Présidentielle: dernier jour d'inscription à la controversée primaire populaire

Le président français Emmanuel Macron, aux côtés de son épouse Brigitte Macron, vote dans un bureau de vote du Touquet, pour le second tour des élections régionales françaises, le 27 juin 2021. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron, aux côtés de son épouse Brigitte Macron, vote dans un bureau de vote du Touquet, pour le second tour des élections régionales françaises, le 27 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 23 janvier 2022

Présidentielle: dernier jour d'inscription à la controversée primaire populaire

  • Les électeurs ont jusqu'à dimanche minuit pour s'inscrire à la primaire populaire, une initiative citoyenne visant à départager les candidats de gauche
  • Samedi soir, quelque 376 000 personnes étaient déjà inscrites pour voter à ce scrutin, qui aura lieu du 27 au 30 janvier pour désigner, parmi sept personnalités de gauche, celle qui sera soutenue

PARIS : Les électeurs ont jusqu'à dimanche minuit pour s'inscrire à la primaire populaire, une initiative citoyenne visant à départager les candidats de gauche, mais qui ne fait pas l'unanimité, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo refusant d'y participer.

Samedi soir, quelque 376 000 personnes étaient déjà inscrites pour voter à ce scrutin, qui aura lieu du 27 au 30 janvier pour désigner, parmi sept personnalités de gauche, celle qui sera soutenue.

La gauche compte pour l'heure cinq candidats principaux à la présidentielle (Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo, Fabien Roussel, et Christiane Taubira), sans qu'aucun ne puisse rivaliser avec les droites et Emmanuel Macron en vue du premier tour de la présidentielle le 10 avril.

Le nombre des inscrits pour voter s'est accéléré ces derniers jours, permettant à cette initiative de se revendiquer comme largement supérieure à la primaire écologiste de septembre (122 000) et au congrès des Républicains début décembre (près de 140 000).

Mais, trois des sept candidats ont refusé de reconnaître le résultat du vote: Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo, et se retrouvent impliqués dans le scrutin malgré eux.

Ils ont chacun demandé que leurs noms soient retirés de la liste des candidats, après la diffusion d'une vidéo de novembre, dans lequel l'un des responsables de la primaire, Samuel Grzybowski, revendique de faire pression sur eux, en bloquant leur parrainage ou en faisant "baisser leur cote de popularité" sur les réseaux sociaux. 

"Nous ne sommes pas vos ennemis", ont expliqué les organisateurs de la primaire dans une tribune publiée dans l'Obs. "Oui, on souhaite la victoire de l’écologie et de la justice sociale. Oui, on souhaite votre victoire", ont-il écrit, assurant que "ce n’est pas par plaisir qu’on en arrive à devoir vous mettre la pression. Soyons honnêtes : si nous ne l’avions pas fait, est-ce que vous auriez ne serait-ce qu’un instant porté de l’attention à notre appel ?", disent-ils. 

L'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira - déclarée candidate à la présidentielle il y a seulement une semaine -, et trois candidats de moindre envergure, le député européen Pierre Larrouturou et deux personnes de la société civile Charlotte Marchandise et Anna Agueb-Porterie, ont quant à eux dit qu'ils se plieraient aux résultats.

Jeudi, cent personnalités du monde de la culture, dont l'actrice Juliette Binoche les acteurs Jean-Pierre Darroussin, Charles Berling et Jean-Marc Barr, ont appelé les partis de gauche à rejoindre la Primaire populaire, dans une tribune publiée dans le magazine les Inrocks. "Perdre cinq ans de plus serait insensé", ont-ils déploré.


Législatives françaises : deux circonscriptions pour les Français du monde arabe

Tutoriel du vote par Internet publié sur le portail France Diplomatie (capture d'écran)
Tutoriel du vote par Internet publié sur le portail France Diplomatie (capture d'écran)
Short Url
  • Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur les 11 circonscriptions auxquelles sont rattachés les Français de l’étranger
  • Le Moyen Orient, l’Afrique du Nord et le Maghreb sont concernés par la 9e et la 10e circonscription

PARIS : Les Français de l’étranger ont tous reçu, vendredi 27 mai, un courriel leur annonçant que le portail de vote par internet était désormais ouvert pour le premier tour des élections législatives. Le portail de vote est donc ouvert du vendredi 27 mai à 12h (heure de Paris) jusqu’au mercredi 1er juin à 12h (heure de Paris). Le second tour, selon le site France Diplomatie du ministère des Affaires étrangères et de l’Europe, se déroulera dès le 10 juin à midi, jusqu’au 15 juin.

