L'incroyable engouement pour les NFT

Un NFT de Larva Labs intitulé «CryptoPunk 7523» lors d'un aperçu médiatique le 4 juin 2021, chez Sotheby's. (Photo, AFP)
Un NFT de Larva Labs intitulé «CryptoPunk 7523» lors d'un aperçu médiatique le 4 juin 2021, chez Sotheby's. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 décembre 2021

L'incroyable engouement pour les NFT

Un NFT de Larva Labs intitulé «CryptoPunk 7523» lors d'un aperçu médiatique le 4 juin 2021, chez Sotheby's. (Photo, AFP)
  • La plateforme NFT The Third Place a annoncé le lancement d'une collection premium de véritables chefs-d'œuvre de l'art pictural mondial, «The Greatest Works of Art», qui sera vendue aux enchères sous la forme d'une série limitée de jetons NFT
  • Quasiment inconnus il y a tout juste un an, les NFT représentent aujourd’hui pour certains la nouvelle poule aux œufs d'or

 MONTRÉAL: Voilà une mise aux enchère pour le moins originale qui sera organisée ce mardi 21 novembre par la maison Aguttes, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Le tout premier SMS au monde sera mise à la vente. Un SMS qui avait été envoyé sur le réseau Vodafone le 3 décembre 1992 depuis un ordinateur vers un téléphone, rapporte le journal Le Parisien. Le message contenait la phrase suivante : « Merry Christmas ». Son prix est estimé entre 100 000 et 200 000 euros et sera vendu sous forme de NFT. Mais de quoi s'agit-il ?

NFT est l’acronyme de non-fungible token, ou jeton non fongible en français. Il s'agit de certificats d'authenticité numérique pour des contenus en ligne (images, animations, tweet, etc.), qui suscitent un immense engouement.  

Stocké sur une blockchain, un réseau de stockage et de distribution d’informations décentralisé et sécurisé, un NFT est unique. À la différence du bitcoin, celui-ci ne peut être échangé avec un autre.  

Une fois achetés, ces certificats numériques appartiennent à leurs propriétaires grâce à une signature numérique. Pourtant, les NFT restent accessibles en ligne et ne peuvent pas être remplacés ou copiés, ce qui signifie que s'ils sont échangés à l'avenir, toutes les transactions sont entièrement traçables et l'on sait toujours qui possède quoi. 

Qu’est ce qui peut alors être vendu comme NFT? 

Tout actif numérique accessible en ligne. Des œuvres d’arts numériques, des tweets, des morceaux de musique, des terrains virtuels, etc. 

Des œuvres d’arts  

Un chef-d'œuvre de Renoir du XIXe siècle sera vendu sous la forme d'une série limitée de jetons NFT par Third Place NFT 

La plateforme NFT The Third Place a annoncé le lancement d'une collection premium de véritables chefs-d'œuvre de l'art pictural mondial, «The Greatest Works of Art», qui sera vendue aux enchères sous la forme d'une série limitée de jetons NFT. Le premier chef-d'œuvre à être vendu aux enchères sera le tableau du célèbre artiste français Pierre Auguste Renoir, Double portrait de Jeanne Baudot, peint il y a exactement cent vingt-cinq ans.  

Dans le cadre de la tokenisation, le tableau de Renoir sera divisé en 1 125 jetons NFT exclusifs dont les détenteurs recevront les droits d'utilisation du tableau, les droits exclusifs sur les copies numériques des NFT acquis, ainsi que les droits non exclusifs sur une copie numérique complète du célèbre tableau de l'artiste. 

1
Un chef-d'œuvre de Renoir du XIXe siècle. (Photo, AFP)

EN BREF

The Greatest Works of Art est le premier projet spécial de Third Place NFT, dont la mission principale est de créer la plus grande collection accumulée d'art classique. Dans le cadre de ce projet, la plateforme prévoit de localiser des objets d'art de renommée mondiale en vérifiant leur authenticité, en partenariat avec un certain nombre de grands musées, et de les rendre accessibles à tous à l'aide de la technologie NFT. 

Grâce aux NFT, les droits d'utilisation des objets d'art obtenus seront certifiés sous la forme de plusieurs milliers de fragments uniques, et les participants à la plateforme pourront acheter des chefs-d'œuvre célèbres de l'art mondial en pièces détachées en utilisant des jetons. 

Ainsi, avec l'aide de la plateforme Third Place NFT, n'importe qui aura la possibilité de posséder les droits d'œuvres valant des dizaines de millions de dollars, et les amateurs d'art pourront apprécier les chefs-d'œuvre de grands artistes tels que Renoir, Van Gogh, Gauguin et bien d'autres, qui ornent les murs des espaces d'art publics. 

Des morceaux de musique 

Acquérir des parts de hits, partager le succès de vos artistes préférés et sécuriser vos droits dans la blockchain: une vision longtemps attendue vient de devenir réalité avec le lancement des Music NFT par le pionnier viennois Global Rockstar. La start-up a donc une longueur d'avance sur la concurrence et décolle avec plus de 150 000 Music NFT le premier jour. 

