Qiddiya, une destination touristique mondiale en cours de réalisation

Une photo montrant les réalisations de Qiddiya Investment Co en Arabie saoudite en 2021 (Photo fournie)
Une photo montrant les réalisations de Qiddiya Investment Co en Arabie saoudite en 2021 (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 06 janvier 2022

Qiddiya, une destination touristique mondiale en cours de réalisation

  • Le mégaprojet de Qiddiya s’inscrit dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à réduire la dépendance du Royaume au pétrole
  • Le projet de développement a été annoncé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en 2017 dans le but de faire de Qiddiya l'une des principales destinations touristiques au monde

RIYAD: Qiddiya a terminé l'année en beauté après avoir signé un contrat de 3,75 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,24 euro) pour la construction d'un parc à thème abritant les montagnes russes les plus hautes et les plus rapides du monde dans ce qui sera la ville de divertissement du Royaume.

Qiddiya Investment Co. a signé un accord en décembre avec l'entreprise saoudienne Almabani General Contractors et l’entreprise française Bouygues Bâtiment International pour la construction du parc à thème «Six Flags Qiddiya».

Le site de 32 hectares comprendra 28 manèges et attractions répartis sur six zones thématiques différentes.

Les montagnes russes Falcon's Flight, d’une longueur de 4 km, seront la pièce maîtresse du parc. Elles atteindront une vitesse de 250 km/h et comprendront un plongeon de 160 mètres.

Mais les montagnes russes ne sont qu'une petite partie du giga-projet de Qiddiya, qui comprendra des centres artistiques, des terrains de festival, un stade sportif, des magasins et des restaurants, des lotissements, un circuit de course automobile et un terrain de golf conçu par Jack Nicklaus, 18 fois vainqueur de championnats importants.

hgf;
La région espère attirer 17 millions de visiteurs par an d'ici 2030 et devrait contribuer à hauteur de 17 milliards de riyals saoudiens au produit intérieur brut du pays d'ici 2030. (Photo fournie)

 

Le projet de développement a été annoncé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en 2017 dans le but de faire de Qiddiya l'une des principales destinations touristiques au monde.

Cette décision s’inscrit dans le cadre du plan Vision 2030 du prince héritier, visant à réduire la dépendance du Royaume au pétrole, à assouplir les coutumes sociales et à stimuler les investissements.

Le site s’inscrit également dans la volonté du gouvernement d’augmenter les recettes du tourisme de 3% à 10% du produit intérieur brut d'ici la fin de la décennie.

Le site couvre 334 km² et se trouve à 40 km de Riyad, soit environ 20 minutes en voiture. La nouvelle ville sera à une heure de route de l'aéroport international King Khaled.

La zone espère attirer 17 millions de visiteurs par an d'ici 2030 et devrait contribuer jusqu'à 17 milliards de riyals saoudiens au produit intérieur brut du pays d'ici 2030, en créant ainsi 25 000 emplois.

Le projet, qui en est à ses débuts, emploie actuellement environ 500 personnes, dont 60% de Saoudiens.

La Qiddiya Investment Co., qui appartient à 100% à l'organisme souverain, le Fonds d'investissement public du Royaume, a déclaré que le site prévoit d'accueillir des vacanciers internationaux et locaux.

Elle a indiqué que Qiddiya contribuera à «réorienter les dépenses touristiques vers le Royaume, en offrant aux résidents des options de divertissement distinctes, qu’ils ne peuvent actuellement explorer et expérimenter sans devoir se rendre dans d'autres pays et encourir des dépenses supplémentaires à l'étranger».

La Qiddiya Investment Company envisage aussi de séduire les locaux ou les expatriés à la recherche de résidences secondaires. Elle prévoit de construire 4 000 maisons d'ici 2025 et 11 000 d'ici 2030.

Avec des centres d'art, des terrains de golf et des circuits de course à construire, il semble que les montagnes russes de Qiddiya ne font que commencer.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le groupe allemand WIKA ouvre une nouvelle usine à Dammam

Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février (fournie)
Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février (fournie)
Short Url
  • Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février, avec des installations de production locale à la pointe de la technologie
  • M. Kindsgrab, qui était venu en avion pour l'occasion, a souligné que cette nouvelle usine était un exemple des nombreuses opportunités récemment offertes aux entreprises allemandes dans le Royaume

DAMMAM : La vaste ville industrielle, connue sous le nom de MODON, située dans la zone industrielle bordée d'entrepôts et d'usines de Dammam, compte une nouvelle usine.

Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février, avec des installations de production locale à la pointe de la technologie destinées à rationaliser chaque étape.

«C'est un symbole de nos relations bilatérales, qui consistent en une myriade de relations commerciales, économiques, culturelles et politiques», a déclaré au public l'ambassadeur d'Allemagne au Royaume, Michael Kindsgrab.

M. Kindsgrab, qui était venu en avion pour l'occasion, a souligné que cette nouvelle usine était un exemple des nombreuses opportunités récemment offertes aux entreprises allemandes dans le Royaume et qu'elle contribuerait à approfondir les relations étroites entre l'Allemagne et l'Arabie saoudite.

Il a déclaré qu'il s'agissait de sa première visite dans la province orientale et s’est montré particulièrement sensible aux prestation scéniques des artistes locaux qui l'ont accueilli - ainsi que WIKA - par des chants et des danses folkloriques traditionnels entre les différents discours.

Le lancement a également rassemblé des Allemands et des Saoudiens, ainsi que le personnel diversifié de WIKA.

Au nom de Saudi Aramco, je tiens à remercier, apprécier et féliciter chaleureusement WIKA pour l'inauguration de WIKA Saudi Arabia», a déclaré Fawaz Al-Sahan, directeur de la division des systèmes d'automatisation des processus chez Saudi Aramco, avant d'ajouter : «Aujourd'hui, j'ai l'honneur de participer à l'inauguration de WIKA Saudi Arabia : «Aujourd'hui, je suis honoré de célébrer ce succès avec vous, car nous sommes convaincus que la localisation présente de grands avantages pour nos deux entreprises.

«En termes d'envergure, je pense qu'il s'agit de la plus grande installation d'instrumentation du Royaume. Je suis persuadé que cette installation servira de centre WIKA pour le Moyen-Orient».

Alexander Wiegand, président-directeur général de WIKA, s'est également adressé aux présents et a exprimé sa sincère gratitude à ceux qui ont aidé son entreprise familiale à exceller au fil des décennies. Il a rappelé avec amour les jours où sa mère était aux commandes et a expliqué que cette nouvelle installation à Dammam serait une extension de la famille WIKA, qui fêtera ses 78 ans d'existence en 2024.

«L'expansion de WIKA en Arabie saoudite créera plus de 100 nouveaux emplois au cours des prochaines années, apportant ainsi une contribution importante au marché de l'emploi local. Dans la nouvelle usine, la technologie allemande de pointe est mise en œuvre par une équipe qualifiée ayant une connaissance approfondie du marché local. Cela permet de fournir aux clients des solutions d'instrumentation de haute qualité adaptées à leurs besoins spécifiques», a déclaré M. Wiegand.

L'usine couvre une superficie totale de 3 000 m² (fournie)
L'usine couvre une superficie totale de 3 000 m² (fournie)

La nouvelle usine au logo orange et bleu doit permettre à WIKA de mieux servir ses clients en Arabie Saoudite et dans l'ensemble de la région.

À l'avenir, des instruments de mesure de la pression, de la température, du niveau et du débit seront fabriqués localement sur une surface totale de 3 000 m². Cela comprendra des membranes d'étanchéité, des vannes d'instrumentation et des puits thermométriques pour connecter des instruments de mesure à des processus critiques. La gamme de ces services sera encore élargie.

WIKA, comme cela a été souligné lors de la cérémonie, se considère comme un partenaire du développement économique de l'Arabie saoudite, en particulier dans le domaine de l'expansion des secteurs économiques à côté du pétrole et du gaz et de la diversification au-delà de ces secteurs. Le groupe d'entreprises est présent avec des filiales de vente dans le Royaume depuis plus de 20 ans, avec environ 12 000 employés dans le monde entier, et ce n'est pas fini.

Conformément à la Vision saoudienne 2030 et à l'initiative Saudi Made, le lancement était également tourné vers l'avenir.

«Nous ne pensons pas en trimestres, mais en décennies», a conclu M. Wiegand.


