Burkina: situation confuse concernant le sort du président Kaboré

Des militaires annoncent la dissolution du gouvernement à la télévision. (Photo, AFP)
Des militaires annoncent la dissolution du gouvernement à la télévision. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 janvier 2022

Burkina: situation confuse concernant le sort du président Kaboré

Des militaires annoncent la dissolution du gouvernement à la télévision. (Photo, AFP)
  • Les Etats-Unis ont appelé lundi l'armée du Burkina Faso à la «libération immédiate» du président Roch Marc Kaboré et à «respecter la Constitution» et «les dirigeants civils» du pays
  • L'Union européenne a appelé lundi à la libération «immédiate» du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré

OUAGADOUGOU: La situation était confuse lundi concernant le sort du président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré, dont des sources sécuritaires ont annoncé qu'il était détenu par des soldats qui se sont mutinés face à la dégradation dans leur pays en proie au violences jihadistes. 

Les Etats d'Afrique de l'Ouest ont indiqué suivre « avec une grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso, « caractérisée » depuis dimanche « par une tentative de coup d'Etat ». 

« Le président Kaboré, le chef du Parlement (Alassane Bala Sakandé) et des ministres sont effectivement aux mains des soldats », à la caserne Sangoulé Lamizana de Ouagadougou, a déclaré une source sécuritaire, information confirmée par une autre source au sein des services de sécurité. 

Mais une source gouvernementale a ensuite affirmé que le président avait été « exfiltré » de sa résidence dimanche soir par des gendarmes de sa garde « avant l’arrivée d’éléments armés qui ont tiré sur les véhicules de son convoi ». 

Un journaliste de l'AFP a vu dans la matinée près de la résidence du chef de l'Etat trois véhicules criblés de balles. Des traces de sang étaient visibles sur l'un d'eux. 

Selon cette source « la situation est confuse », une confusion alimentée par l'absence à la mi-journée lundi de toute déclaration de la part des soldats mutins ou de proches du chef de l'Etat. 

Sur le compte Twitter de M. Kaboré, un message posté en début d'après-midi, dont il était impossible de savoir s'il avait été écrit par lui directement, ni dans quelles circonstances, invite « ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l'intérêt supérieur de la Nation ». « C'est par le dialogue et l'écoute que nous devons régler nos contradictions », ajoute-t-il. 

Au pouvoir depuis 2015, le président Kaboré, réélu en 2020 sur la promesse de faire de la lutte antidjihadiste sa priorité, était de plus en plus contesté par une population excédée par les violences jihadistes et son impuissance à y faire face. 

Le chef de l'ONU «condamne fermement» le «coup d'Etat» au Burkina Faso

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a « condamné fermement » lundi dans un communiqué le « coup d'Etat » militaire commis au Burkina Faso, appelant leurs auteurs « à déposer les armes » et à protéger « l'intégrité physique » du président Roch Marc Kaboré. 

Dans ce texte lu par son porte-parole, le chef de l'ONU indique qu'il « s'inquiète notamment du sort et de la sécurité du président (...) suite au coup d'État perpétré le 23 janvier par des sections des forces armées ». 

Le secrétaire général de l'ONU, qui dénonce régulièrement « l'épidémie de coups d'Etat » qui touche le monde aujourd'hui, « suit les développements au Burkina Faso »avec une profonde inquiétude », a ajouté le porte-parole, Stéphane Dujarric. 

Il « appelle tous les acteurs à faire preuve de retenue et à choisir le dialogue » pour résoudre la crise au Burkina Faso, a-t-il indiqué. 

Soldats à la TV nationale 

Un journaliste de l'AFP a constaté qu'une dizaine de soldats encagoulés et armés s'étaient postés lundi matin devant le siège de la Radio télévision du Burkina (RTB) qui a diffusé à son journal de la mi-journée un reportage sur les habitants de Ouagadougou vaquant normalement à leurs occupations. 

La France a appelé lundi ses ressortissants à la prudence et à éviter tout déplacement au Burkina. 

Des soldats se sont mutinés dimanche dans plusieurs casernes pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des « moyens adaptés » à la lutte contre les jihadistes qui frappent ce pays depuis 2015. 

Des tirs avaient été entendus en fin de journée près de la résidence du chef de l'Etat et un hélicoptère avait survolé la zone tous feux éteints, selon des résidents. 

Ces mutineries sont survenues alors que le Sahel est de plus en plus déstabilisé par les jihadistes qui frappent aussi le Niger et le Mali voisin, pays qui a été le théâtre de deux coups d’Etat en quelques mois. 

Au-delà, en Afrique de l’Ouest, la fragilité des Etats s’est aussi manifestée avec un putsch en Guinée. 

Plusieurs manifestations de colère ont eu lieu depuis plusieurs mois dans les villes du Burkina pour dénoncer l'incapacité du pouvoir à contrer les attaques jihadistes que se multiplient, souvent interdites et dispersées par les policiers anti-émeutes. 

Tout au long de la journée de dimanche, des manifestants ont apporté leur soutien aux mutins, avant d'être dispersés par la police. 

De nouvelles manifestations de soutien ont eu lieu lundi. 

Washington demande la « libération immédiate » du président Kaboré

Les Etats-Unis ont appelé lundi l'armée du Burkina Faso à la « libération immédiate » du président Roch Marc Kaboré et à « respecter la Constitution » et « les dirigeants civils » du pays. 

« Nous exhortons toutes les parties, dans cette situation mouvante, à maintenir le calme et à rechercher le dialogue pour résoudre leurs griefs », a dit un porte-parole de la diplomatie américaine. 

« Le gouvernement des Etats-Unis est au courant des informations selon lesquelles des membres de l'armée du Burkina Faso ont arrêté et détiennent le président Roch Marc Kaboré », a-t-il déclaré. 

« Nous appelons à la libération immédiate du président Kaboré et d'autres responsables gouvernementaux, et appelons les membres des forces de sécurité à respecter la Constitution du Burkina Faso et ses dirigeants civils », a-t-il insisté, soulignant que la diplomatie américaine était en contact avec les « partenaires internationaux » mais aussi des responsables du gouvernement burkinabè. 

« Moyens adaptés »  

Le gouvernement avait reconnu des tirs dans plusieurs casernes, démentant « une prise de pouvoir par l'armée ». 

« Nous voulons des moyens adaptés à la lutte » anti-jihadiste « et des effectifs conséquents », ainsi que le « remplacement » des plus hauts gradés de l'armée nationale, a affirmé dans un enregistrement sonore parvenu un militaire de la caserne Sangoulé Lamizana, sous couvert de l'anonymat. 

Des discussions infructueuses ont eu lieu entre les représentants des mutins et le ministre de la Défense, le général Barthélémy Simporé. 

Le camp Sangoulé Lamizana de Ouagadougou où pourrait se trouver le président Kaboré est aussi celui où est incarcéré le général Gilbert Diendéré, proche de l'ancien président Blaise Compaoré renversé en 2014. 

Le général Diendéré a été condamné à 20 ans de prison pour une tentative de putsch en 2015 contre le président Kaboré et est actuellement jugé pour son rôle présumé dans l'assassinat, en 1987, du président d'alors Thomas Sankara, icône panafricaine. 

Le procès des assassins présumés de Sankara, qui devait entrer lundi dans la phase des réquisitoires et plaidoiries devant le tribunal militaire de Ouagadougou, a été reporté à une date indéterminée, selon une source judiciaire. 

Dans le sillage du Mali et du Niger, le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique qui ont fait en près de sept ans plus de 2 000 morts et contraint 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers. 

L'UE appelle à la libération « immédiate » du président Kaboré

L'Union européenne a appelé lundi à la libération « immédiate » du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dont des sources sécuritaires ont annoncé qu'il était détenu par des soldats qui se sont mutinés. 

« Dans ce moment d'incertitude, l'Union européenne reste attentive à l'évolution de la situation, en appelant tous les acteurs au calme et à la retenue. Elle appelle également à ce que la liberté du Président Kaboré et des membres des institutions de l'Etat soit immédiatement rétablie », a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, dans un communiqué. 

