Avec son oud, Naseer Shamma veut écrire la «nouvelle mémoire» de l'Irak

Le musicien irakien Naseer Shamma joue du oud lors des répétitions au Théâtre national irakien de Bagdad, le 17 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le musicien irakien Naseer Shamma joue du oud lors des répétitions au Théâtre national irakien de Bagdad, le 17 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 19 janvier 2022

Avec son oud, Naseer Shamma veut écrire la «nouvelle mémoire» de l'Irak

  • A près de 60 ans, celui qui a étudié avec Mounir Bachir, grand prêtre du oud irakien aujourd'hui disparu, a toujours le don de s'émerveiller lorsqu'il évoque son instrument et ceux qui l'accompagnent
  • Tout l'orchestre qui l'accompagne pour deux soirées au Théâtre national de Bagdad est composé d'instruments irakiens

BAGDAD : "Ici, je ressens de profondes émotions avec le public": l'Irakien Naseer Shamma, star mondiale du oud, le luth arabe, joue à Bagdad cette semaine et il rallume la flamme de la musique irakienne, vacillante pendant quarante ans de conflits.

A près de 60 ans, celui qui a étudié avec Mounir Bachir, grand prêtre du oud irakien aujourd'hui disparu, a toujours le don de s'émerveiller lorsqu'il évoque son instrument et ceux qui l'accompagnent.

Tout l'orchestre qui l'accompagne pour deux soirées au Théâtre national de Bagdad est composé d'instruments irakiens.

"Vous avez le oud, bien sûr, mais aussi le santour (une sorte de cithare sur table, Ndlr). Ils sont nés en 2 000 avant Jésus-Christ. Ce sont des instruments historiques!", jubile Naseer Shamma, que l'AFP a rencontré entre deux répétitions à Bagdad.

Le tout, rythmé par les tambours, convoque parfois la langueur, parfois la célérité du virtuose, lorsque la main gauche pique un sprint le long du manche du oud, tandis que la main droite danse la gigue sur les douze cordes.

"Il y a toujours de la nostalgie quand je joue ici, avec des amis. J'ai étudié à Bagdad pendant six ans et je me sens bien quand je suis en concert ici", assure le natif de Kout, ville du sud-est de l'Irak.

«L'éducation d'abord»

Mais aujourd'hui, pour Naseer Shamma, les nuits bagdadiennes sont plutôt l'exception que la règle.

Exilé en 1993 après un séjour dans les geôles de l'ancien dictateur Saddam Hussein, il est revenu une première fois en Irak en 2012. Entretemps, Naseer Shamma, qui habite à Berlin, a vécu au Caire et a essaimé des Maisons du luth arabe dans tout le Moyen-Orient.

De quoi s'attirer une solide communauté d'admirateurs, du Maroc à l'Iran.

Mais aussi de se rendre compte d'une chose: l'éducation est la clef du redressement de l'Irak.

Comme le souligne l'Unicef, "des décennies de conflits et de sous-investissement en Irak ont anéanti ce qui a été par le passé le meilleur système éducatif de la région et gravement entravé l'accès des enfants irakiens à un enseignement de qualité".

Il y a eu la guerre Iran-Irak (1980-1988), l'embargo international des années 1990, l'invasion et l'occupation de l'Irak à partir de 2003, le conflit interreligieux entre 2006 et 2009, l'occupation de pans entiers du pays par les jihadistes de l'organisation Etat islamique de 2014 à 2017...

Drames humains après ravages, Naseer Shamma estime que "trois ou quatre générations ont dû payer le prix" de ces conflits.

"Maintenant je joue pour aider le secteur éducatif. Mon nouveau projet s'appelle +L'éducation d'abord+. Il faut aider les écoles irakiennes, y ramener la musique ou le sport, autant de matières qui ont disparu après la mise en place de l'embargo", explique Naseer Shamma.

Culture de retour

Aujourd'hui, l'économie est atone malgré des réserves de pétrole pléthoriques, l'électricité bien souvent une chimère, la corruption omniprésente, la pandémie toujours là et les haines entre factions politiques débordent parfois en affrontements armés.

Naseer Shamma entend modestement apporter sa pierre en "changeant l'âme des gens, en allant dans leurs tréfonds".

