La Banque mondiale promet 37 millions de dollars pour les enseignants libanais

Un employé nettoie les bureaux d'une école libanaise en février 2020. La Banque mondiale a annoncé jeudi qu'elle avait convenu avec ses partenaires de réaffecter 37 millions de dollars de fonds pour aider les enseignants des écoles publiques libanaises à résister à une crise économique écrasante. (Reuters)
Un employé nettoie les bureaux d'une école libanaise en février 2020. La Banque mondiale a annoncé jeudi qu'elle avait convenu avec ses partenaires de réaffecter 37 millions de dollars de fonds pour aider les enseignants des écoles publiques libanaises à résister à une crise économique écrasante. (Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 23 décembre 2021

La Banque mondiale promet 37 millions de dollars pour les enseignants libanais

  • Le Liban, qui héberge plus d'un million de réfugiés syriens, est confronté à une crise économique que la Banque mondiale considère comme l'une des pires de l'époque moderne
  • Plus de 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté et la monnaie locale a perdu 90% de sa valeur par rapport au dollar

BEYROUTH: La Banque mondiale a convenu jeudi avec ses partenaires de réaffecter 37 millions de dollars de fonds (plus de 32 millions d'euros), afin d'aider les enseignants des écoles publiques libanaises touchés par une crise économique dévastatrice.

Dans un communiqué, la Banque mondiale et le Bureau britannique des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement (FCDO) ont annoncé récupérer des fonds initialement alloués au Fonds pour la crise au Liban et en Syrie (LSCTF), qui soutient les communautés libanaises dans l'accueil des réfugiés syriens. 

Ces fonds seront utilisés pour "fournir des avantages financiers aux enseignants des écoles publiques souffrant de la crise financière et économique sévère qui touche le Liban, afin d'assurer leur capacité d'acheter de l'essence pour se rendre au travail", détaille le communiqué. 

"L'exceptionnel" financement qui couvrira l'année scolaire 2021-2022 a été sollicité par le gouvernement libanais, a précisé la Banque mondiale. 

Le Liban, qui héberge plus d'un million de réfugiés syriens, est confronté à une crise économique que la Banque mondiale considère comme l'une des pires de l'époque moderne.

Plus de 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté et la monnaie locale a perdu 90% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir. 

Les enseignants des écoles publiques, déjà sous-payés avant le déclenchement de la crise il y a deux ans, se sont depuis enfoncés davantage dans la pauvreté. 

Leurs salaires en livres libanaises ne représentent plus qu'une fraction de ce qu'ils gagnaient auparavant, du fait de la forte dévaluation de la livre. 

En conséquence, la plupart d'entre eux ne peut se permettre d'acheter de l'essence pour aller au travail, après que le gouvernement a progressivement levé les subventions, provoquant une multiplication par quatre des prix des carburants en l'espace de quelques mois.

Remplir le réservoir d'un véhicule de taille moyenne coûte à présent davantage que le salaire minimum mensuel, soit 675 000 livres (environ 22 euros). 


Quatre morts alors que l'armée jordanienne déjoue une tentative de trafic de drogue en provenance de la Syrie

Des soldats jordaniens patrouillent le long de la frontière avec la Syrie pour empêcher le trafic, le 17 février 2022. (Photo, AFP)
Des soldats jordaniens patrouillent le long de la frontière avec la Syrie pour empêcher le trafic, le 17 février 2022. (Photo, AFP)
Poste-frontière de Nasib, sur la ligne de démarcation avec la Jordanie, à Daraa, en Syrie. (Photo, Reuters)
Poste-frontière de Nasib, sur la ligne de démarcation avec la Jordanie, à Daraa, en Syrie. (Photo, Reuters)
Short Url
  • La Jordanie estime que la Syrie devient un narco-État qui lui pose, ainsi qu'à la région et au reste du monde, des menaces transfrontalières
  • Le Hezbollah aurait eu recours au trafic de stupéfiants pour obtenir des fonds après que les États-Unis ont imposé des sanctions à l'Iran

AMMAN : L'armée jordanienne a annoncé avoir tué quatre personnes qui essayaient d'introduire clandestinement de «grandes quantités» de drogue dans le pays depuis la Syrie.