« Les dernières nouvelles sont très préoccupantes », a estimé M. Borrell lors d'une conférence de presse. « Nous savons maintenant que le président Kaboré est sous le contrôle de l'armée », a-t-il dit. 

Dans son communiqué, l'UE « rappelle son attachement au respect des institutions républicaines et de l'ordre constitutionnel ». Elle « appelle également les forces de sécurité et de défense à demeurer fidèles à leurs missions premières de protection de la population et de défense du territoire, en faisant valoir leurs revendications de manière non violente ».  


Les Philippines accordent une licence aux services satellitaires d'Elon Musk

 Starlink, l'entreprise d'Internet par satellite à haut débit du milliardaire Elon Musk, a reçu samedi une licence du régulateur des télécommunications des Philippines (File/AP).
Starlink, l'entreprise d'Internet par satellite à haut débit du milliardaire Elon Musk, a reçu samedi une licence du régulateur des télécommunications des Philippines (File/AP).
Short Url
  • Il s'agit du premier pays d'Asie du Sud-Est à offrir des services Starlink
  • Les autorités affirment que Starlink permettra des activités de données élevées qui « n'ont jamais été possibles »

MANILLE : Le régulateur des télécommunications des Philippines a accordé une licence à Starlink, le projet d'Internet haut débit par satellite du milliardaire Elon Musk, qui devrait améliorer la connectivité dans un pays qui souffre d’un debit Internet lent.

La Commission nationale des télécommunications a déclaré que le feu vert donné à Starlink   pour fournir des services à valeur ajoutée signifie que la société peut accéder directement aux systèmes satellitaires et exploiter des installations à large bande pour proposer des services Internet à travers les Philippines.

Starlink, la division Internet par satellite de SpaceX, la société de fusées de Musk, devrait commencer à offrir ses services dans l'archipel dans les prochains mois, a déclaré la NTC dans un communiqué.

« La NTC est déterminée à faire en sorte que le déploiement des services d'accès à Internet de Starlink se fasse rapidement et de manière professionnelle », a déclaré Gamaliel Cordoba, commissaire de la NTC.

La NTC a déclaré que les Philippines seront le premier pays d'Asie du Sud-Est à offrir les services Starlink, dont les autorités espèrent qu'ils couvriront, à un coût avantageux, des zones encore non desservies ou mal desservies par l'accès à Internet.

« Grâce à l'utilisation de satellites avancés en orbite basse, Starlink permettra de réaliser des appels vidéo, des jeux en ligne, du streaming et d'autres activités à haut débit qui, historiquement, n'étaient pas possibles avec l'Internet par satellite », a déclaré la Commission.

Les services Starlink sont actuellement disponibles dans une trentaine de pays, principalement en Amérique du Nord et en Europe. L'entreprise a jusqu'à présent mis en place plus de 2 000 satellites et prévoit d'en lancer des milliers d'autres.

« Un seul Starlink peut fournir l'internet à une école entière comptant des centaines d'élèves... Le potentiel est énorme pour sortir les gens de la pauvreté. Fournir l'Internet, c'est apprendre aux gens à pêcher », a déclaré Musk dans quelques tweets samedi, qui ont suivi l’annonce de l'aval accordé à Starlink aux Philippines.

Les Philippines sont à la traîne par rapport à la plupart des pays d'Asie du Sud-Est en ce qui concerne la vitesse de l'Internet à large bande mobile et fixe, et se classe respectivement au 95e et au 59e rang mondial en avril 2022, selon l'indice mondial Speedtest.

Stephen Cutler, expert en cybersécurité et entrepreneur technologique de Manille, a déclaré que Starlink va fournir un bon réseau alternatif pour l'information aux Philippines.

« Je suis très, très enthousiasmé par la présence d'une entreprise comme Starlink qui va fournir un transfert de données relativement rapide à un coût compétitif », a déclaré M. Cutler à Arab News, ajoutant que les services fournis par les opérateurs de télécommunications opérant aux Philippines sont encore relativement coûteux.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Nigeria: au moins 31 morts lors d'une distribution de nourriture par une église

Les résidents voyagent dans une camionnette alors qu'ils quittent le village de Kukawa dans la zone de gouvernement local de Kanam de l'État du Plateau le 12 avril 2022 après que leurs maisons ont été incendiées lors d'une attaque par des bandits. (AFP)
Les résidents voyagent dans une camionnette alors qu'ils quittent le village de Kukawa dans la zone de gouvernement local de Kanam de l'État du Plateau le 12 avril 2022 après que leurs maisons ont été incendiées lors d'une attaque par des bandits. (AFP)
Short Url
  • Des chaussures et des sandales gisaient sur le sol après la catastrophe dans la ville de Port Harcourt, dans l'Etat de Rivers, ont affirmé la police et des témoins
  • Des images publiées sur les réseaux sociaux et vérifiées par l'AFP montrent des familles en pleurs et s'occupant de blessés, dont de nombreux enfants, devant l'hôpital militaire de la ville

ABUJA: Au moins 31 personnes ont été tuées samedi lors d'une bousculade survenue dans le sud du Nigeria durant une distribution de nourriture organisée par une Eglise, a déclaré la police.


Des chaussures et des sandales gisaient sur le sol après la catastrophe dans la ville de Port Harcourt, dans l'Etat de Rivers, ont affirmé la police et des témoins.


"Malheureusement, la foule est devenue agitée et incontrôlable et tous les efforts déployés par les organisateurs pour ramener le calme ont échoué, d'où la bousculade", a déclaré la police dans un communiqué. "Au total, 31 personnes ont perdu la vie dans la bousculade". 


Des images publiées sur les réseaux sociaux et vérifiées par l'AFP montrent des familles en pleurs et s'occupant de blessés, dont de nombreux enfants, devant l'hôpital militaire de la ville.


La police a annoncé l'ouverture d'une enquête criminelle pour déterminer les circonstances exactes du drame. 


"Une foule énorme venant de l'extérieur a déferlé dans le (polo) club par une porte étroite, ce qui a provoqué la bousculade", a déclaré à l'AFP un responsable local de l'Agence nationale de gestion des urgences, Godwin Tepikor. "Les blessés et les morts ont été évacués vers l'hôpital et la morgue".


Les responsable de l'Eglise n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour réagir.


L'événement était organisé par l'Eglise King's Assembly pour offrir de la nourriture et diverses fournitures aux indigents sur un terrain du club de polo de la ville pétrolière. 


Ces dernières années, le Nigeria a connu plusieurs tragédies lors de bousculades liées à des distributions de nourriture, notamment en 2021 lors d'une opération organisée par une agence humanitaire dans l'Etat du Borno, dans le nord du pays, où sept femmes sont décédées après avoir été piétinées par la foule.


La bousculade de samedi matin est survenue alors que les dirigeants du Parti démocratique populaire (PDP), principal parti d'opposition, se réunissaient à Abuja, la capitale, pour choisir leur candidat à la présidence de 2023 parmi plusieurs responsables, dont le gouverneur de l'Etat de Rivers, Ezenwo Nyesom Wike.


Port Harcourt est le principal hub pétrolier du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur d'or noir du continent. 


Malgré ces richesses en hydrocarbures, quatre Nigérians sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, selon un récent rapport de la Banque mondiale.


Une situation aggravée par la crise ukrainienne qui a fait flamber le coût des denrées alimentaires et du carburant, affectant les approvisionnements en blé et en gaz.


26 disparus après le naufrage d'un ferry en Indonésie

Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Short Url
  • Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi
  • Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler

JAKARTA: Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi.


Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi, a expliqué à l'AFP le chef des services de secours, Djuanidi (qui comme beaucoup d'Indonésiens, ne porte qu'un seul nom).


Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler. Dix-sept personnes ont été secourues, et les recherches continuaient samedi pour les disparus, a-t-il précisé.


Les accidents en mer sont nombreux en Indonésie, un archipel composé de 17.000 îles, et où les consignes de sécurité ne sont pas toujours respectées.


La semaine dernière, un ferry transportant plus de 800 personnes s'est échoué dans la province de East Nusa Tenggara et est resté bloqué pendant deux jours. Personne n'a été blessé.


En 2018, plus de 150 personnes s'étaient noyées lors du naufrage d'un ferry à Sumatra, sur l'un des lacs les plus profonds du monde.