13-Novembre: Jean-Louis Périès, quatre mois «à la manoeuvre» d'un procès hors norme

Ce croquis d'audience réalisé le 4 novembre 2021, montre Jean-Louis Peries président de la cour d'assises spéciale lors du procès des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (AFP)
Ce croquis d'audience réalisé le 4 novembre 2021, montre Jean-Louis Peries président de la cour d'assises spéciale lors du procès des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 décembre 2021

13-Novembre: Jean-Louis Périès, quatre mois «à la manoeuvre» d'un procès hors norme

  • Devant les rescapés et proches qui ont témoigné pendant cinq semaine de l'horreur des attentats, Périès a été bienveillant, n'interrompant que très exceptionnellement même lorsque l'on s'éloignait franchement des faits jugés
  • Vendredi, Jean-Louis Périès a suspendu l'audience pour la dernière fois de l'année. «Nous avons tous besoin d'un moment de respiration. Rendez-vous dans cette salle le 4 janvier»

PARIS: Il a imposé sa marque et son tempo: le magistrat Jean-Louis Périès, 65 ans, qui préside depuis près de quatre mois le procès "historique et hors norme" des attentats du 13-Novembre, est salué pour son pragmatisme, soulevant toutefois quelques critiques.

Le 8 septembre, Jean-Louis Périès a ouvert le dernier procès de ses 40 ans de carrière. Dans un inhabituel propos liminaire, il a listé de sa voix posée tout ce pourquoi celui-là était exceptionnel : son nombre de participants, sa durée de neuf mois, sa charge émotionnelle et médiatique. Et prévenu : "Ce qui importe, c'est aussi justement le respect de la norme, le respect des droits de chacun, à commencer par les droits de la défense".

Quelques instants plus tard, il ne se démonte pas quand, déclinant son identité, le principal accusé Salah Abdeslam se présente comme un "combattant de l'Etat islamique". 

"J'avais +intérimaire+ comme profession", remarque l'air de rien M. Périès sans lever les yeux de ses notes.

Robe rouge de président d'assises, cheveux grisonnants, yeux facilement rieurs derrières ses lunettes rectangulaires, ce fils et petit-fils d'hommes de droit (son père était magistrat et son grand-père greffier) s'est imposé comme le personnage central du procès. "Un despote éclairé", dit une avocate de la défense. "Il est à la manoeuvre, il tient son audience", abonde-t-on côté parties civiles. 

Avec les accusés, à qui il ne "manque jamais de respect" comme il le leur a rappelé les rares fois où le ton est monté, il a su se montrer ferme: "Laissez parler le témoin, taisez-vous, si vous continuez vous allez sortir de ce box, M. Abdeslam".

Devant les rescapés et proches qui ont témoigné pendant cinq semaine de l'horreur des attentats, il a été bienveillant, n'interrompant que très exceptionnellement même lorsque l'on s'éloignait franchement des faits jugés. "Merci pour votre témoignage émouvant", "vous avez conscience d'avoir sauvé plusieurs personnes ? Je tenais à vous le dire".

"Évidemment qu'il a débordé de son rôle de président, mais c'est le 13-Novembre, ce n'est pas un procès comme les autres", dit une avocate de la défense.

«Le planning»
Autre moment "exceptionnel", l'audition pour la première fois devant les assises d'un ancien président de la République. "Bonjour Monsieur le Président", dit-il à François Hollande. "Bonjour Monsieur le président", répond le second. Les deux hommes connus pour leur humour sourient en coin, la salle aussi. 

On l'a pourtant senti soulagé dès la mi-novembre de débuter un semblant de procès "normal". "On entre dans le vif du dossier", a-t-il répété à l'arrivée des enquêteurs.

Mais c'est là aussi qu'ont commencé les premières vraies crispations. 

D'abord après sa décision très contestée par la défense d'autoriser les enquêteurs belges à témoigner en visioconférence. Puis avec la "légèreté" de certaines de ces auditions, quand certains enquêteurs se contentaient de lire leur rapport, poussant le président à parfois renoncer à poser des questions.

"Il est pragmatique, il a vu qu'il n'y avait rien à en tirer alors il attend que ça passe", analyse une avocate de partie civile.

Certains regrettent ce côté "diplomate". "On voit qu'il ne veut pas d'incidents et il cède sur des choses sur lesquelles il pourrait ne pas céder".  

Le ton est parfois monté, la défense criant à la "censure du micro". Hors salle, une avocate a vilipendé : "Il nous parle comme à des gamins de CP".

