Présidentielle: Macron avance, Mélenchon se conforte à gauche, Zemmour décroche

Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 27 janvier 2022

Présidentielle: Macron avance, Mélenchon se conforte à gauche, Zemmour décroche

  • Du côté de la droite, le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour
  • Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents

CASABLANCA: À quatre-vingt-sept jours des élections présidentielles en France, l’analyse des sondages reste un exercice important et donne une idée sur les tendances du moment.

Selon l’enquête «Opinion 2022» menée par Elabe pour BFMTV, L'Express et SFR, publiée ce mercredi, le «quasi-candidat» Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote. Que ce soit au premier ou au second tour, Macron rafle la mise. 

Marine le Pen et Valérie Pécresse sont au coude à coude, alors que la candidature de Jean-Luc Mélenchon est la seule susceptible d’atteindre le chiffre symbolique de 10%, à gauche.

Contrairement aux sondages traditionnels, celui-ci prend en compte divers scénarios susceptibles de survenir ou pas durant la dernière ligne droite de la présidentielle 2022. La gauche partira-t-elle unie? Christiane Taubira ira-t-elle jusqu'au bout de ses ambitions? Qu’en est-il de la candidature de Macron? 

Ainsi, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer ses concurrents issus de la droite, à savoir de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour, et ce, dans tous les scénarios. Ce dernier décroche dans les sondages, selon le baromètre Elabe.

Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents. Dans un scénario où Taubira se désiste, il parvient à cumuler dix points d'intentions de vote, en progression de 0,5 point, loin devant les 6,5 points de l'écologiste Yannick Jadot qui, lui, décroche d'autant.

Dans le cas contraire, à savoir un scenario dans lequel Christiane Taubira maintient sa candidature, Jean-Luc Mélenchon glisse alors d'un point, mesuré à 9%, et Yannick Jadot de 0,5%, se rétablissant à 5,5%. Derrière eux, Fabien Roussel se situe autour de 2,5 points, tout comme la maire socialiste de Paris.

Concernant les tranches d’âges, on apprend que Macron séduit 26% des 65 ans et plus, presque autant que Pécresse qui en séduit 27%. Marine Le Pen, quant à elle, connaît un succès auprès des jeunes, notamment les 25-34 ans, avec un score de 23%.

Jean-Luc Mélenchon trouve ses meilleures audiences auprès des catégories populaires et les ouvriers. Dans ce sens, 17% des 25-34 ans et 14% des salariés et ouvriers le soutiennent.

Le sondage Elabe s’appuie sur un échantillon de 1 508 personnes interrogées sur Internet entre le 24 et le 26 janvier 2022, dont 1397 sont inscrites sur les listes électorales. Cet échantillon est représentatif des résidents de la France métropolitaine âgés de 18 ans et plus.

 

 


Popularité: Macron stable en mai, débuts mitigés pour Borne

Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat
  • La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes

PARIS: La cote de popularité d'Emmanuel Macron est stable en mai, avec 41% d'opinions favorables, contre 45% à la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne, qui bénéficie d'un crédit moins élevé que ses prédécesseurs pour ses débuts à Matignon, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat, dont l'action est jugée insatisfaisante par 58% des sondés (1% ne se prononcent pas). Ce niveau est d'ailleurs dans la moyenne des deux dernières années, avec un pic à 43% d'opinions favorables en mars 2020, au début de la crise du Covid.

M. Macron est légèrement devancé par Mme Borne, avec 45% des personnes interrogées se disant contentes de son action, et 43% mécontentes, 12% ne se prononçant pas.

La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes (47%) que les hommes (43%), et obtient ses meilleurs scores chez les retraités (56%) et les plus de 65 ans (60%).

Mais elle part avec un matelas bien moins épais que la plupart de ses prédécesseurs selon ce baromètre mensuel.

Jean Castex avait fait ainsi ses premiers pas à Matignon en juillet 2020 avec 55% de jugements positifs, comme Edouard Philippe en mai 2017.

Manuel Valls (58%), Jean-Marc Ayrault (65%) et François Fillon (62%) bénéficiaient eux aussi de plus de vent dans le dos.

Il faut remonter à Dominique de Villepin, nommé Premier ministre de Jacques Chirac en juin 2005, pour trouver un capital de départ similaire (44%).

Enquête réalisée en ligne et par téléphone du 17 au 25 mai auprès de 1.946 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points. 