Concurrence: 34 organisations affirment qu'Apple se moque des nouvelles règles de

Le PDG d'Apple, Tim Cook, écoute le président des États-Unis, Joe Biden, lors d'une table ronde avec des chefs d'entreprise américains et indiens dans la salle Est de la Maison-Blanche, le 23 juin 2023 à Washington, DC. (Photo Anna Moneymaker Getty Images North America Getty Images via AFP)
Le PDG d'Apple, Tim Cook, écoute le président des États-Unis, Joe Biden, lors d'une table ronde avec des chefs d'entreprise américains et indiens dans la salle Est de la Maison-Blanche, le 23 juin 2023 à Washington, DC. (Photo Anna Moneymaker Getty Images North America Getty Images via AFP)
Short Url
  • «Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer au règlement sur les marchés numériques (DMA) (...) ne répondra pas aux exigences de cette législation», ont écrit ces groupes issus de plusieurs pays européens
  • Ce nouveau règlement entend mettre fin aux abus de position dominante dont ils sont accusés, et leur impose une série d'obligations et d'interdictions, sous peine de très lourdes amendes

BRUXELLES : Un groupe de 34 entreprises ou associations professionnelles, actives dans l'économie numérique, dénonce dans une lettre à la Commission européenne les mesures annoncées par Apple pour se conformer à partir de jeudi aux nouvelles règles renforcées de concurrence dans l'UE.

«Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer au règlement sur les marchés numériques (DMA) (...) ne répondra pas aux exigences de cette législation», ont écrit ces groupes issus de plusieurs pays européens.

Parmi les signataires se trouvent les services de streaming musical Deezer et Spotify, l'association de start-up France digitale, l'association européenne de la Fintech EFA (technologies financières) ou encore l'Association européenne des éditeurs de journaux ENPA.

Leur courrier, daté du 1er mars, est adressé aux commissaires européens Thierry Breton et Margrethe Vestager, chargés de la nouvelle législation.

Apple, ainsi que cinq autres géants du numérique - Alphabet (Google), Amazon, Meta (Facebook, Instagram), Microsoft et ByteDance (TikTok) -, ont jusqu'au 7 mars pour se mettre en règle avec le DMA.

Ce nouveau règlement entend mettre fin aux abus de position dominante dont ils sont accusés, et leur impose une série d'obligations et d'interdictions, sous peine de très lourdes amendes.

Ouvertement hostile au DMA, Apple avait annoncé le 25 janvier plusieurs modifications de son système d'exploitation iOS, qui équipe ses célèbres téléphones iPhone.

La marque à la pomme affirme par exemple qu'elle autorisera des magasins d'applications concurrents de son App Store et qu'elle s'ouvrira à d'autres services de paiement sans contact que sa solution Apple Pay, comme elle y est contrainte.

«Les nouvelles conditions d'Apple non seulement ignorent l'esprit et la lettre de la loi, mais si elles restent inchangées, elles tournent en dérision le DMA», estiment pourtant les 34 organisations dans leur missive.

Depuis le début de l'année, les groupes concernés par le DMA multiplient les annonces pour se conformer.

Mais de nombreux experts ou entreprises du secteur ont exprimé des doutes sur l'efficacité réelle de ces changements, dénonçant des réformes de façade qui n'apporteront pas les bénéfices attendus pour les consommateurs et les entreprises concurrentes.

«Une fois les solutions de mise en conformité connues la semaine prochaine, elles devront être analysées correctement par la Commission et les parties prenantes, dans leur intégralité et pas seulement sur la base de quelques annonces», a souligné samedi la Commission, contactée par l'AFP au sujet de la lettre. «Nous n'hésiterons pas à agir», en cas d'infraction, a-t-elle prévenu.

Apple est particulièrement visé par le DMA, car le géant californien a construit son succès sur un écosystème fermé dont il contrôle tous les paramètres, invoquant une sécurité accrue pour ses utilisateurs. Cette philosophie est en opposition frontale avec l'ouverture à la concurrence prônée par l'UE.


Pressé par l'IA, Washington revoit sa politique des données sensibles face à Pékin

Le président américain Joe Biden rencontre la Première ministre italiennne Giorgia Meloni dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 1er mars 2024. (Photo Saul Loeb  AFP)
Le président américain Joe Biden rencontre la Première ministre italiennne Giorgia Meloni dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 1er mars 2024. (Photo Saul Loeb AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a signé cette semaine un décret visant à limiter le transfert de données sensibles vers les pays dits à risque, au premier rang desquels la Chine
  • Aux Etats-Unis, données génétiques, biométriques, de santé ou financières sont achetées et vendues régulièrement par des courtiers spécialisés, sans être nécessairement anonymisées, et il peut être très simple de reconstituer le profil d'une personne

WASHINGTON, États-Unis : Pendant longtemps, les Etats-Unis se préoccupaient peu de la question des données personnelles et de leur usage mais la montée en puissance de l'intelligence artificielle (IA) et l'opposition stratégique avec la Chine dans le domaine technologique forcent Washington à revoir son approche.

Le président américain Joe Biden a signé cette semaine un décret visant à limiter le transfert de données sensibles vers les pays dits à risque, au premier rang desquels la Chine.

Dans la foulée, l'ouverture d'une enquête sur les véhicules connectés chinois, ou les logiciels et équipements chinois embarqués dans des véhicules connectés construits ailleurs, était annoncée.

A chaque fois, le motif avancé est simple: la sécurité nationale.

De l'avis de Lindsay Gorman, chercheuse au German Marshall Fund, ces décisions sont le signe que Washington reconnaît «enfin la valeur stratégique et en terme de sécurité nationale des données».

En particulier, l'enquête lancée concernant les véhicules connectés est «un coup de projecteur longtemps attendu sur l'aspect applicatif du futur internet».

Car, au-delà de la question de l'IA, le futur d'internet repose en grande partie sur le décollage de l'internet des objets (IoT), qui doit connecter tout, tout le temps, au réseau mondial, générant des monceaux de données et dont la voiture connectée est l'exemple le plus évident et visible.

Mais cela va plus loin: aux Etats-Unis, données génétiques, biométriques, de santé ou financières sont achetées et vendues régulièrement par des courtiers spécialisés, sans être nécessairement anonymisées, et il peut être très simple de reconstituer le profil d'une personne.

- Restrictions pour les courtiers -

Une étude publiée en novembre par l'Université de Duke pointait ainsi avec quelle facilité on trouvait des données sensibles sur des militaires en exercice auprès de courtiers et pour quelques centimes par dossier.

Le décret publié par la Maison Blanche vise justement à encadrer les pratiques des courtiers, «il leur impose quelques restrictions, ce qui est très positif», estime Martin Chorzempa, chercheur au PIIE.

Certes, les règles sur les investissements «limitaient la possibilité pour des entreprises étrangères d'acheter des sociétés américaines et ainsi accéder aux données qu'elles possèdent. Mais elles pouvaient acheter les données, c'était une faille», ajoute-t-il.

Les décisions de Washington soulignent désormais «une inquiétude plus générale sur le risque que peut représenter ce flot de données accessibles en terme de sécurité nationale», confirme Emily Benson, chercheuse au Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS).

«On assiste a un recalibrage de l'approche américaine» qui consistait jusqu'ici à défendre le libre usage des données, une époque «qui semble désormais révolue», poursuit Mme Benson.

La question des données vient en particulier s'intégrer dans l'effort plus large des Etats-Unis pour s'assurer de conserver une longueur sur la Chine dans le domaine technologique.

En l'espèce, beaucoup a déjà été fait: sortir Huawei du jeu des réseaux 5G aux Etats-Unis, réduire l'accès des entreprises chinoises aux semi-conducteurs les plus performants tout en recréant une vraie filière du semi-conducteurs aux Etats-Unis, via les investissements prévus dans le Chips Act.

- Rattrapage américain -

Le développement rapide de l'IA vient désormais poser de manière encore plus aiguë la question des données, du risque qu'elles impliquent et la manière de mieux les protéger, des questions sur lesquelles l'Union européenne ou l'Inde ont avancé depuis de nombreuses années, de même que la Chine.

«La Chine a largement développé son propre système de protection des données, avec d'importantes restrictions concernant le transfert de données vers l'étranger» rappelle ainsi Martin Chorzempa, «au point de risquer à un moment de se découpler elle-même du reste du monde» sur ce point.

Si depuis Pékin a sensiblement corrigé le tir, les conditions permettant de sortir des données de Chine restent particulièrement floues.

Pourtant, l'ambassade de Chine a dénoncé cette semaine des mesures qu'elle estime «discriminatoires» ainsi que la «généralisation du concept de sécurité nationale» par les Etats-Unis.

Mais «il est difficile de tenir compte de ces plaintes», estime M. Chorzampa, «compte tenu du fait qu'ils font exactement la même chose et qu'ils estiment eux-mêmes qu'il s'agit d'une question de sécurité nationale».

Cependant, si les Etats-Unis font un pas vers le contrôle du flux des données sensibles et personnelles, ils restent loin des mesures existantes ailleurs, telles que le RGPD en Europe ou les règles équivalentes en Inde et au Japon.

Et les restrictions visent surtout la Chine: «les entreprises venant de pays qui ne sont pas considérés comme des menaces ne devraient pas être touchées», assure Martin Chorzempa.

Tant qu'elles n'envoient pas leurs données en Chine.