Pour se connecter au portail de vote, les électeurs français établis à l’étranger sont invités à se rendre sur le site France Diplomatie, renseigner leur numéro de circonscription et consulter la liste des candidats de cette circonscription. Ils doivent ensuite cliquer sur le bouton « je vote par internet ». Un courriel de confirmation de l’enregistrement du vote est envoyé à l’électeur entre 30 et 60 minutes après réception de son code de validation. Ces procédures sont destinées à contrer d’éventuelles cyberattaques.

Les deux principales circonscriptions du monde arabe

Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur les 11 circonscriptions auxquelles sont rattachés les Français de l’étranger.

Les électeurs du monde arabe en général sont rattachés à la 10e circonscription qui regroupe notamment le Mozambique, l’île Maurice, l’Égypte, le Soudan, le Soudan du Sud, Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Somalie, le Gabon, Guinée équatoriale, le Congo, République démocratique du Congo, l’Irak, la Jordanie, le Liban, la Syrie, l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman, le Qatar et le Yémen.

En accédant au portail de cette circonscription, les électeurs de ces pays, entre autres, pourront lire les circulaires des candidats suivants : Aurélie Pirillo (Les Républicains), Georges Azar (Reconquête !), Justin Parfait Doudy, Amélia Lakrafi (En Marche), Caline Maaraoui, Alain Taieb, Elisabeth Darvish (Avec le Président Emmanuel Macron), Caroline Dugué (Gauche Républicaine et Socialiste), Chantal Moussa (NUPES/Parti de Gauche), Sérilo Looky (Tous Cœurs De France), Regina Malonga Ducellier (UCE), -Deborah Raumain (Rassemblement National), Ali Camille Hojeij, Viviane Zinzindohoue (L’Écologie Au Centre), Odile Mojon-Cheminade (Solidarité et Progrès), Ubah Waberi (Les Patriotes).

L’Algérie, le Maroc et la Tunisie, ainsi que la Libye, la Mauritanie et le Sénégal, entre autres, sont rattachés à la 9e circonscription où se présentent notamment l'ex-ministre Elisabeth Moreno, investie par la majorité dans la circonscription des Français du Maghreb et Afrique de l'Ouest (et soutenue par le député ex-LREM M'jid El Guerrab, récemment condamné pour une agression, et qui a renoncé à se présenter), ainsi que le diplomate Karim Ben Cheikh, candidat NUPES, ancien consul général de France à Beyrouth et ancien chargé de mission au Maghreb Sahel.

Service d’assistance

Le vote par internet n’est autorisé qu’aux citoyens français résidant à l’extérieur de l’Hexagone, et uniquement pour les législatives et les votes consulaires.

Un service d’assistance mis en place par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est accessible via un formulaire de contact prévu à cet effet. La cellule d’assistance répondra aux courriels de 7h (heure de Paris) à minuit (heure de Paris) pendant toute la période d’ouverture du portail de vote.

 Un procès-verbal du vote électronique est tenu par le Bureau du vote électronique pendant toute la durée des opérations électorales. Dans le cadre de ces élections, il est possible de faire porter des observations et réclamations au procès-verbal du vote électronique en remplissant le formulaire prévu à cet effet.


Caricature de Macron et du préfet Lallement: deux «gilets jaunes» relaxés

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé vendredi deux personnes interpellées l'an dernier lors d'un rassemblement de «gilets jaunes» pour une caricature représentant Emmanuel Macron (Photo, AFP).
Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé vendredi deux personnes interpellées l'an dernier lors d'un rassemblement de «gilets jaunes» pour une caricature représentant Emmanuel Macron (Photo, AFP).
Short Url
  • A l'audience, le 1er avril, le parquet avait demandé 400 euros d'amende contre Carole Pigaiani, propriétaire du camion, et 300 euros contre le chauffeur, Ali M
  • Leurs avocats avaient plaidé la relaxe, arguant que cette caricature s'inscrivait dans le libre exercice de la satire et de la liberté d'expression

PARIS: Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé vendredi deux personnes interpellées l'an dernier lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" pour une caricature représentant Emmanuel Macron, le préfet de police de Paris et le président américain Joe Biden.

Le préfet de police Didier Lallement avait porté plainte pour "outrage envers une personne dépositaire de l'autorité publique" contre la propriétaire d'un camion-restaurant et le conducteur du véhicule, arrêtés à Paris lors d'une manifestation à l'occasion du troisième anniversaire du mouvement des "gilets jaunes", en novembre 2021.

