Télétravail: approche «prudente» voire «réticente» des entreprises, selon une étude

Le télétravail fait l'objet d'un nombre d'accords croissant: 2 720 en 2021, selon les chiffres du ministère au 15 novembre, après 1 980 pour l'année 2020. (Photo, AFP)
Le télétravail fait l'objet d'un nombre d'accords croissant: 2 720 en 2021, selon les chiffres du ministère au 15 novembre, après 1 980 pour l'année 2020. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 décembre 2021

Télétravail: approche «prudente» voire «réticente» des entreprises, selon une étude

  • L'étude se penche sur la taille des entreprises concernées: 40% ont de 50 à 250 salariés, celles de moins de 50 salariés ou de 250 à 1 000 sont ensuite représentées à part équivalente (25% chacune) et 10% ont plus de 1 000 salariés
  • S'agissant des secteurs d'activité, en 2020, les plus représentés sont l'industrie manufacturière et les activités spécialisées scientifiques et techniques (16%)

PARIS : La pandémie a donné un coup d'accélérateur au télétravail mais les accords signés en 2020 montrent une approche des entreprises encore "prudente" voire "réticente", selon une étude de l'Agence nationale de l'amélioration des conditions de travail (Anact).

Au moment où la ministre du Travail Élisabeth Borne appelle les entreprises à "accélérer" le recours au télétravail pour faire face au variant Omicron du Covid-19, l'Anact publie sur son site (www.anact.fr) une analyse d'un échantillon de 40 accords collectifs signés en 2020, issus de la base statistique [email protected] du ministère du Travail (Dares).

Le télétravail fait l'objet d'un nombre d'accords croissant: 2 720 en 2021, selon les chiffres du ministère au 15 novembre, après 1 980 pour l'année 2020.

"A la suite du premier confinement lié au Covid, de nombreuses entreprises ont négocié leur premier accord de télétravail ou renégocié l'accord existant", notent les chercheurs de l'Anact.

Un Accord national interprofessionnel (ANI) du 6 novembre 2020 – "Pour une mise en œuvre réussie du télétravail" – a proposé un cadre général, complétant et prolongeant un précédent ANI datant de 2005.

"Si ces textes marquent une augmentation depuis le début de la crise, la tendance à la hausse s'exprime depuis 2018 déjà (+30% annuel) alors que le télétravail n'est pas un thème de négociation obligatoire", relève l'Anact.

«Droit au télétravail»

L'étude se penche sur la taille des entreprises concernées: 40% ont de 50 à 250 salariés, celles de moins de 50 salariés ou de 250 à 1 000 sont ensuite représentées à part équivalente (25% chacune) et 10% ont plus de 1 000 salariés.

S'agissant des secteurs d'activité, en 2020, les plus représentés sont l'industrie manufacturière et les activités spécialisées scientifiques et techniques (16%), les activités financières et d'assurance (11%), l'automobile (11%), l'information et la communication (8%).

L'Anact dresse une typologie selon l'approche du télétravail qui transparaît dans les textes entre les "réticents", "prudents", "convaincus" et "expérimentateurs". Un tiers environ des accords étudiés propose un jour maximum de télétravail par semaine voire moins, et la moitié d'entre eux propose deux jours hebdomadaires maximum. Cela conduit "à penser que les accords de type +réticents+ ou +prudents+ restent majoritaires en 2020".

S'appuyant sur les accords conclus dans les TPE-PME, les chercheurs estiment qu'"avant la crise, (c'était) souvent l'approche individuelle du télétravail qui était mise en œuvre (...) avec une gestion au cas par cas des demandes", en lien avec des situations personnelles.

2020 et ses confinements marquent une évolution avec un télétravail appréhendé "comme la transposition des activités de bureau au domicile" mais pas encore perçu "comme une forme d'organisation du travail à part entière (...) mixant présentiel et distanciel".

Interrogée dans l'étude, la syndicaliste Bénédicte Moutin, secrétaire confédérale CFDT chargée de la qualité de vie au travail, estime qu'en fonction de la "maturité" de l'entreprise, "on peut voir des accords qui étaient plutôt limitatifs basculer vers un +droit au télétravail+", avec par exemple une "auto-planification des jours de télétravail par les télétravailleurs eux-mêmes".


