Algérie: Sonatrach va investir 40 mds de dollars sur cinq ans

Quatrième puissance économique du continent africain, le pays est particulièrement exposé aux variations des prix des hydrocarbures du fait de sa dépendance à la rente pétro-gazière, qui représente plus de 90% des recettes extérieures. (AFP)
Quatrième puissance économique du continent africain, le pays est particulièrement exposé aux variations des prix des hydrocarbures du fait de sa dépendance à la rente pétro-gazière, qui représente plus de 90% des recettes extérieures. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 03 janvier 2022

Algérie: Sonatrach va investir 40 mds de dollars sur cinq ans

  • Le plan de Sonatrach sur 4 ans prévoit entre autres une raffinerie à Hassi Messaoud (le plus grand gisement de pétrole en Algérie) et une extension de la raffinerie de Skikda (nord-est) destinée à convertir certains dérivés en carburants
  • L'Algérie a décidé de renoncer, depuis novembre 2021, à l'exploitation du Gazoduc Maghreb Europe (GME) traversant le Maroc, pour l'approvisionnement de l'Espagne et du Portugal

ALGER: Le groupe pétro-gazier public algérien Sonatrach va investir 40 milliards (mds) de dollars entre 2022 et 2026 dans l'exploration, la production et le raffinage de pétrole et la prospection et extraction de gaz, a indiqué lundi son PDG, Toufik Hakkar.

"Notre plan d'investissement entre 2022 et 2026 est d'environ 40 mds de dollars dont 8 mds de dollars en 2022", a déclaré M. Hakkar à la chaîne de télévision internationale algérienne, AL24 news.

Il a précisé que le "tiers de ces investissements" impliquera des partenaires étrangers.

"La plus grosse part sera consacrée à l'exploration et la production, pour préserver nos capacités de production, ainsi qu'à des projets dans le raffinage pour répondre à la demande nationale en carburant", a-t-il précisé.

Dans cette interview, le patron du groupe a également annoncé des démarches de la Sonatrach "en vue de son retour en Libye", où elle a suspendu la plupart de ses activités en 2014.

Selon M. Hakkar, une délégation du groupe se rendra sur place d'ici la fin février afin de préparer avec son partenaire la NOC, la compagnie nationale libyenne, les "conditions de retour en vue de sécuriser les travailleurs et les équipements".

«Importants investissments en Libye»

M. Hakkar a souligné que le groupe algérien avait "engagé d'importants investissements en matière de prospection de pétrole et de gaz" en Libye et qu'il ne va pas "laisser ces découvertes sans développement".

Le plan de Sonatrach sur 4 ans prévoit entre autres une raffinerie à Hassi Messaoud (le plus grand gisement de pétrole en Algérie) et une extension de la raffinerie de Skikda (nord-est) destinée à convertir certains dérivés en carburants, a ajouté M. Hakkar.

Sonatrach compte, par ailleurs, mettre en service en janvier le quatrième turbocompresseur du gazoduc Medgaz, qui transporte le gaz algérien vers l'Espagne et le Portugal, selon M. Hakkar.

Ce turbocompresseur permettra d'assurer les approvisionnements du marché espagnol conformément aux quantités contractuelles, estimées à 10,5 mds de m3, et de répondre aux éventuelles demandes de quantités supplémentaires, a-t-il précisé.

L'Algérie a décidé de renoncer, depuis novembre 2021, à l'exploitation du Gazoduc Maghreb Europe (GME) traversant le Maroc, pour l'approvisionnement de l'Espagne et du Portugal.

Les recettes du groupe ont augmenté de 70% en 2021 grâce à une hausse de 19% de ses exportations en hydrocarbures, a indiqué M. Hakkar, précisant que Sonatrach a exporté pour 34,5 mds de dollars en 2021 contre 20 mds de dollars en 2020.

Il a expliqué que le prix moyen du baril de pétrole était de l'ordre de 70 dollars, mais "la stratégie de Sonatrach se fonde sur un prix de 50 dollars, pour éviter toute fluctuation du marché".

Quatrième puissance économique du continent africain, le pays est particulièrement exposé aux variations des prix des hydrocarbures du fait de sa dépendance à la rente pétro-gazière, qui représente plus de 90% des recettes extérieures.

