Présidentielle: LREM appliquera les jauges pour ses meetings

Jean Castex a aussi annoncé lundi qu'une commission sur l'organisation de l'élection présidentielle serait "sans doute" réunie par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en présence de toutes les formations politiques. (Photo, AFP)
Jean Castex a aussi annoncé lundi qu'une commission sur l'organisation de l'élection présidentielle serait "sans doute" réunie par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en présence de toutes les formations politiques. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 décembre 2021

Présidentielle: LREM appliquera les jauges pour ses meetings

  • "Les règles constitutionnelles ne permettent pas de fixer des jauges aux réunions politiques. Mais évidemment la majorité présidentielle s'imposera de respecter les jauges fixées dans tous ses événements"
  • "Pour freiner le variant Omicron" qui alimente la hausse des contaminations au Covid-19, le Premier ministre Jean Castex a annoncé lundi soir le retour des jauges, fixées à 2 000 personnes maximum en intérieur et 5 000 en extérieur

PARIS : La majorité va appliquer dans ses meetings électoraux pour la présidentielle les jauges annoncées lundi par le Premier ministre Jean Castex, même si les activités politiques sont protégées par le Conseil constitutionnel. 

"Les règles constitutionnelles ne permettent pas de fixer des jauges aux réunions politiques. Mais évidemment la majorité présidentielle s'imposera de respecter les jauges fixées dans tous ses événements", a annoncé sur Twitter le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand.

"Je participerai au titre de LaREM à la commission réunie par le ministre de l'Intérieur sur l'organisation de l'élection présidentielle. Mais il va d'ores et déjà de soi que nous appliquerons les jauges décidées pour tous les événements", a confirmé son délégué général Stanislas Guerini, également sur Twitter, à moins de quatre mois du scrutin présidentiel.

"Tout organisateur de meeting doit faire attention, quel serait un candidat qui voudrait accéder à la fonction suprême et qui ne serait pas en capacité de protéger les gens qui sont avec lui présents?", s'est interrogé mardi sur Franceinfo Thierry Solère, député LREM et conseiller politique d'Emmanuel Macron, tout en reconnaissant "qu'il y aura probablement moins de Français dans des réunions publiques à l'heure du Covid que sans Covid."

"Pour freiner le variant Omicron" qui alimente la hausse des contaminations au Covid-19, le Premier ministre Jean Castex a annoncé lundi soir le retour des jauges, fixées à 2 000 personnes maximum en intérieur et 5 000 en extérieur. 

Mais le chef du gouvernement a précisé que les meetings de la campagne électorale ne seraient pas concernés par ces mesures.

"Les activités politiques et électorales sont soumises à des dispositions spécifiques dans notre droit constitutionnel qui leur assurent (...) une protection encore plus forte", a-t-il expliqué.

Plusieurs artistes, comme Julien Doré, Eddy de Pretto ou Hoshi, ont ironisé sur les réseaux sociaux sur les nouvelles règles anti-Covid appliquées aux concerts mais pas aux meetings politiques.

Jean Castex a aussi annoncé lundi qu'une commission sur l'organisation de l'élection présidentielle serait "sans doute" réunie par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en présence de toutes les formations politiques.

Cette commission permettra de "nous accorder sur des règles qui soient évidemment protectrices par rapport à la situation sanitaire mais qui tiennent compte de la spécificité de cette activité fondamentale, c'est-à-dire finalement de l'exercice de la démocratie", a-t-il ajouté.


Bientôt la Lune? Pour Thomas Pesquet, «  il est temps d'aller plus loin » dans l'exploration spatiale

Bientôt la Lune? Pour Thomas Pesquet, «  il est temps d'aller plus loin » dans l'exploration spatiale
Short Url
  • Revenu en novembre de sa deuxième mission dans l'espace, lors de laquelle il est devenu le premier Français aux commandes de l'ISS, Thomas Pesquet pourrait participer aux missions lunaires dans le cadre de l'ambitieux programme de la Nasa baptisé Artemis
  • "Dans l'orbite basse, autour de la Terre - aux alentours de 500 km - cela fait 20 ans qu'on a une présence humaine continue avec la station spatiale internationale" (ISS), rappelle à l'AFP l'astronaute de 44 ans à Rome

ROME: "Il est temps d'aller plus loin": six mois après son retour sur Terre, l'astronaute français Thomas Pesquet a le regard tourné vers l'avenir de l'exploration spatiale européenne, qui sera marqué par les missions sur la Lune à l'horizon 2025-2030.