Car, on est certes encore loin de la splendeur d'antan, mais tout de même: à la faveur de la stabilisation du pays, Bagdad renoue avec la culture à coup de salons du livre sur les bords du Tigre, de pièces de théâtre, d'expositions de photos... et de concerts de oud.

"Il faut clore cet affreux passé et reprendre une nouvelle vie, créer une nouvelle mémoire et une vision pour l'avenir", dit-il.


La cuisinière en chef de la Maison Blanche distinguée par la France

Cristeta Comerford, première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche,  lors d'une réception à New Delhi, le 24 octobre 2016. (Photo, AFP)
Cristeta Comerford, première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche, lors d'une réception à New Delhi, le 24 octobre 2016. (Photo, AFP)
Short Url
  • La récompense lui a été remise par l'un de ses pairs, l'ancien chef cuisinier de l'Élysée Guillaume Gomez, désormais représentant personnel du président Macron au service de la gastronomie française
  • Cris Comerford a été nommée cuisinière en chef de la Maison Blanche par la Première Dame des Etats-Unis Laura Bush, en 2005

WASHINGTON: Cristeta Comerford, qui marque l'histoire culinaire en étant la première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche, a été reçue dans l'ordre du Mérite agricole au grade d'officier, mercredi soir à Washington. 

La récompense lui a été remise par l'un de ses pairs, l'ancien chef cuisinier de l'Élysée Guillaume Gomez, désormais représentant personnel du président Macron au service de la gastronomie française. 

Née aux Philippines et naturalisée américaine, celle que tout le monde appelle « Cris » a rendu hommage aux responsables qui lui avaient mis le pied à l'étrier.   

« L'un de mes films préférés est le Festin de Babette, qui se déroule dans une ville côtière du Danemark. Il relate l'histoire fictive d'une cheffe française qui était en avance sur son temps. Sans attendre qu'on lui rende la pareille, elle offrait sa grâce, son service, sa compassion aux gens, car ils lui avaient donné une chance. C'est ce qui m'est arrivé », a déclaré la cheffe de 59 ans. 

Cris Comerford a été nommée cuisinière en chef de la Maison Blanche par la Première Dame des Etats-Unis Laura Bush, en 2005. Les présidents Obama, Trump et Biden lui ont maintenu leur confiance, lui conférant une longévité de 17 ans à ce poste exposé. 

« Imaginez que, tous les quatre ans, il faut vous adapter aux goûts d'un président différent, ce n'est pas simple, cela vous empêche d'avoir un style propre duquel vous ne déviez pas. Il faut être capable de s'adapter et c'est son cas », a expliqué Patrick O'Connell, le seul chef triple étoilé Michelin de la région de Washington, avec son restaurant « The Inn at Little Washington ». 

La fonction de chef cuisinier de la Maison Blanche remonte à une réorganisation du personnel opérée par Jacqueline Kennedy en 1961. En plus de 60 ans, deux Français ont occupé le poste, à une époque où les chefs de la patrie de Bocuse étaient incontournables dans les grandes écoles culinaires américaines.  

Mais Guillaume Gomez trouve légitime que les cordons-bleus des présidents soient désormais davantage la vitrine des traditions et savoir-faire nationaux. 

« Ils sont là aussi pour mettre en avant leur terroir et leur territoire, avec leur histoire, avec cet ADN qui fait la gastronomie d'un pays », a-t-il déclaré. « Aujourd'hui on ne mange pas français à la Maison Blanche, et c’est tant mieux! On mange français au palais de l'Elysée. Mon rôle en tant que chef du palais de l’Elysée, ce n'était pas de mettre en avant la truffe d'Alba, c'était le rôle de mes collègues au Quirinal ». 


La cinéaste émiratie Nayla al-Khaja collabore avec le compositeur oscarisé A.R. Rahman pour son nouveau film

M. Rahman composera la musique du prochain long-métrage de Nayla al-Khaja, Baab, qu’elle décrit comme son premier film «art et essai».
M. Rahman composera la musique du prochain long-métrage de Nayla al-Khaja, Baab, qu’elle décrit comme son premier film «art et essai».
Short Url
  • Cette collaboration est le fruit du hasard; c’est une simple coïncidence qui a conduit à un partenariat de rêve
  • Les deux artistes s’accordent pour dire que les meilleures collaborations naissent souvent de connexions spontanées

CANNES: La cinéaste émiratie Nayla al-Khaja s’est associée au compositeur indien oscarisé A.R. Rahman pour son prochain long-métrage, Baab.

«Ce projet me tient particulièrement à cœur. J’ai l’impression que ce travail sera unique et sans précédent. Il faut absolument que je me serve de ma caméra pour rendre cela en images, de la manière la plus sincère possible», déclare la cinéaste, elle-même lauréate de plusieurs prix, dans un entretien accordé à Arab News à l’occasion du festival de Cannes cette semaine.

M. Rahman – lauréat du Bafta, du Golden Globe et du Grammy, ayant composé plus de cent quarante-cinq musiques de film – participera au prochain long-métrage de la cinéaste, qu’elle décrit comme son premier film d’art et d’essai.

1
Nayla al-Khaja (à droite) sur le tournage de son court-métrage The Shadow. (Photo fournie)

Elle est largement reconnue comme la première cinéaste indépendante des Émirats arabes unis (EAU). Elle a déjà réalisé les courts-métrages The Neighbour, Malal, Animal et The Shadow et coécrit Baab avec Masoud Amralla al-Ali.

«C’est extraordinaire qu’une personne puisse, comme elle, ouvrir la voie aux jeunes femmes et c’est encore plus remarquable de participer à l’aventure», déclare M. Rahman. Baab sera son premier projet au Moyen-Orient et il explique pourquoi il a été immédiatement attiré par cette collaboration.

«J’ai l’impression que ma carrière ne fait que commencer», déclare-t-il. «C’est comme si c’était mon premier film, car elle a une toute nouvelle vision et elle vient d’un endroit différent que je n’ai jamais visité. Je me sens toujours très à l’aise face à une page blanche.» 

La collaboration est le fruit du hasard, explique la cinéaste. C’est une simple coïncidence qui a conduit à un partenariat de rêve.

1
A. R. Rahman avec ses deux oscars pour Slumdog Millionaire. (Photo fournie)

«En réalité, c’est grâce à Instagram», précise-t-elle. Un jour, après avoir vu l’une des stories où la cinéaste mentionne M. Rahman, son chauffeur lui dit en plaisantant: «Imaginez qu’elle vous appelle un de ces jours.»

«Ce n’était qu’une simple remarque, mais, deux jours plus tard, j’ai reçu un appel pour organiser une réunion», poursuit-elle.

Les deux s’accordent pour dire que les meilleures collaborations naissent souvent de connexions spontanées.

«C’était complètement imprévu», indique la cinéaste. «Mais je ne veux pas dire que cela s’est passé par accident. C’est le fruit d’une démarche sincère.»

A.R. Rahman explique ce qui l’a initialement attiré vers cette production. «J’aime les nuances», soutient-il. «Travailler avec un cinéaste a un côté ouvert et inexploré, ce qui est formidable.»

Il poursuit en expliquant le processus de composition: «En discutant avec un réalisateur, je découvre les choses à faire et à ne pas faire – son inspiration et son degré de réalisme. Je fais quelques recherches pour trouver des sons. Je les utilise ou non. C’est mieux de les avoir et de ne pas les utiliser que de ne pas les avoir du tout pendant la production», souligne-t-il.

La cinéaste décrit le film qui, indique Variety, suit une jeune fille (Wahida) alors qu’elle enquête sur la mort mystérieuse de sa sœur jumelle, comme «un film fantastique 100 % art et essai, à la limite de l'horreur».

1
La cinéaste et le compositeur espèrent tous deux que le film sera spécial. (Photo fournie)

«C’est difficile à définir», souligne-t-elle. «C’est intense. Il y a des moments effrayants très inconfortables. Je ne sais pas si je peux le classer comme un film d’horreur, mais nous avons probablement deux ou trois scènes qui appartiennent à ce genre. Pour le reste, je dirais que c’est un film d’art et d’essai.»

L’une de ces scènes «inconfortables» survient vers la fin du film, précise-t-elle, lorsque l’un des personnages est suspendu à quelques centimètres du plafond.

«Elle est attachée par les bras et les jambes au moyen de cordes. Le plafond touche presque son visage pendant toute la scène puis, soudain, une corde se rompt. Elle reste accrochée longtemps et respire contre le plafond. C’est calme et puis ça casse! C’est juste à la fin», poursuit-elle.

Les deux artistes espèrent que le film sera spécial – non seulement en matière d’intrigue et d’interprétation, mais aussi de conception des costumes, de production et de musique.

«Nous voulons vraiment aller le plus loin possible», conclut la cinéaste.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une maquilleuse réalise son rêve à Cannes après avoir fui l'Ukraine

La maquilleuse ukrainienne Aliona Antonova est aujourd'hui à Cannes, où elle maquille les plus grandes stars de cinéma (Photo, AFP).
La maquilleuse ukrainienne Aliona Antonova est aujourd'hui à Cannes, où elle maquille les plus grandes stars de cinéma (Photo, AFP).
Short Url
  • La vie d'Aliona a basculé lors d'une matinée terrifiante, trois mois plus tôt
  • Aliona a pu retrouver du travail très vite, à Bruxelles et à Berlin, grâce à sa réputation sur Instagram

CANNES: Quand elle a fui l'Ukraine au lendemain de l'invasion russe, elle était loin de se douter de ce qui l'attendait: la maquilleuse ukrainienne Aliona Antonova est aujourd'hui à Cannes, où elle maquille les plus grandes stars de cinéma.

Son histoire digne d'un film hollywoodien a commencé le 24 février, aux premiers bombardements de sa ville, Odessa, tout près de son salon de beauté et son école d'esthétique.

Trois mois plus tard, cette mère célibataire de 31 ans s'est retrouvée à maquiller les invités pour le tapis rouge du prestigieux festival de Cannes.

"J'ai confiance dans mon étoile", a-t-elle confié à l'AFP. "Quand j'ai décidé de venir ici, je ne savais pas si je trouverais des clients ou des étudiants, mais je savais que je devais venir".

«Sous le choc»

La vie d'Aliona a basculé lors d'une matinée terrifiante, trois mois plus tôt. 

La veille encore, "je me disputais avec mon oncle qui me soutenait que la guerre allait éclater. Je n'y croyais pas mais quand je me suis couchée j'ai ressenti quelque chose de bizarre... c'était la peur", raconte-t-elle.

A 06H00 du matin, son frère la réveille en lui annonçant la nouvelle et en lui disant de se préparer à fuir. "J'ai appelé un taxi pour aller vérifier que tout allait bien dans mon salon, quand soudain j'ai entendu une bombe. J'étais sous le choc".

Elle n'a pas regretté son départ précipité en Moldavie, voyant les énormes files d'attente à la frontière. Là-bas, elle a pu retrouver son fils de quatre ans, Micha, et ses parents se trouvaient déjà à Chisinau. 

Aliona a pu retrouver du travail très vite, à Bruxelles et à Berlin, grâce à sa réputation sur Instagram (où elle compte 72 000 abonnés). 

Mais la maquilleuse a toujours rêvé d'aller à Cannes, un endroit où "on peut rencontrer en une seule fois toutes les stars qui sont d'habitude aux Etats-Unis".

Elle a contacté plusieurs salons cannois et dès le premier mail, a reçu une réponse positive: on lui proposait un stand où s'installer comme indépendante.

"J'ai été très surprise de voir à quel point c'était facile", assure-t-elle, "à tel point que jusqu'au premier jour à Cannes, j'ai cru que ce n'était pas vrai".

Elle travaille notamment à Cannes avec les femmes apparaissant dans le documentaire Netflix "L'arnaqueur de Tinder".

«Tout reconstruire»

Sur la Croisette, elle a déjà repéré les actrices Julia Roberts et Anne Hathaway, ainsi que la mannequin brésilienne Adriana Lima.

La trentenaire ne dit pas spontanément aux gens qu'elle est Ukrainienne, pour éviter qu'ils ne s'apitoient sur son sort.

"Dès qu'ils savent que je viens d'Ukraine, les gens m'apportent leur soutien. Ils me demandent comment je vais, comment va ma famille, c'est très gentil", explique-t-elle.

Aliona facture jusqu'à 300 euros un maquillage pour une soirée, et recherche des investisseurs pour lancer sa propre ligne de cosmétiques. Grâce à ces revenus, elle espère que Micha et sa mère pourront bientôt la rejoindre à Cannes.

Mais quand elle pense à l'avenir, son enthousiasme retombe et elle refoule ses larmes, avouant qu'elle se laisse parfois submerger par l'angoisse.

"Je pense que le monde entier est surpris de voir comme mon peuple est courageux", dit-elle. "J'espère que très bientôt tout cela sera fini, mais il faudra tout reconstruire et ce sera très dur".