Un groupe de sauvetage d’animaux trouve des foyers chaleureux à l’étranger pour les chats et les chiens errants de Syrie

Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Star offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
L’étudiante néerlandaise Celine de Jong avec ses chattes à deux pattes, Zaina et Holly. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
L’étudiante néerlandaise Celine de Jong avec ses chattes à deux pattes, Zaina et Holly. (Photo, @syrianteamanimalrescue)
Short Url
Publié le Lundi 20 décembre 2021

Un groupe de sauvetage d’animaux trouve des foyers chaleureux à l’étranger pour les chats et les chiens errants de Syrie

  • L’Équipe syrienne pour le sauvetage des animaux prend soin de quelque 2000 animaux, dont beaucoup sont gravement blessés
  • Certains animaux autrefois pris en charge par le groupe vivent désormais en Europe et aux États-Unis

DUBAÏ: La Syrie n’est peut-être pas le premier pays auquel on pense lorsqu’on souhaite adopter un chien ou un chat errant, mais c’est ce qu’a fait récemment Celine de Jong, une étudiante néerlandaise, et elle ne pourrait pas être plus heureuse. 

Tout a commencé par une recherche sur Internet qui a conduit De Jong, bénévole dans un service d’ambulance pour animaux, à la page Facebook de l’Équipe syrienne pour le sauvetage des animaux (Syrian Team for Animal Rescue, Star). 

Fondée il y a cinq ans, cette organisation à but non lucratif offre un abri à près de 2000 chats et chiens dans le sud de la Syrie. Sa page Facebook compte plus de 100 000 abonnés. 

«La situation est difficile en Syrie, même pour les animaux», a indiqué De Jong à Arab News depuis Assendelft, à environ 15 km au nord-ouest d’Amsterdam. 

L’étudiante néerlandaise Celine de Jong avec ses chattes à deux pattes, Zaina et Holly. (Photo, @syrianteamanimalrescue) 

«Star a beaucoup de chats et de chiens qui ont été renversés par des voitures ou sur lesquels on a tiré. Beaucoup ont des pattes manquantes. Nous avons des chats handicapés en Hollande, mais pas d’animaux errants. Je voulais adopter un chat errant.» 

De Jong a contacté Star et ce mois-ci, ses nouveaux animaux – les chattes à deux pattes Zaina et Holly – sont arrivés dans leur nouvelle maison en Hollande. 

Bien que la procédure d’adoption ait duré près de six mois, car les animaux devaient être vaccinés contre la rage et effectuer un test sanguin qui devait ensuite être approuvé par un laboratoire en Europe, De Jong a affirmé que l’attente en valait la peine. 

«On leur sauve vraiment la vie», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle espère qu’un jour Zaina et Holly pourront être équipées de prothèses de jambes. 

De Jong et sa mère Petra se sont rendues à Beyrouth pour récupérer les animaux, où ils ont été emmenés après avoir quitté la Syrie. 

Elles ont également rencontré des représentants de Star et fait don de nourriture, de médicaments et de jouets pour aider d’autres animaux malades. 

La famille De Jong n’est pas la seule famille étrangère à venir en aide à Star. Sa fondatrice, Hanadi al-Mouhtaseb, a précisé que d’autres animaux autrefois pris en charge par Star, vivent désormais en Belgique, en Allemagne et aux États-Unis. «Ils sont très coopératifs, il y a une grande humanité», a-t-elle dit à Arab News au sujet des adoptants étrangers. 

Al-Mouhtaseb a commencé à s’occuper d’animaux blessés à son domicile avant de créer un refuge en plein air dans le quartier de Sahnaya, à l’extérieur de Damas. Aujourd’hui, Star est gérée par des bénévoles et financée par des dons publics, mais ce n’est pas facile. 

Le refuge a du mal à obtenir l’équipement vétérinaire et les médicaments dont il a besoin pour soigner ses animaux, dont beaucoup sont gravement blessés à leur arrivée. 

Alors que la guerre et les troubles politiques en Syrie ont rendu difficile l’obtention d’un soutien pour Star, la fondatrice de l’organisation a mentionné qu’elle essayait également d’éduquer les gens, en particulier les enfants, sur la nécessité de prendre soin des animaux et de ne pas les maltraiter. 

«Si vous vous adressez à un enfant et que vous lui dites que ce qu’il fait est mal, il vous répondra: “Est-ce qu'un animal ressent quelque chose de toute façon?”», dit-elle. «Mais si tout cela ne causait pas de mal, nous n’aurions pas besoin d’une association.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Bethléem se prépare à célébrer Noël de manière «remarquable»

Bethléem revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. (Photo fournie).
Bethléem revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. (Photo fournie).
Short Url
  • La municipalité de Bethléem et le ministère du Tourisme de l’Autorité palestinienne ont lancé cette année des activités de Noël autour du thème «de Bethléem au monde: l’esprit de Noël nous rassemble»
  • Le secteur du tourisme à Bethléem – qui compte environ trente mille habitants à majorité chrétienne – avait été le premier à souffrir de l’incidence de la pandémie et le dernier à s’en remettre

RAMALLAH: Bethléem s’apprête à célébrer Noël de manière «remarquable» le mois prochain. Des dizaines de milliers de visiteurs, en provenance du monde entier, devraient se rendre dans la ville, déclarent des responsables.

