Six artistes transforment AlUla lors de la première édition de la résidence d’artistes à l’oasis

Installation de Sofiane Si Merabet (The Confused Artist), It’s Not Early Anymore, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (fournie)
Installation de Sofiane Si Merabet (The Confused Artist), It’s Not Early Anymore, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 20 avril 2022

Six artistes transforment AlUla lors de la première édition de la résidence d’artistes à l’oasis

  • Au terme de onze semaines d'exploration artistique, le premier programme de résidence d'artistes dans cette région ancienne du Royaume est couronné par une exposition des œuvres d'art
  • Les œuvres seront également présentées au festival AlUla Arts qui se tiendra du 13 au 26 février

DUBAÏ : Dans l'antique territoire désert d'AlUla qui constitue aujourd'hui l'une des principales attractions touristiques d'Arabie saoudite, six artistes se sont employés pendant les trois derniers mois à concevoir des œuvres d’art dans le cadre du premier programme de résidence d’artistes mené dans cette région.

Autour du thème « La renaissance de l'oasis », ces artistes venus du Royaume, de Syrie, des Émirats arabes unis, de France et d'Algérie ont plongé dans les paysages d’AlUla. Depuis le début du mois de novembre, ils ont exploré ses vieux sites, son oasis naturelle, ses paysages variés de vallées luxuriantes, de montagnes de grès, de falaises de roches rouges, de canyons et de dunes de sable velouté.

Ils se sont donné pour mission de créer des œuvres d'art associant le patrimoine culturel riche de la région à son environnement naturel généreux. 

On This Sacred Day (En ce jour sacré), oeuvre conçue par Muhannad Shono, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)
On This Sacred Day (En ce jour sacré), oeuvre conçue par Muhannad Shono, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fournie)

En collaboration avec des experts en technique, en science et en archéologie, ils ont converti l'oasis naturelle en un projet culturel, patrimonial et hôtelier couvrant une superficie de 50 kilomètres carrés. Pour mieux comprendre le riche patrimoine d'AlUla, les artistes ont également rencontré des artisans et des intervenants culturels locaux.

La résidence d'artiste est une initiative de la Commission royale d'AlUla et de l'Agence française pour le développement d'AlUla. Elle est réalisée par l'agence Manifesto, une agence française qui accompagne les entreprises dans leurs projets artistiques.

Dans un entretien accordé à Arabnews, la directrice exécutive de Manifesto, Laure Confavreux-Colliex, a précisé : « Cette résidence d'artistes est destinée à accompagner les six artistes choisis, issus de milieux différents et dont les pratiques sont distinctes. Notre mission est de les engager dans le développement et la revitalisation d'AlUla par le biais de l'art ».

Laura Sellies, Peuplé de feuilles qui bougent, 2022, Mabiti AlUla, résidence d'art Oasis Reborn 4. (Fourni)
Laura Sellies, Peuplé de feuilles qui bougent, 2022, Mabiti AlUla, résidence d'art Oasis Reborn 4. (Fournie)

Le thème retenu pour cette intitiative (La renaissance de l'oasis) nous amène à nous pencher sur les richesses de cette oasis et sur la manière de mettre en lumière son histoire et son patrimoine, pour lui permettre de renaitre.

« Notre ambition à Manifesto est donc de tisser ces liens entre les artistes et la communauté d'AlUla ».

La première édition a eu lieu à Mabiti AlUla, une palmeraie et une maison d'hôtes nichée au cœur de l'oasis. La prochaine édition est prévue à Madrasat AdDeera, un centre d'art et de création en passe de devenir une composante essentielle du quartier artistique d'AlUla. Celui-ci  réunira des projets éducatifs et artistiques qui offriront aux communautés, aux étudiants, aux artistes et aux visiteurs une destination active et dynamique.

Le premier groupe d'artistes résidents collabore déjà avec des artisans locaux, dans le cadre des programmes proposés par l’exposition de Madrasat AdDeera.

Ruban de Möbius (Möbius Strip), une œuvre de Sara Favriau, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)
Ruban de Möbius (Möbius Strip), une œuvre de Sara Favriau, 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)

Surplombant un bassin d'eau et installée entre les palmiers d'un bosquet, la pièce « Thuraya » de l'artiste saoudien Rashed Al-Shashai fait le lien entre la science moderne et le monde ancien.

Réalisée à partir de matériaux naturels provenant de l'oasis, cette installation de couleur rouge est ornée de lanternes dorées placées de chaque côté. La nuit, celles-ci projettent des reflets sur l'eau et éclairent la zone.

