Une manifestation populaire palestinienne met fin à une marche de colons

Un manifestant palestinien déplace un pneu enflammé lors d'une manifestation contre les colonies juives, dans le village de Burqa, en Cisjordanie occupée par Israël, le 24 décembre 2021. (Reuters)
Un manifestant palestinien déplace un pneu enflammé lors d'une manifestation contre les colonies juives, dans le village de Burqa, en Cisjordanie occupée par Israël, le 24 décembre 2021. (Reuters)
Short Url
Publié le Lundi 27 décembre 2021

Une manifestation populaire palestinienne met fin à une marche de colons

  • Les Palestiniens resteront inébranlables, ils protègeront leurs droits et feront face à l’occupation, disent les dirigeants
  • Selon le vice-président du Fatah, le mouvement de la jeunesse aidera dans la lutte contre le vigilantisme des colons

AMMAN: Des manifestations menées par des Palestiniens dans plusieurs villages au nord de Naplouse semblent avoir réussi à mettre fin à une marche de colons juifs prévue, après que les colons ont demandé la restitution des terres dans la région pour venger le meurtre de l’un des leurs, près de Ramallah.

Les manifestations ont eu lieu dans les villages de Burwa, Sabastia, Silt Al-Thahriah et Bazariah. Les forces de défense israéliennes y ont riposté par un mélange de balles réelles, de balles métalliques recouvertes de caoutchouc et de gaz lacrymogène. Le Croissant-Rouge palestinien a enregistré un total de 247 blessés, dont au moins neuf par des balles réelles. Un Palestinien demeure dans un état critique.

Les principales manifestations se sont déroulées dans le village de Burqa, bien que des habitants d’autres villages aient également confirmé avoir été victimes d’attaques menées par les colons juifs.

Ghassan Douglas, un Palestinien de Burqa, a dit à Arab News : «Les habitants des villages ont répondu à l'appel lancé par le Fatah pour montrer l'opposition populaire aux activités des colons.»

Douglas, qui est aussi vice-président du Comité national contre les colons dans le nord, a affirmé à Arab News que les 30 000 Palestiniens qui vivaient dans la région n’accepteraient pas de colons sur leur territoire.

Mahmoud al-Alloul, vice-président du Fatah, a déclaré que les Palestiniens résisteraient aux attaques des colons et que le mouvement de la jeunesse Shabiba aiderait également à lutter contre le vigilantisme des colons.

Mohammed Hamdan, secrétaire du Fatah dans la région de Naplouse, a indiqué à l’agence Ma’an News: «Il se passe à Burqa la même chose qu’à Beita lorsqu’il y a eu une manifestation populaire contre les colonies et l'occupation.»

Divers médias ont rapporté de nombreux incidents violents, notamment des coups de feu tirés sur le poste de contrôle israélien de Hawara, où il n’y a pas eu de blessés, et des coups de feu tirés sur des soldats des FDI près de Burqa. Un cocktail Molotov a été lancé contre un poste de contrôle israélien près de la colonie de Dotan, et un autre près de la colonie de Beit Eil, tandis qu'un véhicule de colons a été lapidé près du village palestinien de Hizma. Un colon aurait également tiré sur des journalistes près du point de passage de Sabastia, au nord-ouest de Naplouse, tandis que Mohammed Azzam, maire de Sabastia, a déclaré que l'entrée de la ville de Naqura, près de la colonie juive de Shave Shamron, avait été bloquée.

Nabil Abou Rdeneh, porte-parole du président palestinien, a dit que «le peuple palestinien était inébranlable» et a insisté sur ses droits légitimes de rejeter les colonies illégales.

Il a ensuite précisé que la prochaine réunion du Conseil central palestinien qui devrait avoir lieu en mars mènerait sans doute à une forte position palestinienne face à toutes les violations israéliennes.

Malgré un calme relatif dimanche après l'annulation de la marche des colons, les autorités israéliennes ont bloqué dimanche matin la principale autoroute Naplouse-Jénine.

Entretemps, les médias israéliens ont rapporté dimanche que certaines actions visant à apaiser la situation à Gaza seraient entreprises. D’après le quotidien indépendant Haaretz, Tel-Aviv assouplira quelques restrictions «dans le but d'atténuer certaines difficultés économiques sur le territoire et d'inciter la population à faire pression sur le groupe terroriste Hamas pour maintenir la paix.»

Les mesures envisagées comprennent une augmentation du nombre de permis de travail pour les habitants de Gaza en Israël et l'autorisation d’entrée de certains produits à double usage en coordination avec l'ONU.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Royaume-Uni pourrait avoir tué jusqu’à 32 civils lors de la campagne contre Daech en Syrie, selon une ONG

Les États-Unis ont signalé que 1437 civils pourraient avoir été tués lors de la campagne aérienne contre Daech entre août 2014 et mai 2023. (Photo, AFP)
Les États-Unis ont signalé que 1437 civils pourraient avoir été tués lors de la campagne aérienne contre Daech entre août 2014 et mai 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon une enquête de l’organisation Action on Armed Violence (AOAV), au moins neuf attaques de la Force aérienne royale (RAF) ont fait des victimes civiles entre 2016 et 2018 en Syrie
  • L’enquête remet en cause l’affirmation du ministère britannique de la Défense selon laquelle ses opérations n’ont fait qu’une victime civile lors de la campagne aérienne contre Daech

LONDRES: Les frappes aériennes lancées par l’armée britannique en Syrie pourraient avoir tué jusqu’à 32 civils, selon des recherches menées par une ONG.

Selon la BBC, l’organisation Action on Armed Violence (AOAV), qui enquête sur les conflits dans le monde entier, a précisé que ses recherches avaient montré qu’au moins neuf attaques de la Force aérienne royale (RAF) avaient fait des victimes civiles entre mars 2016 et 2018.

Elle remet ainsi en cause l’affirmation du ministère britannique de la Défense selon laquelle ses opérations n’ont fait qu’une seule victime civile au cours de la campagne aérienne britannique contre Daech, qui a duré sept ans.

Un porte-parole du ministère a affirmé que le personnel militaire examinait les preuves et les données de mission de chaque opération, et qu’il n’existait «aucune preuve» de victimes civiles dans les frappes aériennes sur lesquelles l’AOAV a enquêté.

Un communiqué du ministère indique qu’il n’a «rien identifié qui montre que de telles pertes civiles ont été causées en Syrie». Il indique également que «le RAF minimise toujours le risque de pertes civiles grâce à ses procédures de ciblage rigoureuses (...) mais qu’aucune aucune preuve n’a été identifiée dans ces cas».

Selon les recherches de l’ONG, «au moins 26 civils auraient été tués» lors des frappes aériennes de la RAF au cours de cette période de deux ans et «jusqu’à 32 civils pourraient avoir été tués».

L’AOAV a utilisé les décès de civils «autodéclarés» pour obtenir ce chiffre, le personnel militaire de la coalition dirigée par les États-Unis contre Daech ayant signalé la forte probabilité de pertes civiles à la suite d’une opération. L'ONG a estimé que les rapports étaient «crédibles» pour huit des neuf frappes aériennes de la RAF.

Elle a comparé les rapports avec les données de mission internes du ministère de la Défense et les informations du Commandement central américain, ainsi que d’autres ONG. Le seul décès de civil reconnu par le ministère britannique de la Défense est survenu en mai 2018, lorsqu’un motocycliste a été tué par un drone Reaper qui visait des combattants de Daech.

Cependant, un autre rapport concernant d’éventuels décès de civils, que le ministère a démenti, portait sur une opération de la RAF en mai 2017, lorsque des avions Tornado ont attaqué sept cibles de Daech à Mossoul, en Irak.

Cet incident a donné lieu à une «autodéclaration» de la part du personnel de la coalition, le New York Times ayant constaté que trois civils se trouvaient à proximité de l’une des cibles de la frappe, selon les données de la mission américaine.

Les données précisent que «l’explosion provoquée par la frappe du site où se trouvait le mortier était suffisamment importante pour conclure que toute personne située dans le rayon de l’explosion a été gravement blessée ou tuée lors de la frappe».

Les États-Unis ont signalé que 1437 civils pourraient avoir été tués lors de la campagne aérienne contre Daech entre août 2014 et mai 2023.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Près de 290 Ivoiriens rapatriés jeudi depuis la Tunisie

Campement de migrants devant le siège de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Tunis, le 7 mars 2023. (AFP)
Campement de migrants devant le siège de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Tunis, le 7 mars 2023. (AFP)
Short Url
  • La plupart des migrants africains arrivent en Tunisie pour tenter ensuite d'immigrer clandestinement par la mer vers l'Europe
  • La communauté ivoirienne est, avec au moins 7 000 personnes selon les estimations, la plus importante d'Afrique subsaharienne en Tunisie, grâce à une exemption de visa à l'entrée

TUNIS: Près de 290 Ivoiriens ont été rapatriés jeudi depuis la Tunisie, où de nombreux migrants originaires d'Afrique subsaharienne ne se sentent plus en sécurité après un discours du président Kais Saied pourfendant l'immigration clandestine.

