Pourquoi une action collective est essentielle pour un Moyen-Orient sans cancer

Longtemps considéré comme un sujet tabou dans la région, les Arabes se sentent désormais plus à l'aise pour discuter du cancer et demander de l'aide. (Photo, AFP/Archives)
Longtemps considéré comme un sujet tabou dans la région, les Arabes se sentent désormais plus à l'aise pour discuter du cancer et demander de l'aide. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Vendredi 04 février 2022

Pourquoi une action collective est essentielle pour un Moyen-Orient sans cancer

  • Les Arabes se sentent désormais de plus en plus à l'aise pour discuter du cancer et demander de l'aide, en surmontant les tabous culturels
  • Le taux de mortalité du cancer est particulièrement élevé dans le monde en développement, notamment dans de nombreux pays arabes

 

DUBAÏ: Les survivants du cancer dans la région arabe se disent heureux de voir que le nuage de stigmatisation sociale, de peur et d'ignorance qui a longtemps imprégné le discours public autour de la maladie commence lentement à se dissiper, améliorant ainsi les chances de détection précoce et de bons résultats thérapeutiques.

Selon l'Union internationale de lutte contre le cancer (UICC), environ 10 millions de personnes dans le monde meurent chaque année du cancer, soit plus que du VIH/sida, du paludisme et de la tuberculose réunis. D'ici 2030, ce chiffre devrait atteindre 13 millions.

Le cancer est l'une des principales causes de décès après les maladies cardiovasculaires. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les cancers du sein, du poumon et du côlon étaient parmi les formes les plus courantes de la maladie diagnostiquées en 2020.

Le taux de mortalité est particulièrement élevé dans le monde en développement, notamment dans de nombreux pays arabes, où les sentiments de honte ou de gêne découragent souvent les discussions ouvertes sur le cancer, retardant ainsi les diagnostics et les traitements précoces qui pourraient sauver des vies.

photo
Un enfant tient une petite voiture à l'hôpital pour enfants atteints de cancer de la ville de Bassorah, dans le sud de l'Irak. (Photo, AFP/Archives)

Selon l’UICC, basée à Genève, plus d'un tiers des cas de cancer peuvent être évités et un autre tiers guéri s'ils sont détectés suffisamment tôt et traités correctement, ce qui pourrait sauver des millions de vies chaque année.

C'est pourquoi l'UICC a créé la Journée mondiale contre le cancer, célébrée le 4 février de chaque année, pour lutter contre la stigmatisation injustifiée, encourager les campagnes de santé publique et promouvoir un accès équitable au diagnostic, aux mesures préventives, au traitement et aux soins relatifs au cancer.

Grâce à une multitude d'événements organisés par des bénévoles et de campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux, l'objectif principal de la Journée mondiale contre le cancer est de contribuer à la sensibilisation et à la compréhension du public et des politiques, de dissiper les mythes et les idées fausses et de faire évoluer les comportements et les attitudes.

Le Moyen-Orient est une région en particulier qui devrait bénéficier de cette évolution vers une approche plus ouverte de la maladie.

«Pour moi, et en Europe en général, le cancer est une maladie largement reconnue, comme l'ostéoporose ou le diabète», a déclaré à Arab News, Sandra Martinho, auteure portugaise et consultante en santé qui vit à Dubaï. Au Moyen-Orient, en revanche, «on ne parle pas facilement du cancer», a-t-elle ajouté.

Martinho a reçu un diagnostic de cancer anal de stade 2 en octobre 2019. Pour l'aider à faire face à ce choc émotionnel, elle a décidé de documenter son parcours de traitement dans un livre intitulé «The Dance of Life» (La danse de la vie), qui a été publié en septembre de l'année dernière.

photo
Des parapluies roses décorent le ministère libanais de la Santé publique dans la capitale Beyrouth dans le cadre d'une campagne nationale de sensibilisation du public au cancer du sein. (Photo, AFP/Archives)

Ce faisant, elle espérait encourager les autres à ne pas remettre à plus tard le dépistage du cancer et à demander de l'aide immédiatement si quelque chose ne va pas. Plus important encore, elle voulait dissiper tout sentiment de honte ou d'embarras que les patients atteints de cancer pourraient ressentir et les responsabiliser dans leur convalescence.

