Israël: une chaîne de restaurants lance des burgers préparés par un robot

Le tout est cuit en quelques minutes, assure-t-elle, soulignant que le produit dépourvu de protéines animales est cacher, conformément au code alimentaire du judaïsme. (AFP)
Le tout est cuit en quelques minutes, assure-t-elle, soulignant que le produit dépourvu de protéines animales est cacher, conformément au code alimentaire du judaïsme. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 décembre 2021

Israël: une chaîne de restaurants lance des burgers préparés par un robot

  • SavorEat est la start-up israélienne spécialisée dans la production d'alternatives à la viande à l'origine du concept
  • Le «robot chef», de la taille d'un grand four, peut fabriquer simultanément trois steaks différents

HERZLIYA: L'enseigne de restauration rapide israélienne BBB propose depuis quelques jours un burger végétal, fabriqué et cuit par un robot qui adapte cuisson et composition en fonction des exigences des clients, une nouveauté selon le fast food.


"C'est la première fois qu'une machine fabrique automatiquement un hamburger personnalisé", a affirmé mardi à l'AFP Racheli Vizman, PDG de SavorEat, la start-up israélienne spécialisée dans la production d'alternatives à la viande à l'origine du concept.


Chacun peut choisir la quantité de protéines végétales ou de matières grasses dans son steak ainsi que sa taille ou sa cuisson via une application, poursuit-elle.


Le "robot chef", de la taille d'un grand four, peut fabriquer simultanément trois steaks différents.


L'appareil mélange plusieurs ingrédients comme des haricots, des pommes de terres et des pois chiches pour former une texture "qui ressemble à celle de la vraie viande", explique Mme Vizman, qui a créé en 2018 sa société avec deux professeurs de l'Université hébraïque de Jérusalem.


Le tout est cuit en quelques minutes, assure-t-elle, soulignant que le produit dépourvu de protéines animales est cacher, conformément au code alimentaire du judaïsme.


"La nouveauté", selon la PDG du groupe BBB Ahuva Turgeman, c'est que le client sélectionne les ingrédients et le robot exécute sans que personne ne touche le steak, qui est ensuite mis manuellement entre deux tranches de pain.


Les curieux pourront dans un premier temps tester cette nouveauté culinaire dans le restaurant de la ville d'Herzliya, près de Tel-Aviv, pour environ 60 shekels (17 euros), frites et boisson incluses.


"Nous souhaitons répondre aux envies des végétariens, végétaliens et flexitariens" qui mangent occasionnellement de la viande, poursuit Mme Turgeman.


Environ 5% de la population israélienne se déclare vegan et le marché des alternatives à la viande est en plein essor, selon SavorEat.


Racheli Vizman affirme vouloir à l'avenir offrir aux ménages des capsules qui produisent de la nourriture, au même titre que les machines à café.


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com