Tunisie-France: Les couacs de l’Uftam

Sa création avait été décidée lors de la visite du président français, Emmanuel Macron, en Tunisie, en 2018. Sur la photo, Macron salue en marchant dans une rue en direction de la médina (vieille ville) de la capitale tunisienne Tunis le 1er février 2018, lors de sa première visite d'État dans ce pays d'Afrique du Nord. Eric FEFERBERG / POOL / AFP
Sa création avait été décidée lors de la visite du président français, Emmanuel Macron, en Tunisie, en 2018. Sur la photo, Macron salue en marchant dans une rue en direction de la médina (vieille ville) de la capitale tunisienne Tunis le 1er février 2018, lors de sa première visite d'État dans ce pays d'Afrique du Nord. Eric FEFERBERG / POOL / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

Tunisie-France: Les couacs de l’Uftam

  • Cette institution universitaire se retrouve sous le feu des critiques à cause de son échec à décerner des diplômes aux étudiants ayant terminé leur formation
  • Certains étudiants africains ont du mal à obtenir une carte de séjour faute de pouvoir produire un certificat d’inscription que l’université ne leur a pas octroyé

TUNIS : Cette université franco-tunisienne, dont la création a été décidée lors de la visite du président Macron en Tunisie en janvier 2018, et qui devait rayonner sur l’Afrique subsaharienne et la Méditerranée, est partie du mauvais pied. Après avoir été entachée par des accusations de conflit d’intérêts et même de corruption adressées à l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Slim Khalbous, – qui en a été le principal artisan intéressé, accusent certains – elle n’a pas été en mesure de remettre leurs diplômes aux étudiants ayant terminé leurs études. Ce qui a apporté de l’eau – supplémentaire – au moulin de ses détracteurs en Tunisie.

Ce devait être un projet phare, l’un des plus importants de la coopération franco-tunisienne, et il est en passe de devenir un véritable boulet pour les deux partenaires, du moins pour l’instant. Le projet en question est l’Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (Uftam). Sa création avait été décidée lors de la visite du président français, Emmanuel Macron, en Tunisie, en 2018, et elle est entrée en activité en 2019. Depuis, cette institution qui, comme son nom l’indique, cible principalement des étudiants d’Afrique subsaharienne, est au centre d’une polémique qui n’a fait qu’enfler au fil des mois.

Il y eut d’abord des soupçons de corruption concernant l’ancien ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous, qui a tout fait pour en imposer la création(1). Désormais, cette institution universitaire se retrouve sous le feu des critiques à cause de son échec à faire tout ce que chaque institution universitaire est tenue de faire: décerner des diplômes aux étudiants ayant terminé leur formation.

C’est M. Abdelkrim Hizaoui, un de ses enseignants à distance, ancien professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information (Ipsi) de Tunis qui, le premier, a révélé cet incident, le 28 décembre 2021, dans un post rageur sur son compte Facebook.
Il s’y plaint d’«avoir découvert» qu’il avait exercé, l’année dernière, «dans une université qui n’avait pas d’existence», car, selon lui, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique «a échoué à trouver à l’Uftam un statut intermédiaire entre l’université publique et l’université privée».
 
En effet, confirme Nizar ben Salah, secrétaire général de la Fédération générale de l’enseignement supérieur, affiliée à l’UGTT, le syndicat ouvrier historique, «l’Uftam a été créée en dehors du cadre légal».
Point de vue que partage l’Union des enseignants universitaires et chercheurs tunisiens (Ijaba, son acronyme en arabe qui veut dire «Réponse»).