Elle n'est pas la seule personne de la région à partager son expérience de la maladie. Beaucoup d'autres s'ouvrent de plus en plus sur leur propre parcours contre le cancer dans l'espoir de briser la stigmatisation culturelle et de rassurer les autres sur le fait qu'ils ne doivent pas affronter le cancer seuls.

Gordan Joyce, un Écossais résidant à Dubaï, travaillait dans l'industrie chimique et qui a été un gros fumeur pendant de nombreuses années. Au début de ses 70 ans, on lui a diagnostiqué un cancer du poumon.

Actuellement en immunothérapie à Dubaï, après une chimiothérapie, Joyce a révélé qu'il reçoit des réactions mitigées de la part des amis de son club de voile lorsqu'il parle du diagnostic et de son traitement. Certaines personnes se sentent mal à l'aise ou même nerveuses lorsque ce sujet est abordé, a-t-il affirmé, comme s'il était profondément tabou de discuter du cancer en dehors de la famille proche. D'autres sont plus ouverts à exprimer leur sympathie, d'autant plus que le club a perdu quatre membres à cause de la maladie ces dernières années.

Joyce attribue cette réaction mitigée à une culture du secret qui a traditionnellement entouré les maladies et qui commence seulement à se dissiper.

«L'un des grands problèmes est que, parce qu’elle est tellement dissimulée et que les gens sont si réservés à ce sujet, il n'y a pas d'autre expositions à la maladie», a-t-il déclaré à Arab News

en bref

La Journée mondiale contre le cancer est une initiative qui vise à réduire le fardeau mondial du cancer, à promouvoir une plus grande équité et à intégrer la lutte contre le cancer dans le programme mondial de la santé et du développement.

Fakhria Lotfi, une citoyenne émiratie qui a combattu avec succès le cancer du sein il y a quinze ans, estime que les Arabes sont aujourd’hui «plus ouverts qu'il y a dix ans» à discuter de la maladie et à demander de l'aide.

La chirurgienne émiratie Houriya Kazim met parfois ses patientes en contact avec Lotfi pour qu’elles puissent apprendre de ses expériences, dans le cadre d'un groupe de soutien appelé Brest Friends (Les amis du cancer de sein). Mais à cause de la stigmatisation qui entoure le cancer dans la région depuis si longtemps, beaucoup de malades veulent encore rester anonymes.

«La première chose que les gens disent, c'est qu'ils ne veulent pas mentionner leur nom», a déclaré Lotfi à Arab News. «Ou certains disent directement: ‘S'il vous plaît, ne le dites à personne.’ Je respecte cela.»

Les survivants du cancer et les spécialistes de la santé pensent que de nombreux patients essaient de dissimuler un diagnostic parce qu'ils pensent que cela pourrait nuire à leurs relations ou à leur carrière. Chahina Daoud, consultante en oncologie médicale à l'hôpital Mediclinic de Dubaï, attribue ce phénomène à plusieurs facteurs, notamment la culture et le milieu.

«J’ai l’impression que les hommes ont tendance à parler plus que les femmes, c’est certain, mais ce n'est pas seulement une question de genre», a-t-elle déclaré à Arab News. «C'est l'ethnicité, ainsi que le type de cancer et les circonstances.»

«Les circonstances sociales font une différence. En fin de compte, c’est culturel: la façon dont vous avez été élevé, la société dans laquelle vous vivez, ainsi que la communauté dans laquelle vous vivez.»

photo
Le cancer est un problème de santé mondial, responsable de plus de décès chaque année que le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose réunis. (Photo, AFP/Archives)

Certains patients choisissent d'ignorer les signes avant-coureurs et même les conseils de leur médecin parce qu'ils craignent de devenir un «fardeau» pour leur famille s'ils n'ont pas les moyens de payer une assurance maladie, ou si une maladie menace leurs moyens de subsistance, surtout si leur employeur ne prévoit pas d'indemnités de maladie.

