La 5G aux États-Unis: Emirates va reprendre les vols Boeing 777 vers les États-Unis

Le président d’Emirates, Tim Clark. (Quest Means Business de CNN)
Le président d’Emirates, Tim Clark. (Quest Means Business de CNN)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

La 5G aux États-Unis: Emirates va reprendre les vols Boeing 777 vers les États-Unis

  • La compagnie aérienne a déclaré que son service Boeing 777 vers Chicago, Dallas-Fort Worth, Miami, Newark, Orlando et Seattle reprendra demain
  • «Nous n'étions pas au courant que la puissance des antennes aux États-Unis avait été doublée par rapport à ce qui se passe ailleurs»

RIYAD: La compagnie aérienne Emirates de Dubaï a annoncé qu'elle reprendra ses vols de Boeing 777 vers les États-Unis, alors qu’un différend persiste sur le déploiement des nouveaux services 5G dans le pays.
La compagnie aérienne a déclaré que son service Boeing 777 vers Chicago, Dallas-Fort Worth, Miami, Newark, Orlando et Seattle reprendra demain.
Boston, Houston et San Francisco, qui ont été desservis par le gros porteur Airbus A380 d’Emirates, recevront à nouveau samedi les vols en Boeing 777.
Tim Clark, président d'Emirates, s'est excusé dans un communiqué, mais il a averti que les responsables américains n'avaient proposé qu'un «sursis temporaire».
«Une solution à long terme est nécessaire», a-t-il déclaré.
Les compagnies aériennes, à travers l'Asie, le Moyen-Orient et en Europe, ont déclaré qu'elles annulaient certains vols ou changeaient de modèle, notamment en ce qui concerne le Boeing 777, incontournable pendant des décennies dans les liaisons aériennes longue distance.
Tim Clark a déclaré à CNN que la compagnie n'avait pas été informée de l’ampleur du problème avant mardi et a qualifié cet épisode de «l'un des plus perturbants et totalement irresponsables» qu'il ait vu, a tweeté un journaliste de CNN.
«Nous n'étions pas au courant que la puissance des antennes aux États-Unis avait été doublée par rapport à ce qui se passe ailleurs. Nous ne savions pas que l'antenne elle-même avait été mise en position verticale plutôt qu'en position légèrement inclinée, ce qui compromet non seulement les systèmes de radioaltimètre, mais aussi les systèmes de commande de vol sur les aéronefs», a-t-il déclaré.
Qatar Airways, une autre compagnie de la région du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui exploite à la fois des 777 et des A350 vers les États-Unis, a déclaré que ses activités se poursuivaient normalement tout en évaluant la situation.
Saudia Airlines, la compagnie aérienne nationale du Royaume, n'a pas encore réagi à la situation. Saudia n'a pas répondu à un e-mail sollicitant des commentaires envoyé à la compagnie basée à Djeddah dans la matinée.
Les vols Emirates à destination de l’aéroport JFK de New York, Los Angeles et Washington DC se poursuivront.
La compagnie émiratie Etihad Airways assure actuellement des vols vers New York, Washington D.C. et Chicago à bord du Boeing 787 Dreamliner.
Le projet des États-Unis d'exploiter des réseaux 5G n'aura pas d'impact sur les vols de passagers de la compagnie, a ajouté Emarat al-Youm, citant le porte-parole de la compagnie.
Emirates Airlines avait suspendu certains de ses vols vers les États-Unis, en raison de préoccupations liées au déploiement des services de réseau mobile 5G.
Un pilote saoudien a déclaré à Arab News : «La conséquence la plus indésirable des interférences est l'indication d'une information de hauteur erronée non détectée, donnée par le radioaltimètre.»
«Selon le modèle d'équipement et le type d'avion, ce type d'erreur pourrait avoir des répercussions négatives importantes sur la sécurité des vols», ajoute Khalid Jameel.
Il indique que l'erreur potentielle pourrait avoir un impact sur un certain nombre de systèmes d'aéronefs, notamment les systèmes d'avertissement de détection de terrain (Taws), les systèmes d'alerte de trafic et d'évitement de collision (TCAS), les systèmes d'évitement de collision aéroportés (Acas), les systèmes de détection Windshear ainsi que les systèmes de contrôle de vol et les systèmes d'atterrissage automatique.
La compagnie Emirates, le plus grand utilisateur du minijumbo Boeing, a annoncé plusieurs annulations et changements d’appareil mardi, et elle a précisé qu'elle suspendrait neuf liaisons américaines.
Les deux principales compagnies aériennes japonaises, All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines, ont déclaré qu'elles réduiraient les vols en Boeing 777.

avion
Les deux principales compagnies aériennes japonaises, All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines, ont déclaré qu'elles réduiraient les vols en Boeing 777. Photo fournie.

ANA a déclaré qu'elle annulait ou changeait les avions utilisés sur certains vols américains. Japan Airlines a déclaré de son côté qu'elle n'utiliserait pas le 777 sur les lignes continentales américaines «jusqu'à ce que la sécurité soit confirmée», selon un avis aux passagers rapporté par une publication du site Skift.
Korean Air a déclaré qu'elle avait abandonné les 777 et 747-8 sur six vols de passagers et de fret américains et qu'elle prévoyait également de changer les avions utilisés sur six autres vols mercredi.
La compagnie taïwanaise China Airlines a annoncé mercredi qu'elle allait reprogrammer certains vols, tandis que la compagnie de Hong Kong Cathay Pacific a déclaré qu'elle utiliserait différents types d'avions si nécessaire.
Air India, qui dessert quatre destinations américaines avec des Boeing 777, a déclaré que ces vols seront réduits ou qu’ils subiront des changements d'appareil à partir de mercredi.
Les compagnies aériennes ont déclaré agir en réponse à un avis de Boeing selon lequel les signaux 5G pourraient interférer avec le radioaltimètre du 777, entraînant des restrictions.
Le porte-parole de Boeing n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.
L'année dernière, le 777 était le deuxième avion à large fuselage le plus utilisé sur les vols à destination et en provenance des aéroports américains avec près de 210 000 vols, derrière le 767, selon les données de FlightRadar24.
Des sources de l'industrie ont déclaré que Boeing avait émis des avis techniques notant une interférence potentielle, mais que les restrictions de vol relèvent de la Federal Aviation Administration (FAA), qui a pour l’instant restreint les opérations dans les principaux aéroports, à moins que les compagnies aériennes ne puissent obtenir des autorisations spéciales.
Les radioaltimètres donnent des lectures précises de la hauteur au-dessus du sol à l'approche et ils aident aux atterrissages automatisés, ainsi qu'à la vérification que le jet a atterri avant d'autoriser l'inversion de poussée.
La FAA a averti que les interférences potentielles de la 5G pourraient affecter les relevés de hauteur qui jouent un rôle clé dans les atterrissages par mauvais temps sur certains avions à réaction et les compagnies aériennes affirment que le Boeing 777 fait partie des modèles initialement concernés.
Malgré l'annonce par les sociétés AT&T et Verizon qu'elles suspendront la 5G à proximité des aéroports, plusieurs compagnies aériennes ont quand même annulé des vols ou changé de modèle d'avion. D'autres ont déclaré que d'autres annulations étaient probables à moins que la FAA ne publie de nouvelles directives officielles concernant la mise en place de ce réseau.
«Bien qu'il s'agisse d'une évolution positive pour prévenir les perturbations généralisées des opérations aériennes, certaines restrictions de vol peuvent subsister», a déclaré Delta Air Lines.
Le plus grand opérateur mondial de Boeing 777, Emirates, a déclaré qu'il suspendrait les vols vers neuf destinations américaines à partir du 19 janvier, date prévue pour le démarrage des services sans fil 5G.

L'annonce des annulations est intervenue alors que les opérateurs de téléphonie mobile ont retardé la mise en service de certaines tours 5G à proximité des principaux aéroports.
Des sources de l'industrie du transport aérien ont déclaré que la décision était intervenue trop tard pour affecter les décisions complexes concernant les avions et les équipages pour certains vols du mercredi.
British Airways a choisi de changer d'avion sur son vol quotidien vers Los Angeles en optant pour un Airbus A380 au lieu du Boeing 777, ont déclaré à Reuters deux personnes proches du dossier.
Cela implique le prépositionnement d'une équipe de vol à Los Angeles pour ramener le superjumbo Airbus à Londres lors du vol de retour.
Le tracker Web Flightradar24 a déclaré que l'A350 pourrait également être utilisé. Les radioaltimètres des deux avions d’Airbus ont été mis hors service, alors que le constructeur est toujours en train d'évaluer ses autres modèles.
Le minijumbo 777 est un incontournable du marché des vols long-courriers qui reste morose après la pandémie de Covid-19, ce qui n’est pas le cas de son équivalent cargo qui a sillonné la carte des itinéraires aériens pendant la pandémie, selon un porte-parole de Flightradar24.
Tous les vols 777 ne sont pas concernés. Emirates, qui est également un utilisateur majeur de l’A380, passera au plus gros avion pour Los Angeles et New York, mais continuera à faire voler le 777 vers Washington, qui n'est pas concerné.
Le président américain, Joe Biden, a salué l'accord conclu avec les opérateurs de téléphonie mobile, affirmant qu'il permettrait à plus de 90 % du déploiement des tours de téléphonie mobile de se dérouler comme prévu. Il a déclaré que les opérateurs s’efforceraient de «parvenir à une solution permanente et viable autour de ces aéroports majeurs».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Egypte: rare manifestation d'avocats au Caire

La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
Short Url
  • Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances
  • Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques

LE CAIRE : "Des milliers d'avocats" ont manifesté lundi au siège de leur syndicat dans le centre du Caire, a déclaré l'avocat Tarek el-Awadi, dans un pays où les manifestations publiques sont interdites.

Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances.

Me Awadi a déclaré à l'AFP "qu'en exprimant leur opposition au système de facturation électronique, les avocats exerçaient un droit légitime". Ils dénoncent un système de facturation qui les accablerait de frais exorbitants.

Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques.

Les pharmaciens et les médecins ont également exprimé leur mécontentement à l'approche de l'échéance du 15 décembre pour s'inscrire au nouveau système, dénonçant des frais d'inscription annuels importants.

Les avocats devraient être exemptés car ils "ne sont pas des prestataires de services", mais sont "chargés d'aider le pouvoir judiciaire pour que justice soit faite", a déclaré dimanche le chef adjoint du syndicat, Magdy al-Sakhy, à la télévision d'Etat.

Les frais de mise en place du système, a déclaré Me Awadi, pourraient dépasser "ce qu'un cabinet (d'avocats) moyen gagne en quatre mois".

En 2013, des manifestations de masse contre l'ancien président islamiste Mohamed Morsi ont conduit à son éviction par le chef de l'armée de l'époque, Abdel Fattah al-Sissi.

La même année, une loi a été adoptée interdisant toutes les manifestations sauf celles autorisées par la police.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi et l'arrivée au pouvoir l'année suivante d'Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s'est abattue sur toute forme de dissidence dans le pays.