Selon une source des forces armées jordaniennes, les troupes qui se trouvent à la frontière orientale de la Jordanie avec la Syrie ont ouvert le feu sur des personnes qui tentaient de s'infiltrer dans le royaume, tuant quatre d'entre elles et en blessant d'autres.

Les infiltrés ont été contraints de se réfugier en territoire syrien, confirme la même source.

«Après inspection de la zone, 181 feuilles de haschich de la taille d'une paume, 637 000 pilules de narcotique Captagon et 39 600 pilules de tramadol ont été trouvées et remises aux autorités concernées», a indiqué la source à Arab News.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé à Londres, six personnes ont été blessées lors de l'opération. Certaines d'entre elles sont dans un état critique.

Parmi les personnes tuées par l'armée jordanienne figure le chef d'un groupe impliqué dans le trafic de stupéfiants dans le sud de la Syrie. Il est étroitement lié au Hezbollah chiite libanais, précise l’Observatoire.

L'opération de dimanche est la plus récente depuis que la Jordanie a annoncé une répression de la contrebande de drogue en provenance de Syrie et un changement des règles d'engagement afin de mettre fin à l' «augmentation spectaculaire» du trafic de drogue en provenance de son pays voisin.

La Jordanie pense que la Syrie devient un narco-État qui lui pose, ainsi qu'à la région et au reste du monde, des menaces transfrontalières.

Les forces armées jordaniennes ont récemment déclaré que 361 tentatives de contrebande en provenance de la Syrie avaient été déjouées en 2021, entraînant ainsi la saisie d'environ 15,5 millions de pilules de stupéfiants de différents genres.

Elles ont également déjoué plus de 130 tentatives de contrebande en provenance de la Syrie en 2020 et ont saisi environ 132 millions de pilules de Captagon et plus de 15 000 feuilles de haschisch.

Trouvant ces chiffres «considérablement élevés», une source militaire interrogée par Arab News, a dit sous anonymat: «La culture et la fabrication de drogues illicites sont devenues une industrie en pleine expansion en Syrie.»

D’après le site d'information syrien Enab Baladi, les opérations de contrebande de drogue sont plus actives dans les régions méridionales de Daraa et d’Al-Suwayda.

La plupart des itinéraires de contrebande sont contrôlés par des tribus bédouines armées qui ont des liens avec la Jordanie, selon des sources citées par le site d'information.

Les experts trouvent que la forte présence du Hezbollah en Syrie et l'expansion de ses opérations de trafic de drogue sont les principales raisons pour lesquelles le pays ravagé par la guerre est devenu un narco-État et la contrebande de drogue vers la Jordanie, les États du Golfe et l'Europe a augmenté.

Dans de récentes déclarations qu'il a faites à Arab News, Fayez Dweiri, général de division à la retraite et analyste militaire, a expliqué que le Hezbollah avait eu recours au trafic de stupéfiants pour obtenir des fonds depuis que les États-Unis ont imposé des sanctions à l'Iran.

«Le Hezbollah possède une industrie de drogues illicites bien établie dans la banlieue sud de Beyrouth et dans le bastion chiite de Baalbek», a-t-il déclaré.

Le Hezbollah «a réinstallé certaines de ses usines de fabrication de drogue à Alep et dans d'autres régions contrôlées par le régime syrien», a affirmé Dweiri.

«Les sanctions américaines contre l'Iran ont lourdement frappé le Hezbollah, obligeant le mandataire le mieux financé de Téhéran à chercher d'autres sources de revenus», a-t-il poursuivi.

Selon un rapport de l'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, le Hezbollah a considérablement développé et institutionnalisé ses entreprises de trafic de drogue, qui génèrent désormais plus d'argent que ses autres sources de financement.

Il semble que l'industrie mondiale des stupéfiants du Hezbollah a commencé dans la vallée de la Bekaa au Liban dans les années 1970, par le biais de routes de contrebande bien établies traversant la frontière israélo-libanaise.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller à la sécurité du président sud-soudanais

Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller du président du Soudan du Sud. (Photo fournie)
Le ministre des Affaires étrangères saoudien reçoit le conseiller du président du Soudan du Sud. (Photo fournie)
Short Url
  • Au cours de la réunion, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer
  • Les deux parties ont également échangé des vues sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu dimanche à Riyad Tut Galwak, conseiller pour les affaires de sécurité du président sud-soudanais Salva Kiir.