«Si vous avez un problème, allez faire un examen médical», a conseillé Daoud. «Si vous pouvez être diagnostiqué tôt, vous pouvez guérir du cancer. On ne peut pas guérir du diabète, on ne peut pas guérir de la pression artérielle, mais on peut guérir du cancer lorsqu'il est diagnostiqué très, très tôt.»

Quelle que soit l'origine culturelle d'une personne, un diagnostic de cancer peut avoir des effets dévastateurs sur la santé mentale du patient. C'est pourquoi un aspect essentiel de la Journée mondiale contre le cancer et du travail des professionnels de la santé et des groupes de soutien consiste à aider les patients à donner un sens au diagnostic et à réaliser qu'ils ne sont pas seuls à y faire face.

«Fondamentalement, nous avons besoin d'un physiologiste dans la plupart des cas, mais nous n'en disposons pas dans tous les établissements, même les plus grands», a expliqué Falah al-Khatib, consultant et radio-oncologue à l'hôpital Al-Zahra de Dubaï.

LightHouse Arabia, une clinique de bien-être à Dubaï, propose des séances mensuelles gratuites aux personnes atteintes de cancer. Gillian Fowler, psychologue clinicienne sud-africaine qui travaille à la clinique, estime que les attitudes problématiques à l'égard du cancer dans la région ne sont pas entièrement d'origine culturelle.

De nombreuses personnes ne savent tout simplement pas où aller pour trouver du soutien ou un endroit où elles se sentent capables et à l'aise afin de discuter librement de leur état, a-t-elle expliqué.

photo
Les gens se rassemblent autour d'un ruban rose, composé de huit mille ballons de football roses, lors d'un événement de sensibilisation au cancer du sein au Stade de la Cité Sportive de Beyrouth. (Photo, AFP/Archives)

«Comme ailleurs dans le monde, les raisons qui poussent les gens à rechercher et à rejoindre un groupe de soutien pour le cancer incluent le fait qu'il peut être difficile de parler de leur maladie même avec des personnes proches, comme un moyen de protéger les sentiments des autres sur les réalités de leur traitement, ou leurs propres peurs et angoisses», a déclaré Fowler à Arab News. «Mais, dans le cadre d’un groupe de soutien, ils peuvent partager librement.»

Pour de nombreuses personnes, le traitement émotionnel d'un diagnostic peut également prendre du temps avant de se sentir prêts à s’ouvrir à des étrangers, a éclairci Aisling Prendergast, psychologue irlandaise travaillant à LightHouse Arabia.

«J'espère que la stigmatisation autour du cancer a diminué», a-t-elle déclaré à Arab News. «Cependant, je crois qu'il y a encore beaucoup de peur autour du diagnostic et des questions sans réponse.

«Cela peut aussi jouer un rôle dans le fait de garder un diagnostic privé, car le fait de ne pas avoir de réponses aux questions difficiles peut souvent accroître la peur et l'anxiété d'une personne qui a récemment reçu un diagnostic.»

Le traitement du cancer peut ressembler à un voyage solitaire pour n'importe qui, mais peut-être plus encore pour les expatriés vivant dans les pays du Golfe qui subissent une chimiothérapie, une intervention chirurgicale ou d'autres traitements loin de leurs réseaux de soutien de la famille et des amis.

À la fin de l'année dernière, la fondation Al-Jalila, une organisation non gouvernementale créée par l’émir de Dubaï, cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum, a aidé à lancer Majlis al-Amal (le salon de l'espoir) qui est le premier service de soutien sans rendez-vous aux personnes atteinte de cancer de ce type dans le Moyen-Orient.

Il propose une gamme de services, de la méditation aux séances de questions-réponses avec des spécialistes de la santé bénévoles. Ces services «contribuent considérablement au processus de guérison», a déclaré à Arab News, Abdelkarim Sultan al-Oulama, PDG de la fondation.