La ville centrale de la Cisjordanie revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. La municipalité de Bethléem et le ministère du Tourisme de l’Autorité palestinienne ont lancé cette année des activités de Noël autour du thème suivant: «De Bethléem au monde, l’esprit de Noël nous rassemble.»

«Tous les regards sont actuellement rivés sur Bethléem, qui se prépare à célébrer la naissance de l’Enfant Jésus», confie le maire de Bethléem, Hanna Hanania.

Ce dernier souligne que, malgré les crises mondiales actuelles, l’événement est l’occasion pour les fidèles et les personnes éprises de paix de s’unir et de promouvoir la liberté et la dignité pour tous.

M. Hanania note que, en faisant ce pèlerinage en Terre sainte, les visiteurs expriment leur soutien à la présence palestinienne.

Le maire explique à Arab News que la municipalité a commencé à préparer les festivités de Noël de cette année il y a quatre mois.

Cette occasion coïncide avec le 150e anniversaire de la création de la municipalité de Bethléem et avec le 10e anniversaire de l’inscription de la basilique de la Nativité sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

«Bethléem porte désormais un nouveau costume de joie et, après une longue absence, l’espoir remplit le cœur des citoyens de la ville. Nous attendons avec impatience cette année un Noël qui sera particulièrement remarquable», précise-t-il.

«Bethléem et la Terre sainte ont vraiment besoin de la bénédiction de la paix, qui ne se fait pas à n’importe quelle condition, mais au prix de la justice. Il ne peut y avoir de paix sans justice, sans amour entre les peuples.»

Il ajoute que l’objectif de la municipalité est d’organiser des célébrations spéciales pour Noël dans une atmosphère de joie, en commençant par une cérémonie d’illumination des sapins le 3 décembre, un marché de Noël ainsi que d’autres activités organisées dans le Centre de la paix de Bethléem et dans toute la ville.

La ministre palestinienne du Tourisme et des Antiquités, Roula Maayah, note une forte augmentation du nombre de touristes cette année, avec un nombre de visiteurs qui atteint déjà six cent mille après la pandémie. Cent mille autres attendus le mois prochain, faisant grimper le taux d’occupation des hôtels à 80%.

Elias al-Arja, chef de l’Association des hôtels palestiniens et propriétaire de l'hôtel Bethléem, déclare à Arab News qu’il s’attend à ce que de nombreux hôtels de Bethléem affichent complet pendant les vacances de Noël et la période du Nouvel An.

Il affirme que, au cours des derniers mois, il a rejoint plusieurs propriétaires d’hôtels de Bethléem. Soutenus par le ministère palestinien du Tourisme, ils ont voulu promouvoir la ville grâce à des expositions touristiques internationales en Espagne, en Italie, en Roumanie, au Royaume-Uni et en Turquie.

«Nous avons commencé à ressentir la magie de Noël à Bethléem au début de cette année», poursuit-il.

M. Al-Arja souligne que le secteur du tourisme à Bethléem – qui compte environ trente mille habitants à majorité chrétienne – avait été le premier à souffrir de l’incidence de la pandémie et le dernier à s’en remettre.

50% de l’économie de Bethléem repose sur le tourisme. En effet, la ville compte cinquante-six hôtels qui proposent en tout quatre mille cinq cents chambres en tout et peuvent accueillir neuf mille touristes. Par ailleurs, il existe près de cent magasins d’antiquités orientales, quatre cents ateliers d’artisanat traditionnel et vingt grands restaurants.

Le Bureau central palestinien des statistiques révèle que, au cours des années 2020 et 2021, le secteur du tourisme avait perdu 1,5 milliard de dollars (1 dollar = 0,96 euro) en raison de la pandémie.

