Drame dans le jura: quatre lycéens meurent dans leur voiture tombée dans un lac

Une patrouille de gendarmerie a pu «très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus». (Photo, AFP)
Une patrouille de gendarmerie a pu «très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

Drame dans le jura: quatre lycéens meurent dans leur voiture tombée dans un lac

  • Un cinquième occupant de la voiture est miraculeusement parvenu à s'extraire du véhicule et à donner l'alerte
  • La chaussée était très «verglacée», une «véritable patinoire»: la voiture «a quitté la route» et «est tombée dans le lac»

STRASBOURG : "Un drame qui touche toute la communauté éducative" : quatre lycéens, trois mineurs et une jeune majeure, sont morts mercredi, restés prisonniers de leur voiture tombée dans un lac du Jura alors qu'ils circulaient sur une route verglacée.

Un cinquième occupant de la voiture est miraculeusement parvenu à s'extraire du véhicule et à donner l'alerte, a précisé Lionel Pascal, procureur de la République de Lons-le-Saunier, confirmant des informations du quotidien régional Le Progrès.

Les cinq jeunes étaient scolarisés au lycée de Champagnole, commune jurassienne située à une vingtaine de kilomètres au nord-est des lieux de l'accident, selon David Philot, préfet du Jura, qui a évoqué un accident "dramatique" qui "nous touche tous".

Selon M. Pascal, la plus jeune victime était âgée de 15 ans.

Le drame s'est produit en fin d'après-midi, alors que leur véhicule circulait sur la route longeant le lac de Chalain, le plus grand du Jura, à l'est de Lons-le-Saunier.

La chaussée était très "verglacée", une "véritable patinoire" : la voiture "a quitté la route" et "est tombée dans le lac", selon le magistrat.

"L'un des occupants a réussi à s'extraire du véhicule" mais "les quatre autres sont restés bloqués à l'intérieur et n'ont pas survécu à l'accident", a-t-il poursuivi.

"Après ce drame qui touche toute la communauté éducative et tout particulièrement l'académie de Besançon, je veux exprimer ma peine et adresser toutes mes pensées aux familles et aux proches des lycéens", a tweeté dans la soirée le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.

"Les services de l'État sont pleinement mobilisés auprès de l'entourage des victimes", a-t-il ajouté.

"Mes pensées vont aux familles des victimes et toute la communauté éducative du lycée Paul-Emile Victor de Champagnole", a également réagi sur Tweeter Marie-Guite Dufay, présidente PS de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

"Tout le monde est atterré", a déclaré de son côté le maire de Champagnole, Guy Saillard, joint par l'AFP. L'élu ignorait l'identité des jeunes victimes, les internes n'étant selon lui pas originaires de Champagnole mais de communes alentours.

«Drame»

La route sur laquelle les cinq lycéens circulaient se situe en surplomb du lac, bordée par "une pente assez raide et assez boisée", a expliqué M. Pascal.

Leur véhicule a fait "une chute d'une dizaine de mètres avant de finir dans le lac", précise sur son site internet France Bleu.

Elle est passée "au seul endroit où il n'y avait pas d'arbre, en a tout de même heurté légèrement un, ce qui n'a pas suffi pour changer sa course et elle est tombée dans l'eau", a indiqué le procureur.

Le rescapé a "prévenu quelqu'un qui passait par là, cette personne a ensuite alerté les secours", a poursuivi le magistrat.

Le lycéen a ensuite été pris en charge par les secours et hospitalisé, M. Pascal précisant ne pas disposer d'éléments indiquant "que son pronostic vital était engagé".

Une patrouille de gendarmerie a pu "très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour  extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus", a-t-il encore relaté.

Arrivés eux aussi très rapidement sur les lieux, les pompiers n'ont pas davantage réussi à sauver les occupants du véhicule, a-t-il ajouté.