Dans un entretien avec Arab News, M. Al-Shashai explique comment il s'est inspiré du rôle important que jouent les étoiles dans la vie des agriculteurs.

« J'accompagnais mon grand-père pour accomplir la prière du Fajr. Je me souviens du chemin que nous empruntions ensemble. Lorsqu'il me parlait, il ne cessait de regarder le ciel et l'étoile (la Thuraya) et sa position dans le ciel. Celle-ci a toujours guidé les agriculteurs dans leurs activités de plantation ou de récolte. Voilà ce qui m'a inspiré pour créer mon installation », raconte-t-il.

Les artistes ont passé les trois derniers mois à créer des œuvres dans le cadre du premier programme de résidence artistique de la région. (Fourni)
Les artistes ont passé les trois derniers mois à créer des œuvres dans le cadre du premier programme de résidence artistique de la région. (Fourni)

L'œuvre de Muhannad Shono, « On This Sacred Day » (En ce jour sacré), se penche sur le cercle de la mort et de la renaissance auquel est soumise l'oasis. De la fumée qui s'élève naissent des histoires d'allées et venues, de pertes et de souvenirs.

Il compare sa pièce à « un catafalque rituel qui retrace le parcours des plantes, des cendres, de la fumée et du ciel. En d'autres termes, il s'agit du cycle de la mort et du renouveau que vit l'oasis. Elle évoque également la question des changements volontaires et des transformations qui la protègent des incendies qui menacent de réduire le monde en cendres."

L'œuvre de l'artiste française Sara Favriau, intitulée « The Oasis is a Wadi Raised to the Sky » (L'oasis, cette vallée dressée vers le ciel), se présente sous trois formes et trois étapes distinctes qui correspondent à trois moments connectés. Les Petits Riens se compose de petites sculptures ; Un jour sans fin, une performance filmée ; et Ruban de Möbius, une installation. Ces trois formes se penchent sur la notion de jardin du désert et, particulièrement celle de l'oasis : notre planète est un vaste jardin, et les royaumes humain et animal ne font qu'un.

Sofiane Si Merabet (L'artiste dérouté ), It's Not Early Anymore ( Il se fait tard ), 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)
Sofiane Si Merabet (L'artiste dérouté ), It's Not Early Anymore ( Il se fait tard ), 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)

Pour l'artiste franco-algérien Sofiane si Merabet, l'oasis est une « mère » ayant nourri les humains à travers le temps.

Intitulée « It's Not Early Anymore » (Il se fait tard), son œuvre évoque le développement qu’AlUla a connu récemment et les festivités entourant les mariages. Logée dans un petit bâtiment à un étage situé dans une ferme de l'oasis, cette installation multimédia reprend les traditions saoudiennes des Tagagat, ces chanteuses de mariage, ainsi que des éléments de la région tels que des panneaux urbains et des magasins offrant des produits liés aux mariages.

AlUla était aussi connue sous le nom de « mariée des montagnes », raconte Si Merabet à Arab News.

« La chance que j’ai eue de de travailler de près avec Nujood, la seule Tagaga (chanteuse de mariage) d'AlUla, m'a permis de documenter la sociologie de l'oasis, la dynamique actuelle du changement, et la façon dont ces deux aspects sont reliés à ces lieux ».

Talin Hazbar, Earth Readings (Lectures de la terre), 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)
Talin Hazbar, Earth Readings (Lectures de la terre), 2022, Mabiti AlUla, The Oasis Reborn Art residency 1. (Fourni)

« L'oasis est pour moi un espace maternel, nourrissant et verdoyant, et le désert me rappelle les contradictions que l'on rencontre lors des mariages : une image reflétant les interactions entre hommes et femmes ou entre différents groupes sociaux ».

« Cette œuvre explore les traditions locales pérennes et s'interroge sur la signification de la préservation et de l'authenticité et sur la manière dont elles peuvent être réinventées », a-t-il ajouté.

Talin Hazbar, une artiste née en Syrie et basée aux Émirats arabes unis, a conçu « Earth Readings » (Lectures de la terre). Cette œuvre se penche sur les nombreuses relations existant entre le passé et le présent, entre l'imperceptible et le matériel. L'œuvre explore la signification du sol par le biais de « récits sous forme de repères et de cartes ».

Elle nous confie : « J'ai utilisé des matériaux vivants pouvant être remodelés, remaniés, reconstruits, et qui s'adaptent et évoluent en permanence. Ces matériaux sont des traces qui témoignent de leur vie et de leur espace, tout en permettant de comprendre AlUla dans ses composantes, ses histoires et ses pratiques ».

Dans un clin d'œil saisissant au paysage étendu et riche de l'oasis d'AlUla, l'œuvre « Populated by Moving Leaves » (Peuplé de feuilles qui bougent) présente des images de la vie et de l'espace de l'oasis d'AlUla.

Réalisée par l'artiste française Laura Sellies, elle correspond à une installation composée de sculptures, de sons et de textes.  Cette installation évoque, selon elle, un « palais de souvenir » dont les structures métalliques invitent les visiteurs à prêter l'oreille aux voix de l'oasis –  qu'elles soient réelles ou fictives – dont des voix de femmes, d'hommes, d'oiseaux, de chameaux, de vent, d'eau, de pierres et de sable.

En janvier, durant  trois journées de portes ouvertes, les œuvres des artistes ont été exposées en janvier et seront présentées lors du festival AlUla Arts qui se tiendra du 13 au 26 février.

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 

Spécial
AlUla clôture avec succès sa première résidence d'artistes
Par Arab News en français -
Spécial
AlUla: Un musée vivant au cœur du désert
Par Zaid Khashogji -

Boxe: le match revanche qui oppose Joshua à Usyk à Djeddah, une inspiration pour les générations futures

Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Short Url
  • «Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare le prince Fahad ben Abdelaziz
  • Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs dans le Royaume

LONDRES: Encourager la prochaine génération de Saoudiens à faire du sport et à devenir champions en la matière est l’un des principaux objectifs pour attirer le sport de haut niveau au sein du Royaume, selon le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk. 

Le prince Fahad ben Abdelaziz, porte-parole de Skill Challenge Entertainment, évoque cette semaine la préparation au combat qui se déroule à Djeddah et espère que le combat léguera un certain héritage à la jeunesse saoudienne. 

Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs à l’intérieur du Royaume. 

«Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare-t-il. 

«Les dirigeants estimés du pays sont vraiment conscients des répercussions que le sport pourrait avoir sur l’amélioration de la vie des habitants et nous soutenons pleinement cette transformation. Les changements déjà mis en place ont déjà eu une incidence considérable sur les gens de notre pays.» 

«Il est évident que les Saoudiens sont enthousiastes à l’idée que certains des plus grands événements sportifs du monde se déroulent au Royaume.» 

Le prince Fahad affirme également que l’organisation du combat en Arabie saoudite s’inscrit dans le cadre d’une ambition plus large: développer la boxe dans le Royaume. 

«L’une des principales raisons d’organiser des événements comme celui-là ici dans le Royaume est d’inspirer les habitants et les générations futures au niveau local», précise-t-il. 

«Depuis le dernier combat, intitulé “Clash on the Dunes”, en 2019, nous avons assisté à une augmentation de 300% du nombre d’hommes et de femmes qui suivent des cours de boxe et le nombre de salles est passé de sept à cinquante-neuf.» 

«En organisant d’autres événements comme celui-là, y compris les premiers championnats de boxe féminine, nous souhaitons inciter plus de 500 000 personnes à pratiquer ce sport au cours des quatre prochaines années. Un exploit clé serait d’inspirer les habitants de la nation et de la région à s’adonner aux pratiques sportives et, espérons-le, à en tomber amoureux comme c’est arrivé pour tant d’autres.» 

Il poursuit en ces termes: «Parallèlement à cela, nous voulons montrer la véritable Arabie saoudite au reste du monde, les gens merveilleux, la transformation des régions, ainsi que la beauté du paysage de la mer Rouge.» 

Il déclare que l’organisation du Championnat du monde poids lourds constitue le point culminant de la transformation en cours dans le Royaume en ce moment. 

«Les changements et la transformation qui résultent de l’initiative Vision 2030 nous incitent à accueillir certains des plus grands événements sportifs mondiaux comme celui-là. C’est vraiment ce qui nous a donné, à Skill Challenge Entertainment, l’ambition d’organiser cet événement et de promouvoir l’Arabie saoudite à l’échelle mondiale.» 

Lors de la préparation du combat et des conférences de presse qui l’annoncent, le prince Fahad affirme que le fait de mettre en avant Djeddah et l’Arabie saoudite sur le plan mondial représente un moment fort. 

«Il y avait une immense fierté lors du tournage de la vidéo promotionnelle. Pour la partie principale de la vidéo, Anthony Joshua et Usyk se sont affrontés dans la partie historique de Djeddah devant trois cents habitants, ce qui a donné un aperçu de l’enthousiasme que les habitants ressentent envers l’organisation de cet événement dans le Royaume», souligne-t-il. 

«Les combattants ont profité de ce moment et se sont montrés émerveillés par l’atmosphère exceptionnelle du lieu. Tous deux disent à quel point le quartier historique de Djeddah est remarquable. C’est formidable d’être là à ce moment bien précis et nous espérons que tout le monde appréciera cet événement autant que nous avons pris du plaisir à l’organiser», renchérit-il. 

Le message qu’adresse le prince Fahad aux fans de boxe qui se rendent à Djeddah pour le combat baptisé «Rage on the Red Sea», qui se tiendra le 20 août prochain, est de «s’attendre à l’inattendu». 

Il conclut par ces mots: «Rage on the Red Sea est sur le point de devenir l’un des plus grands moments sportifs de cette année à l’échelle mondiale. Il se déroule ici même, chez nous. Je vous encourage à faire partie de l’histoire en assistant au combat. Vous passerez forcément un moment exceptionnel.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elham Dawsari: Mes histoires sont celles de toutes les femmes saoudiennes

Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Short Url
  • Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail
  • Au lieu de se pencher sur les problèmes de l'époque actuelle, elle a préféré mettre en valeur les histoires du passé

RIYAD: Alors que l'artiste et écrivaine saoudienne interdisciplinaire Elham Dawsari savoure un latte espagnol glacé – un doux moyen de lutter contre la chaleur extérieure –, elle se souvient de l'un de ses premiers croquis: une version plus jeune d'elle-même, assise sur le perron de sa maison, en train de regarder des garçons de son âge jouer pieds nus dans l'herbe, loin de la bienséance sociale. Elle tient un walkman à la main.

«J'ai fait ce dessin parce que je voulais non seulement répondre à des questions, mais aussi en poser moi-même certaines: qu'en est-il des espaces ? Des femmes ? Du sexe ?» s’interroge-t-elle auprès d’Arab News.

Comme elle était à la fois le sujet du croquis et l'arrière-plan des garçons qui jouaient, elle a établi une connexion intrinsèque avec l'espace qui l'entourait et la place qu'occupaient les femmes dans cet espace.

arabie saoudite
Deux personnages féminins miniatures, l'un époussetant le patio et l'autre appliquant une crème hydratante et du citron, dans le cadre de l'œuvre d'art «Nfas» de l'artiste Elham Dawsari présentée au Jax Arts Festival, à Riyad. (Photo prise par le photographe Moat Alyahya)

Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail.

L'artiste explore la ville de Riyad dans les années 1980 et 1990, dans l’ère pré-Internet, et s'intéresse surtout aux femmes issues de classes moyennes ou défavorisées. Et notamment sur la manière dont internet a modifié leur comportement et les a façonnées dans leurs espaces environnants.

«Je pense que c'est une façon pour moi d'accepter beaucoup de choses qui se sont passées dans ma vie, y compris les histoires de femmes, parce que je me suis longtemps posé des questions pour essayer de les comprendre», explique-t-elle.


Elton John et Britney Spears unissent leurs talents pour une nouvelle chanson

Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Short Url
  • Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer"
  • L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars

LOS ANGELES: L'icône de la pop Britney Spears et la superstar britannique Elton John vont unir leurs voix dans une nouvelle chanson, a annoncé lundi la maison de disques qui la distribuera.

Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer", selon Interscope Records.

Si sa date de sortie reste inconnue, il s'agira du premier nouveau titre de Britney Spears depuis des années.

Son titre est inspiré des paroles de la chanson "Tiny Dancer", sortie par Elton John au début des années 1970.

L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars.

Britney Spears et son compagnon Sam Asghari ont récemment annoncé que la chanteuse avait fait une fausse couche.

Sa grossesse avait été rendue publique cinq mois après l'annonce dans un tribunal californien de la fin de la tutelle controversée exercée principalement par son père, Jamie Spears.

La mesure avait été décidée en 2008 en raison de troubles psychologiques de la star, qui l'a qualifiée d'"abusive" et qui, selon elle, l'empêchait de retirer son stérilet contraceptif malgré son désir d'avoir d'autres enfants.

La pop star, révélée par plusieurs tubes planétaires dont "...Baby One More Time", n'a pas donné d'interview depuis des années et apparaît rarement publiquement.

Elton John, qui a fêté ses 75 ans il y a quelques mois, est notamment connu pour son tube "Rocket Man".

Il s'est lancé en 2018 dans une tournée d'adieux aux proportions XXL. Etalée sur plusieurs années, elle prévoyait plus de 300 dates à travers le monde avant d'être perturbée par la pandémie de Covid-19.