Au cours de la réunion, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer, de les développer et de les faire progresser vers des horizons plus larges dans divers domaines.

Les deux parties ont également échangé des vues sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun.

La réception s'est déroulée en présence du sous-ministre d'État saoudien pour les affaires des pays africains, le Dr Sami Al-Saleh.


Le chef du Conseil présidentiel du Yémen soutient la prolongation de la trêve négociée par l'ONU

Rashad Al-Alimi. (AFP)
Rashad Al-Alimi. (AFP)
Short Url
  • Des manifestants bloquent la route sortant de Taïz pour souligner l'implacable siège des Houthis
  • Al-Alimi : L'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen sera la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen

 

AL-MUKALLA : Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad Al-Alimi, a promis samedi de soutenir les efforts actuels des médiateurs internationaux pour prolonger la trêve négociée par l'ONU, lutter contre la corruption et unifier les unités militaires et de sécurité.  

Dans un discours télévisé prononcé à la veille du 32e anniversaire de la Journée de l'unification, M. Al-Alimi a déclaré que le Conseil soutenait les actions continues de l'ONU et de l'envoyé américain pour le Yémen en vue de renouveler la trêve qui doit expirer le 2 juin. Il a appelé le monde à faire pression sur les Houthis pour qu'ils cessent de violer la trêve et qu'ils en appliquent les dispositions, notamment en levant le siège de la ville de Taïz.

« Au nom des membres du Conseil des dirigeants, nous affirmons notre soutien continu aux efforts inlassables des envoyés de l'ONU et des États-Unis pour prolonger la trêve humanitaire », a déclaré Al-Alimi, soulignant qu’elle ouvrirait la voie à la paix, sauverait des vies et le pays de la famine.

Il a précisé que l'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen serait la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen.

« Nous renouvelons également notre adhésion à l'initiative des frères du Royaume d'Arabie saoudite que nous considérons comme une base juste pour un processus de paix global. »

Al-Alimi est arrivé au pouvoir en avril lorsque l'ancien président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, a cédé son autorité au Conseil présidentiel de leadership, composé de huit membres, chargé de diriger le pays et d'entamer des pourparlers de paix avec les Houthis.

Samedi, le nouveau président s'est engagé à résoudre les problèmes économiques à Aden et dans les autres provinces, à lutter contre la corruption, à augmenter les revenus et à rassembler les différents groupes armés sous le commandement du conseil sur la base de l'accord de Riyad.

« Nous allons fermement avancer pour unifier l'establishment militaire et sécuritaire ».

La trêve entrée en vigueur le 2 avril a largement réduit les violences et le nombre de victimes dans tout le pays, malgré des centaines de violations par les Houthis, et a permis aux vols commerciaux de décoller de l'aéroport de Sanaa avec l’arrivée d’au moins une douzaine de navires de carburant dans le port de Hodeidah.

La promesse du président yéménite de soutenir la prolongation de la trêve est intervenue alors que le gouvernement yéménite et les Houthis se préparent à participer à des discussions sur l'ouverture de routes à Taïz et dans les autres provinces.

Les médias des Houthis ont déclaré dimanche que leur délégation avait quitté Sanaa pour la capitale jordanienne à bord d'un avion de l'ONU.

Un responsable gouvernemental a déclaré samedi à Arab News que leurs négociateurs avaient reçu l'ordre de se préparer à se rendre à Amman pour la réunion.  

Dans la ville assiégée de Taïz, des dizaines de personnes ont organisé dimanche une rare manifestation près d'une route bloquée qui relie la province de Hodeidah, à l'ouest de la ville, pour attirer l'attention sur le siège des Houthis.

Ces personnes se sont tenues en file sur la route, portant des affiches qui appelaient à mettre fin à l'assaut des Houthis.

« Taïz a payé une lourde facture humanitaire en raison du siège de la milice houthie », pouvait-on lire sur l'une des affiches.

Les Houthis assiègent la ville de Taïz depuis 2015 pour forcer les troupes gouvernementales qui défendent la ville à se rendre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com