Selon l'ambassadeur ivoirien à Tunis, Ibrahim Sy Savané, 287 personnes, dont 266 adultes et 21 bébés, ont été rapatriés vers Abidjan à bord d'un gros porteur affrété à la compagnie Ethiopian.

Cela porte à 1.053 le nombre d'Ivoiriens rapatriés de Tunisie depuis le 4 mars, a précisé M. Savané à l'AFP. Ils font partie d'un groupe de 2.896 Ivoiriens à s'être inscrits auprès de l'ambassade pour être rapatriés.

Le 21 février, le président Saied avait affirmé que la présence en Tunisie d'immigrés clandestins d'Afrique subsaharienne était source de "violence et de crimes" et visait à "changer la composition démographique" du pays.

Les jours suivants, des migrants originaires d'Afrique ont fait état d'une recrudescence des agressions les visant et se sont précipités par centaines à leurs ambassades pour être rapatriés.

La communauté ivoirienne est, avec au moins 7 000 personnes selon les estimations, la plus importante d'Afrique subsaharienne en Tunisie, grâce à une exemption de visa à l'entrée.

Un bon nombre des 21 000 ressortissants d'Afrique subsaharienne recensés officiellement en Tunisie, pour la plupart en situation irrégulière, avaient perdu du jour au lendemain leur travail --généralement informel-- et leur logement, du fait de la campagne contre les clandestins.

La plupart des migrants africains arrivent en Tunisie pour tenter ensuite d'immigrer clandestinement par la mer vers l'Europe, certaines portions du littoral tunisien se trouvant à moins de 150 km de l'île italienne de Lampedusa.

Au moins trois naufrages meurtriers de bateaux transportant des migrants, dont de nombreux Ivoiriens, ont été enregistrés au large de la Tunisie depuis début mars.

Le porte-parole de la Garde nationale tunisienne a indiqué jeudi que les garde-côte avaient intercepté depuis mercredi 2.034 migrants, dont neuf Tunisiens seulement.

Les corps de sept autres, tous des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, ont été repêchés, selon la même source.

Un précédent bilan fourni mercredi soir par une ONG faisait état de cinq morts et 28 disparus, pour la plupart des Ivoiriens.

"D'autres rotations de gros porteurs sont prévues" pour poursuivre les rapatriements, a affirmé à l'AFP l'ambassadeur ivoirien.

"Je suis engagé dans une course contre la montre, pour éviter que d'autres personnes désespérées ne se jettent dans la Méditerranée avec de minces chances de survie", a-t-il ajouté.


La présidence générale des affaires des deux Saintes Mosquées annonce l’ouverture des inscriptions à l’itikaf

Des pèlerins accomplissent l’Omra à la Grande Mosquée de La Mecque. (@ReasahAlharmain)
Des pèlerins accomplissent l’Omra à la Grande Mosquée de La Mecque. (@ReasahAlharmain)
Des fidèles dans la mosquée du prophète. (Photo, SPA)
Des fidèles dans la mosquée du prophète. (Photo, SPA)
Short Url
  • L’inscription doit se faire par le biais de l’application Nusuk
  • Les sites religieux ont été préparés pour accueillir environ 2 500 fidèles pour le service de l’itikaf

RIYAD: La présidence générale des affaires des deux Saintes Mosquées d’Arabie saoudite a annoncé qu’il était désormais possible de s’inscrire au service de l’itikaf, ou retraite spirituelle, pour les dix derniers jours du ramadan.

L’inscription doit se faire par le biais de l’application Nusuk et prendra fin lorsque le nombre autorisé sera atteint, a rapporté l’Agence de presse saoudienne (SPA).

L’agence a préparé les sites pour accueillir environ 2 500 fidèles pour le service de l’itikaf, conformément à son plan opérationnel pour le ramadan de cette année.

Le plan comprend tous les services et installations destinés aux personnes qui s’inscrivent au service de l’itikaf, de leur entrée à leur sortie de la Grande Mosquée et de la mosquée du prophète.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com