La jeune majeure qui figure parmi les victimes "était la propriétaire du véhicule et avait un permis de conduire, on imagine que c'est elle qui conduisait", a avancé M. Pascal.

Les quatre corps ont été acheminés vers l'hôpital de Lons-le-Saunier pour que les proches puissent les identifier.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes du drame, selon le procureur.


Pour Aurélie Pirillo, candidate aux législatives, priorité à l’éducation

Aurélie Pirillo est jeune, mais elle peut déjà se prévaloir d’une décennie d’expérience au sein du service public. Photo fournie.
Aurélie Pirillo est jeune, mais elle peut déjà se prévaloir d’une décennie d’expérience au sein du service public. Photo fournie.
Short Url
  • Aurélie Pirillo est jeune, mais elle peut déjà se prévaloir d’une décennie d’expérience au sein du service public
  • Le budget des écoles françaises du monde entier étant voté à l’Assemblée, c’est au sein de cette institution qu’elle entend faire pression

BEYROUTH: Aurélie Pirillo est à la fois élue conseillère de Paris – la seule ville qui possède son propre Parlement – auprès de Rachida Dati et à la mairie du XVIe arrondissement de la capitale française. Présidente, en outre, de la commission culture et patrimoine au conseil d’administration de Paris Musées, elle est candidate aux législatives pour Les Républicains dans la 10e circonscription des Français de l’étranger, qui regroupe quarante-neuf pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

aurelie
Aurélie Pirillo est jeune, mais elle peut déjà se prévaloir d’une décennie d’expérience au sein du service public. De passage à Beyrouth, elle évoque pour Arab News le travail qui l’attend.
Grâce aux fonctions qu’elle exerce déjà, elle est rompue à l’exercice international. Sa mission consiste à développer des partenariats avec les pays concernés par sa circonscription. Sa stratégie? La proximité, la rencontre des gens, l’écoute de leurs besoins. En particulier, elle souhaite prendre le pouls des Français qui se sentent, au Moyen-Orient comme en Afrique – des régions qu’elle connaît bien –, un peu à part. Son but est également de maintenir un contact étroit avec les élus consulaires, qui sont quotidiennement à leur écoute.

aurelie
Aurélie Pirillo est jeune, mais elle peut déjà se prévaloir d’une décennie d’expérience au sein du service public. Photo fournie.


La question de l’éducation est prioritaire pour Aurélie Pirillo: elle en fera son cheval de bataille à l’Assemblée nationale afin de traiter certains sujets, comme les crispations identitaires qui se propagent un peu partout. Le budget des écoles françaises du monde entier étant voté à l’Assemblée, c’est au sein de cette institution qu’elle entend faire pression.
Elle reste profondément convaincue que l’éducation est le seul terrain sur lequel l’égalité des chances peut s’exercer. Elle entend en faire la pierre angulaire de la présence de son parti au Liban et dans la région. À cet effet, elle préconise d’augmenter les budgets de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), qui régit tous les établissements scolaires à l’étranger pour défendre son programme de défense de l’éducation.

aurelie
La question de l’éducation est prioritaire pour Aurélie Pirillo. Photo fournie.


Consciente des difficultés économiques que traversent certains pays, elle soutient que ces derniers restent un vivier de création et qu’ils recèlent d’incroyables possibilités. Elle évoque notamment l’amélioration de la situation des retraités et demande un meilleur remboursement des soins par la sécurité sociale, car leur coût, à l’étranger, demeure trop élevé pour nombre de Français qui habitent ces régions.
Elle souhaite en outre développer la qualité de la prestation de ces soins et mettre en place le tiers payant pour les Français de l’étranger.
Aurélie Pirillo est revenue sur la situation financière du Liban. Elle veut que les Français qui vivent au pays du Cèdre puissent ouvrir des comptes bancaires et bénéficier de crédits en France. Elle précise qu’elle a rencontré plusieurs directeurs de banque français avec lesquels elle a étudié des solutions concrètes pour les Français de l’étranger.

aurelie
Aurélie Pirillo est revenue sur la situation financière du Liban. Photo fournie.


Le binôme dynamique qu’elle forme avec son suppléant, Lucas Lamah, ingénieur et diplômé d’une grande école de commerce française et lui-même élu consulaire Liban-Syrie depuis un an, aura pour objectif de protéger les droits les plus fondamentaux.
Mme Pirillo souhaite défendre le statut de résidence d’attache, l’équivalent fiscal d’une résidence principale en France, et aligner la fiscalité de tous les Français dans le monde en supprimant la CSG (contribution sociale généralisée) et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale).

lucas
Lucas Lamah, ingénieur et diplômé d’une grande école de commerce française et lui-même élu consulaire Liban-Syrie depuis un an. Photo fournie.


«Je me suis toujours servie de mes fonctions à la mairie de Paris pour mettre en avant mes engagements, notamment avec le Liban, pays particulièrement ravagé par la crise. J’ai organisé des colloques, des sommets sur des thématiques libanaises à l’occasion desquels nous mettons en place des événements caritatifs. Nous sommes là pour aider non seulement les Français, mais aussi nos amis libanais», souligne la candidate.
En ce qui concerne le Royaume, elle précise vouloir favoriser les relations bilatérales, notamment dans les domaines culturels et économiques, et défendre l’implantation des entreprises françaises, ainsi que leur accompagnement, en Arabie saoudite comme dans les pays du Golfe, où elle souhaiterait multiplier les réunions bilatérales. Elle donne à titre d’exemples le partenariat mis en place avec la Sorbonne en matière d’éducation ou le Louvre Abu Dhabi. Elle souhaite voir de nouveaux musées émerger.
Par ailleurs, Mme Pirillo désire voir se développer les échanges entre médecins, qu’elle estime capitaux pour faire avancer la qualité des soins.
Les Français établis à l’étranger auront la possibilité de soutenir ce programme par un vote électronique à partir du vendredi 27 mai prochain. Le premier tour des élections législatives aura lieu le 5 juin.


Législatives: dans le XXe arrondissement de Paris, la guerre des gauches

La socialiste Lamia El Aaraje. (AFP).
La socialiste Lamia El Aaraje. (AFP).
Short Url
  • En juin 2021, Mme El Aaraje, proche d'Anne Hidalgo, avait battu Mme Simonnet dans cette circonscription du nord-est de la capitale ancrée à gauche
  • Pour Mme Simonnet, Lamia El Aaraje a attendu que le PS lui retire son logo pour "inviter celui qui est finalement la figure de proue des anti-accord avec Mélenchon"

PARIS: L'une est investie par l'alliance incluant le Parti socialiste, l'autre bénéficie du soutien de ce même parti: dans le XXe arrondissement de Paris, l'accord conclu en vue des législatives n'a pas pu empêcher une guerre des gauches entre l'Insoumise Danielle Simonnet et la socialiste Lamia El Aaraje.


"Un atelier citoyen" pour "rayer le logo PS" de ses affiches. Mercredi matin, en marge d'un point presse, l'Insoumise Danielle Simonnet a ironisé sur sa décision de retirer de son matériel de campagne le poing et la rose, symbole du PS. Car le parti a choisi "d'accorder son logo" à sa rivale socialiste "et donc de rompre l'accord" de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), selon elle.

simmonet
L'Insoumise Danielle Simonnet. (AFP).


"Ce qui a été acté par le bureau national et le conseil national du PS, c'est que cet accord de la Nupes ne s'appliquait pas sur la 15e circonscription de Paris", a affirmé sur Sud Radio Lamia El Aaraje, qui refuse le statut de dissidente.


Lundi sur France Inter, le Premier secrétaire du PS Olivier Faure avait présenté son soutien à l'ex-députée comme la seule "exception" à un accord dont il est "très fier".


"Les socialistes soutiennent tous et toutes Lamia El Aaraje", a-t-il affirmé, rappelant l'"injustice à ce qu'elle ne soit pas considérée comme une sortante" et donc investie comme les autres députés sortants de la Nupes. 


Mme El Aaraje est ainsi la seule à garder son étiquette PS, contrairement aux autres socialistes non investis dans le cadre de la Nupes, exclus du parti s'ils se présentent contre un candidat de l'alliance de gauche. 

« Le jeu de Macron »

Dans les négociations entre les deux partis, les Insoumis, en position de force après le score de Jean-Luc Mélenchon (21,95%) au premier tour de l'élection présidentielle, ont refusé de classer comme sortante Mme El Aaraje, pourtant favorable à l'accord à gauche, au motif que le Conseil constitutionnel avait invalidé son élection pour une fraude émanant d'un autre candidat. 


En délicatesse après le score désastreux d'Anne Hidalgo (1,75%), le PS avait dû céder dans ce "casus belli", a expliqué M. Faure à l'AFP: "dans la dernière ligne droite, c'est difficile d'expliquer que vous allez refuser un accord qui engage l'espérance pour une seule personne".


En juin 2021, Mme El Aaraje, proche d'Anne Hidalgo, avait pourtant battu Mme Simonnet dans cette circonscription du nord-est de la capitale ancrée à gauche, permettant aux députés socialistes de conserver leur dernier bastion parisien. 


D'où son envie de "mener cette bataille" face à la candidate des autres partis de gauche (LFI, EELV, Générations, PCF).


"Toute candidature de division fait le jeu de Macron", répond Danielle Simonnet qui affirme que son "adversaire, c'est le candidat de LREM", Mohamad Gassama.

Cazeneuve sans retenue

Dans un arrondissement où M. Mélenchon (47,17%) a largement devancé Emmanuel Macron (23,71%), et où Anne Hidalgo a été balayée (2,40%), Lamia El Aaraje n'a "aucune chance", affirme à l'AFP l'élu EELV Jérôme Gleizes, artisan de l'accord Nupes.


Pour ce conseiller du XXe arrondissement, le PS "joue sur une ambiguïté" en votant à la fois l'accord et son soutien à Mme El Aaraje, qui "ne respecte pas l'accord national".


Mardi dans un bar, Lamia El Aaraje a franchi une étape dans les hostilités en recevant, après le soutien de Lionel Jospin, celui d'un autre ancien Premier ministre socialiste: Bernard Cazeneuve, qui avait annoncé son départ du parti après l'accord avec les Insoumis.


"Cette autre gauche est possible", s'est-il enthousiasmé en saluant en Mme El Aaraje une "grande républicaine" avec la "laïcité comme une valeur intangible", par opposition à Mme Simonnet, une "militante d'appareil" de la gauche qui "donne des leçons".


L'ex-ministre de l'Intérieur n'a pas retenu ses coups contre Jean-Luc Mélenchon, incarnation pour lui d'une "dérive" et du "retour à la IVe République".


Pour Mme Simonnet, Lamia El Aaraje a attendu que le PS lui retire son logo pour "inviter celui qui est finalement la figure de proue des anti-accord avec Mélenchon", mais aussi le "poisson pilote de ceux qui veulent rejoindre Macron". 


Au procès des douanes, l'entêtant parfum de corruption au port du Havre

A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui (Photo, AFP).
A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans ce procès qui dure depuis le 9 mai, six ex-cadres des douanes sont soupçonnés d'avoir fermé les yeux sur les trafics d'un de leurs informateurs
  • Le tribunal tente de comprendre comment cet indic trouble a fini par totalement dominer son agent traitant

PARIS : Il a accepté de garder 800 000 euros en liquide pour le compte de son "tonton" par simple "empathie": soupçonné de corruption, c'est le récit "rocambolesque" qu'a servi l'ancien chef du renseignement douanier au Havre, mercredi, au tribunal correctionnel de Paris.

Dans ce procès qui dure depuis le 9 mai, six ex-cadres des douanes sont soupçonnés d'avoir fermé les yeux sur les trafics d'un de leurs informateurs fétiches grâce à qui ils auraient monté de toutes pièces des importations de café pour gonfler artificiellement les chiffres des saisies. Et le tribunal tente de comprendre comment cet indic trouble a fini par totalement dominer son agent traitant.

A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui.

Plus de 800 000 euros en liquide ont été retrouvés dans son bureau et à son domicile fin 2016, lors d'une perquisition après laquelle un autre douanier du Havre s'est suicidé.

Un magot qui ressemble fort selon l'enquête à une récompense de la part de son informateur, Zoran Petrovic, soupçonné d'avoir pu faire passer des conteneurs probablement remplis de tabac de contrebande au port du Havre, sans aucun contrôle. 

M. Schmidt assure qu'il ne faisait que garder temporairement cet argent pour son "aviseur", effrayé par une perquisition policière quelques temps auparavant.

Lorsqu'il lui remet l'essentiel du cash "dans l'urgence", cet ancien militaire serbe lui assure qu'il doit le récupérer "dans dix jours".

Pourquoi avoir accepté un tel service, en violation avec toutes les règles de gestion d'un informateur ?

"Sur le coup, je ne réfléchis pas", reconnaît le douanier, en se dandinant dans son ensemble gris dépareillé. 

S'il a franchi la ligne rouge sans en informer personne, c'est par "empathie pour la source parce que je le connais depuis cinq ans. (...) On ne reste que des humains", se justifie-t-il, en livrant de son propre aveu une histoire "un peu rocambolesque".

«Tout est hors normes»

En face, la présidente s'étonne de ces explications "pas forcément très vraisemblables". 

Petrovic, qui a longtemps été l'informateur fétiche des douanes, avec 32 opérations de saisies apportées contre lesquelles il a touché plus de 400 000 euros, n'avait-il pas un coffre ou d'autres amis plus proches chez qui cacher cet argent ?

A la barre, cet ancien militaire serbe a corroboré en tous points le récit de "Monsieur Pascal", à qui il a également offert une montre de luxe Chopard, retrouvée dans le vestiaire du douanier. 

C'est une perquisition chez lui dans une autre affaire de stupéfiants, où les policiers ont saisi 100 000 euros en petites coupures, qui l'a décidé à relocaliser le cash, majoritairement acquis selon lui grâce à ses collaborations avec la douane.

"Je pensais qu'il serait mieux chez l'agent traitant qui avait connaissance de sa provenance", a assuré l'indic, bras croisés sur son torse corpulent.

Face aux moues dubitatives des juges et des procureurs, M. Schmidt a également rappelé l'historique de sa relation avec Petrovic, qui lui est assigné dès l'origine directement par l'ex-patron de la DOD, Vincent Sauvalère, sans qu'il soit mis au courant que le Serbe figure depuis 2009 sur une liste noire des aviseurs à éviter absolument.

"Quand je refais le film de ces cinq ans, tout est hors normes, tout est hors cadre", a-t-il avoué, un peu penaud.

Depuis trois semaines, les juges tentent de comprendre s'il est le seul qu'on peut soupçonner d'avoir fauté, ou bien si la hiérarchie douanière était plus largement impliquée dans le système opaque autour de Petrovic, révélé par une saisie douteuse de 43 tonnes de café contrefait en 2015, dont l'intérêt a été sérieusement remis en cause par l'enquête - le robusta de piètre qualité aurait difficilement pu être écoulé.

Face aux dénégations de ses supérieurs, l'ex-agent, qui nie avoir permis à son informateur de développer un trafic de cigarettes, refuse de porter seul le chapeau.

"Dire que j'aurais la possibilité de faire rentrer de la marchandise sans que personne ne le voie, c'est quelque chose qui m'agace", s'est-il ému.