Les Music NFT permettent l'engagement le plus direct jamais réalisé auprès des fans: tout le monde peut investir dans les chansons de ses artistes préférés et partager le succès et les revenus des flux, des téléchargements, du passage à la radio, de la télévision, des CD, des spectacles vivants et des contrats publicitaires pendant les soixante-dix ans de la durée du droit d'auteur de l'enregistrement. L'investissement et l'animation de la pochette en édition limitée sont sécurisés sous la forme de Music NFT dans la blockchain.  

1
Cette transformation radicale du Marché de l'Art va permettre de passer de 120 millions de collectionneurs, avec un âge moyen de 54 ans, à plus de 900 millions d'acheteurs friands de NFTs, avec des profils sociologiques beaucoup plus variés dès l'âge de 20 ans. (Photo, AFP)

Les NTF remettent en question toute l'économie traditionnelle du marché de l'art

La révolution NFT est conceptualisée pour pénétrer dans le quotidien de chacun, dans une ultra démocratisation de l'art, sans perte de rareté et de qualité. Les revenus générés par cette mutation historique sont d'ores et déjà spectaculaires comme le prouve le niveau d'adjudication de Beeple, alias Mike Winkelmann, à 69 millions de dollars (1 dollar = 0,89 euro) chez Christie's qui rivalise déjà avec les records historiques des œuvres physiques. Ces nouveaux revenus qui sont le fer de lance de ce nouveau monde. 

Des terrains virtuels 

Dépenser des millions pour des terrains virtuels peut sembler saugrenu, mais l'enthousiasme pour les univers parallèles pousse des investisseurs à miser gros sur l'immobilier numérique. 

Cette semaine, l'entreprise Republic Realm, basée à New York, a annoncé avoir dépensé la somme record de 4,3 millions de dollars pour l'achat d'un terrain sur The Sandbox, une plateforme donnant accès à un monde virtuel où les participants peuvent discuter, jouer et même participer à des concerts. 

Sur le site concurrent Decentraland, la société canadienne Tokens.com, spécialisée dans les cryptomonnaies, avait déboursé 2,4 millions de dollars en novembre pour un achat immobilier. 

Quelques jours auparavant, la Barbade, un petit pays des Caraïbes, avait dit vouloir établir une ambassade dans le métavers, ce réseau d'espaces virtuels interconnectés, parfois décrit comme l'avenir d'internet.

Adidas lance une collection NFT pour s'affirmer dans le métavers

Le géant sportif Adidas a mis un pied dans le monde du métavers en lançant sa première collection assortie de NFT, ces objets numériques certifiés qui bouleversent le marché de la culture et autour desquels se pressent les grandes marques. 

La marque Adidas Originals a commercialisé depuis une semaine des NFT achetables en cryptomonnaie qui donneront dans un premier temps un «accès exclusif» à des accessoires numériques utilisables dans le jeu vidéo The Sandbox.  

Des produits physiques liés, comme par exemple un sweat spécifique, sont disponibles à la vente pour les membres de ce club restreint qui ont acquis ces NFT pour 0,2 ETH (Etherum, soit près de 700 euros) l'unité. 

Quasiment inconnus il y a tout juste un an, les NFT représentent aujourd’hui pour certains la nouvelle poule aux œufs d'or. 

(Avec AFP)


Pétrole russe: pourquoi la Hongrie veut échapper à l'embargo

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Le dirigeant hongrois, qui entend «protéger les familles hongroises» d'une insécurité énergétique inédite, est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays
  • Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine

BUDAPEST: A l'approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d'un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d'une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays.

Il entend "protéger les familles hongroises" d'une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.


Si les Slovaques et les Tchèques semblent se satisfaire d'une dérogation de deux années, lui parle de "bombe atomique" lancée sur son économie et exige au moins le double de temps ainsi que près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter les installations. 


Car il lui faut transformer son unique raffinerie dans les environs de Budapest et doper la capacité de l'oléduc Adria qui part de Croatie.


Une surenchère faisant dire au ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, qu'il serait moins coûteux pour l'UE de faire l'embargo sans la Hongrie.


Depuis son retour au pouvoir il y a douze ans, Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. 


Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine. 


Cours gonflés, profits éclairs: les cryptomonnaies ciblées par les spéculateurs

Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Short Url
  • Des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits
  • Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des «faux comptes» qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur

PARIS: Une cryptomonnaie dont le cours bondit soudainement avant de chuter: des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits.

Mi-mai, une obscure cryptomonnaie, l'Enzyme, est ainsi passée en quelques minutes de 30 à 74 dollars, avec un volume de transactions très élevé. Quelques heures plus tard, elle replongeait et elle ne vaut plus aujourd'hui que 27 dollars.

