La 5G aux États-Unis: Emirates va reprendre les vols Boeing 777 vers les États-Unis

Le président d’Emirates, Tim Clark. (Quest Means Business de CNN)
Le président d’Emirates, Tim Clark. (Quest Means Business de CNN)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

La 5G aux États-Unis: Emirates va reprendre les vols Boeing 777 vers les États-Unis

  • La compagnie aérienne a déclaré que son service Boeing 777 vers Chicago, Dallas-Fort Worth, Miami, Newark, Orlando et Seattle reprendra demain
  • «Nous n'étions pas au courant que la puissance des antennes aux États-Unis avait été doublée par rapport à ce qui se passe ailleurs»

RIYAD: La compagnie aérienne Emirates de Dubaï a annoncé qu'elle reprendra ses vols de Boeing 777 vers les États-Unis, alors qu’un différend persiste sur le déploiement des nouveaux services 5G dans le pays.
La compagnie aérienne a déclaré que son service Boeing 777 vers Chicago, Dallas-Fort Worth, Miami, Newark, Orlando et Seattle reprendra demain.
Boston, Houston et San Francisco, qui ont été desservis par le gros porteur Airbus A380 d’Emirates, recevront à nouveau samedi les vols en Boeing 777.
Tim Clark, président d'Emirates, s'est excusé dans un communiqué, mais il a averti que les responsables américains n'avaient proposé qu'un «sursis temporaire».
«Une solution à long terme est nécessaire», a-t-il déclaré.
Les compagnies aériennes, à travers l'Asie, le Moyen-Orient et en Europe, ont déclaré qu'elles annulaient certains vols ou changeaient de modèle, notamment en ce qui concerne le Boeing 777, incontournable pendant des décennies dans les liaisons aériennes longue distance.
Tim Clark a déclaré à CNN que la compagnie n'avait pas été informée de l’ampleur du problème avant mardi et a qualifié cet épisode de «l'un des plus perturbants et totalement irresponsables» qu'il ait vu, a tweeté un journaliste de CNN.
«Nous n'étions pas au courant que la puissance des antennes aux États-Unis avait été doublée par rapport à ce qui se passe ailleurs. Nous ne savions pas que l'antenne elle-même avait été mise en position verticale plutôt qu'en position légèrement inclinée, ce qui compromet non seulement les systèmes de radioaltimètre, mais aussi les systèmes de commande de vol sur les aéronefs», a-t-il déclaré.
Qatar Airways, une autre compagnie de la région du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui exploite à la fois des 777 et des A350 vers les États-Unis, a déclaré que ses activités se poursuivaient normalement tout en évaluant la situation.
Saudia Airlines, la compagnie aérienne nationale du Royaume, n'a pas encore réagi à la situation. Saudia n'a pas répondu à un e-mail sollicitant des commentaires envoyé à la compagnie basée à Djeddah dans la matinée.
Les vols Emirates à destination de l’aéroport JFK de New York, Los Angeles et Washington DC se poursuivront.
La compagnie émiratie Etihad Airways assure actuellement des vols vers New York, Washington D.C. et Chicago à bord du Boeing 787 Dreamliner.
Le projet des États-Unis d'exploiter des réseaux 5G n'aura pas d'impact sur les vols de passagers de la compagnie, a ajouté Emarat al-Youm, citant le porte-parole de la compagnie.
Emirates Airlines avait suspendu certains de ses vols vers les États-Unis, en raison de préoccupations liées au déploiement des services de réseau mobile 5G.
Un pilote saoudien a déclaré à Arab News : «La conséquence la plus indésirable des interférences est l'indication d'une information de hauteur erronée non détectée, donnée par le radioaltimètre.»
«Selon le modèle d'équipement et le type d'avion, ce type d'erreur pourrait avoir des répercussions négatives importantes sur la sécurité des vols», ajoute Khalid Jameel.
Il indique que l'erreur potentielle pourrait avoir un impact sur un certain nombre de systèmes d'aéronefs, notamment les systèmes d'avertissement de détection de terrain (Taws), les systèmes d'alerte de trafic et d'évitement de collision (TCAS), les systèmes d'évitement de collision aéroportés (Acas), les systèmes de détection Windshear ainsi que les systèmes de contrôle de vol et les systèmes d'atterrissage automatique.
La compagnie Emirates, le plus grand utilisateur du minijumbo Boeing, a annoncé plusieurs annulations et changements d’appareil mardi, et elle a précisé qu'elle suspendrait neuf liaisons américaines.
Les deux principales compagnies aériennes japonaises, All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines, ont déclaré qu'elles réduiraient les vols en Boeing 777.

avion
Les deux principales compagnies aériennes japonaises, All Nippon Airways (ANA) et Japan Airlines, ont déclaré qu'elles réduiraient les vols en Boeing 777. Photo fournie.

ANA a déclaré qu'elle annulait ou changeait les avions utilisés sur certains vols américains. Japan Airlines a déclaré de son côté qu'elle n'utiliserait pas le 777 sur les lignes continentales américaines «jusqu'à ce que la sécurité soit confirmée», selon un avis aux passagers rapporté par une publication du site Skift.
Korean Air a déclaré qu'elle avait abandonné les 777 et 747-8 sur six vols de passagers et de fret américains et qu'elle prévoyait également de changer les avions utilisés sur six autres vols mercredi.
La compagnie taïwanaise China Airlines a annoncé mercredi qu'elle allait reprogrammer certains vols, tandis que la compagnie de Hong Kong Cathay Pacific a déclaré qu'elle utiliserait différents types d'avions si nécessaire.
Air India, qui dessert quatre destinations américaines avec des Boeing 777, a déclaré que ces vols seront réduits ou qu’ils subiront des changements d'appareil à partir de mercredi.
Les compagnies aériennes ont déclaré agir en réponse à un avis de Boeing selon lequel les signaux 5G pourraient interférer avec le radioaltimètre du 777, entraînant des restrictions.
Le porte-parole de Boeing n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.
L'année dernière, le 777 était le deuxième avion à large fuselage le plus utilisé sur les vols à destination et en provenance des aéroports américains avec près de 210 000 vols, derrière le 767, selon les données de FlightRadar24.
Des sources de l'industrie ont déclaré que Boeing avait émis des avis techniques notant une interférence potentielle, mais que les restrictions de vol relèvent de la Federal Aviation Administration (FAA), qui a pour l’instant restreint les opérations dans les principaux aéroports, à moins que les compagnies aériennes ne puissent obtenir des autorisations spéciales.
Les radioaltimètres donnent des lectures précises de la hauteur au-dessus du sol à l'approche et ils aident aux atterrissages automatisés, ainsi qu'à la vérification que le jet a atterri avant d'autoriser l'inversion de poussée.
La FAA a averti que les interférences potentielles de la 5G pourraient affecter les relevés de hauteur qui jouent un rôle clé dans les atterrissages par mauvais temps sur certains avions à réaction et les compagnies aériennes affirment que le Boeing 777 fait partie des modèles initialement concernés.
Malgré l'annonce par les sociétés AT&T et Verizon qu'elles suspendront la 5G à proximité des aéroports, plusieurs compagnies aériennes ont quand même annulé des vols ou changé de modèle d'avion. D'autres ont déclaré que d'autres annulations étaient probables à moins que la FAA ne publie de nouvelles directives officielles concernant la mise en place de ce réseau.
«Bien qu'il s'agisse d'une évolution positive pour prévenir les perturbations généralisées des opérations aériennes, certaines restrictions de vol peuvent subsister», a déclaré Delta Air Lines.
Le plus grand opérateur mondial de Boeing 777, Emirates, a déclaré qu'il suspendrait les vols vers neuf destinations américaines à partir du 19 janvier, date prévue pour le démarrage des services sans fil 5G.

L'annonce des annulations est intervenue alors que les opérateurs de téléphonie mobile ont retardé la mise en service de certaines tours 5G à proximité des principaux aéroports.
Des sources de l'industrie du transport aérien ont déclaré que la décision était intervenue trop tard pour affecter les décisions complexes concernant les avions et les équipages pour certains vols du mercredi.
British Airways a choisi de changer d'avion sur son vol quotidien vers Los Angeles en optant pour un Airbus A380 au lieu du Boeing 777, ont déclaré à Reuters deux personnes proches du dossier.
Cela implique le prépositionnement d'une équipe de vol à Los Angeles pour ramener le superjumbo Airbus à Londres lors du vol de retour.
Le tracker Web Flightradar24 a déclaré que l'A350 pourrait également être utilisé. Les radioaltimètres des deux avions d’Airbus ont été mis hors service, alors que le constructeur est toujours en train d'évaluer ses autres modèles.
Le minijumbo 777 est un incontournable du marché des vols long-courriers qui reste morose après la pandémie de Covid-19, ce qui n’est pas le cas de son équivalent cargo qui a sillonné la carte des itinéraires aériens pendant la pandémie, selon un porte-parole de Flightradar24.
Tous les vols 777 ne sont pas concernés. Emirates, qui est également un utilisateur majeur de l’A380, passera au plus gros avion pour Los Angeles et New York, mais continuera à faire voler le 777 vers Washington, qui n'est pas concerné.
Le président américain, Joe Biden, a salué l'accord conclu avec les opérateurs de téléphonie mobile, affirmant qu'il permettrait à plus de 90 % du déploiement des tours de téléphonie mobile de se dérouler comme prévu. Il a déclaré que les opérateurs s’efforceraient de «parvenir à une solution permanente et viable autour de ces aéroports majeurs».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible», selon l’attachée de presse de la Maison Blanche

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
Short Url
  • Deux hauts responsables américains se sont rendus en Arabie saoudite pour des pourparlers cette semaine
  • «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a expliqué Karine Jean-Pierre

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que deux hauts responsables américains s’étaient rendus en Arabie saoudite cette semaine pour «faire le point sur l’engagement» en matière de «sécurité énergétique», et non pour demander une augmentation des exportations de pétrole.

«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible. C’est ainsi que nous voyons les choses et il s’agit d'une mauvaise compréhension de la complexité de cette question et de nos discussions à multiples volets avec les Saoudiens», a souligné Mme Jean-Pierre jeudi.

Selon l’attachée de presse, l’Opep+ prendra ses propres décisions en ce qui concerne le pétrole. «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a-t-elle ajouté.

Les hauts responsables américains qui se sont rendus à Riyad étaient Brett McGurk, le principal conseiller de M. Biden pour le Moyen-Orient à la Maison Blanche, et Amos Hochstein, l’envoyé du département d’État pour les affaires énergétiques.

Leur visite avait pour objectif d’assurer le suivi des conversations portant notamment sur les activités déstabilisatrices de l’Iran et d’autres questions régionales, a indiqué Mme Jean-Pierre aux journalistes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


L’Europe peu mobilisée sur la condition des migrants en Libye, selon le chef d’une ONG

Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Short Url
  • Federico Soda, chef de la mission de l’OIM, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays
  • Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière

LONDRES: L’Europe se mobilise très peu pour se préoccuper du sort de milliers de migrants qui sont, pour la plupart, détenus arbitrairement et dans des «conditions déplorables» en Libye, déclare le chef d’une organisation non gouvernementale (ONG) internationale.
Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des nations unies en Libye, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays pour les migrants.
«La plupart des États membres gardent le silence sur ces questions», précise-t-il aux journalistes à Bruxelles. «Sur de nombreux sujets concernant la Libye, l’OIM est la seule voix. C’est problématique. Ce qui me préoccupe par-dessus tout, c’est cette forme de complaisance.»
Il décrit l’attitude qui prévaut en Europe ainsi: «Le problème ne se passe pas chez nous, alors gardons-le éloigné.»
M. Soda soutient que la communauté internationale devrait «condamner» plus fermement ce qui se passe et réclamer «l’adoption de lois et d’enquêtes» sur la situation en Libye.
Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière.
La majorité d’entre elles ont été interceptées ou sauvées dans de petites embarcations souvent dangereuses dans lesquelles elles voyagent pour traverser la mer Méditerranée.
Federico Soda affirme que le problème concerne la société dans son ensemble. De nombreux groupes sont coupables d’avoir permis à la crise de perdurer.
«Il ne s’agit pas que des représentants élus. L’ensemble de la communauté a une part de responsabilité, car lorsque les sociétés deviennent aussi polarisées que nous le sommes sur les questions de migration, je pense que nous devrions tous nous regarder dans le miroir et nous mettre à la place de ces gens», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Entrée interdite à La Mecque sans permis pour les expatriés

Short Url
  • Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année
  • Le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie

LA MECQUE: La Direction générale de la sécurité publique a exigé que les expatriés qui souhaitaient entrer à La Mecque pour le Hajj obtiennent un permis des autorités à partir de jeudi.
Pour que les expatriés aient la possibilité d’entrer dans la Ville Sainte, l'un des documents suivants est requis: un permis d'entrée pour travailler dans les Lieux saints délivré par l'autorité compétente, une autorisation de résidence (iqama) délivrée par La Mecque, un permis d’Omra ou de Hajj.
Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année.
«Selon ces instructions, seuls les expatriés qui obtiennent un permis d'entrée à La Mecque seront autorisés à entrer dans la Ville sainte à partir de jeudi. Ils peuvent obtenir les permis auprès des autorités compétentes. L’ensemble des véhicules et des résidents qui ne présenteront pas les documents requis seront refoulés», souligne-t-il.
Ahmed Saleh al-Halabi, spécialiste des services du Hajj et de l’Omra, a déclaré à Arab News que ces changements sont le résultat d'années de surveillance des entrées dans les Lieux saints. Des mesures pratiques permettent d'organiser en toute sécurité l'entrée des résidents à La Mecque, précise-t-il.
«Ce dispositif est mis en place afin d'éradiquer toute forme d'infiltration des Lieux saints, notamment en ce qui concerne les résidents qui ne détiennent pas de permis, qui sont en vacances et se rendent à La Mecque pour travailler ou qui restent chez leurs parents et leurs amis et s'infiltrent ensuite dans les Lieux saints pour accomplir le pèlerinage. Ils dorment alors sur les trottoirs, ce qui a des conséquences déplorables sur l'environnement et la propreté publique», explique-t-il.
Le Dr Othman Qazzaz, chef du département de recherche et d'études sur les médias à l'Institut de recherche sur le Hajj et l’Omra du Gardien des deux Saintes Mosquées, fait savoir à Arab News que le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com