Le rebond récent du brut a permis de résorber le déficit commercial algérien qui s'est contracté "de 10,504 mds de dollars fin septembre 2020 à 1,571 milliard de dollars en septembre 2021", avait indiqué fin décembre la Banque d'Algérie.

En 2011, la Sonatrach avait annoncé un plan d'investissement de 60 milliards de dollars pour la période 2011/2015 afin de renforcer ses capacités de production. 

Avec l'effondrement des cours du brut à partir de 2014, le groupe avait toutefois réduit ses investissements, qui ont encore été révisés à la baisse après l'éclatement de la pandémie de Covid-19 en 2020 et une nouvelle chute des cours de l'or noir.


France: le déficit commercial sur les biens s'envole à 164 milliards d'euros en 2022, nouveau record

Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime. (Photo d'illustration/AFP).
Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Le déficit sur les biens a pratiquement doublé par rapport au précédent record de 84,7 milliards d'euros atteint en 2021, principalement en raison d'une multiplication par plus de deux des prix de l'énergie à l'importation
  • En revanche, un excédent record a été dégagé par les services

PARIS : Le déficit commercial de la France sur les biens s'est envolé à un record historique de 164 milliards d'euros en 2022, lesté par l'envolée des cours de l'énergie, a annoncé mardi le ministère du Commerce extérieur.

Le déficit sur les biens a pratiquement doublé par rapport au précédent record de 84,7 milliards d'euros atteint en 2021, principalement en raison d'une multiplication par plus de deux des prix de l'énergie à l'importation, a précisé le ministère au cours d'une conférence de presse.

En revanche, un excédent record a été dégagé par les services.

''
Evolution du solde commercial de la France, de 2013 à 2022. (AFP / Nalini LEPETIT-CHELLA AND Sophie RAMIS AND Sabrina BLANCHARD).

"On est malheureusement dans la continuité des années précédentes", a commenté  le ministre du Commerce extérieur Olivier Becht au cours d'une conférence de presse, reconnaissant "un déficit extrêmement important" sur les biens, tout en se réjouissant de l'excédent record des services.

La France est en déficit chronique depuis vingt ans, le dernier excédent commercial français sur les biens remontant à 2002 selon les chiffres de l'Insee.

Le ministre a toutefois mis en avant le coût de la facture énergétique sur fond d'envolée des prix liés à la guerre en Ukraine et de perturbations sur le parc nucléaire français ayant contraint la France à importer de l'électricité.

Ces prix de l'énergie à l'importation ont été multipliés par 2,1 par rapport à l'année précédente.

"Sans surprise cela impacte à peu près de la même manière notre balance des biens", a souligné M. Becht.

Rien que sur le gaz, les prix à l'importation se sont alourdis de 248% à 59 milliards d'euros, contribuant à faire plus que doubler la facture de l'énergie l'an dernier à 115 milliards d'euros.

Outre la flambée des cours des matières premières, dont l'énergie mais aussi les métaux et l'agroalimentaire, le gouvernement met en cause la dépréciation de l'euro par rapport au dollar l'an dernier et les tensions sur les chaînes d'approvisionnement pour justifier les mauvais chiffres de 2022.

Parmi les secteurs dynamiques figurent l'automobile, dont les exportations ont retrouvé quasiment leur niveau de 2019, l'aéronautique et le spatial, les parfums et cosmétiques, et les produits agricoles.

Concernant les services, la France a enregistré un excédent record de 50 milliards d'euros après 36 milliards l'année précédente, profitant d'une nette reprise du tourisme et d'une très bonne tenue du transport maritime.

La balance des revenus (dont services financiers) a aussi été excédentaire (de 31 milliards d'euros).

La balance des biens, des services et des revenus affiche un solde courant déficitaire après un excédent l'an dernier.


Soldes d’hiver: mieux qu’en 2022, mais dans un climat morose pour le prêt-à-porter

Le 1er février, Kookaï a annoncé son placement en redressement judiciaire tandis que Pimkie est sur le point d'être cédé à un consortium alliant Lee Cooper France, Kindy et Ibisler Tekstil, un rachat qui pourrait entraîner la suppression d'environ 500 postes. (Photo d'illustration/AFP)
Le 1er février, Kookaï a annoncé son placement en redressement judiciaire tandis que Pimkie est sur le point d'être cédé à un consortium alliant Lee Cooper France, Kindy et Ibisler Tekstil, un rachat qui pourrait entraîner la suppression d'environ 500 postes. (Photo d'illustration/AFP)
Short Url
  • Un bilan en «trompe-l'oeil», explique l'Alliance du Commerce, les soldes d'hiver 2022 ayant été marqués un rebond épidémique
  • «On est plutôt mieux, mais ce n’est pas exceptionnel», abonde Gildas Minvielle, directeur de l’observatoire économique de l’IFM

PARIS : Les soldes d'hiver qui s'achèvent mardi affichent de meilleurs scores qu'en 2022 mais les professionnels de l'habillement peinent à s'en réjouir dans un contexte tumultueux pour le prêt-à-porter qui voit d'iconiques enseignes dans la tourmente, une "hécatombe", selon FO.

Les chiffres convergent: 6% de chiffre d'affaires supplémentaire sur les trois premières semaines des soldes, selon l'Alliance du Commerce qui regroupe grands magasins et enseignes de l'habillement, et 5% de ventes en plus sur les deux premières semaines, selon l'Institut Français de la Mode (IFM).

Mais un bilan en "trompe-l'oeil", explique l'Alliance du Commerce, les soldes d'hiver 2022 ayant été marqués un rebond épidémique.

"On est plutôt mieux, mais ce n’est pas exceptionnel", abonde Gildas Minvielle, directeur de l’observatoire économique de l’IFM. "Les soldes ne vont pas a contrario de la tendance, on est sur une saison atone, un contexte difficile", analyse-t-il pour l'AFP.

Chez les détaillants indépendants, "la dynamique (des soldes) ne prend pas", s'inquiète la Fédération nationale de l'habillement qui regroupe 30 000 magasins en France. Ainsi, 13% d'entre eux ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 30% par rapport aux soldes de 2022, note la fédération dans une étude transmise à l'AFP.

Avec l’inflation, "la consommation de vêtements est parfois, pour les ménages, la variable d’ajustement" qui permet de faire face à la baisse du pouvoir d’achat, note M. Minvielle.

Brice Bonnin, musicien de 31 ans, constate bien l'impact de l'inflation, lui qui cherche un jean aux Galeries Lafayette mais "un jean à 115 balles, non merci !", dit-il à l'AFP.

Bengal Roche, lui, prend l'inflation avec humour : "Ils augmentent les prix ? Moi aussi, j'augmente les prix", explique l’entrepreneur dans le bâtiment de 56 ans, un sac de shopping à la main.

Licenciements de milliers de salariés

A l’inflation et à la hausse des coûts des matières premières et de l’énergie de ces derniers mois, s’ajoutent d’autres problématiques qui frappent depuis trois ans le secteur de l’habillement: les conséquences du Covid-19, la concurrence de la vente en ligne et l’essor du marché de la seconde main.

Une conjonction de facteurs qui fragilise gravement des entreprises en difficulté déjà depuis des années.

La première secousse remarquée est intervenue en septembre avec la liquidation judiciaire subite de Camaïeu, menant au licenciement de 2 100 salariés.

Puis, ce fut au tour de Go Sport, placé en redressement judiciaire mi-janvier, suivi quelques semaines plus tard de sa filiale Go Sport France.

Fin janvier, les élus du personnel de Gap France ont exercé leur droit d’alerte afin d’obtenir des informations sur la situation de leur entreprise, rachetée en 2021 pour un euro par le groupe HPB (Hermione, People & Brands), qui a annoncé la revendre à Go Sport.

Le 1er février, Kookaï a annoncé son placement en redressement judiciaire tandis que Pimkie est sur le point d'être cédé à un consortium alliant Lee Cooper France, Kindy et Ibisler Tekstil, un rachat qui pourrait entraîner la suppression d'environ 500 postes, selon des sources syndicales.

Cop. Copine a été partiellement repris par Antonelle avec un volet social qui "génère un nombre conséquent de licenciements", peut-on lire dans la décision du tribunal de commerce de Bobigny de fin janvier que l'AFP s'est procurée.

