La santé mentale des Libanais se détériore de jour en jour, les médicaments hors de prix

Le Liban et les Libanais sont en proie à des crises successives qui ont poussé un grand nombre d’expatriés à mettre leur énergie au service de particuliers, d’entreprises ou d’organisations non gouvernementales dans le but de fournir une aide directe à leur pays. (Photo, AFP)
Le Liban et les Libanais sont en proie à des crises successives qui ont poussé un grand nombre d’expatriés à mettre leur énergie au service de particuliers, d’entreprises ou d’organisations non gouvernementales dans le but de fournir une aide directe à leur pays. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 13 janvier 2022

La santé mentale des Libanais se détériore de jour en jour, les médicaments hors de prix

  • Ce qui inquiète les médecins en général et les psychiatres en particulier, c’est la pénurie de médicaments dans les pharmacies
  • «Certains médicaments génériques ne sont pas adaptés et, lorsque le médicament est disponible, le patient n’est parfois pas en mesure de le payer»

BEYROUTH: Le Liban et les Libanais sont en proie à des crises successives qui ont poussé un grand nombre d’expatriés à mettre leur énergie au service de particuliers, d’entreprises ou d’organisations non gouvernementales dans le but de fournir une aide directe à leur pays.

Amal Moukarzel en fait partie. Elle a fondé avec son mari et des amis français l'association Les Amis du Liban de Colombes pour faire parvenir les médicaments au pays. Selon elle, l’association enverra de temps à autre, en collaboration avec la Middle East Airlines, 120 kilogrammes de médicaments. Ces derniers seront par la suite distribués gratuitement aux patients dans quelques villes et villages, sous la supervision d’une association locale.

Les médicaments se font de plus en plus rares au Liban et les citoyens ne peuvent parfois plus s’en procurer compte tenu de la flambée des prix. Cela nécessite, affirme la fondatrice, «un flux toujours plus grand de médicaments, notamment pour soigner le diabète, l’hypertension et les troubles mentaux».

Il n’existe pas de statistiques précises sur le nombre de Libanais qui consomment des antidépresseurs.

Les pharmaciens estiment que le taux de clients qui achètent des médicaments psychotropes atteint, sur une base quotidienne, 30 à 35% du nombre total de clients.

Au Liban, «depuis la fin de l’année 2019, et à la lumière de la détérioration économique et sociale, les troubles psychologiques ont augmenté au sein de la population. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’exacerber la pression qui existait déjà, avec des hôpitaux à court d’oxygène, de matériel et de lits. Les troubles mentaux ont donc connu un essor notable; ils ont atteint leur paroxysme avec l’explosion du 4-Août», explique Hiba Dandachli, responsable de la communication et des relations publiques au sein d’Embrace, une ONG qui se consacre à la santé mentale.

Au Liban, les psychiatres s’accordent pour dire que le nombre de personnes souffrant de troubles mentaux qui se sont rendues dans leurs cliniques cette dernière année dépasse douze patients par jour. Les pharmaciens estiment quant à eux que le taux de clients qui achètent des médicaments psychotropes atteint, sur une base quotidienne, 30 à 35% du nombre total de clients.

L'effet 4 août 2020

Au cours des dernières décennies, le Liban a souvent mis en avant son système de santé, au point que certains l’ont qualifié d’«hôpital et pharmacie du Moyen-Orient». Hélas, aujourd’hui, il n’y a ni médicaments ni couverture médicale. La livre libanaise n’en finit plus de chuter et le taux de change du dollar a atteint un niveau record, ce qui a conduit à une inflation sans précédent dans un pays dont l’économie repose principalement sur le commerce, les services et l’importation. En plus de la paralysie politique qui règne depuis des années au Liban, le pouvoir d’achat des Libanais s’est effondré. L’explosion du 4 août 2020 est venue balayer le peu d’espoir qui restait. La situation sécuritaire s’est aggravée depuis et les affrontements dans la région de Tayouneh au mois d’octobre dernier ont ravivé le spectre de la guerre civile.

Selon une étude publiée par la Lebanese American University «16,17% des jeunes âgés de 18 à 24 ans souffrent de dépression sévère depuis la double explosion du port de Beyrouth, alors que 40,95% des femmes sont en état de stress post-traumatique».

Tous ces événements ont eu d’inévitables répercussions sur la santé mentale des Libanais, explique Hiba Dandachli. Cette dernière affirme que «le pourcentage de gens qui ont contacté Embrace via la hotline en 2021 est plus élevé que celui de toutes les années précédentes. Vingt mille personnes ont appelé pour demander un soutien psychologique; la plupart d’entre elles sont des adolescents et de jeunes adultes au chômage dont la situation socio-économique est déplorable ou qui souffrent d’anxiété, de dépression et d’insomnie». Une étude publiée par la Lebanese American University (Université libano-américaine ou LAU) au mois de janvier dernier confirme ces propos. «16,17% des jeunes âgés de 18 à 24 ans souffrent de dépression sévère depuis la double explosion du port de Beyrouth, alors que 40,95% des femmes sont en état de stress post-traumatique», peut-on y lire.

