Pourquoi les compagnies aériennes craignent-elles que la 5G perturbe les vols cette semaine?

(Getty Images)
(Getty Images)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

Pourquoi les compagnies aériennes craignent-elles que la 5G perturbe les vols cette semaine?

(Getty Images)
  • Les entreprises de télécommunications sont en conflit permanent avec les compagnies aériennes, qui ont annulé plus de dix mille vols américains depuis la veille de Noël
  • D’ici à juillet, les entreprises de télécommunications discuteront avec la FAA et les compagnies aériennes des mesures potentielles à long terme concernant le réseau 5G à proximité des aéroports

AT&T et Verizon vont reporter le déploiement du nouveau réseau sans fil prévu cette semaine à proximité de certains aéroports, après que les plus grandes compagnies aériennes du pays ont déclaré que le réseau interférerait avec la technologie des avions et qu’il provoquerait des perturbations considérables au niveau des vols. 

Mardi, le fournisseur de services AT&T a déclaré qu’il retarderait l’activation de nouvelles tours de téléphonie autour des pistes de certains aéroports – sans en préciser le nombre – et qu’il travaillerait avec les autorités de réglementation fédérale pour régler le différend. 

L’entreprise de télécommunications Verizon a annoncé qu’elle lancerait son nouveau réseau 5G, avant d’ajouter: «Nous avons volontairement décidé de limiter notre réseau 5G autour des aéroports.» 

Ces mesures interviennent après que le secteur du transport aérien a fait monter les enchères dans une épreuve de force avec AT&T et Verizon concernant les plans de lancement du réseau 5G cette semaine, avertissant que des milliers de vols pourraient être annulés ou retardés si le déploiement a lieu à proximité des principaux aéroports. 

De quel côté se place le gouvernement? 

Des deux. 

La Commission fédérale des communications, qui gère les enchères des fréquences radio, a déterminé que la bande C pouvait être utilisée en toute sécurité à proximité du trafic aérien. Elle a établi en 2020 une zone tampon entre la bande 5G et la fréquence que les avions utilisent pour résoudre tout problème de sécurité. 

Cependant, Pete Buttigieg et l’administrateur de la Federal Aviation Administration (FAA), Stephen Dickson, dont l’agence est responsable de la sécurité aérienne, y ont vu un problème potentiel. Vendredi, ils ont demandé à AT&T et Verizon de suspendre l’activation du réseau 5G sur la bande C à proximité d’un nombre indéterminé d’«aéroports prioritaires» en attendant que la FAA mène une étude plus approfondie. 

Quelle a été la réaction d’AT&T et de Verizon? 

Les deux entreprises ont contesté ces préoccupations. La CTIA, groupe commercial de l’industrie des télécommunications sans fil, rapporte que près de quarante pays ont déployé la 5G sur la bande C sans signaler d’interférences nuisibles avec les équipements aéronautiques. 

Mais le PDG d’AT&T, John T. Stankey, et celui de Verizon, Hans Vestberg, ont proposé de réduire la puissance de leurs réseaux 5G à proximité des aéroports, comme l’a fait la France. 

«Les lois de la physique sont les mêmes aux États-Unis et en France», déclarent MM. Stankey et Vestberg dans une lettre adressée dimanche à Pete Buttigieg et Stephen Dickson. «Si les compagnies aériennes américaines sont autorisées à opérer tous les jours des vols en France, alors les mêmes conditions d’exploitation devraient leur permettre de le faire aux États-Unis», écrivent-ils. 

Bien qu’elles aient pris des mesures pour apaiser les responsables fédéraux, les entreprises de télécommunications sont en conflit permanent avec les compagnies aériennes, qui ont annulé plus de dix mille vols américains depuis la veille de Noël en raison du mauvais temps et des pénuries de main-d’œuvre causées par la pandémie de Covid-19. 

«L’industrie du transport aérien est confrontée à de nombreux défis, mais la 5G n’en fait pas partie», précise Hans Vestberg dans une note de service mardi. 

Combien d’avions seront affectés? 

En vertu de l’accord, la FAA mènera une enquête pour le savoir. La FAA permettra aux avions dotés d’altimètres précis et fiables de fonctionner autour de la 5G à forte puissance. Mais les avions équipés d’anciens altimètres ne seront pas autorisés à atterrir dans des conditions de faible visibilité. 