Enfin, C&A fermera jeudi deux magasins parisiens ayant pignon sur rue, ceux d'Haussmann et de Rivoli, "dans le cadre d'analyses régulières du portefeuille de magasins et d'emplacements", a indiqué la direction à l'AFP, ne souhaitant pas "fournir des détails sur les employés".

Une "hécatombe", pour la section fédérale FO Commerce & VRP qui a dénoncé dans un communiqué des entreprises "ayant vampirisé les fonds, qu'ils soient publics ou issus de leur activité, sans jamais investir ni dans l'emploi, ni dans l'outil de travail, ni dans les salaires".


Le Maire à Washington, pour discuter des subventions vertes au «Made in America»

«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
Short Url
  • Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont plaider pour une concurrence «équitable»
  • L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis

WASHINGTON: Les subventions pour l'industrie verte "Made in America" du plan climat de Joe Biden inquiètent l'Europe, et les ministres de l'Economie français et allemand tenteront, mardi à Washington, de convaincre les Etats-Unis de mieux coopérer avec leur partenaire d'Outre-Atlantique.

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont ainsi plaider pour une concurrence "équitable", lors de cette journée dans la capitale des Etats-Unis.

Le but principal: obtenir de la "transparence" de la part de leur allié quant aux subventions accordées dans le cadre de l'"Inflation Reduction Act" (IRA), qui prévoit 370 milliards de dollars d'investissements en faveur de la lutte contre le changement climatique, notamment pour les fabricants américains de batteries de voitures électriques ou de panneaux solaires.

L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis.

"Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés", a ainsi expliqué le ministre français, dans un entretien à l'AFP.

"La Commission européenne a proposé la mise en œuvre de 'matching clauses', clauses d'alignement sur le montant des aides américaines. (...) Encore faut-il que nous sachions quel est le montant de ces aides", avait-il ajouté.

«Nouvelles solutions»

C'est en effet la Commission européenne qui mène les négociations avec Washington, et préparera sa réponse à l'occasion d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement les 9 et 10 février.

Mais "étant les ministres de terrain responsables des industries, nous voulons apporter notre expertise", a précisé le ministre allemand, lundi à des journalistes à Washington.

"Nous pouvons contribuer à trouver de nouvelles solutions", a ajouté M. Habeck, saluant cependant "un grand succès" dans le fait "que le gouvernement américain ait finalement décidé de faire quelque chose contre le réchauffement climatique".

Au cours de la journée marathon de mardi, les deux ministres rencontreront le conseiller économique de la Maison Blanche, Brian Deese, et le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Mike Pyle, s'entretiendront avec la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, puis avec leur homologue américaine, la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Une conférence de presse conjointe sera ensuite organisée, avant leur dernier entretien de la journée, avec le sénateur démocrate Joe Manchin, qui a joué un rôle décisif dans le renforcement des conditions d'attribution des subventions en échange de son vote en faveur de l'IRA.

«Engagement continu et soutenu»

Washington assure vouloir travailler avec Bruxelles. Mais se montre ferme quant au bien-fondé de sa législation.

"Cette réunion s'inscrit dans le cadre de notre engagement continu et soutenu avec nos homologues européens sur des questions d'intérêt mutuel", a indiqué un responsable du département au Trésor.

Les Etats-Unis sont "impatients de travailler avec (leurs) alliés européens pour accélérer les investissements dans les technologies vertes", et "se sont engagés à s'associer à leurs homologues en Europe et dans le monde pour construire des chaînes d'approvisionnement résilientes en énergie propre", a-t-il assuré.

La secrétaire américaine au Trésor "a souligné le besoin de stimuler le développement et le déploiement technologique des deux côtés de l'Atlantique pour accélérer la transition vers l'énergie verte et accomplir nos objectifs climatiques collectifs" lors d'un appel concernant l'IRA lundi avec la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, selon un communiqué du département au Trésor.

Autre requête des Européens envers les Etats-Unis: "une approche coopérative sur les investissements les plus stratégiques dans des domaines aussi sensibles que les semi-conducteurs", avait précisé Bruno Le Maire.

"Le défi n'est pas de se voler des marchés très compétitifs, le défi est que nous arrivions à développer ensemble, Etats-Unis et Europe, une industrie verte performante, compétitive et la plus innovante de la planète", a-t-il ajouté.