A l'origine de ce mouvement: un groupe de la messagerie Telegram sur lequel plusieurs investisseurs ont choisi leur cible avant de passer à l'action.

"Sur les marchés boursiers, c'est illégal, mais des malfaiteurs profitent du cadre réglementaire moins sévère concernant les cryptomonnaies", explique Mircea Mihaescu, de l'entreprise spécialisée Coinfirm.

Pour donner plus d'ampleur à leur action sur l'Enzyme, ils ont également utilisé un réseau social grand public, Twitter en l'occurrence, afin d'inciter d'autres personnes à investir également.

"Les baleines (surnom des gros investisseurs, NDLR) ramassent plein de +MLN+ (le nom abrégé d'Enzyme sur les marchés, NDLR), ça vaut le coup d'essayer", a par exemple tweeté un certain Cryptosanta.

Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des "faux comptes" qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur.

Mais il était trop tard et de nombreux investisseurs s'étaient déjà lancés en suivant un procédé périlleux: acheter puis revendre suffisamment vite avant que le soufflé ne retombe et que la demande ne se tarisse.

Presque tous ont perdu car, dans ces stratagèmes, il est essentiel d'agir très rapidement. Pour l'Enzyme, la poussée haussière n'a en effet duré que quelques minutes et les seuls qui avaient une chance de ne pas perdre de l'argent étaient les initiateurs du mouvement.

«Pas de véritable demande»
"Dans toutes ces manipulations, tout le monde est convaincu d'être" celui qui va profiter de la montée du cours, explique l'économiste comportemental Stuart Mills, de la London School of Economics.

Le phénomène n'est pas isolé. D'autres groupes sont en train de promouvoir une opération similaire dans les prochains jours.

Selon le spécialiste des données Matt Ranger, la plupart de ces actions sont lancées par des personnes dotées avant tout d'un solide sens du marketing.

"Vous n'avez pas besoin de savoir écrire une ligne de code", souligne-t-il. Il suffit de savoir rédiger des messages qui trouvent un écho auprès des investisseurs dans les cryptoactifs, par exemple en reprenant la thématique de la défaillance des grandes institutions économiques.

Les théories conspirationnistes fourmillent et certains soupçonnent ainsi des grands fonds d'investissements américains d'avoir orchestré le naufrage actuel des cryptomonnaies, pour en acheter ensuite à un bon prix.

"Tout à coup, tous ces comportements non éthiques deviennent plus justifiés" avec ces théories, relève Stuart Mills. Car les spéculateurs se disent: +Je me suis fait avoir, donc à mon tour de rouler les autres+".

La baisse récente de la demande pour les cryptomonnaies et le recul des cours qui en découle rendent toutefois d'autant plus périlleuses ces opérations.

"Les seuls ordres d'achat viennent de ces gens sur Telegram ou Twitter", prévient Matt Ranger. Alors, à un moment, sans réelle demande d'investisseurs lamba pour la cryptomonnaie visée, "tout s'écroule", souligne-t-il.


Litige avec Airbus: le patron de Qatar Airways espère une résolution «hors des tribunaux»

Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées
  • L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité

DOHA: Qatar Airways et Airbus ont dit jeudi espérer que le différend qui les oppose au sujet des défauts de ses avions A350 "puisse être résolu hors des tribunaux". 

"Chaque partenariat connaît des différends et j'espère simplement que ce différend puisse être résolu hors des tribunaux", a dit le dirigeant de Qatar Airways Akbar al-Baker en conférence de presse à Doha. 

"L'affaire peut maintenant avancer rapidement pour se concentrer sur le sujet principal, à savoir les fausses déclarations de Qatar Airways sur la sécurité et la navigabilité de l'A350, que nous continuerons à défendre", a déclaré de son côté Airbus dans un communiqué, assurant "privilégier une solution à l'amiable".

L'an dernier, la compagnie aérienne qatarie a cloué au sol une partie de sa flotte de gros porteurs A350 en raison d'une dégradation de la surface des fuselages et poursuit l'avionneur européen devant la justice britannique pour obtenir réparation. Elle réclame 200 000 dollars d'indemnisation par avion par jour d'immobilisation.

Airbus a répliqué en annulant une commande de 50 avions A321 pour plus 6 milliards de dollars par la deuxième compagnie du Moyen-Orient (après Emirates) et l'un de ses gros clients.

Fin avril, la justice britannique a rejeté la demande de Qatar Airways d'interdire à Airbus de revendre à d'autres ces A321. Un rejet confirmé jeudi par la Haute cour de Londres qui a aussi accédé à la demande de la compagnie aérienne d'accélérer le calendrier du procès.

Pour l'avionneur, qui reconnaît une dégradation de la peinture pouvant exposer un filet métallique intégré destiné à protéger l'avion en cas de frappe d'éclair sur son fuselage en matériaux composites, cette situation n'a pas de conséquence sur la sécurité en vol. 

La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité.