Selon une étude, l’Arabie saoudite et les EAU mieux placés que le Royaume-Uni et l’Allemagne en matière d’IA

Étant donné les progrès rapides de la technologie dans le Royaume, la sensibilisation à la cybersécurité doit également augmenter, selon les experts
Étant donné les progrès rapides de la technologie dans le Royaume, la sensibilisation à la cybersécurité doit également augmenter, selon les experts
Short Url
Publié le Jeudi 13 janvier 2022

Selon une étude, l’Arabie saoudite et les EAU mieux placés que le Royaume-Uni et l’Allemagne en matière d’IA

  • L’enquête d’opinion réalisée par YouGov montre que 50 % des employés interrogés en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis sont désormais capables d’automatiser leurs tâches quotidiennes
  • Seuls 16 % des travailleurs au Royaume-Uni et 24 % en Allemagne disent pouvoir automatiser des tâches similaires

RIYAD: L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) sont particulièrement bien placés pour stimuler l’innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) après la pandémie de coronavirus, révèle une nouvelle étude.

Les résultats d’une enquête réalisée par YouGov et commandée par la société américaine d’automatisation des analyses Alteryx montrent que 50 % des employés interrogés dans les deux pays sont désormais en mesure d’automatiser leurs tâches quotidiennes.

En outre, 58 % des employés interrogés affirment être en mesure de produire des résultats plus rapides grâce à l’utilisation de la technologie analytique par rapport à il y a cinq ans. En revanche, seuls 16 % des travailleurs au Royaume-Uni et 24 % en Allemagne disent pouvoir automatiser des tâches similaires, selon l’étude.

YouGov a interrogé plus de 300 employés en Arabie saoudite et aux EAU travaillant avec les données dans de grandes entreprises. L’étude conclut toutefois que des programmes de formation appliqués de manière incohérente continuent de nuire à la région, seuls les experts existants – comme les scientifiques qualifiés en matière de données – bénéficiant de formations de perfectionnement indispensables. Soulignant l’ampleur de ce besoin, 97 % des travailleurs du Golfe s’accordent à dire que la formation est nécessaire pour tous les employés qui manipulent des données.

Mohammed Khourram Khan, professeur de cybersécurité à l’université du roi Saoud à Riyad, explique à Arab News que «les progrès de l’IA et de l’automatisation ont permis aux machines de surpasser les travailleurs humains dans un plus grand nombre de tâches, ce qui se traduit par une meilleure productivité, une efficacité accrue et une réduction des coûts de main-d’œuvre».

Selon lui, les résultats de l’étude d’Alteryx montrent que l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe sont devenus des adeptes de la technologie et sont prêts à adopter la transformation numérique. «L’Arabie saoudite, qui a mis en place les technologies très tôt, exploite le potentiel de l’IA en prévoyant d’injecter 135,2 milliards de dollars (1 dollar = 0,86 euro) dans son économie d’ici à 2030, soit l’équivalent de 12,4 % du PIB national», précise-t-il.

«Cela permettra non seulement de faire du Royaume l’un des leaders mondiaux de l’IA, mais aussi de le transformer en une économie fondée sur la connaissance et les données», note-t-il. «Les données et l’IA sont au cœur de la Vision 2030, qui se manifeste par les initiatives et stratégies récemment lancées et dirigées par l’Autorité saoudienne des données et de l’IA. De cette manière, l’Arabie saoudite pourra se développer comme centrale de données et d’IA, et  devenir un centre mondial de recherche, de développement, d’affaires et d’innovation.»

M. Khan souligne que l’amélioration des compétences et la requalification des experts et des professionnels en matière d’outils, de techniques et de connaissances de pointe dans le domaine de la science des données constituent des obstacles aux innovations basées sur l’IA. «Il est donc impératif de lancer des programmes d’éducation et de formation modernes pour que la main-d’œuvre soit prête à relever les nouveaux défis dans ce domaine», assure-t-il.

«Il est inspirant de constater que l’Arabie saoudite et la région du Golfe adoptent la technologie pour mettre à jour les opérations quotidiennes. Ces dernières années, l’adoption de technologies de pointe a été rapide», affirme à Arab News Tauseef Ahmad, analyste en informatique de la santé à l’université du roi Saoud.

«D’après l’étude, la productivité des employés a augmenté 58 % plus rapidement par rapport à il y a cinq ans, ce qui montre que ces succès importants n’auraient jamais pu être réalisés sans l’aide des scientifiques de données. Toutefois, une formation et des ateliers adéquats permettraient de couvrir les 42 % d’employés restants», souligne-t-il. «En offrant des compétences de base en matière de données à tous les employés et en supprimant la pression sur les équipes chargées des données et de la technologie, les chefs d’entreprise peuvent réduire les défis auxquels ils sont confrontés», pointe-t-il.

Alors que les progrès de l’IA et de l’automatisation ont permis aux machines de surpasser les travailleurs humains, des applications intelligentes saoudiennes comme Absher, Tawakkalna et Sehhaty ont simplifié la vie pendant la pandémie en proposant des services interactifs innovants et intelligents répondant aux besoins du public.

Le nombre d’utilisateurs enregistrés sur Absher a dépassé les 23 millions en 2021, la plate-forme offrant plus de 300 services en ligne pour les particuliers, les entreprises, les demandeurs d’emploi et les administrations publiques, tout en permettant les transactions en ligne.

L’application Tawwakalna, lancée l’année dernière par les autorités saoudiennes pour faciliter le suivi des cas de Covid-19, est disponible dans 75 pays du monde. Elle a été conçue afin de prévenir et de gérer la Covid-19 et comporte une section destinée à informer les utilisateurs des zones où l’incidence des cas est élevée. L’application a été mise à jour pour afficher la situation sanitaire d’un individu.

Enfin, l’application Sehhaty du ministère saoudien de la Santé permet aux utilisateurs d’accéder à des informations sur la santé et à des services médicaux en ligne fournis par les organismes de santé du Royaume. Ces services comprennent la prise de rendez-vous pour les tests PCR et les vaccins, la vérification des autotests, la mise à jour des signes vitaux, le suivi des médicaments prescrits, ainsi que la récupération et le partage des congés maladie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com