"Il ne veut pas se faire déborder", que "le truc lui explose entre les mains", entend une autre, en défense. Mais le "manque de souplesse" peut faire passer à côté de "moments d'audience".

Car le président Périès, qui a récemment multiplié les rappels sur "le port de masque", a une obsession : "Le planning, le planning, le planning",  fustige une avocate. "L'enjeu principal de ce procès, c'est qu'il ait lieu, et pour Périès, c'est de le mener à son terme", résume un avocat de partie civile. 

"Drôle", "accessible", "connaissant le dossier", le magistrat - qui perd plus facilement patience parfois en fin de journée - est sans aucun doute "tenu" par les enjeux du procès. "Ca doit être infernal à gérer", concluent la plupart des acteurs du procès.

Vendredi, Jean-Louis Périès a suspendu l'audience pour la dernière fois de l'année. "Nous avons tous besoin d'un moment de respiration. Rendez-vous dans cette salle le 4 janvier".


Tension autour des discussions sur l'avenir de la Corse, Darmanin reporte sa visite

Tension autour des discussions sur l'avenir de la Corse, Darmanin reporte sa visite
Short Url
  • Gérald Darmanin devait rencontrer jeudi et vendredi des élus et représentants de la société civile corse
  • Il devait évoquer la question des déchets et de l'énergie, en présence du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires Christophe Béchu

BASTIA: "Les conditions d'un débat serein" ne sont "pas réunies": Gérald Darmanin a reporté mardi son déplacement en Corse, dans le cadre du cycle de concertation sur l'avenir de l'île, après des tensions sur le refus d'aménager la peine d'un membre du +commando Erignac+.

"Afin de préserver la qualité des échanges tenus jusqu'à présent et recréer les conditions de la poursuite sereine du processus de dialogue engagé entre la Corse et l'Etat, le ministre a décidé de reporter son déplacement de quelques semaines", a annoncé dans un communiqué le ministère de l'Intérieur, selon qui "les conditions d'un débat serein avec les maires" n'étaient "pas réunies".

Un avis partagé par le président de l'exécutif corse, l'autonomiste Gilles Simeoni, pour qui "ce report est une bonne chose". "Après l'émotion et l'incompréhension suscitées par la décision de justice qui a maintenu en détention Pierre Alessandri, les conditions n'étaient pas réunies pour un dialogue serein", a estimé l'élu auprès de l'AFP, évoquant un "trouble à l'ordre public en Corse".

"Je vais proposer à la délégation des élus corses qui discutent avec Paris de se réunir dans la semaine, pour voir comment nous pouvons dépasser la situation de blocage", a-t-il ajouté, en réaffirmant cependant que la solution politique corse passait "aussi par la libération (...) dans le respect de la séparation des pouvoirs" des deux derniers membres du +commando Erignac+ encore incarcérés.

"Il s'agit d'un report qui ne remet pas en cause le principe des discussions qui doivent se poursuivre dans de bonnes conditions", a réagi de son côté le député et ex-maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli (Horizons).

Gérald Darmanin devait rencontrer jeudi et vendredi des élus et représentants de la société civile corse, dans le cadre d'une réunion intermédiaire au cycle de concertation prévu sur une année à Paris. Il devait évoquer la question des déchets et de l'énergie, en présence du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires Christophe Béchu.

Mais ce processus s'est donc enrayé avec le rejet par la cour d'appel de Paris fin septembre d'une énième demande de semi-liberté de Pierre Alessandri, 64 ans, condamné à la perpétuité en 2003 pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac et libérable depuis 2017.

«Poursuivre le dialogue»

Les élus de l'Assemblée de Corse avaient aussitôt fait part de leur "indignation". Le lendemain, une association de défense des prisonniers avait appelé les élus à suspendre les discussions avec le gouvernement, ce qu'avait annoncé faire le parti indépendantiste Core in Fronte, minoritaire à l'Assemblée de Corse.

Le parti autonomiste Femu a Corsica de Gilles Simeoni avait néanmoins réaffirmé "sa détermination" à poursuivre le dialogue avec le gouvernement, tout en dénonçant "la logique de vengeance" qui aurait motivé, selon lui, cette décision de justice.

Celle-ci fait "peser un risque majeur sur le processus" de discussion, avait insisté le parti majoritaire.