"Dans l'orbite basse, autour de la Terre - aux alentours de 500 km - cela fait 20 ans qu'on a une présence humaine continue avec la station spatiale internationale" (ISS), rappelle à l'AFP l'astronaute de 44 ans à Rome, en marge d'une conférence à l'ambassade de France en Italie.

"Aujourd'hui il est temps pour nous, les astronautes institutionnels de l'Europe, nos partenaires internationaux, d'aller plus loin", ajoute-t-il, disant espérer "que s'engouffre derrière nous le secteur privé". "On défriche ce territoire pour qu'il soit utile à la société européenne", dit-il.

Revenu en novembre de sa deuxième mission dans l'espace, lors de laquelle il est devenu le premier Français aux commandes de l'ISS, Thomas Pesquet pourrait participer aux missions lunaires dans le cadre de l'ambitieux programme de la Nasa baptisé Artemis - soeur jumelle d'Apollon en référence à la mission historique de 1969 - associant le Canada, le Japon et l'Europe.

"On a l'air d'être en bonne configuration : on a un lanceur, une capsule, une destination, tout se met en place", relève-t-il. Le premier vol d'essai sans équipage est prévu dès l'été 2022, avant un premier vol habité mi-2024, sans alunissage, afin de "préparer les trajectoires".

"A partir de là, un vol tous les ans, pour l'instant sur le calendrier 2025-2026-2027, avec des vols sur la Lune. Là, les Européens pourraient avoir voix au chapitre", avance l'astronaute qui rappelle la difficulté technique d'aller dans l'espace, "une série de petits miracles".

« Grande solidarité »

Conséquence directe de la guerre en Ukraine, la mission russo-européenne ExoMars a, elle, été suspendue en mars par l'agence spatiale européenne (ESA). Elle prévoyait le lancement d'un rover à destination de la planète rouge à l'aide du lanceur russe Soyouz.

Interrogé pendant sa conférence sur les conséquences du conflit, Thomas Pesquet insiste sur "l'intelligence collective" et "la grande solidarité" des astronautes à bord de l'ISS. "Ca n'a pas changé beaucoup de choses au sein des équipages (...) "On a des amis au delà des frontières, on se connaît, on est à bord du même bateau".

Toutefois, "au niveau politique, entre les agences, c'est plus difficile", nuance-t-il. "Aujourd'hui, on voit qu'on honore les accords pris il y a quelques années mais on ne prend pas de décisions pour le futur."

Signe d'une volonté de plus grande indépendance, les astronautes européens ont appelé en février à la mise en place d'un programme européen de vols habités, "un sujet qui a aujourd'hui beaucoup d'importance", reconnaît Pesquet. "On s'est rendu compte que compter sur les autres pour accéder à l'espace n'était pas toujours facile (...) Aujourd'hui on y réfléchit beaucoup".

Parmi ses nombreuses activités, le spationaute est associé à la sélection de la prochaine promotion d'astronautes européens. Plus de 22.000 candidats ont postulé pour seulement quatre à six places de titulaires dans la prochaine promotion, qui sera dévoilée en novembre.

"Se retrouver de l'autre coté me fait réfléchir à la chance que j'ai eue; quand on voit tout ce qui peut être éliminatoire dans une sélection comme ça, c'est quand même incroyable d'arriver jusqu'à la ligne d'arrivée", fait-il valoir, précisant que les critères "n'ont pas vraiment changé" depuis sa sélection en 2009.

"C'est très enthousiasmant de voir tout ce que l'Europe a de talent, tous ces gens qui arrivent d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, de France, des pays nordiques, de partout avec des parcours très riches", se réjouit-il.

"Ils ont tous cette chose en commun qui est la passion pour l'espace et l'identité européenne, ils parlent tous plusieurs langues de l'Europe, c'est la génération Erasmus, ils ont ça chevillé au corps donc ça me donne confiance pour le futur."