Que se passera-t-il au cours des deux semaines à venir? 

Ce report de deux semaines donnera à la FAA et aux entreprises le temps de mettre en œuvre l’accord. 

Les entreprises AT&T et Verizon seront autorisées à déployer le réseau sur la bande C ce mois-ci, conformément à des licences déjà accordées par la Commission fédérale des communications. Les compagnies aériennes ont jusqu’à vendredi pour fournir aux entreprises une liste de cinquante aéroports où elles estiment que la puissance du réseau sur la bande C devrait être réduite jusqu’au 5 juillet. 

D’ici à juillet, les entreprises de télécommunications discuteront avec la FAA et les compagnies aériennes des mesures potentielles à long terme concernant le réseau 5G à proximité des aéroports. Cependant, selon les conditions de l’accord avec la FAA, AT&T et Verizon auront le pouvoir exclusif de décider si des changements de réseau seront apportés. 

«Nous avons estimé que c’était la bonne chose à faire pour les passagers – dont nos clients et nous faisons partie. Il faudrait accorder à la FAA un peu de temps pour résoudre ses problèmes avec la communauté aéronautique et donc éviter de gêner davantage les passagers avec des retards supplémentaires au niveau des vols», affirme M. Vestberg dans sa note. 

Nicholas Calio, président de l’Association commerciale des compagnies aériennes, a fait preuve de plus de discrétion dans ses commentaires sur l’accord, bien qu’il ait remercié les responsables fédéraux d’avoir conclu l’accord avec AT&T et Verizon. 

«La sécurité est, et sera toujours, la priorité absolue des compagnies aériennes américaines. Nous continuerons de travailler avec toutes les parties prenantes pour que le nouveau réseau 5G puisse coexister avec l’aviation en toute sécurité», indique-t-il. 

La FAA a publié une courte déclaration sur ce report de deux semaines, affirmant qu’elle se réjouissait «d’utiliser le temps et l’espace supplémentaires pour réduire les perturbations de vol associées à ce déploiement du réseau 5G.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Pétrole russe: pourquoi la Hongrie veut échapper à l'embargo

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Le dirigeant hongrois, qui entend «protéger les familles hongroises» d'une insécurité énergétique inédite, est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays
  • Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine

BUDAPEST: A l'approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d'un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d'une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays.

Il entend "protéger les familles hongroises" d'une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.


Si les Slovaques et les Tchèques semblent se satisfaire d'une dérogation de deux années, lui parle de "bombe atomique" lancée sur son économie et exige au moins le double de temps ainsi que près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter les installations. 


Car il lui faut transformer son unique raffinerie dans les environs de Budapest et doper la capacité de l'oléduc Adria qui part de Croatie.


Une surenchère faisant dire au ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, qu'il serait moins coûteux pour l'UE de faire l'embargo sans la Hongrie.


Depuis son retour au pouvoir il y a douze ans, Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. 


Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine. 


Cours gonflés, profits éclairs: les cryptomonnaies ciblées par les spéculateurs

Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Short Url
  • Des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits
  • Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des «faux comptes» qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur

PARIS: Une cryptomonnaie dont le cours bondit soudainement avant de chuter: des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits.

Mi-mai, une obscure cryptomonnaie, l'Enzyme, est ainsi passée en quelques minutes de 30 à 74 dollars, avec un volume de transactions très élevé. Quelques heures plus tard, elle replongeait et elle ne vaut plus aujourd'hui que 27 dollars.

A l'origine de ce mouvement: un groupe de la messagerie Telegram sur lequel plusieurs investisseurs ont choisi leur cible avant de passer à l'action.

"Sur les marchés boursiers, c'est illégal, mais des malfaiteurs profitent du cadre réglementaire moins sévère concernant les cryptomonnaies", explique Mircea Mihaescu, de l'entreprise spécialisée Coinfirm.

Pour donner plus d'ampleur à leur action sur l'Enzyme, ils ont également utilisé un réseau social grand public, Twitter en l'occurrence, afin d'inciter d'autres personnes à investir également.

"Les baleines (surnom des gros investisseurs, NDLR) ramassent plein de +MLN+ (le nom abrégé d'Enzyme sur les marchés, NDLR), ça vaut le coup d'essayer", a par exemple tweeté un certain Cryptosanta.

Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des "faux comptes" qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur.

Mais il était trop tard et de nombreux investisseurs s'étaient déjà lancés en suivant un procédé périlleux: acheter puis revendre suffisamment vite avant que le soufflé ne retombe et que la demande ne se tarisse.

Presque tous ont perdu car, dans ces stratagèmes, il est essentiel d'agir très rapidement. Pour l'Enzyme, la poussée haussière n'a en effet duré que quelques minutes et les seuls qui avaient une chance de ne pas perdre de l'argent étaient les initiateurs du mouvement.

«Pas de véritable demande»
"Dans toutes ces manipulations, tout le monde est convaincu d'être" celui qui va profiter de la montée du cours, explique l'économiste comportemental Stuart Mills, de la London School of Economics.

Le phénomène n'est pas isolé. D'autres groupes sont en train de promouvoir une opération similaire dans les prochains jours.

Selon le spécialiste des données Matt Ranger, la plupart de ces actions sont lancées par des personnes dotées avant tout d'un solide sens du marketing.

"Vous n'avez pas besoin de savoir écrire une ligne de code", souligne-t-il. Il suffit de savoir rédiger des messages qui trouvent un écho auprès des investisseurs dans les cryptoactifs, par exemple en reprenant la thématique de la défaillance des grandes institutions économiques.

Les théories conspirationnistes fourmillent et certains soupçonnent ainsi des grands fonds d'investissements américains d'avoir orchestré le naufrage actuel des cryptomonnaies, pour en acheter ensuite à un bon prix.

"Tout à coup, tous ces comportements non éthiques deviennent plus justifiés" avec ces théories, relève Stuart Mills. Car les spéculateurs se disent: +Je me suis fait avoir, donc à mon tour de rouler les autres+".

La baisse récente de la demande pour les cryptomonnaies et le recul des cours qui en découle rendent toutefois d'autant plus périlleuses ces opérations.

"Les seuls ordres d'achat viennent de ces gens sur Telegram ou Twitter", prévient Matt Ranger. Alors, à un moment, sans réelle demande d'investisseurs lamba pour la cryptomonnaie visée, "tout s'écroule", souligne-t-il.


Litige avec Airbus: le patron de Qatar Airways espère une résolution «hors des tribunaux»

Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées
  • L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité

DOHA: Qatar Airways et Airbus ont dit jeudi espérer que le différend qui les oppose au sujet des défauts de ses avions A350 "puisse être résolu hors des tribunaux". 

"Chaque partenariat connaît des différends et j'espère simplement que ce différend puisse être résolu hors des tribunaux", a dit le dirigeant de Qatar Airways Akbar al-Baker en conférence de presse à Doha. 

"L'affaire peut maintenant avancer rapidement pour se concentrer sur le sujet principal, à savoir les fausses déclarations de Qatar Airways sur la sécurité et la navigabilité de l'A350, que nous continuerons à défendre", a déclaré de son côté Airbus dans un communiqué, assurant "privilégier une solution à l'amiable".

L'an dernier, la compagnie aérienne qatarie a cloué au sol une partie de sa flotte de gros porteurs A350 en raison d'une dégradation de la surface des fuselages et poursuit l'avionneur européen devant la justice britannique pour obtenir réparation. Elle réclame 200 000 dollars d'indemnisation par avion par jour d'immobilisation.

Airbus a répliqué en annulant une commande de 50 avions A321 pour plus 6 milliards de dollars par la deuxième compagnie du Moyen-Orient (après Emirates) et l'un de ses gros clients.

Fin avril, la justice britannique a rejeté la demande de Qatar Airways d'interdire à Airbus de revendre à d'autres ces A321. Un rejet confirmé jeudi par la Haute cour de Londres qui a aussi accédé à la demande de la compagnie aérienne d'accélérer le calendrier du procès.

Pour l'avionneur, qui reconnaît une dégradation de la peinture pouvant exposer un filet métallique intégré destiné à protéger l'avion en cas de frappe d'éclair sur son fuselage en matériaux composites, cette situation n'a pas de conséquence sur la sécurité en vol. 

La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité.