Afghanistan: les militantes féministes dénoncent la visite des talibans en Norvège

Mahbouba Seraj du Réseau des femmes afghanes s'entretient avec des journalistes alors qu'elle arrive pour assister à une réunion avec des représentants spéciaux internationaux et des représentants d'Afghans issus de la société civile le 24 janvier 2022 à Oslo, en Norvège. (AFP)
Mahbouba Seraj du Réseau des femmes afghanes s'entretient avec des journalistes alors qu'elle arrive pour assister à une réunion avec des représentants spéciaux internationaux et des représentants d'Afghans issus de la société civile le 24 janvier 2022 à Oslo, en Norvège. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 janvier 2022

Afghanistan: les militantes féministes dénoncent la visite des talibans en Norvège

  • La délégation afghane, conduite par le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a rencontré lundi à Oslo des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège
  • De nombreuses femmes, trop apeurées pour sortir dans les rues, ont manifesté contre ce sommet depuis chez elles à Kaboul, Bamiyan (centre) ou encore Mazar-i-Sharif (nord), selon des images postées sur les réseaux sociaux

KABOUL : Déception, trahison, effarement: les militantes des droits des femmes en Afghanistan ont vertement critiqué lundi les discussions actuellement en cours entre les talibans et les puissances occidentales en Norvège, premier pays européen à recevoir les fondamentalistes islamistes.

La délégation afghane, conduite par le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a rencontré lundi à Oslo des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège. 

Les discussions portent sur l'urgence humanitaire, plus de la moitié des Afghans étant menacés par la famine depuis l'arrêt de l'aide internationale qui portait le pays à bout de bras, après le retour au pouvoir des talibans en août, et sur les droits humains.

Mais pour les militantes afghanes, qui manifestent depuis des mois pour la défense de leurs droits et dénoncent la répression croissante des talibans, ces pourparlers ont un goût amer.

"Cela me désole qu'un pays comme la Norvège organise ce sommet et passe des accords avec des terroristes autour de la table", a dénoncé auprès de l'AFP Wahida Amiri, une militante féministe qui a manifesté régulièrement à Kaboul depuis août.

"Le monde devrait avoir honte d'accepter cela et d'ouvrir sa porte aux talibans", a-t-elle ajouté.

De nombreuses femmes, trop apeurées pour sortir dans les rues, ont manifesté contre ce sommet depuis chez elles à Kaboul, Bamiyan (centre) ou encore Mazar-i-Sharif (nord), selon des images postées sur les réseaux sociaux.

"La Norvège a invité des criminels et des terroristes qui n'ont aucun respect pour les droits des femmes et les droits humains", a affirmé à l'AFP une manifestante de Bamiyan, qui a demandé à ne pas être identifiée.

Les talibans assurent être plus modérés que lors de leur précédent passage au pouvoir, entre 1996 et 2001, quand les femmes n'avaient pas le droit de quitter leur foyer sans être accompagnée d'un chaperon mâle et étaient contraintes de porter la burqa, un voile intégral.

« Que fait la communauté internationale? »

Mais malgré leurs promesses, les femmes sont largement exclues des emplois dans le secteur public et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées. Elles doivent également être accompagnées d'un homme de leur famille proche lors des longs trajets.

La semaine dernière, deux militantes féministes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel, ont été enlevées à leur domicile de Kaboul après avoir participé à une manifestation, selon plusieurs de leurs camarades. Les talibans ont nié être impliqués.

Invitée à Oslo par le gouvernement norvégien, la poétesse Hoda Khamosh a demandé à M. Muttaqi d'"appeler Kaboul et libérer immédiatement" les deux militantes.

"Pourquoi les talibans qui nous emprisonnent à Kaboul sont-ils assis à la table des négociations avec nous à Oslo? Que fait la communauté internationale face à cette torture et cette répression?", s'est-elle indignée, en accusant ceux qui "restent silencieux ou tolèrent les talibans" d'être "partiellement responsables de ces crimes".

Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans et la Norvège a souligné que ces discussions "ne constituent pas une légitimation ni une reconnaissance" des nouveaux maîtres de l'Afghanistan.

Ces échanges restent nécessaires, selon certaines observatrices afghanes.

La présidente en exil de la Commission afghane indépendante des droits de l'Homme (AIHRC), Shaharzad Akbar, a ainsi qualifié les discussions de "pas important", notamment car elles ont permis des rencontres directes entre les talibans et des figures de la société civile afghane.

Une autre militante présente à Oslo, Mahbouba Seraj, a dit avoir "espoir" après ces rencontres, estimant que les talibans "nous ont reconnues et nous ont écoutées". 

Mais cet avis est loin d'être partagé par les activistes afghanes restées dans leur pays. Ces femmes "ne peuvent pas nous représenter au sommet d'Oslo", a estimé dans un clip vidéo posté sur les réseaux sociaux une femme, qui se présente comme une "manifestante pour la défense des droits des femmes en Afghanistan, devant se battre avec les talibans dans les rues de Kaboul".


Des procureurs iraniens ont couvert des viols commis par des Gardiens de la révolution, selon un document officiel

Des manifestants iraniens scandent des slogans à la suite de la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans arrêtée par la police des mœurs iranienne. (AP)
Des manifestants iraniens scandent des slogans à la suite de la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans arrêtée par la police des mœurs iranienne. (AP)
Short Url
  • Selon un document judiciaire interne, des membres du CGRI auraient violé deux femmes, âgées de 18 et de 23 ans, dans une camionnette à Téhéran en septembre dernier, a rapporté mercredi le quotidien The Guardian
  • L’affaire aurait attiré l’attention des procureurs après qu’un des officiers du CGRI a contacté l’une des victimes à la suite de l’agression

DUBAÏ: Des procureurs de l’État iranien sont accusés d’avoir passé sous silence des viols commis par deux membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Selon un document judiciaire interne, des membres du CGRI auraient violé deux femmes, âgées de 18 et de 23 ans, dans une camionnette à Téhéran en septembre dernier, a rapporté mercredi le quotidien The Guardian. Elles avaient été arrêtées lors des manifestations qui ont commencé ce mois-là après la mort de Mahsa Amini, à la suite de son arrestation par la «police des mœurs» iranienne. Les femmes ont été accusées d’avoir agi de manière suspecte et leurs téléphones ont été fouillés pour détecter toute preuve de participation aux manifestations.

Le document judiciaire serait initialement parvenu à la chaîne d’information Iran International grâce au groupe baptisé «hacktiviste Edalat-e Ali» («La justice d’Ali»). Il s’agit du premier document interne à faire surface et à exposer une affaire du genre, bien que les militants soupçonnent depuis longtemps que les agents de sécurité agressent sexuellement certaines détenues lors des manifestations.

Le document, en date du 13 octobre 2022, a été rédigé par Mohammed Chahriari, le procureur adjoint et chef du bureau du procureur à Téhéran. Il est adressé à Ali Salehi, procureur général et de la révolution. Un rapport se basant sur des déclarations de témoins indique que deux femmes ont été agressées par deux hommes qui occupent le poste d’agents de sécurité.

L’affaire aurait attiré l’attention des procureurs après qu’un des officiers du CGRI a contacté l’une des victimes après l’agression. Elle a enregistré la conversation et porté plainte. L’officier a d’abord nié les accusations, mais il a ensuite changé sa version des faits, précisant que les femmes avaient consenti à des relations sexuelles. Il aurait été détenu, avec son père, à leur domicile à Téhéran. L’autre officier accusé a été arrêté séparément et conduit dans une prison de l’unité de renseignement de la police.

Le rapport détaille comment les deux hommes ont finalement admis avoir eu des relations sexuelles avec ces femmes, ce que le document décrit comme un viol. Le premier officier déclare avoir arrêté les deux femmes près d’une station-service alors qu’elles se trouvaient dans la rue Sattarkhan, à l’ouest de Téhéran. Les officiers les ont d’abord conduites au siège des Gardiens de la révolution, mais ils ont dû quitter les lieux une fois qu’on les a informés qu’il n’était pas possible d’y traiter les cas des deux femmes accusées.

«Compte tenu de la nature problématique de l’affaire, de la possibilité que ces informations soient divulguées sur les réseaux sociaux et de leur fausse représentation par des groupes ennemis, il est recommandé que l’ordre nécessaire soit donné pour que le cas soit classé ultrasecret», peut-on lire sur le rapport.

«Étant donné qu’aucune plainte n’a été déposée et que les personnes concernées ont été remises en liberté, les accusés doivent être démis de leurs fonctions sans mentionner leurs noms.»

Le rapport ajoute que l’affaire devrait être classée sans aucune référence à l’institution militaire impliquée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Erythrée: HRW demande des sanctions contre des dirigeants pour des enrôlements forcés dans l'armée

Short Url
  • HRW a également appelé les partenaires de l'Erythrée, dont les Etats du Golfe, à «faire pression», pour qu'Asmara «apporte des changements significatifs au système abusif du service national»
  • HRW a déclaré que la dernière vague de conscription «impitoyable» avait commencé au milieu de l'année 2022, l'armée érythréenne soutenant les forces éthiopiennes dans la guerre contre les rebelles du Tigré, dans le nord de l'Ethiopie

NAIROBI: L'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé jeudi à des sanctions ciblées contre des dirigeants érythréens, accusant les autorités d'enrôler des milliers de personnes, dont des mineurs, pour le service militaire et de punir les familles de ceux qui s'y soustraient.