Ce qui inquiète les médecins en général et les psychiatres en particulier, c’est la pénurie de médicaments dans les pharmacies après la suppression totale du remboursement de la plupart d’entre eux

La Dr Hana Azar, psychiatre et pédopsychiatre, précise qu’il existe plusieurs types de troubles mentaux, mais que «la plupart des cas sont des troubles de l’humeur» et que «70 à 80% des habitants consomment des médicaments psychotropes pour lutter contre l’insomnie, les maux d’estomac, la tachycardie, l’eczéma, les phobies, les courbatures et d’autres symptômes physiques en lien avec les troubles psychologiques».

Ce qui inquiète les médecins en général et les psychiatres en particulier, c’est la pénurie de médicaments dans les pharmacies après la suppression totale du remboursement de la plupart d’entre eux.

Si certains médicaments demeurent partiellement pris en charge, seuls les médicaments pour le traitement des cancers sont entièrement remboursés. Les médicaments contre les maladies neurologiques font partie de ceux dont la prise en charge varie en fonction du prix.

Dépression et addiction

Les pharmaciens affirment eux aussi que la situation est particulièrement alarmante. Ferial Zahreddine est propriétaire d’une pharmacie dans la région de Choueïfat, dans la périphérie de Beyrouth. Elle donne l’exemple d’un médicament «utilisé par un très grand nombre de Libanais et considéré comme un anxiolytique», dont le prix «est passé de 25 000 à 420 000 livres libanaises en deux mois».

Elle ajoute qu’il existe «des types de médicaments considérés comme des drogues», expliquant: «Certaines personnes – et plus particulièrement des jeunes – se rendent dans les pharmacies pour s’en procurer. Nous refusons de leur en vendre.» Il convient de noter que, au Liban, les médicaments psychotropes nécessitent généralement une prescription. Beaucoup peinent à en obtenir en raison de leurs faibles revenus, qui ne leur permettent même pas de se payer une consultation médicale.

Cette réalité a poussé de nombreux Libanais à se procurer des médicaments – notamment psychotropes – auprès de leurs proches et amis qui vivent à l’étranger, en recourant aux services de personnes qui les apportent de Turquie, de Chypre, de Grèce et de Jordanie, ou encore en bénéficiant de dons de gens qui résident en France.

La psychiatre Yara Chamoun évoque, pour sa part, sa perplexité et celle de ses collègues, «lorsque les médicaments prescrits ne sont pas disponibles». Elle dit: «Je ne sais quel médicament prescrire. J’essaye d’abord de me renseigner auprès des pharmaciens pour savoir ce qui est disponible. Certains médicaments génériques ne sont pas adaptés et, lorsque le médicament est disponible, le patient n’est parfois pas en mesure de le payer.»

Le plus inquiétant, selon elle, est que «les troubles psychologiques dont souffrent les Libanais, et particulièrement les jeunes, sont tout à fait nouveaux, et ne se sont manifestés lorsque ces personnes ont perdu le confort dont elles jouissaient avant la crise économique». Ces dernières, affirme la psychiatre, «ne peuvent plus rêver d’une vie meilleure ou essayer de mener la vie dont elles rêvaient auparavant. En plus des cas de dépression et d’anxiété, les cas d’addiction à l’alcool et aux drogues augmentent considérablement. Les consommateurs avouent y être dépendants parce que cela leur permet de dormir ou d’échapper à la réalité».


Le prince héritier salue les étudiants saoudiens lauréats du concours Isef 2022

(SPA)
(SPA)
(SPA)
(SPA)
Short Url
  • Le prince héritier a exprimé sa joie et sa fierté à l'égard des résultats que ces talentueux étudiants saoudiens ont obtenus à l’occasion de cette compétition internationale
  • Cette grande compétition met en lumière l'innovation dans le domaine de la recherche et du progrès scientifiques

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu mardi dernier les étudiants saoudiens qui ont remporté les prix du Regeneron International Science and Engineering Fair (Regeneron Isef) 2022.

Le prince héritier a exprimé sa joie et sa fierté à l'égard des résultats que ces talentueux étudiants saoudiens ont obtenus à l’occasion de cette compétition internationale. Il a souligné que cette réussite était de nature à encourager leurs congénères, comme le rapporte l'agence de presse saoudienne.

Voyant à travers cette réalisation un premier pas vers un avenir radieux, Mohammed ben Salmane a souhaité aux lauréats le plus beau des parcours.

etudiants
Plus de trente-cinq étudiants saoudiens ont remporté vingt-deux prix lors du concours Isef, organisé du 7 au 13 mai aux États-Unis. (SPA)

Des étudiants de plus de quatre-vingts pays ont participé à cette grande compétition qui met en lumière l'innovation dans le domaine de la recherche et du progrès scientifiques.

Abdallah al-Ghamdi a remporté deux prix dans la catégorie de l’énergie grâce à un projet qui porte sur la production et le stockage de l'hydrogène. Il a ainsi été désigné «meilleur chercheur scientifique». Il concourait en compagnie de quelque mille sept cents candidats issus de soixante-cinq pays.

Cinq autres premiers récompenses ont été décernées à Dana al-Eithan et à Maria al-Ghamdi, couronnées dans le domaine de la chimie, à Tahani Adel, qui a été distinguée en sciences des matériaux, et à Yousef Khoja, qui a réussi à décrocher un prix dans la catégorie des systèmes embarqués.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un jeune palestinien tué par l'armée israélienne en Cisjordanie

Des enfants juifs ultra-ortodoxes se battent avec la police alors qu'ils tentent d'entrer sur la tombe du rabbin Shimon Bar Yochai dans le village de Meron, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Des enfants juifs ultra-ortodoxes se battent avec la police alors qu'ils tentent d'entrer sur la tombe du rabbin Shimon Bar Yochai dans le village de Meron, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée israélienne, responsable de la sécurité lors des pèlerinages sur ce site religieux, n'a pas communiqué dans l'immédiat
  • Les forces de sécurité israéliennes ont réagi par des opérations en Israël et en Cisjordanie, particulièrement à Jénine

JERUSALEM: Un adolescent palestinien de 16 ans a été abattu par des soldats israéliens lors d'affrontements en marge d'un pèlerinage religieux juif dans le nord de la Cisjordanie occupée, a affirmé mercredi le ministère palestinien de la Santé.

Le jeune homme a été mortellement blessé à la tête après un tir des forces israéliennes, lors d'affrontements près de la tombe présumée de Joseph, dans l'est de Naplouse, selon le ministère.

Ce lieu est révéré par les juifs comme abritant la dépouille de Joseph, l'un des douze fils du patriarche Jacob. Pour les Palestiniens, la tombe est celle d'une figure religieuse musulmane locale.

L'armée israélienne, responsable de la sécurité lors des pèlerinages sur ce site religieux, n'a pas communiqué dans l'immédiat.

Le mouvement armé palestinien Jihad islamique s'est félicité dans un communiqué de l'"embuscade" préparée par ses combattants contre les forces israéliennes et a confirmé des échanges de tirs entre les deux parties. 

Dix-neuf personnes, en majorité des civils ont été tués dans des attaques en Israël et en Cisjordanie perpétrées par des Palestiniens et des Arabes israéliens depuis la fin mars.

Les forces de sécurité israéliennes ont réagi par des opérations en Israël et en Cisjordanie, particulièrement à Jénine.

Trente-quatre Palestiniens et trois assaillants Arabes israéliens ont été tués en Israël et en Cisjordanie occupée, en partie des membres de groupes armés, mais aussi des civils dont une journaliste couvrant une opération à Jénine.

Un policier israélien a également été tué dans une opération en Cisjordanie.


Impasse politique : l'ONU prévient que l'avenir du Soudan est en suspens

Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités (Photo, MINUATS).
Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités (Photo, MINUATS).
Short Url
  • Le représentant spécial de l'organisation pour le Soudan a souligné la nécessité d'un dialogue entre les civils et les autorités militaires
  • Volker Perthes a également mis en garde contre les «perturbateurs», qui ne souhaitent pas une transition pacifique vers la démocratie et refusent les efforts visant à trouver une solution négociée

NEW YORK: L'ONU a exhorté mardi les autorités au pouvoir au Soudan à rassurer le public en affirmant qu'elles sont favorables au dialogue, seul moyen de parvenir à une solution politique aux troubles qui secouent le pays.

Volker Perthes, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Soudan, a affirmé que pour remettre la transition politique dans le pays sur les rails, les autorités doivent d'abord libérer les détenus restants, mettre fin aux arrestations arbitraires et lever l'état d'urgence.

Le temps presse pour trouver une solution politique qui permette de sortir de la situation actuelle, a-t-il ajouté, qui reste précaire et dont les enjeux sont considérables, notamment la stabilité politique, sociale et économique du pays.

Perthes s'exprimait lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux derniers développements au Soudan, quelques jours après qu'un autre manifestant pacifique a été tué par les autorités. Le nombre de manifestants tués depuis le coup d'État militaire du 25 octobre dernier s'élève désormais à 96.