Jeries Qumsiyeh, directeur du ministère palestinien de l’Archéologie et des Antiquités à Bethléem, confie à Arab News que le ministère cherche cette année à mettre en lumière les composantes religieuses, patrimoniales et touristiques non seulement de Bethléem, mais aussi des villes de Jérusalem et de Nazareth.​​​​​​​

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Pour le ministre yéménite des Affaires étrangères, les Houthis devraient être classés comme groupe terroriste

Ahmed Awad ben Moubarak, ministre des Affaires étrangères du gouvernement du Yémen reconnu à l’échelle internationale. (AFP).
Ahmed Awad ben Moubarak, ministre des Affaires étrangères du gouvernement du Yémen reconnu à l’échelle internationale. (AFP).
Short Url
  • M. Moubarak souligne l’importance du soutien de la communauté internationale à cette décision
  • L’ambassadeur de l’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed ben Saeed al-Jaber, qualifie les attaques des Houthis d’«opérations terroristes»

​​​​​​RIYAD: Les Houthis devraient être classés comme groupe terroriste, a déclaré dimanche dernier le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ahmed Awad ben Moubarak, à l’ambassadeur des États-Unis au Yémen, Steven Fagin.

Le gouvernement yéménite envisage de désigner les Houthis comme une organisation terroriste, affirme M. Moubarak, qui souligne l’importance du soutien de la communauté internationale à cette décision.

Les deux parties ont discuté des défis auxquels est confronté le processus de paix. Elles ont également abordé la menace que posent les Houthis à la navigation, à la paix et à la sécurité internationales, rapporte l’agence de presse officielle Saba.

M. Moubarak indique que les Houthis procèdent à un «lavage de cerveau» et qu’ils veulent imposer à la société une «identité raciste» en lieu et place de l’identité nationale, selon le rapport.

L’ambassadeur des États-Unis renouvelle par ailleurs la condamnation par son pays des attaques terroristes des Houthis contre les installations pétrolières, soulignant le soutien des États-Unis à la sécurité, à la stabilité et à l’unité du Yémen.

Pendant ce temps, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed ben Saïd al-Jaber, déclare que les attaques des Houthis – qui utilisent des armes iraniennes contre les ports pétroliers – sont des «opérations terroristes». Il ajoute que les attaques des Houthis contre des installations civiles nuisent aux intérêts du peuple yéménite.

«La communauté internationale œuvre à soutenir la trêve et nous encourageons ces efforts», précise l’ambassadeur.

«Nous espérons que les efforts internationaux inciteront les Houthis à soutenir le processus de paix.»

Il ajoute que le Fonds monétaire arabe aidera la Banque centrale du Yémen à stabiliser l’économie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Kurdes syriens appellent Washington à empêcher toute offensive terrestre de la Turquie

Mazloum Abdi, commandant des Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis (Photo, AP).
Mazloum Abdi, commandant des Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis (Photo, AP).
Short Url
  • La menace d'une résurgence de Daech «est utilisée comme moyen de pression sur les États-Unis pour convaincre Ankara de désamorcer la situation»
  • La Turquie considère les Forces démocratiques syriennes et son principal groupe kurde, les Unités de protection du peuple (YPG), comme des groupes terroristes en raison de leurs liens avec le PKK