Sandra, une des bénévoles du centre, a indiqué que les groupes de soutien et la solidarité qu'ils offrent fournissent les «éléments de base» permettant aux individus de se remettre émotionnellement du cancer.

«Après avoir soigné le corps avec la chimiothérapie et la radiothérapie, l'état d'esprit doit aussi être soigné», a-t-elle affirmé à Arab News. «Les émotions doivent être guéries. La famille doit être guérie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite « restera concentrée et se battra », déclare le coach Renard

L'entraîneur principal de l'Arabie saoudite, Hervé Renard, donne des instructions depuis la ligne de touche lors de leur match du groupe C de la Coupe du monde contre la Pologne, au stade de l'Education City à Al Rayyan, samedi (AP).
L'entraîneur principal de l'Arabie saoudite, Hervé Renard, donne des instructions depuis la ligne de touche lors de leur match du groupe C de la Coupe du monde contre la Pologne, au stade de l'Education City à Al Rayyan, samedi (AP).
Short Url
  • « Ne pensez pas que nous sommes finis », dit le Français après la défaite contre la Pologne
  • Les Green Falcons joueront leur dernier match du groupe C contre le Mexique mercredi

DUBAΪ : Les joueurs de football d'Arabie Saoudite resteront concentrés et continueront à se battre jusqu'aux derniers instants de la Coupe du Monde, a déclaré leur entraîneur principal samedi après la défaite 2-0 de l'équipe contre la Pologne.             

« Je suis fier de mes joueurs et le football est un sport d'équipe dans lequel il y a des succès et des échecs », a déclaré Hervé Renard lors d'une conférence de presse. « Le plus important est que nous avons un match (à disputer) et que nous devons rester concentrés ».

Après une victoire épique contre l'Argentine lors de leur premier match, les Faucons verts n'ont pas réussi la même performance contre Robert Lewandowski et ses coéquipiers polonais à l'Education City Stadium au Qatar et restent donc dans le groupe C avec trois points.

Malgré la déception, Renard a déclaré que son équipe était loin de baisser les bras.

« Nous jouerons jusqu'à la dernière seconde de ce tournoi et nous n'abandonnerons pas », a-t-il déclaré.

« Nous allons jouer le troisième match avec la même énergie et nous avons besoin que les fans soient présents et remplissent le stade contre le Mexique ».

« Nous n'avons pas perdu à cause de la chance mais parce que nous n'avons pas été aussi efficaces, et je soutiendrai tous les joueurs. J'ai fait beaucoup de changements après la première mi-temps pour avoir une bonne réaction et revenir dans le match. »

L'entraîneur français a déclaré que la raison pour laquelle il a remplacé Nawaf Al-Abed était que le joueur s'était blessé à la cheville.

« Je suis très fier de ce que les joueurs ont réalisé... nous aurions dû égaliser avant la fin de la première mi-temps », a déclaré Renard à Alkass Sports Channel, ajoutant que son équipe avait travaillé incroyablement dur.

« La chose la plus importante est que nous restons debout ici. Et ne pensez pas que nous sommes finis », a-t-il ajouté.

L'entraîneur de la Pologne, Czeslaw Michniewicz, n'a pas tari d'éloges sur l'équipe saoudienne.

« Ils ont de bons joueurs », a-t-il dit. « Le meilleur pour moi est le capitaine, le numéro 10, Salem Al-Dowsari, et le gardien Mohammed Al-Owais, qui est un grand gardien et a intercepté des tirs dangereux de nos joueurs. »

La Pologne a remporté une victoire difficile « avec deux buts contre une équipe de valeur », a-t-il ajouté.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Cinq choses à retenir de la défaite 2-0 de l'Arabie saoudite contre la Pologne.

Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Short Url
  • Un match divertissant qui aurait dû engendrer plus de buts
  • La possession du ballon était en faveur des Green Falcons qui ont eu plus d'occasions

DUBAΪ : L'Arabie Saoudite a perdu 2-0 contre la Pologne à Education City au Qatar samedi et reste à trois points après deux matchs dans le groupe C de la Coupe du Monde.

Voici cinq choses que nous avons apprises du match :

L'Arabie saoudite méritait quelque chose

Ce fut une rencontre divertissante qui aurait dû enregistrer plus de buts, dont beaucoup auraient pu aller à l'Arabie saoudite. On aurait pu craindre que la victoire sur l'Argentine soit si importante qu'il aurait été difficile pour le sélectionneur Hervé Renard de faire redescendre ses joueurs sur terre et de les concentrer sur la tâche à accomplir, mais il n’en fut rien. Le problème était simplement dans la finition. Mais beaucoup de choses étaient appréciables dans cette performance, Salem Al-Dawsari et Mohamed Kanno étant particulièrement impressionnants.

La possession était en faveur de l'Arabie saoudite qui a eu plus d'occasions. Même si l'on ne tient pas compte du penalty manqué, les occasions de marquer ont été nombreuses. Contrairement à la victoire contre l'Argentine, où les deux premières tentatives se sont soldées par des buts, il fut impossible de passer à travers les filets de Wojciech Szczesny. Le gardien polonais a fait un excellent match et les tirs en bonne position sont passés à côté ou au-dessus.

L’Arabie saoudite aurait pu autrement prendre un point de ce match, mais elle a été punie par les décisions de l'arbitre, ses propres erreurs, le fait de ne pas saisir ses chances et le fait que la Pologne ait profité des siennes.

 

Une première mi-temps difficile pour les Falcons

L'Arabie saoudite a bien joué pendant la première mi-temps, qui a duré 55 minutes, mais tous les incidents majeurs de cette période ont joué en sa défaveur. Tout d'abord, le Polonais Matty Cash aurait dû être expulsé. Le défenseur d'Aston Villa a reçu un carton jaune pour un tacle tardif, mais quelques minutes plus tard, il s'en est sorti avec un geste dangereux contre Mohammed Al-Burayk.

Si un deuxième carton jaune avait été montré, Cash n'aurait pas été en position avancée à la 39e minute pour passer le ballon à Robert Lewandowski qui a ensuite servi Piotr Zielinski pour marquer. Ce but a été marqué contre le cours du jeu, mais c'est ce qui arrive sur terrain de football. L'Arabie saoudite se sentira lésée par le fait que la Pologne avait encore onze hommes sur le terrain.

Et puis il y a eu le penalty dans le temps additionnel, lorsque Saleh Al-Shehri a été mis à terre dans la surface. En vérité, le penalty de Salem Al-Dawsari n'était pas le meilleur, mais Al-Burayk aurait dû faire mieux sur le rebond. Le fait de revenir à égalité à la pause contre 10 hommes aurait donné lieu à une deuxième mi-temps très différente.

 

C'est une nouvelle Arabie saoudite, confiante

Quelle différence peut faire une victoire contre l'Argentine ! Si quelqu'un avait regardé le match sans rien savoir des équipes, il aurait pensé que les hommes en vert étaient les favoris, avec des joueurs actifs au plus haut niveau, et que les hommes en bleu et blanc étaient les outsiders.

On se demandait si Renard allait mettre son équipe en place de la même manière pour le deuxième match, et il l'a fait. La même ligne haute, courageuse, était là, le même élan et encore plus d'énergie. L'Arabie saoudite mène et s'attaque à la Pologne, qui n'a pas impressionné lors de son premier match nul 0-0 avec le Mexique. Les Polonais étaient clairement ébranlés, comme en témoignent les trois cartons jaunes récoltés dans la première moitié de la première mi-temps.

C'est maintenant une équipe saoudienne qui sait qu'elle peut inquiéter les adversaires européens et sud-américains et qui ne recule pas. C'est une attitude qui doit perdurer.

 

L'Arabie saoudite a l'avantage du terrain

Le match de samedi a peut-être eu lieu officiellement au Qatar, mais il aurait pu se dérouler à Riyad, Djeddah ou Dammam, tant les supporters saoudiens étaient nombreux dans le stade. En plus de la quantité, il y avait aussi la qualité, avec des niveaux d’ovations atteignant des sommets rarement vus dans le tournoi.