«Si les autorités veulent instaurer la confiance, il est essentiel que les responsables des violences contre les manifestants soient tenus de rendre des comptes», a assuré Perthes.

Le dernier rapport du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, sur le Soudan, indique que l'absence d'accord politique et de gouvernement «pleinement crédible» affecte la situation en matière de sécurité.

La réunion du Conseil de sécurité s'est également tenue à la suite d'affrontements armés entre les communautés arabe et masalit à Kereneik, dans le Darfour occidental, en avril, au cours desquels, selon les premières informations, 150 personnes ont été tuées, de nombreuses autres blessées, des milliers déplacées, et des maisons, un poste de police, un hôpital et un marché ont été incendiés.

Perthes s'est félicité de la décision des groupes armés et des forces régulières d'accepter le comité permanent de cessez-le-feu, présidé par la mission des Nations unies dans le pays, en tant qu'institution conjointe chargée d'aider à maîtriser le conflit, mais a averti que, malgré cela, «le risque d'une nouvelle flambée de violence reste élevé».

Bien qu'il ait salué la récente libération de 86 détenus comme un pas important vers la création de conditions propices au rétablissement de la confiance, il a souligné qu'au moins 111 personnes sont toujours détenues à Khartoum, à Port Soudan et dans d'autres villes.

Les manifestations pacifiques se poursuivent au Soudan au milieu des demandes publiques de changement et de rétablissement du processus de transition démocratique, alors même que plusieurs partis politiques et coalitions forment de nouvelles alliances et présentent des propositions de pourparlers avec leurs rivaux.

Perthes a déclaré aux membres du Conseil de sécurité: «Alors que le Soudan continue de faire face à de nouvelles incertitudes, le sentiment d'urgence partagé, associé à leur vision d'un avenir meilleur, pousse de nombreuses parties à rechercher un terrain d'entente et à s'ouvrir davantage au dialogue.»

«Il y a également une reconnaissance croissante de la nécessité d'un dialogue entre civils et militaires.»

Il a toutefois ajouté que certaines parties prenantes clés continuent de rejeter les appels à des discussions en face à face avec leurs homologues et préfèrent y participer indirectement. C'est pourquoi, le 12 mai, les Nations unies ont lancé des pourparlers indirects afin d'aborder plusieurs questions fondamentales, notamment «le mandat et la composition des principaux organes constitutionnels, la future relation entre les composantes militaire et civile, ainsi que le mécanisme et les critères de sélection d'un premier ministre».

Une fois qu'un accord sera atteint sur ces questions, Perthes a souligné qu'un mécanisme trilatéral comprenant les Nations unies, l'Union africaine et l'Autorité intergouvernementale pour le développement, un bloc commercial africain composé de huit pays, se réunira pour des négociations.

Il a toutefois mis en garde contre les «“provocateurs”, qui ne veulent pas d'une transition pacifique vers la démocratie ou refusent une solution par le dialogue. Les parties soudanaises ne doivent pas permettre à ces provocateurs de compromettre la possibilité de trouver une sortie négociée à la crise».

L'envoyé a également souligné que la protection des civils exige que l'on s'attaque aux causes profondes du conflit, notamment des décennies de marginalisation, les problèmes fonciers et le retour des personnes déplacées et des réfugiés.

L'impasse politique, combinée à une crise économique, à de mauvaises récoltes et à des chocs d'approvisionnement mondiaux, continue de faire payer un lourd tribut socio-économique au Soudan, où les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter dans un contexte de hausse de 250% des prix des denrées alimentaires. Selon les Nations unies, le nombre de personnes souffrant de faim aiguë dans le pays devrait doubler, pour atteindre environ 18 millions d'ici septembre de cette année.

Perthes a déploré le fait que le plan d'intervention humanitaire 2022 pour le Soudan n'ait reçu qu'un financement «lamentable» de 13%, les donateurs internationaux et les institutions financières hésitant à fournir une assistance qui passe par les systèmes étatiques en l'absence d'un accord politique visant à rétablir la légitimité constitutionnelle.

«Bien que la responsabilité première de ces changements incombe aux parties prenantes soudanaises elles-mêmes, je m'inquiète des conséquences à long terme, car nous assistons à une nouvelle érosion des capacités de l’état et du capital humain déjà fragiles du Soudan», a-t-il avisé.

Perthes a également prévenu qu'une partie de l'aide cruciale de l'Association internationale de développement (IDA) du Groupe de la Banque mondiale allouée au Soudan ira à d'autres pays d'ici la fin juin si un accord politique ne peut être conclu dans le pays d'ici là.

«Si une solution à l'impasse actuelle n'est pas trouvée, les conséquences se feront sentir au-delà des frontières du Soudan et pendant une génération», a averti Perthes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com