Le Moyen-Orient est prêt à jouer un rôle clé dans la transition énergétique

Le Royaume a notamment lancé l'Initiative verte saoudienne aux côtés de l'Initiative verte du Moyen-Orient pour renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. En outre, il accueillera, du 4 au 9 février 2023, la 44e conférence de l'Association internationale pour l'économie de l'énergie. (Shuttertstock)
Le Royaume a notamment lancé l'Initiative verte saoudienne aux côtés de l'Initiative verte du Moyen-Orient pour renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. En outre, il accueillera, du 4 au 9 février 2023, la 44e conférence de l'Association internationale pour l'économie de l'énergie. (Shuttertstock)
Short Url
  • Les pays du Moyen-Orient sont alimentés presque exclusivement par le pétrole et le gaz, qui représentent 98% de leur consommation d'énergie
  • En renforçant le secteur privé non énergétique, l'entrepreneuriat pourrait permettre une diversification économique plus rapide

LE CAIRE: Leader de la production mondiale de pétrole, le Moyen-Orient s’apprête à jouer un rôle important dans la transition énergétique, selon un rapport de McKinsey & Co.
Le Moyen-Orient produit actuellement près d'un tiers de l'approvisionnement mondial en pétrole, avec 48% des réserves mondiales avérées de pétrole et 40% des réserves de gaz, indique le rapport.
«Aujourd'hui, le Moyen-Orient est responsable de 1,9 gigatonne d'équivalent dioxyde de carbone d'émissions énergétiques, soit près de 5,5% des émissions mondiales liées à l'énergie. La région abrite également plusieurs des dix nations les plus émettrices de carbone par habitant dans le monde», ajoute le rapport.
En outre, les pays du Moyen-Orient sont alimentés presque exclusivement par le pétrole et le gaz, qui représentent 98% de leur consommation d'énergie.
Le Moyen-Orient a exporté 22 millions de barils de pétrole par jour et 127 milliards de mètres cubes de gaz, soit respectivement 34% et 26% des exportations mondiales d'énergie en 2020, précise le rapport.
Cependant, la région possède également certains des bassins d'extraction – c'est-à-dire des roches mères où naissent le pétrole et le gaz – les moins coûteux et les moins intensifs en carbone du monde.
Par exemple, l'intensité carbonique des opérations en amont en Arabie saoudite, de 4,6 grammes d'équivalent dioxyde de carbone par mégajoule (MJ) d'énergie, est inférieure à la moitié de la moyenne mondiale de 10,3 grammes de dioxyde de carbone par mégajoule (gCO2e/MJ).
C'est l'un des principaux avantages dont bénéficie la région pour lui permettre de jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique mondiale.
Mais ce n'est pas tout. Comme les prix de l'énergie solaire dans la région sont actuellement parmi les plus bas au monde, les énergies renouvelables gagnent du terrain, en plus des programmes verts locaux tels que le plan des Émirats arabes unis (EAU), qui vise à investir 160 milliards de dollars (1 dollar = 0,91 euro) dans des sources d'énergie propres et renouvelables au cours des trente prochaines années.
Plusieurs autres pays ont annoncé des gigaprojets, notamment le programme Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise l'installation d'environ 60 GW d'énergies renouvelables d'ici à 2030.
Le Royaume a également lancé l'Initiative verte saoudienne, ainsi que l'Initiative verte du Moyen-Orient, afin de renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. Il accueillera également la 44e conférence de l'International Association for Energy Economics du 4 au 9 février 2023.