Particularité de cette camionnette entièrement peinte en rose: le côté gauche était recouvert d'une fresque sur fond bleu-blanc-rouge représentant Joe Biden manipulant telle une marionnette Emmanuel Macron. Ce dernier était figuré sans pantalon, placé derrière le préfet de police de Paris Didier Lallement à côté de moutons.

La caricature était surmontée de l'inscription "La sodomie en marche!! GJ", les initiales des "gilets jaunes".

"Un outrage doit être adressé à son destinataire, ce qui n'était pas le cas en l'espèce", a indiqué le président du tribunal, pour expliquer la relaxe.

A l'audience, le 1er avril, le parquet avait demandé 400 euros d'amende contre Carole Pigaiani, propriétaire du camion, et 300 euros contre le chauffeur, Ali M.

Leurs avocats avaient plaidé la relaxe, arguant que cette caricature s'inscrivait dans le libre exercice de la satire et de la liberté d'expression.

"C'est une très bonne nouvelle pour la liberté d'expression", a réagi auprès de l'AFP David Libeskind, avocat de Carole Pigaiani, après la lecture du délibéré.

"On ne s'attendait pas à cette décision. Je suis agréablement surprise de l'indépendance de la justice", a ajouté Carole Pigaiani, régulièrement présente avec son "camion rose" lors de manifestations pour récolter des fonds au profit de l'association qu'elle préside, Exit-Life, qui a pour but "de lutter contre le suicide des jeunes LGBT".

"C'est une juste application du droit", a aussi commenté auprès de l'AFP l'avocate d'Ali M., Alice Becker.

Me Libeskind a confirmé que sa cliente entendait porter plainte pour "harcèlement" et "discrimination" contre les forces de l'ordre, comme il en avait annoncé l'intention en novembre dernier, faisant valoir que depuis la nomination de Didier Lallement, les forces de l'ordre bloquaient systématiquement le camion rose avec un sabot, pour le faire sortir des manifestations".

La camionnette, sous scellé depuis l'interpellation de sa propriétaire, lui sera restituée, a aussi ordonné le tribunal.


Eolien: Paris veut un développement progressif

 Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter". (AFP)
Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter". (AFP)
Short Url
  • L'installation d'éoliennes terrestres suscite de plus en plus d'opposition, freinant la mise en place de ces projets
  • L'objectif du gouvernement est désormais de multiplier par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu'en 10 ans comme prévu jusqu'alors

BERLIN: Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter", a assuré la nouvelle ministre de la Transition énergétique dans une interview à l'AFP.

"Il ne faut pas se raconter des histoires en disant la société française est prête à déployer (l'éolien) deux fois, trois fois plus vite", a jugé Agnès Pannier-Runacher dans cet entretien réalisé jeudi à Berlin à l’occasion de son premier déplacement à l’étranger à Berlin pour une réunion des ministres de l'Energie et du Climat du G7.

"Nous devons continuer le déploiement au même rythme qu'aujourd'hui, c'est à dire un rythme qui correspond manifestement à ce que la société française est prête à accepter", a-t-elle ajouté.

L'installation d'éoliennes terrestres suscite de plus en plus d'opposition, freinant la mise en place de ces projets.

Pour cette raison, le président de la République Emmanuel Macron a revu à la baisse en février les ambitions de la France en matière de développement des éoliennes.

L'objectif du gouvernement est désormais de multiplier par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu'en 10 ans comme prévu jusqu'alors.

L'écart avec l'Allemagne dans ce domaine devrait donc croître car Berlin a placé le développement des éoliennes parmi ses priorités. Le gouvernement s'est ainsi fixé objectif de consacrer jusqu'à 2% de son territoire à cette source d'énergie.

"Il n'y a pas un seul sentier de décarbonation", s'est défendue la ministre, soulignant par ailleurs la volonté du gouvernement de "développer l'éolien en mer et le solaire".

Mme Pannier-Runacher a toutefois défendu la nécessité d'une "simplification administrative" pour accélérer les projets d'éoliennes, qu'ils soient en mer ou sur terre.

"Le retard qu'on a sur le déploiement des énergies renouvelables est lié à des problèmes de procédures et des problèmes de contentieux", a-t-elle justifié.

En 2020, la France a accru ses capacités de production éoliennes de 8%, avec 1,3 gigawatt (GW) et 477 éoliennes supplémentaires, portant la totalité du parc à 18 GW, selon France énergie éolienne (FEE).

L'éolien a ainsi assuré 7,9% de la production électrique nationale (6,3% en 2019), ce qui en fait la 3e source derrière le nucléaire (environ 70%) et l'hydroélectricité.