Des élus d'opposition de droite corse du parti "Un soffiu novu" avaient également appelé samedi à poursuivre le dialogue avec le gouvernement, estimant que la décision de justice ne devait en rien être une excuse pour une rupture.

Le ministre de l'Intérieur, qui s'était engagé en mars à discuter de l'avenir de l'île, jusqu'à une potentielle autonomie, avait mis sur pied en juillet un comité stratégique, quatre mois après l'agression mortelle en prison du militant indépendantiste corse Yvan Colonna, autre membre du commando Erignac condamné à perpétuité, qui avait suscité de violentes manifestations dans l'île.

Ce cycle de concertation doit s'étaler sur un an, à raison d'une réunion toutes les six semaines à Paris. Après une première réunion mi-septembre sur le "modèle économique et social" de la Corse, la deuxième, vers la fin octobre, devrait porter sur  "la spéculation financière, l’urbanisme et le logement" et la troisième, prévue "avant la fin 2022", sur "la langue et la culture corses".


Julien Bayou nie les accusations contre lui et attaque Rousseau

Cette photo d'archive prise le 22 juin 2022 montre Julien Bayou arrivant pour une rencontre avec le président français après les élections législatives, à l'Elysée à Paris. Ludovic MARIN / AFP
Cette photo d'archive prise le 22 juin 2022 montre Julien Bayou arrivant pour une rencontre avec le président français après les élections législatives, à l'Elysée à Paris. Ludovic MARIN / AFP
Short Url
  • Offensif, le député de Paris assure qu'il reprendra dès mardi sa place sur le banc de l'Assemblée nationale, auprès de son groupe, dont il a été mis en retrait de la présidence
  • Lundi, ni lui ni Adrien Quatennens, député de La France insoumise visé par une enquête pour violences contre son épouse, n'ont siégé lors de la rentrée parlementaire

PARIS: Julien Bayou est passé mardi à l'attaque contre son accusatrice et collègue députée Sandrine Rousseau, qui "est allée trop loin" et confond "féminisme et maccarthysme", après deux semaines de silence et sa démission de la tête d'EELV.

"Il n’y a pas d’affaire Bayou. Il n’y a pas d'accusation. Il n'y a pas de fait sous-tendant les anathèmes que j'ai pu entendre", dit-il dans un entretien au Monde à propos des accusations de violence psychologique contre son ancienne compagne lancées par Sandrine Rousseau sur le plateau de France 5 le 19 septembre.

"Elle est allée trop loin. Et tout le monde le mesure", affirme-t-il. "Il ne faut pas confondre féminisme et maccarthysme". Le maccarthysme, "c'est dire: +j’ai des listes d'hommes+, c’est porter des accusations que vous ne pouvez contredire car il n’y a pas d'enquête", complète-t- il, rappelant avoir demandé à quatre reprises à être entendu par la cellule interne à EELV qui s'était auto-saisie, il y a plusieurs mois, après un mail de son ancienne compagne.

Interrogé sur la révélation, dans un article de Libération, qu'il faisait l'objet d'une "mise sous surveillance" par un groupe de militantes féministes, il assure avoir "hésité à déposer une main courante" en 2019. "J'ai dû demander à une femme militante de cesser d'enquêter sur moi et surtout de colporter rumeurs et accusations sans preuves", précise-t-il.

«Règlement de comptes»
"J'y vois une instrumentalisation en vue d'un règlement de comptes", résume-t-il.

Offensif, le député de Paris assure qu'il reprendra dès mardi sa place sur le banc de l'Assemblée nationale, auprès de son groupe, dont il a été mis en retrait de la présidence. "Je suis investi d’un mandat, je compte bien le mener", prévient-il, à deux jours des journées parlementaires d'EELV prévues jeudi et vendredi à Strasbourg.

Lundi, ni lui ni Adrien Quatennens, député de La France insoumise visé par une enquête pour violences contre son épouse, n'ont siégé lors de la rentrée parlementaire.


Terminus en vue pour le ticket de métro parisien

Une photo d'illustration prise le 26 septembre 2022 à Paris montre des tickets de métro parisiens des années 1973 à 1992 collectés par le collectionneur français Grégoire Thonnat. (JOËL SAGET / AFP)
Une photo d'illustration prise le 26 septembre 2022 à Paris montre des tickets de métro parisiens des années 1973 à 1992 collectés par le collectionneur français Grégoire Thonnat. (JOËL SAGET / AFP)
Short Url
  • L'opérateur a commencé depuis plusieurs années à réduire le nombre de stations dans lesquelles il est possible d'acheter un carnet et de nombreux tourniquets ne lisent plus les tickets en carton.
  • Cette dématérialisation avec l'utilisation de smartphones au tourniquet, dans les prochaines semaines pour Android et en 2023 pour les appareils Apple, s'engage à Paris vingt ans après le retrait des jetons en métal du métro de New York

PARIS: Depuis le temps que son oblitération était annoncée, il avait fini par paraître impérissable. Après plus de 120 ans de service, le ticket de métro parisien cartonné va pourtant s'éteindre, au grand dam des amoureux de la capitale.

Au-delà de sa fonction première, le ticket de métro aura servi à tout, de marque-page, de pense-bête, de cale...

"C'est un morceau de notre quotidien, il parle à tout le monde", explique à l'AFP Grégoire Thonnat, collectionneur de tickets et auteur d'une "Petite histoire du Ticket de métro parisien", avec lui "c'est un pan de notre vie qui disparaît".

"Le ticket de métro, c'est une des composantes de l'imagerie parisienne", insiste-t-il.

Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'établissement public qui gère le système de transports de la région parisienne, visait initialement la suppression du carnet de dix tickets à la mi-2020 puis du ticket unique en 2021, au profit d'alternatives numériques.

Mais il a dû repousser ces échéances à 2022 pour cause de pandémie de coronavirus, puis de nouveau en raison de la pénurie de puces électroniques provoquée par l'invasion russe de l'Ukraine. "On était pressés, mais cette crise des cartes à puce nous a un peu ralentis", reconnaît le directeur général d'IDFM, Laurent Probst.

550 millions par an

L'opérateur a commencé depuis plusieurs années à réduire le nombre de stations dans lesquelles il est possible d'acheter un carnet et de nombreux tourniquets ne lisent plus les tickets en carton.

Résultat : la proportion de tickets en carton dans les déplacements urbains a chuté de plus des deux tiers il y a un an à moins de la moitié, même s'il s'en vend encore quelque 550 millions par an.

"Les habitudes sont en train de se prendre", se félicite Laurent Probst, assurant que les carnets auront complètement disparu courant 2023. Ile-de-France Mobilités fait notamment valoir que sur un carnet, 1 ticket sur 10 en moyenne n'est pas utilisé car perdu, abîmé ou oublié.

Mais les billets à l'unité devraient continuer à circuler au moins jusqu'en 2024.

Cette dématérialisation avec l'utilisation de smartphones au tourniquet, dans les prochaines semaines pour Android et en 2023 pour les appareils Apple, s'engage à Paris vingt ans après le retrait des jetons en métal du métro de New York et plus d'une dizaine d'années après celle du métro londonien.

Mais certains apprécient que la capitale française ait pris son temps.

"J'aime la texture, la propreté du ticket quand il est neuf, et à quel point on peut le détruire et l'avoir encore", raconte Sarah Sturman, une artiste italo-américaine installée à Paris qui utilise des tickets de métro dans ses collages.

"Je continuerai à collectionner les tickets de métro jusqu'à ce qu'ils aient disparu et alors ils seront encore plus précieux", ajoute-t-elle.

Attachement «irrationnel»

Le ticket de métro occupe une place particulière dans la culture populaire française de l'après-Deuxième Guerre mondiale.

Ainsi, dans le film "le Salaire de la peur" (1953), Yves Montand offre à Charles Vanel en gage d'amitié, son porte-bonheur, un ticket de métro parisien, et la chanson de Serge Gainsbourg "Le poinçonneur des Lilas" (1959) rend hommage à une profession obscure, condamnée à l'obsolescence par l'arrivée des tourniquets automatiques une décennie plus tard.

"Sa durée de vie est très courte, une heure, une heure 30, mais on s'y attache, voilà, c'est irrationnel", observe Grégoire Thonnat.

De nombreux visiteurs se disent en revanche impatients de pouvoir se passer des complications des billetteries du métro parisien.

"Je n'aime pas les tickets en papier, je veux avoir tout sur mon téléphone", déclare Javier Romani, un touriste espagnol.

Stefania Grigoriadou, une touriste grecque, préfère elle aussi réserver en ligne, mais compte bien garder le ticket acheté pour se rendre au parc Disneyland Paris, près de la capitale.

"C'est bien de l'avoir comme souvenir", dit-elle à l'AFP. "Peut-être que nous ne reviendrons pas à Paris, de cette façon nous aurons quelque chose à montrer à nos enfants plus tard".