France a bien des subventions, "le problème c’est l'échelle de niveaux, bien plus importants aux Etats-Unis qu'en Europe" avec des "dispositions un peu plus rapides et efficaces que les nôtres", constate le ministre.

Et concernant les subventions à l'achat, pour "un véhicule électrique aux Etats-Unis vous avez 7 000 dollars de prime mais il faut qu’il soit américain jusqu’au circuit électrique", "en France vous avez 6 000 ou 7 000 euros selon votre niveau de revenu et le véhicule peut venir de Chine", fait-il remarquer, ajoutant que sur ce point Europe et Etats-Unis étaient "déjà en train de discuter" de possibles exemptions.

"On a été naïf, il y a aujourd'hui en Chine et aux Etats-Unis des dispositions qu'il faut qu'on intègre dans notre politique européenne", a déclaré M. Lescure, soulignant notamment le peu de critères permettant de "privilégier les achats européens" pour les appels d'offres publics.

"Sans fermer les frontières" afin de préserver les marchés de l'Europe, plus exportatrice que les Etats-Unis, ajoute-t-il.

L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par l'IRA, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tandis que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelait à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels".