Près de 9 millions de téléspectateurs pour l'interview présidentielle du 14 Juillet             

Près de 9 millions de téléspectateurs ont suivi l'entretien télévisé d'Emmanuel Macron du 14 juillet. (Photo Stefano RELLANDINI/AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 15 juillet 2020

Près de 9 millions de téléspectateurs pour l'interview présidentielle du 14 Juillet             

  • Le chef de l'Etat, interviewé en direct par Léa Salamé et Gilles Bouleau pendant plus d'une heure, renouait avec une tradition présidentielle qu'il avait supprimée à son arrivée à l'Elysée en 2017. 
  • La dernière allocution présidentielle, le 14 juin, avait attiré 23,6 millions de téléspectateurs, pour une part d'audience cumulée de 85,6%.

PARIS: Près de 9 millions de téléspectateurs ont suivi l'entretien télévisé d'Emmanuel Macron du 14 juillet, toutes chaînes confondues, pour une part d'audience de 62,7%, selon des données de Médiamétrie mercredi.


Le chef de l'Etat, interviewé en direct par Léa Salamé et Gilles Bouleau pendant plus d'une heure, renouait avec une tradition présidentielle qu'il avait supprimée à son arrivée à l'Elysée en 2017. 


Sur TF1, cet entretien dans lequel il a annoncé plusieurs mesures face à la crise économique et sanitaire a été suivi par 4,7 millions de téléspectateurs pour une part d'audience (pda) de 32,8% et ils étaient 3,3 millions sur France 2 pour une pda de 23,5%.


Le détail des audiences pour les chaînes d'info sera publié plus tard.


La dernière allocution présidentielle, le 14 juin, avait attiré 23,6 millions de téléspectateurs, pour une part d'audience cumulée de 85,6%. Et sa dernière interview télévisée, qui s'était déroulée dans une école le 5 mai, avait réuni 13,8 millions de téléspectateurs, soit 76% de part d'audience.


Le président avait établi un record d'audience absolu pendant le confinement avec une allocution le 13 avril suivie par 36,7 millions de téléspectateurs.               


Procès Charlie : Peter Chérif dit n'avoir "rien à voir" avec les attentats

Peter Cherif (croquis du tribunal) interrogé en tant que témoin par visioconférence par les cours d'assises spéciales de Paris. (Benoit Peyrucq / AFP)
Short Url
  • Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants
  • "On m'a forcé à venir témoigner aujourd'hui sur une affaire pour laquelle je n'ai rien à voir", a déclaré Peter Cherif, masque sur le visage, pull bleu clair et bras croisés, après une série de bénédictions en arabe

PARIS : Le vétéran du jihad Peter Cherif, entendu comme témoin par visio-conférence par la cour d'assises spéciale de Paris, a assuré vendredi n'avoir "rien à voir" avec les attentats de janvier 2015, avant de se murer dans le silence face aux questions de la cour.

"On m'a forcé à venir témoigner aujourd'hui sur une affaire pour laquelle je n'ai rien à voir", a déclaré Peter Cherif, masque sur le visage, pull bleu clair et bras croisés, après une série de bénédictions en arabe suivies de réflexions d'ordre religieux.

"Je n'appelle pas au crime, mais j'appelle tous les hommes à ouvrir les yeux sur la réalité de Dieu. C'est la seule chose que je vais vous dire aujourd'hui", a poursuivi ce proche des frères Kouachi, présenté comme un possible commanditaire des attentats et mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête.

"Je n'ai pas cette attitude et ce comportement dans le but de provoquer, de choquer", a assuré le trentenaire, avant de conclure, d'un ton défiant : "A partir de maintenant, je ne vais plus répondre à une seule question".

Tour à tour, le président de la cour, Régis de Jorna, et les avocats ont essayé de l'interroger sur les faits dont il est soupçonné, mais Peter Chérif s'est muré dans le silence, se mettant à lire ostensiblement un livre. Après 20 minutes infructueuses, la cour a décidé de mettre fin à l'audition.