En Tunisie, tout projet d’enseignement supérieur est tenu d’obtenir un agrément préalablement à son démarrage et d’être classé parmi les «entreprises publiques à caractère administratif (…) qui peuvent se transformer en entreprises publiques à caractère scientifique et technologique» ou parmi les «institutions d’enseignement supérieur privé et non d’universités», «parce qu’en Tunisie les universités ne peuvent être que publiques». Or, souligne Nizar ben Salah, l’Uftam ne figure sur aucun des deux registres.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que la partie française n’ayant pas donné suite à une demande d’interview, l’un des coordinateurs de l’Uftam a accepté de répondre à nos questions, sous couvert d’anonymat. Il rejette l’accusation d’illégalité de cette université que lui lancent ses détracteurs, mais il admet en substance que celle-ci n’est pas encore tout à fait installée et qu’elle a démarré son activité avant même d’avoir réuni toutes les conditions d’une existence légale.

Ainsi notre source indique que le bureau d’études chargé par la France et la Tunisie de réaliser l’étude de faisabilité du projet a récemment rendu sa copie. Ce qui, selon cette source, ouvre la voie à la création de la société anonyme – «de droit privé et à caractère institutionnel public-privé» – qui aura un conseil d’administration et un conseil académique au sein duquel les universités tunisiennes et françaises engagées dans ce projet seront représentées. Les travaux de construction du campus de l’Uftam sont également censés commencer dans la foulée. L’université sera alors en mesure de décerner des diplômes, assure le coordinateur anonyme.

En attendant, les étudiants africains, majoritaires parmi la soixantaine d’inscrits, sont confrontés à des situations difficiles. Certains ont en particulier du mal à obtenir une carte de séjour faute de pouvoir produire un certificat d’inscription que l’université ne leur a pas octroyé. Lorsqu’on attire son attention sur ces cas, le coordinateur de l’Uftam admet qu’il y a eu quelques couacs et les impute… à la pandémie de Covid-19 et à l’instabilité politique dans le pays.
«D’abord, la pandémie, qui a tout retardé dans le pays, a empêché la réalisation de certaines actions en temps voulu. Ensuite, rappelez-vous, depuis le décès du président, Béji Caïd Essebsi, nous avons eu quatre chefs de gouvernement, trois présidents de la république et cinq ministres de l’Enseignement supérieur», observe-t-il. «Est-ce que vous croyez que dans une telle situation, l’Uftam constitue une priorité?», demande-t-il.

Mais «nous sommes en train de résoudre les problèmes», promet le responsable. Et comme pour les minimiser, il rappelle que la Tunis Business School (TBS), créée en 2010, et dont l’Uftam utilise pour l’instant les installations, n’a commencé à octroyer les diplômes qu’en… 2020. Cette université publique a dû attendre près de sept ans pour voir son diplôme validé par les autorités. Ce qui a contraint ses étudiants à entamer de nouvelles études universitaires, après avoir terminé celles faites à TBS, pour avoir le sésame leur permettant l’accès au marché de l’emploi. Une mésaventure que les étudiants de l’Uftam ne voudront certainement connaître pour rien au monde. D’autant que la formation au sein de cette université n’est pas donnée: 2 750 euros par an.


(1)  L’accusation de conflit d’intérêts et de corruption a été lancée à M. Khalbous notamment par M. Adel ben Amor. Cet ancien chef de cabinet au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche l’accuse d’avoir bloqué un projet d’université tuniso-allemande et d’avoir donné le feu vert à la création «d’une université illégale» en échange de sa nomination comme recteur de l’Agence universitaire de la francophonie. La justice s’est saisie de ce dossier le 2 août 2021. Quatre jours plus tard, l’ancien ministre a réagi en expliquant dans un post que «certaines personnes sont mues par un désir de vengeance» et d’autres «ne supportent pas les avancées de ma carrière».


Soudan: un mort dans de nouvelles manifestations contre le pouvoir militaire

Des manifestants soudanais lancent des cartouches de gaz lacrymogène sur les forces de sécurité dans la capitale Khartoum le 19 mai 2022, lors d'une manifestation appelant à un régime civil et dénonçant l'administration militaire. (AFP)
Des manifestants soudanais lancent des cartouches de gaz lacrymogène sur les forces de sécurité dans la capitale Khartoum le 19 mai 2022, lors d'une manifestation appelant à un régime civil et dénonçant l'administration militaire. (AFP)
Short Url
  • Le manifestant a été «tué par balle lors d'un rassemblement» dans un quartier du sud de la capitale soudanaise, a indiqué le Comité central des médecins du Soudan
  • Ce décès porte à 97 le nombre de personnes tuées dans la répression des manifestations contre le pouvoir militaire en place depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021 du général Abdel Fattah al-Burhane

KHARTOUM: Un manifestant a été tué samedi par les forces de sécurité soudanaises lors d'une nouvelle journée de mobilisation contre le pouvoir militaire dans différents quartiers de la capitale Khartoum, selon des médecins.


Le manifestant a été "tué par balle lors d'un rassemblement" dans un quartier du sud de la capitale soudanaise, a indiqué le Comité central des médecins du Soudan, un groupe indépendant prodémocratie.


Ce décès porte à 97 le nombre de personnes tuées dans la répression des manifestations contre le pouvoir militaire en place depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021 du général Abdel Fattah al-Burhane, d'après la même source. Des centaines d'autres ont été blessées.


Le putsch avait mis fin à un fragile accord de partage du pouvoir entre les civils et les militaires après la destitution par l'armée en 2019 du président Omar el-Béchir, qui avait dirigé le Soudan d'une main de fer pendant trois décennies. 


Les Nations unies et l'Union africaine --qui a suspendu le Soudan-- plaident pour un dialogue entre toutes les forces politiques du Soudan, sous peine de voir le pays sombrer définitivement "sur les plans économique et sécuritaire".


Mais dans le pays, l'un des plus pauvres au monde où un Soudanais sur deux souffrira de la faim d'ici la fin de l'année selon l'ONU, les civils refusent de dialoguer avec les militaires. Ces derniers ne cessent d'appeler à l'expulsion de l'émissaire permanent de l'ONU à Khartoum, Volker Perthes.


Les parties yéménites concluent un premier cycle de discussions pour la réouverture de routes clés

Short Url
  • Les discussions ont commencé mercredi et font partie de la trêve négociée par l'ONU qui est entrée en vigueur le 2 avril
  • Le gouverneur de Taïz a affirmé qu'une opération militaire briserait le siège de Taïz si les discussions n'aboutissaient pas à la réouverture des routes

AL-MUKALLA, Yémen : Des représentants du gouvernement yéménite et des Houthis se sont réunis samedi à Amman pour discuter de la version finale d'un accord sur l'ouverture des routes à Taïz et ailleurs.

Les discussions sur l'ouverture des routes de la région ont commencé mercredi et font partie de la trêve négociée par l'ONU qui est entrée en vigueur le 2 avril.

Vendredi, les pourparlers étaient sur le point de faire chou blanc, le gouvernement yéménite menaçant de se retirer après le refus des Houthis d'ouvrir les routes principales qui relient la ville de Taïz à Hodeidah, Aden et Sanaa, pour ne se limiter qu’à une étroite route de montagne.

Le major Mohammed Abdullah Al-Mahmoudi, chef adjoint de la délégation du gouvernement yéménite à Taïz, a déclaré à Arab News qu'il avait insisté pour que le siège de la ville par les Houthis soit levé en ouvrant les routes principales.

« Les Houthis veulent imposer leurs conditions », a précisé Al-Mahmoudi.

Le gouverneur de Taïz, Nabil Shamsan, a affirmé qu'une opération militaire briserait le siège de la ville si les pourparlers d'Amman n'aboutissaient pas à la réouverture des routes.

« Si Taïz tient aujourd'hui un rameau d'olivier, elle possède également un bouclier et une épée. Taïz est actuellement fortifiée par un alignement national sans précédent qui s’amplifie à chaque instant », a tweeté le gouverneur.

D'autres responsables militaires et militants ont également demandé le recours à la force militaire pour mettre fin au siège.

« La solution la moins coûteuse pour lever le siège de Taïz est de revenir à l'option militaire en soutenant les forces pour dégager les Houthis. Et c'est la solution la plus sûre non seulement pour Taïz, mais pour tout le Yémen », a tweeté Ibrahim Abdul Gader, un activiste.

Des dizaines de groupes de défense des droits de l'homme, de militants, de responsables gouvernementaux et d'habitants de Taïz ont lancé une nouvelle campagne sur les médias sociaux, en utilisant le hashtag #Siege_of_Taiz_crime, pour faire pression sur le monde afin qu'il ordonne aux Houthis d'ouvrir les routes de la ville.

Les Yéménites ont largement diffusé des images de voitures chargées de marchandises et de carburant se déversant sur les pentes raides et non pavées sur lesquelles les conducteurs ont été contraints de tourner après que les Houthis ont bloqué les principales entrées de la ville.

Marwan Ali Noman, représentant permanent adjoint du Yémen auprès de l'ONU, a qualifié le siège de la ville de « crime de guerre » auquel il faut mettre fin.

« Le siège par les #Houthis de #Taiz au #Yémen depuis plus de 7 ans maintenant est un affront à l'humanité. Ce crime de guerre doit cesser maintenant », a tweeté Noman.

Les Yéménites affirment que de nombreux habitants de Taïz ont évacué leurs maisons près des postes de contrôle des Houthis qui bloquent la ville, fuyant les tireurs embusqués et les mines terrestres.

La campagne en ligne a également critiqué la communauté internationale qui n’a pas fait pression de manière conséquente pour mettre fin au siège comme elle l'a fait pour l'ouverture de l'aéroport de Sanaa et du port de Hodeidah.

« #Taiz est assiégé par les #Houthis depuis 2015 face à un silence international qui fait de cette tragédie un problème annexe qui reçoit peu d'attention. Malheureusement, ce dossier n'est discuté que de manière marginale lorsqu'il y a des efforts internationaux pour mettre fin à cette guerre », a tweeté Mohammed Al-Dhabyani, un présentateur de télévision yéménite.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah

Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah après que le groupe terroriste libanais a menacé son réseau. (Photo fournie)
Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah après que le groupe terroriste libanais a menacé son réseau. (Photo fournie)
Short Url
  • Al Arabiya a souligné que toutes les accusations citées dans le communiqué du Hezbollah sont fausses
  • Elle a également confirmé que tous les rapports et enquêtes publiés par ses différentes plateformes sont documentés et soutenus par des sources fiables, et confirmés par des fichiers audio et vidéo

LONDRES : La chaîne Al Arabiya a démenti les accusations et les menaces formulées par le groupe terroriste libanais Hezbollah dans un communiqué publié jeudi, selon lequel elle relaie de fausses informations sur les opérations de trafic de drogue et captagon de la milice.

Al Arabiya a souligné que toutes les accusations citées dans la déclaration du Hezbollah sont fausses.

Elle a également confirmé que tous les rapports et enquêtes publiés par ses différentes plateformes sont documentés et soutenus par des sources fiables, et confirmés par des fichiers audio et vidéo.

Ils ont également été confirmés, selon Al Arabiya, par des mandats d'arrêt émis contre des membres et des financiers du Hezbollah par plusieurs gouvernements en Amérique latine, aux États-Unis et en Europe.

Al Arabiya a déclaré qu'elle poursuivrait sa mission en adhérant aux normes professionnelles les plus élevées, en s'appuyant sur des informations documentées dans ses enquêtes et son matériel d'information.

La chaîne a indiqué que le Hezbollah et ses membres figurent déjà sur une liste noire pour trafic de drogue, blanchiment d'argent, contrebande et commerce illégal dans de nombreux pays du monde.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com