Covid-19: que se cache-t-il derrière la hausse des hospitalisations des enfants ?

Un employé à l'hôpital salue un enfant qui vient de recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 pour enfants à Montréal, Québec, le 24 novembre 2021. (Photo, AFP)
Un employé à l'hôpital salue un enfant qui vient de recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 pour enfants à Montréal, Québec, le 24 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 19 janvier 2022

Covid-19: que se cache-t-il derrière la hausse des hospitalisations des enfants ?

  • Les enfants sont-ils plus sévèrement touchés par la cinquième vague de Covid-19, comme le redoutent certains ?
  • Rien ne tend à le prouver et s'il y a bien une hausse des hospitalisations, celle-ci n'est pas forcément due à Omicron

PARIS : Les enfants sont-ils plus sévèrement touchés par la cinquième vague de Covid-19, comme le redoutent certains ? Rien ne tend à le prouver et s'il y a bien une hausse des hospitalisations, celle-ci n'est pas forcément due à Omicron.

Selon les derniers chiffres officiels, quelque 552 petits de moins de 10 ans sont actuellement hospitalisés en France avec un diagnostic Covid-19, un record depuis le début de l'épidémie. Parmi eux, 91 se trouvent en soins critiques.

Par comparaison il y a trois mois, seuls 6 enfants étaient comptabilisés en réanimation.

Par rapport aux précédentes vagues, il y a "une augmentation des admissions à l'hôpital qui est beaucoup plus marquée sur les tranches d'âge des 0-10 ans", pointait la semaine dernière l'épidémiologiste Vittoria Colizza.

Deux raisons à cela: la contagiosité du variant Omicron, qui conduit à "une explosion du nombre de cas en population générale", et une couverture vaccinale chez les petits qui reste à ce jour "très, très, très faible". Selon les derniers chiffres officiels, seuls 3% des 5-11 ans sont à ce jour vaccinés.

Si la hausse semble impressionnante, le nombre d'enfants concernés par les hospitalisations demeure relativement faible.

"On est sur de tout petits chiffres donc la moindre variation fait exploser les statistiques", résume le Pr Yves Gillet, responsable des urgences pédiatriques à l'hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME) de Bron, près de Lyon.

«Co-infectés»

Comme chez les adultes, les hospitalisations en soins conventionnels et en soins critiques augmentent chez les 0-17 ans depuis début décembre 2021. Et cette hausse touche principalement les nourrissons de moins d'un an, précise l'Agence Santé publique France.

En Ile-de-France, 190 enfants sont actuellement hospitalisés. Sollicitée, l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, n'avait pas répondu mercredi à l'AFP.

A Marseille, 14 enfants étaient hospitalisés lundi à la Timone "pour ou avec Covid".

"La hausse est sensible depuis la rentrée de janvier", indique à l'AFP Fabrice Michel, le chef de service d'anesthésie et de réanimation pédiatrique de l'hôpital marseillais. "Mais on parle de très, très peu de cas au total".

"Deux à quatre enfants sont hospitalisés chaque jour en ce moment en soins critiques". En général, on ne les garde que quelques jours", détaille-t-il.

"Comme pour l'adulte, ils sont là pour des problèmes respiratoires mais qui nous inquiètent moins que lorsqu'il s'agit d'une bronchiolite ou d'une grippe", ajoute-t-il.

Surtout, difficile de faire la part des choses entre les hospitalisations liées à Omicron ou à d'autres infections.

Les autorités sanitaires soulignent ainsi que l'identification de cas "co-infectés" avec le virus respiratoire syncytial (responsable de la bronchiolite) et la Covid-19 "peut rendre difficile l'imputabilité de la sévérité à l'un ou l'autre des virus".

Ce d'autant plus que la bronchiolite du jeune nourrisson est source habituelle d'hospitalisation en soins critiques.

Pims

En fin de semaine dernière, 12 enfants étaient hospitalisés "pour ou avec la Covid" à l'hôpital de Bron. Parmi eux, 5 étaient en réanimation dont 2 avec des co-infections donc "difficile de savoir quel virus a rendu ces enfants malades", selon le responsable des urgences pédiatriques.

Le CHU de Beauvais notait aussi une "faible hausse d'enfants hospitalisés et positifs à la Covid" par rapport aux vagues précédentes", avec un à deux enfants présents en pédiatrie chaque jour en moyenne. Ils sont "hospitalisés pour une courte durée, pour de petits symptômes respiratoires, sans gravité", explique le CHU, sachant qu'il n'est pas clair si ces symptômes sont toujours totalement à relier à la Covid.

Reste à juger de la sévérité des cas. Selon Santé publique France, "l'analyse qualitative des cas pédiatriques n'est pas en faveur d'une gravité accrue de la Covid-19 chez les enfants, à ce jour".

La surveillance spécifique des cas de Pims, un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique potentiellement grave lié à la Covid, montre bien "une ascension" depuis début décembre, relève l'agence de santé.

Mais comme les symptômes se déclarent environ un mois après avoir attrapé la Covid-19, les cas observés actuellement sont "essentiellement secondaires à des infections avec le variant Delta".

Et il est "encore trop tôt pour anticiper quel sera l'impact du variant Omicron", estime Santé publique France.


Un mort et un blessé grave lors du crash d'un ULM dans la Creuse

Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi
  • Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers

GUERET: Le pilote d'un avion bi-place a été tué et son passager grièvement blessé lors du crash de leur appareil jeudi près de Guéret, dans la Creuse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi, à 6 km à l'est de Guéret, après une tentative de décollage manquée, a précisé le maire de Saint-Laurent Alain Clédière à un correspondant de l'AFP.

Selon M. Clédière, "l'avion appartenait à la famille du pilote".

Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers. Son passager, âgé de 20 ans a été transporté en état d’urgence absolue au CHU de Limoges.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.