Le témoignage très attendu de Peter Chérif était initialement prévu le 24 septembre, mais avait été reporté à la suite du malaise de l'un des accusés. Reprogrammé vendredi en milieu de matinée, il a été repoussé à plusieurs reprises en raison de l'attitude du témoin.

Actuellement incarcéré en région parisienne, après avoir été mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête sur les attentats de janvier 2015, Peter Cherif avait fait savoir ces derniers jours à l'administration pénitentiaire qu'il refusait de se rendre à la visioconférence.

Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants et placé en détention dans l'attente de son procès pour association de malfaiteurs terroristes.

Peter Cherif partageait avec les frères Saïd et Chérif Kouachi le même mentor, Farid Benyettou, ancien prédicateur de la "filière des Buttes-Chaumont", qui acheminait des jihadistes vers l'Irak.

 


Samuel Paty "méritait" de mourir : quatre mois de prison avec sursis pour une étudiante

Groupe devant un portrait du professeur de français Samuel Paty sur la façade de l'Opéra Comique de Montpellier. (PascalGUYOT/AFP)
Short Url
  • Une étudiante en biologie de 19 ans, a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 4 mois de prison
  • "J’ai fait une très grosse erreur, ces messages ne me correspondent pas"

BESANÇON: Une étudiante en biologie de 19 ans, qui avait écrit sur Facebook que Samuel Paty "méritait" de mourir avant de se repentir, a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 4 mois de prison avec sursis pour "apologie du terrorisme".

La jeune femme, jugée en comparution immédiate, devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les 6 mois à venir.

Commentant un article de L'Est Républicain qui annonçait un rassemblement en mémoire de l'enseignant, publié sur la page Facebook du quotidien régional, elle avait écrit : "il mérite pas d’être décapité, mais de mourir, oui."

Ce commentaire signalé par un internaute sur la plateforme Pharos, avait conduit jeudi à son interpellation à l’université de Besançon et à son placement en garde à vue.

"Je regrette d’avoir écrit ce commentaire, je m’en excuse. Je suis contre ce que j’ai écrit", a déclaré l'étudiante devant le tribunal, soulignant avoir elle-même "effacé le soir même" son message rédigé "trop vite" et "sans réfléchir".

"J’ai fait une très grosse erreur, ces messages ne me correspondent pas", a insisté la jeune femme qui a assuré qu'elle ignorait les circonstances précises de la décapitation, le 16 octobre, de l'enseignant lorsqu'elle avait réagi sur Facebook.

"Je ne suis pas du tout contre le fait qu’il (Samuel Paty) ait montré une caricature. C’est un professeur qui présente son cours comme il le souhaite", a ajouté cette jeune fille issue d'une famille de musulmans qui dit "vivre (sa) religion à la maison" et avoir justement fui la violence en Algérie.

Pour la procureure Margaret Parietti, qui a requis six mois de prison avec sursis probatoire et 180 heures de travail d’intérêt général, "nous sommes dans un contexte où on ne peut pas écrire, dire n'importe quoi".

"Je veux bien croire qu'il s’agit d'un dérapage, incompréhensible, d'un moment de folie pendant un accès de colère", a toutefois tempéré la magistrate.

L'avocate de la prévenue, Me Caroline Espuche, a parlé d'une "jeune femme bien insérée" qui "ne regarde pas tellement les infos" et ne savait "pas grand chose de Samuel Paty".

Elle était tombée "sur une vidéo du parent d’élève" qui dénonçait l'usage des caricatures de Mahomet par le professeur d'histoire-géographie lors d'un cours à ses élèves de 4e sur la liberté d'expression et l'avait comprise "comme : +on se moque des musulmans+", a plaidé l'avocate.

"Aussitôt, elle fait ses commentaires, sans chercher à se renseigner, elle réagit à chaud" sur les réseaux sociaux, a-t-elle affirmé.


Interview : Clément Beaune et l’Union européenne face au terrorisme en ligne

Croquis de tribunal réalisé le 4 juillet 2018 : l'extrémiste islamique présumé Farouk Ben Abbes (à droite) accusé d'avoir exploité le site Web jihadiste francophone Ansar al-Haqq de 2006 à 2010 lors de leur procès au palais de justice à Paris. (Benoit Peyrucq / AFP
Short Url
  • « Il y a un règlement européen qui est sur la table, qui est bon car il permet de demander en cas d'attaque terroriste le retrait des contenus dans un délai d'une heure » affirme Clément Beaune
  • Mais le secrétaire d'État aux Affaires européennes ajoute que « cela est bloqué entre le Parlement européen et les États membres, avec des questions légitimes sur la liberté d'expression, sur les moyens donnés aux plateformes »

PARIS : Le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Clément Beaune, a plaidé jeudi, dans un entretien à l'AFP, pour trouver une solution "d'ici la fin de l'année" afin d'imposer aux plateformes numériques de retirer rapidement les contenus terroristes en ligne,.

Ce sujet sera porté par Jean Castex qui se rend vendredi à Bruxelles pour rencontrer pour la première fois la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen, à qui il présentera également le plan de relance français.

Question : Après la décapitation d'un enseignant en banlieue parisienne, le sujet de la haine en ligne et de la diffusion des contenus terroristes est revenu sur le devant de la scène. Or, l'UE semble peiner à réguler les plateformes numériques. Que peut porter la France ?

Réponse : "Deux choses. A court terme, il y a un règlement européen qui est sur la table, qui est bon car il permet de demander en cas d'attaque terroriste le retrait des contenus dans un délai d'une heure. Mais cela est bloqué entre le Parlement européen et les États membres, avec des questions légitimes sur la liberté d'expression, sur les moyens donnés aux plateformes. Mais lutter contre le terrorisme en ligne, c'est la meilleure arme pour préserver la liberté d'expression. Donc, on appelle à se remobiliser pour débloquer le sujet, sachant que cela fait déjà deux ans que ce règlement a été proposé. Il faudrait que d'ici la fin de l'année, on ait trouvé un accord.

Et il y a une proposition que fera la Commission début décembre, sur la question de la régulation du monde numérique en général, mais qui doit aussi comporter un renforcement des règles de lutte contre les contenus terroristes ou violents. Aujourd'hui les plate-formes ne sont pas responsables de leurs contenus et c'est quelque chose qu'il faut changer."

Q : Quarante milliards d'euros sur les 100 du plan de relance français doivent être apportés par l'Union européenne. Où en est-on du processus pour que ces fonds soient débloqués, alors que les discussions achoppent avec le Parlement européen sur le budget et le plan de relance européen ?

R : "On a été le premier pays à dévoiler notre plan de relance. Chaque pays pouvait envoyer à partir du 15 octobre son plan à la Commission pour le présenter et on voulait marquer cet engagement rapide par cette rencontre entre le Premier ministre et la présidente de la Commission.

On essaye d'avoir un accord avec le Parlement européen. Ça met quelques semaines, un peu plus que ce qu'on aurait aimé. J'espère que dans les 2-3 semaines qui viennent, on pourra avoir un accord qui permettra d'avoir un budget pour 2021-2027 et un plan de relance en place début 2021. C'est un objectif atteignable.

Ensuite, il y aura une coordination de ces plans de relance lors d'une discussion qui aura lieu tout début 2021 entre la Commission et les États membres."

Q: Il existe aussi des désaccords au sein des États membres, certains voulant conditionner les aides versées au respect de l'état de droit, ce que la Pologne et la Hongrie refusent. A force de débats, y a-t-il un risque que ces fonds n'arrivent pas ou trop tard ?

R : "J'espère que l'on trouvera un compromis d'ensemble d'ici la mi-novembre. On est engagé avec les Allemands là-dessus et c'est notre objectif pour ne pas ralentir l'ensemble du budget et le plan de relance au niveau européen. Il y a un intérêt commun de démontrer l'efficacité de l'Union européenne. On a été très rapide pour trouver un accord en juillet entre États membres, il ne faut pas perdre cet élan. Puis beaucoup de pays qui ont des débats ou qui bloquent ont un intérêt majeur à avoir des fonds rapidement. Il y a un épisode de tension normal car on est dans une négociation, il y a des montants jamais vus. Que tout cela mette quelques semaines à atterrir n'est pas une aberration démocratique et politique."