L'un des pays les plus fermés et autoritaires au monde, l'Erythrée, dirigé d'une main de fer depuis son indépendance de l'Ethiopie en 1993 par le président Issaias Afeworki, a une politique de conscription universelle à durée illimitée.

Dans un communiqué, HRW a plaidé pour des sanctions ciblées contre les dirigeants érythréens pour la "répression en cours" et appelé de ses voeux un examen approfondi sur la question par le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies et la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples.

HRW a également appelé les partenaires de l'Erythrée, dont les Etats du Golfe, à "faire pression", pour qu'Asmara "apporte des changements significatifs au système abusif du service national".

Le pays de la Corne de l'Afrique a initialement utilisé la guerre sanglante contre l'Ethiopie entre 1998 et 2000 pour justifier sa politique de conscription, restée en place malgré un accord de paix signé avec Addis Abeba en 2018.

HRW a déclaré que la dernière vague de conscription "impitoyable" avait commencé au milieu de l'année 2022, l'armée érythréenne soutenant les forces éthiopiennes dans la guerre contre les rebelles de la région du Tigré, dans le nord de l'Ethiopie.

Les troupes érythréennes ont été accusées par les Etats-Unis et les groupes de défense des droits humains d'avoir commis des atrocités durant le conflit, qui a débuté en novembre 2020, notamment avec le massacre de centaines de civils.

En septembre 2022, les autorités érythréennes ont appelé les forces armées à se mobiliser après la reprise des combats qui a mis fin à une trêve de plusieurs mois entre le gouvernement éthiopien et les rebelles tigréens.

Un accord de paix a été signé en novembre 2022 entre le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré, mais l'Erythrée, pays frontalier du Tigré, n'a pas participé aux discussions et ses troupes continuent d'être présentes dans la région, selon des habitants.

Points de contrôle

L'Erythrée est l'ennemie jurée des autorités régionales du Tigré, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), depuis une sanglante guerre frontalière en 1998-2000 quand ce parti dirigeait l'Ethiopie (1991-2018).

Selon HRW, les forces de sécurité ont mis en place des points de contrôle dans tout le pays pour enrôler des recrues et ont fait du porte-à-porte pour identifier ceux qui s'y soustraient.

"Le gouvernement érythréen, pour faire face à la baisse des effectifs, a détenu et expulsé de chez elles des personnes âgées et des femmes avec de jeunes enfants afin de retrouver des personnes qu'il considère comme des insoumis ou des déserteurs", a affirmé Laetitia Bader, directrice de HRW pour la Corne de l'Afrique, dans un communiqué.

"Les Érythréens de tous horizons subissent le poids des politiques répressives du gouvernement", a-t-elle poursuivi.

"Tout le monde a toujours vécu avec le risque d'être enrôlé, mais c'est à un tout autre niveau", a ainsi déclaré un habitant d'Asmara, cité dans le communiqué.

Des groupes de défense des droits humains accusent régulièrement l'Érythrée de forcer les citoyens à passer des années au service national et de punir tout acte considéré comme de la désertion ou de la désobéissance par de lourdes peines de prison, voire de la torture.


Le séisme en Turquie accentue la pression sur Erdogan avant les élections

Le président turc Recep Tayyip Erdogan visite le site des bâtiments détruits lors de sa visite dans la ville de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, deux jours après le grave tremblement de terre qui a frappé la région le 8 février 2023.  (Photo de Adem ALTAN / AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan visite le site des bâtiments détruits lors de sa visite dans la ville de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, deux jours après le grave tremblement de terre qui a frappé la région le 8 février 2023. (Photo de Adem ALTAN / AFP)
Short Url
  • Face à la montée des critiques concernant la lenteur et l'inorganisation des secours, le dirigeant au pouvoir depuis 2003 s'est rendu dans la zone sinistrée mercredi et a amorcé un mea culpa
  • Mais avant même que la terre ne tremble aux premières heures du jour lundi, le sol se dérobait sous les pieds du président Erdogan confronté à une série de crises à l'approche des scrutins du 14 mai

ISTANBUL: Le séisme de magnitude 7,8 qui a ravagé le sud de la Turquie lundi accroit la pression sur le président turc Recep Tayyip Erdogan à trois mois d'élections présidentielle et législatives qui s'annonçaient déjà serrées avant la catastrophe.