C1: finale de rêve Liverpool-Real Madrid, fête et pagaille au Stade de France

Des supporters ont tenté de forcer le premier filtrage installé aux abords du Stade de France avant la finale de la Ligue des champions Liverpool-Real Madrid, samedi à Saint-Denis. (AFP)
Des supporters ont tenté de forcer le premier filtrage installé aux abords du Stade de France avant la finale de la Ligue des champions Liverpool-Real Madrid, samedi à Saint-Denis. (AFP)
Short Url
  • Le premier cordon installé autour du stade a fait l'objet d'une «tentative de pénétration», a indiqué la PP
  • Certains supporters de Liverpool commençaient à s'impatienter et à s'agacer contre les organisateurs face au temps d'attente

SAINT-DENIS: La fête retardée: des problèmes de sécurité liés à l'accès des supporters au Stade de France ont retardé d'au moins trente minutes le coup d'envoi de la finale de rêve de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, samedi (21h30).


L'annonce du speaker a refroidi la belle ambiance qui commençait à monter dans l'enceinte dyonisienne, clairsemée, après l'emblématique "You'll never walk alone" repris par le virage de fans anglais.


La pagaille en dehors du stade, où des personnes qui s'impatientaient ont essayé de forcer un premier filtrage policier, a provoqué le décalage d'au moins une demi-heure du début du match.


«L'union de la gauche» sera «la principale force d'opposition», prédit Zemmour

Eric Zemmour pose pour des photos après avoir visité un marché en plein air alors qu'il faisait campagne dans la 4e circonscription du département du Var, au Luc, dans le sud-est de la France, le 27 mai 2022, avant les 12 et 19 juin élections législatives en France. (AFP)
Eric Zemmour pose pour des photos après avoir visité un marché en plein air alors qu'il faisait campagne dans la 4e circonscription du département du Var, au Luc, dans le sud-est de la France, le 27 mai 2022, avant les 12 et 19 juin élections législatives en France. (AFP)
Short Url
  • Zemmour regrette que son mouvement Reconquête! soit désormais «l'adversaire privilégié» du RN
  • Pour soutenir la candidature de Stanislas Rigault, l'ancien journaliste a semblé acter par avance de mauvais résultats pour la droite aux législatives des 12 et 19 juin, en raison de la division du «bloc national»

CAVAILLON: "L'union de la gauche autour de Jean-Luc Mélenchon et de l'islamo-gauchisme va dépasser allègrement les 100 députés et sera évidemment la principale force d'opposition au macronisme", a pronostiqué samedi Eric Zemmour, en regrettant que son mouvement Reconquête! soit désormais "l'adversaire privilégié" du RN.


En déplacement à Cheval-Blanc, près de Cavaillon (Vaucluse), pour soutenir la candidature de Stanislas Rigault, l'ancien journaliste a semblé acter par avance de mauvais résultats pour la droite aux législatives des 12 et 19 juin, en raison de la division du "bloc national".


"C'est évident, c'est sûr, c'est déjà réglé, et évidemment le choix fait par Marine Le Pen en particulier, et aussi les dirigeants de LR, est qu'ils arriveront eux-mêmes avec des petits groupes, mais apparemment ils s'en satisfont", a accusé le président de Reconquête!, lors d'une conférence de presse improvisée, après avoir pris la parole devant quelque 400 personnes, dans le jardin d'un mas.


Eric Zemmour était venu apporter son soutien à Stanislas Rigault, le président de Génération Z, le mouvement des jeunes de Reconquête!, qui se présente dans la deuxième circonscription du Vaucluse.


"Moi j'ai voulu rassembler, comme l'a fait Jean-Luc Mélenchon à gauche, comme l'a très bien réussi Jean-Luc Mélenchon, mais manifestement ni Marine Le Pen ni les dirigeants de LR n'ont voulu ou su en faire autant": "Donc voilà, nous partons divisés", a regretté M. Zemmour.


"Et nous aurons en vérité deux gauches, la gauche d'Emmanuel Macron, qui est au pouvoir, et la gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui sera la principale opposition, et le reste n'existera pas", a-t-il conclu.


Commentant la visite récente de Jordan Bardella, le président par intérim du Rassemblement national, dans le Var, là où lui-même est candidat, et sa visite annoncée dans le Vaucluse le 4 juin, M. Zemmour a constaté que Reconquête! était devenu "l'adversaire privilégié" du RN.


"C'est absolument lamentable de sa part. (...) Mais au moins les choses sont claires. Il pourrait aller se battre contre des candidats de Mélenchon ou des candidats d'Emmanuel Macron, mais non, il vient cibler les meilleurs, les candidats les plus connus de Reconquête!, j'y vois une stratégie délibérée du RN", a-t-il accusé.


Jeudi, c'est Mme Le Pen qui avait accusé le leader de Reconquête! d'être responsable des éventuels mauvais résultats de son parti aux législatives: "Si dans un certain nombre de circonscriptions, nous n'arrivons pas en tête, ce sera également le fait (des) candidats (de Reconquête!), alors qu'ils savent pertinemment qu'ils n'auront pas d'élus", avait-elle affirmé lors d'un déplacement en Seine-Maritime.