A Poissy, le sport sur le temps de travail pour le bien-être des agents

L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
Short Url
  • Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail
  • Dans des recommandations publiées en mars, l'Académie nationale de médecine juge "important de prendre en considération le niveau d'activité physique et de sédentarité au travail comme déterminants de la santé"

PARIS: Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail. Ce programme "Poissy Bien-être" a permis de "réduire l'absentéisme et de renforcer la convivialité", selon Boris Gros, directeur du service jeunesse et sports.

Q Pourquoi avez-vous proposé de l'activité physique à vos agents ?

R Fin 2016, nous étions à la fin d'un cycle de réorganisation interne difficile avec des diminutions d'effectifs dues à la baisse des dotations de l'Etat. Il y avait un sujet récurrent et important d’absentéisme de courte durée. Le maire (ndlr, l'ancien journaliste sportif Karl Olive) était convaincu que le sport pouvait être un levier important pour améliorer le bien-être des agents.

L'enjeu, c'était d'être sur le temps de travail.

Une fois par semaine, les agents disposent de deux heures (temps de trajet inclus, soit une heure réelle de sport) pour des activités douces et non traumatisantes: natation, aquagym, aqua-jogging, marche, marche nordique, gymnastique d'entretien... Pour éviter le risque d'accidents de travail, on ne pouvait pas proposer du foot ou du self-defense. Ces activités ont lieu dans nos équipements et sont encadrées par nos éducateurs sportifs, eux aussi sur leur temps de travail.

L'agent s'engage sur un cycle de 10 semaines qui se conclut par la venue d'un spécialiste santé, nutrition, sommeil...

Q Les agents ont-ils adhéré ?

R On s'était organisé pour accueillir 200 agents par trimestre. Environ 70% de nos effectifs (850 agents) participent à ce programme "Poissy Bien être".

On a eu des gens complètement novices qui se sont mis au sport, des aquaphobes qui ont appris à nager, des non sportifs qui étaient un peu en surpoids... Des agents, notamment des femmes, n'avaient pas forcément le temps de faire du sport hors travail.

Cela a été aussi très bénéfique en terme de cohésion sociale et de connaissance des collègues: des agents de catégorie A, B et C font des activités ensemble, un directeur de service peut aller marcher avec un jardinier. La communication au travail est plus fluide quand on marche une heure ensemble en forêt que lorsqu'on échange des mails.

 


Législatives: début du vote par internet pour les Français de l'étranger

Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain. (AFP).
Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain. (AFP).
Short Url
  • Le vote par internet n'est autorisé que pour les Français établis hors de France, et uniquement pour les législatives et les élections consulaires
  • Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur ces 11 circonscriptions, mais tous n'ont pas déposé de profession de foi ou de bulletin

PARIS: Les Français vivant à l'étranger et inscrits sur les listes électorales consulaires peuvent voter par internet pour le premier tour des élections législatives dès vendredi 12H00 (heure de Paris) et jusqu'à mercredi prochain.

Donnant le coup d'envoi de ce scrutin clé, ces électeurs à l'étranger disposent au total de quatre modalités de vote: à l’urne, par procuration, par internet et par correspondance.

Le vote par internet n'est autorisé que pour les Français établis hors de France, et uniquement pour les législatives et les élections consulaires.

Il existe 11 circonscriptions couvrant le globe, et autant de députés des Français de l'étranger depuis 2012. Le vote par internet a été mis en oeuvre cette année-là, mais pas en 2017 pour les dernières législatives. Il s'agissait de parer à d'éventuelles cyberattaques, dans un contexte de soupçons sur l'élection américaine de 2016 qui avait vu la victoire de Donald Trump.

Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur ces 11 circonscriptions, mais tous n'ont pas déposé de profession de foi ou de bulletin. Ainsi le député ex-LREM M'jid El Guerrab, récemment condamné pour une agression, a renoncé à se présenter il y a une dizaine de jours et soutient l'ex-ministre Elisabeth Moreno, investie par la majorité dans la circonscription des Français du Maghreb et Afrique de l'Ouest.

Il était "trop tard" pour un retrait et "il n'y aura pas de bulletin à mon nom", a-t-il expliqué à l'AFP.

Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain.

Le 11 juin aura lieu le premier tour en Guadeloupe, Guyane, Martinique, à Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Et le 12 juin le premier tour en métropole, ainsi qu'à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et à La Réunion, avant un second tour une semaine après.