Des avantages uniques
La région attire d'énormes opportunités d'investissement dans les énergies renouvelables grâce à sa situation géographique.
La région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord reçoit 22 à 26% de l'ensemble des radiations solaires de la planète et la vitesse moyenne des vents y est supérieure au seuil minimal requis pour les parcs éoliens de grande envergure.
Ces avantages uniques offrent à la région la possibilité de réduire les émissions de carbone à l'échelle mondiale.
La promotion des investissements visant à augmenter l'offre de captage, d'utilisation et de stockage du carbone, qui consiste à capter et à utiliser efficacement les fortes concentrations de CO2 émises par les activités industrielles, peut constituer l'une des principales étapes vers une région plus verte.
Le potentiel inexploité du procédé appelé «captage et valorisation du dioxyde de carbone» (également désigné par l’acronyme anglais «CCUS») est important, car des secteurs comme le raffinage, l'acier et le ciment pourraient l’utiliser pour se décarboniser à grande échelle.
Selon le rapport de McKinsey & Co., la réserve actuelle de projets engagés jusqu'en 2030 comporte encore une part considérable de projets d'hydrogène gris, d'une capacité de 45 à 50%, plutôt que de projets d'hydrogène bleu, qui utilisent le CCUS pour atténuer les émissions, ou de projets d'hydrogène vert, qui utilisent encore moins de carbone.

 


Le Pakistan «devra accepter» les conditions du FMI, selon son Premier ministre

Le Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif prononce un discours au début d'une conférence sur la résilience du Pakistan au changement climatique à Genève le 9 janvier 2023. (AFP)
Le Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif prononce un discours au début d'une conférence sur la résilience du Pakistan au changement climatique à Genève le 9 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • «Les conditions du FMI que nous allons devoir accepter dépassent l'imagination. Mais nous devrons les accepter», a annoncé vendredi le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif
  • L'économie du cinquième pays le plus peuplé au monde s'est effondrée parallèlement à une crise politique latente

PESHAWAR: Le Pakistan n'aura d'autre choix que d'accepter les conditions fixées par le Fonds monétaire international (FMI) pour le déblocage d'une indispensable aide financière, même si elles "dépassent l'imagination", a annoncé vendredi le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif.

"Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais simplement dire que notre défi économique est inimaginable. Les conditions du FMI que nous allons devoir accepter dépassent l'imagination. Mais nous devrons les accepter", a-t-il déclaré à la télévision.

L'économie du cinquième pays le plus peuplé au monde s'est effondrée parallèlement à une crise politique latente, avec une chute de la roupie et une inflation qui atteint des niveaux inégalés depuis des décennies.

En janvier, la hausse des prix a atteint 27,55% sur un an, selon le bureau des statistiques, un sommet inégalé depuis mai 1975. Le Pakistan est aussi confronté à des difficultés récurrentes à rembourser son énorme dette.

Jeudi, la Banque centrale du Pakistan a annoncé que ses réserves de change avaient encore chuté, tombant désormais à 3,1 milliards de dollars. Un responsable du ministère des Finances, qui a souhaité rester anonyme, a affirmé à l'AFP qu'il s'agissait du niveau le plus bas des réserves de la banque d'Etat depuis les années 2013-2014.

Ces réserves sont à peine suffisantes pour couvrir 18 jours d'importations, selon les analystes. Les inondations dévastatrices de l'été dernier et une importante pénurie d'énergie ont accentué la pression.

Une délégation du FMI est arrivée mardi à Islamabad pour négocier le versement d'une nouvelle tranche d'aide financière, dans le cadre d'un programme suspendu depuis des mois.


Saudi Aramco a réduit ses émissions de 23% depuis 2015

Le président de Saudi Aramco, Yasir al-Rumayyan. (Photo fournie)
Le président de Saudi Aramco, Yasir al-Rumayyan. (Photo fournie)
Short Url
  • Le programme iktva d’Aramco joue un rôle essentiel qui consiste à aider le géant pétrolier à atteindre ses objectifs de durabilité à long terme
  • «Depuis 2015, nous avons signé cent quatre-vingt-deux accords pour établir des collaborations à long terme avec des fournisseurs stratégiques, stimuler de nouveaux investissements et promouvoir le contenu local»

RIYAD: La Saudi Arabian Oil Company, également connue sous le nom de «Saudi Aramco», a réduit de 23% les émissions de sa chaîne d’approvisionnement matérielle et logistique depuis 2015, révèle le président Yasir al-Rumayyan dans un entretien exclusif accordé à Arab News.
Le programme d’Aramco baptisé «iktva» joue un rôle essentiel qui consiste à aider le géant pétrolier à atteindre ses objectifs de durabilité à long terme en s’assurant que ses fournisseurs soient évalués et récompensés pour leur contribution environnementale, sociale et de gouvernance.
«La durabilité a toujours fait partie intégrante du modèle iktva. Nous adoptons de nouvelles technologies, nous exploitons le cadre de l’économie circulaire du carbone et nous dotons les gens des moyens nécessaires pour améliorer notre durabilité et réduire notre empreinte environnementale», déclare le président d’Aramco.
«Il convient de noter que les émissions de portée 1 et 2 de notre chaîne d’approvisionnement matérielle et logistique ont été réduites de 23% depuis 2015», ajoute-t-il.
Les émissions de portée 1 font référence aux émissions directes provenant de sources détenues ou contrôlées, tandis que les émissions de portée 2 concernent les émissions indirectes provenant de la production d’électricité, de vapeur, de chaleur et de froid utilisée par une entreprise.
En plus d’avoir une incidence sur la durabilité, l’iktva joue également un rôle dans le soutien de la croissance et du développement de l’économie locale, note M. Al-Rumayyan.
À ce jour, Aramco dispose d’une chaîne d’approvisionnement locale comprenant près de mille fabricants locaux et plus de deux mille fournisseurs de services, déclare le président.
«Le programme crée un écosystème de chaînes de valeur intégrées qui aident les entreprises à fonctionner efficacement en Arabie saoudite. De plus, iktva récompense les fournisseurs pour la mise en place d’un siège régional en Arabie saoudite», indique-t-il.
Au sujet de l’efficacité, le président note que tout dépend de l’investissement dans un réseau qualifié de fournisseurs locaux, ce qui conduit automatiquement à la résilience en matière de chaîne d’approvisionnement.
Les fournisseurs locaux et internationaux doivent répondre à certains critères pour pouvoir travailler avec le géant pétrolier et gazier. Ces critères comprennent l’établissement d’usines de fabrication locales, le recrutement d’employés saoudiens, ainsi que l’investissement dans la recherche et la formation, entre autres.
«Cette progression constante vers la localisation de la chaîne d’approvisionnement a non seulement été bénéfique pour notre entreprise, mais également pour l’économie locale et nationale. L’impact devrait se poursuivre grâce à la croissance des exportations et à l’augmentation des possibilités d’emploi», précise le président à Arab News.
En ce qui concerne les étapes importantes, Yasir al-Rumayyan souligne qu’Aramco a atteint un score iktva de 63%, ce qui implique que 63% des dépenses de l’entreprise en matière de fournisseurs concernent le Royaume.
De plus, Aramco enregistre également une augmentation de 40% des dépenses des fournisseurs en recherche et développement dans le Royaume par rapport à 2021.
Dans le même temps, les dépenses des fournisseurs pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) ont augmenté de 120% entre 2021 et 2022, servant ainsi de force motrice pour l’évolution de la chaîne d’approvisionnement, explique-t-il.
«Depuis 2015, nous avons signé cent quatre-vingt-deux accords d’une valeur totale de 31 milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) pour établir des relations de collaboration à long terme avec des fournisseurs stratégiques, stimuler de nouveaux investissements et promouvoir l’activité locale», soutient le président d’Aramco.
L’objectif de ces accords, qui se présentent comme des contrats d’achat, est d’offrir aux fournisseurs une visibilité à long terme sur la demande. Par conséquent, ils leur permettent de prévoir la croissance future et de stimuler les efforts de localisation en conséquence, souligne-t-il.
Le programme iktva a été initié dans le but de construire une base industrielle diversifiée et compétitive à l’échelle internationale en Arabie saoudite. Dans une perspective plus large, ce rassemblement annuel est également conçu pour aider la communauté à innover, à collaborer et à travailler en réseau.
En termes d’investissements, cette initiative a permis d’identifier plus de deux cents possibilités d’investissement avec une part de marché annuelle estimée à 16 milliards de dollars dans dix secteurs différents.
«Nous recherchons en permanence des entreprises qui partagent notre vision d’une croissance durable et pour construire des partenariats stratégiques avantageux pour tous. Ensemble, nous visons à stimuler l’innovation, à diversifier l'industrie et à créer des emplois de qualité pour une population saoudienne en pleine croissance», conclut M. Al-Rumayyan.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com