Face à la montée des critiques concernant la lenteur et l'inorganisation des secours, le dirigeant au pouvoir depuis 2003 s'est rendu dans la zone sinistrée mercredi et a amorcé un mea culpa.

"Bien sûr, qu'il y a des lacunes, il est impossible d'être préparé à un désastre pareil", a-t-il plaidé depuis la province d'Hatay, près de la frontière syrienne.

Le bilan du séisme qui a fait plus de 15.000 tués au total s'élève à plus de 12.300 morts côté turc, un chiffre appelé à s'alourdir encore.

Mais avant même que la terre ne tremble aux premières heures du jour lundi, le sol se dérobait sous les pieds du président Erdogan confronté à une série de crises à l'approche des scrutins du 14 mai.

Son approche non conventionnelle de l'économie a déclenché une spirale inflationniste qui a vu les prix à la consommation augmenter de 85% l'année dernière.

Sentant le danger, le président a contre-attaqué.

Quelques heures après le tremblement de terre, il prenait la parole lors d'une conférence de presse à Ankara - la première d'une longue série.

Mercredi, près de l'épicentre du séisme, dans la province de Kahramanmaras, il étreint une femme éplorée au milieu des ruines. Puis il descend plus au sud vers la province d'Hatay, frontalière de la Syrie, où le nombre de morts est encore plus élevé.

Le chaos de 1999

Recep Tayyip Erdogan se souvient sans doute que c'est l'impéritie des autorités lors du dernier gros tremblement de terre en Turquie, en 1999, qui avait conduit son parti à la victoire trois ans plus tard.

Le Premier ministre d'alors, Bulent Ecevit, avait fait l'objet de vives critiques pour avoir négligé les secours aux populations.

Cette fois, le chef de l'Etat a aussitôt déclaré un niveau d'urgence maximal qui en appelle à l'aide internationale. Le soutien de dizaines de pays - y compris de rivaux régionaux - a rapidement afflué.

Pour les experts, le président peut donc affermir sa position avec une réponse ajustée. Ou tout perdre.

"Une réponse efficace à l'urgence pourrait renforcer le chef de l'Etat et son parti, l'AKP, en suscitant un sentiment de solidarité nationale sous la direction d'Erdogan", estime dans une note Wolfango Piccoli, du cabinet de conseil en risques politiques Teneo, basé à Londres.

"S'il rate la réponse post-séisme, Erdogan pourrait perdre les élections de mai", nuance en revanche Emre Caliskan, chercheur au Foreign Policy Centre, basé au Royaume-Uni.

«Des institutions affaiblies»

La frustration monte dans les régions affectées. Des familles démunies dénonçaient mardi un gouvernement incapable de leur venir en aide et de sauver leurs proches piégés sous les décombres.

L'analyste Gonul Tol, qui se trouvait en Turquie au moment du séisme et qui a perdu des proches dans la tragédie, a senti que la colère était palpable à Hatay.

"Je ne peux pas croire qu'il (Erdogan) ne l'ait pas sentie parce que le niveau de frustration, la colère je les ai vus de mes yeux. Je suis sûr que cela aura un impact", assure la directrice du programme Turquie au Middle East Institute basé aux États-Unis.

En 1999, poursuit-elle, la société civile avait travaillé sans relâche pour aider les victimes. Mais cette fois, il y a moins d'organisations disponibles parce qu'Erdogan en a beaucoup réprimé à la suite du coup d'État manqué en 2016.

"Vingt ans plus tard, nous ne sommes pas mieux lotis", indique-t-elle à l'AFP. "Erdogan a non seulement affaibli les institutions de l'État, mais il a également affaibli la société civile turque."

Médias «favorables»

Erdogan ne fait cependant face à aucune critique de la plupart des médias grand public, rappellent les experts, ce qui lui confère un avantage évident sur l'opposition.

Les chaînes d'information ont très peu évoqué l'impact des mauvaises constructions après

l'effondrement des bâtiments, même ceux de moins d'un an...
Le gouvernement avait pourtant édicté de nouvelles normes dès 1998.

"L'opposition affirme que le nombre élevé de décès n'est pas seulement lié au tremblement de terre, mais à des constructions mal réglementées et de mauvaise qualité", relève Emre Caliskan.

En 1999, la presse avait critiqué la lenteur des autorités, pas cette fois.

"Des médias nationaux largement favorables signifient également qu'Erdogan gérera le récit officiel et pourra profiter de la situation", souligne dans une note Adeline Van Houtte, consultante principale pour l'Europe à l'Economist Intelligence Unit.