ANKARA: Le commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mazloum Abdi, a déclaré à la presse que ses troupes avaient interrompu leurs opérations contre Daech à la suite des attaques aériennes menées par la Turquie dans le nord de la Syrie la semaine dernière.
Quatre soldats turcs ont été tués samedi au cours d'une opération menée par la Turquie dans le nord de l'Irak, avec pour but officiel de libérer la zone de la présence de terroristes.
Certains signes laissent entendre qu'Ankara se prépare à une offensive terrestre avec l'aide de combattants de l'opposition soutenus par la Turquie. Dans ce contexte, la déclaration d'Abdi, représentant les forces kurdes soutenues par les États-Unis, est considérée comme un message lancé à Washington pour faire pression sur la Turquie afin d'empêcher toute action militaire dans la région.
À l'heure où les États-Unis tentent d'évaluer leurs relations avec leur allié de l'OTAN et leurs partenaires kurdes en Syrie, les dernières attaques aériennes de la Turquie ont été critiquées par Washington en raison de leur proximité avec les bases de la coalition où sont stationnés des soldats américains.
Ankara attribue aux ramifications syriennes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) la responsabilité de l'attentat à la bombe du 13 novembre dans la rue Istiklal d'Istanbul, qui a tué six citoyens turcs et en a blessé plus de 80.
La Turquie considère les FDS et son principal groupe kurde, les Unités de protection du peuple (YPG), comme des groupes terroristes en raison de leurs liens avec le PKK.
Selon Soner Cagaptay, membre du Washington Institute, les États-Unis ne s'opposeront pas à Ankara comme ils l'ont fait par le passé.
«L'importance de la Syrie recule rapidement pour le gouvernement américain en faveur de l'Ukraine, et l'importance relative des YPG diminue», a-t-il indiqué à Arab News.
«Le soutien militaire de la Turquie à l'Ukraine contre l'invasion russe et la position critique d'Ankara en tant qu'intermédiaire pour l'accord sur le corridor céréalier ont également renforcé leur valeur stratégique aux yeux des États-Unis», a-t-il ajouté.
Selon M. Cagaptay, la Turquie a également utilisé son influence en soutenant les candidatures suédoises et finlandaises à l'OTAN.
«Les alliés de l'OTAN ont exprimé leur soutien à la Turquie et n'ont pas critiqué leurs arguments contre les YPG», a-t-il souligné.
Pour Samuel Ramani, chercheur associé au Royal United Services Institute, «les Kurdes syriens utilisent la menace d'une résurgence de Daech comme moyen de pression sur les États-Unis pour convaincre la Turquie de désamorcer la situation».
«Ceci ressemble beaucoup aux événements qui ont suivi l'offensive de l'opération Printemps de la paix de 2019, où l'ancien président américain Donald Trump a été fortement critiqué pour avoir donné son feu vert à l'offensive turque et permis à Daech de potentiellement se rétablir», a-t-il déclaré à Arab News.
La stratégie des FDS a peu de chances de fonctionner, selon M. Ramani. Ce dernier estime qu'il est difficile de voir Washington faire face aujourd'hui au même retour de bâton que celui subi par Trump en 2019.
Selon lui, la Turquie «est apparue comme un médiateur essentiel dans la guerre en Ukraine et les États-Unis se sont abstenus de prendre des sanctions contre le pays en raison de l'utilisation continue des systèmes S-400».
«S'ils ne s'opposent pas à l'acquisition de technologies militaires russes, les États-Unis ne vont certainement pas sévir contre la Turquie en cas d'escalade dans le nord de la Syrie ou en Irak», a-t-il ajouté.
«Les responsables des FDS ont admis qu'ils craignaient que les États-Unis n'en fassent pas assez et qu'ils les perçoivent comme désengagés du conflit syrien dans son ensemble», a-t-il indiqué.
Selon M. Abdi, commandant des FDS, les frappes aériennes turques de la semaine dernière ont endommagé les infrastructures de la région.
«Les forces qui collaborent symboliquement avec la coalition internationale dans la lutte contre Daech sont désormais des cibles pour l'État turc et les opérations (militaires) ont donc cessé», a-t-il déclaré.
Pour sa part, M. Cagaptay estime que les FDS et les YPG étaient autrefois des partenaires importants pour les États-Unis dans la lutte contre Daech, qui est aujourd'hui vaincu.
Les FDS, qui sont le principal partenaire des États-Unis dans la lutte contre Daech en Syrie, ont également rappelé l'importance de conserver intacte la sécurité du camp d'Al-Hol, qui abrite des membres de la famille de combattants de Daech, alors que les autorités kurdes gèrent plusieurs centres de détention dans le nord-est de la Syrie qui hébergent des milliers de combattants de l'opposition.
Pour M. Cagaptay, «le rôle principal des YPG est désormais réduit à celui de gardien de prison des lieux détenant des proches des extrémistes, principalement irakiens et syriens, qu'aucun pays occidental ne veut reprendre».
Les bases accueillant les forces de la coalition menée par les États-Unis dans la ville de Shaddadeh, au nord-est de la Syrie, ont été visées par deux roquettes. Ces attaques auraient été perpétrées par des milices soutenues par l'Iran.
Dans une brève déclaration mercredi, le commandement central américain a annoncé que les troupes américaines avaient été mises en danger, mais qu'aucun membre des forces armées n'avait été blessé lors de la frappe.
Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré vendredi que ses forces ne porteraient jamais atteinte aux forces de la coalition ou aux civils, après avoir été interrogé sur les allégations indiquant que des avions de guerre auraient frappé des cibles près d'une base américaine dans le nord de la Syrie.
M. Akar a également tenu une réunion samedi avec le chef d'état-major turc, Yasar Guler, et les autorités du commandement des forces terrestres turques à Ankara.
«Diminuer la sécurité des camps en représailles aux frappes aériennes de la Turquie ne fera que mettre fin au soutien américain aux YPG et réduire l'importance des Kurdes syriens aux yeux des décideurs politiques américains», a lancé M. Cagaptay.
La Turquie a poursuivi ses frappes aériennes – à l'aide d'avions de chasse et de drones – contre les rebelles kurdes dans le nord de l'Irak et de la Syrie afin d'éloigner les militants de la frontière.
Les experts estiment que les déclarations des FDS ne modifieront pas les plans de la Turquie destinés à poursuivre une éventuelle opération terrestre, la quatrième de ce genre depuis 2016, à l'ouest de l'Euphrate dans les semaines à venir.
Ankara et Moscou ont convenu en 2019 de faire reculer les forces des YPG de 30 kilomètres au sud de la frontière turque.
Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi que la Turquie était «déterminée à sécuriser ses frontières contre le terrorisme».
«Espérons qu'avec ces opérations, nous montrons notre détermination à sécuriser progressivement chaque centimètre de notre pays, en commençant par l'extérieur de la frontière», a-t-il ajouté.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com