L'atmosphère était différente et a stimulé les joueurs. Elle a également ébranlé les Polonais, qui ont eu beaucoup de mal à se mettre en place. Ils étaient conspués lorsqu'ils étaient en possession du ballon, contrairement aux Saoudiens. Il a fallu une ouverture du score pour que les Polonais aient l'air un tant soit peu à l'aise. Quoi qu'il en soit, les supporters saoudiens et les joueurs se sont unis pour créer l'un des évènements de la Coupe du monde, et le Mexique ne sera pas impatient de se rendre au Lusail Iconic Stadium mercredi.

 

Tout reste à faire et il n'y a aucune raison de se sentir découragé.

Les supporters devront attendre le match de samedi entre l'Argentine et le Mexique pour savoir exactement ce qu'ils doivent faire, mais quoi qu'il arrive, tout le monde aurait accepté cette position avant le début de la Coupe du monde. Avec trois points engrangés lors des deux premiers matches, les Falcons tiennent leur destin en main. Une victoire sur le Mexique signifie qu'une place dans la phase à élimination directe est garantie. Reste à savoir si un match nul suffira.

L'entraîneur Renard devra attendre l’évolution de l’état des joueurs qui ont été touchés, mais il y a encore beaucoup de raisons de se réjouir. L'Arabie Saoudite a montré qu'elle pouvait se mesurer à ses adversaires. La gloire les attend et avec des dizaines de milliers de supporters derrière eux la semaine prochaine, tout peut arriver. La défaite contre la Pologne ne doit pas nécessairement être dévastatrice et personne ne doit se sentir découragé.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'OMT adopte une résolution saoudienne visant à transformer le tourisme mondial

Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Short Url
  • L'adoption de la résolution est la première étape importante franchie par le Royaume dans sa nouvelle fonction de président du Conseil exécutif
  • Un groupe de travail saoudien, espagnol et de l'OMT supervisera les changements importants apportés au secteur du tourisme à la suite de la pandémie

MARRAKECH : Le 177e Conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies a adopté une résolution saoudienne visant à « repenser le tourisme » à la suite de la pandémie de Covid-19.

En tant que président nouvellement élu du conseil, le Royaume a fait pression avec succès pour la création d'un groupe de travail saoudo-espagnol-OMC pour superviser et diriger les changements importants dans le secteur mondial du tourisme. 

Cette proposition était défendue par le Royaume depuis décembre 2021, une délégation saoudienne ayant réitéré son soutien à la création du groupe de travail lors de l'accueil par le Royaume du 116e Conseil exécutif à Djeddah plus tôt cette année.

Lors de l'événement de trois jours cette semaine à Marrakech, auquel Arab News a assisté, la résolution visant à faire avancer la création du groupe de travail, qui a été soutenue dès le départ par l’Espagne, a été adoptée.

Le groupe de travail, qui sera composé de huit membres de l'organisation selon la résolution, devrait être lancé au printemps de l'année prochaine, mais devra encore recevoir l'approbation officielle du chef de l'OMT.

Les huit membres travailleront aux côtés des trois coprésidents du groupe de travail - l'Arabie saoudite, le Maroc et l'OMT - pour faire avancer la transformation du tourisme mondial.

Sur les 36 pays membres du Conseil présents à l'événement, 31 ont approuvé la résolution. Le groupe de travail vise à représenter chaque région du monde et comprendra deux États membres pour l'Afrique et l'Amérique, ainsi que des États uniques pour promouvoir les aspirations touristiques de l'Europe, du Moyen-Orient, de l'Extrême-Orient et du Pacifique, et de l'Asie du Sud.

Une fois établi, le groupe de travail se réunira au moins deux fois par an et fonctionnera avec un budget affecté volontairement par les États membres du Conseil exécutif.

Cette décision devrait entraîner un remaniement important au sein du principal organisme de tourisme mondial, le Royaume appelant à « revitaliser » l'OMT et à « améliorer ses méthodes de fonctionnement ».

Cette initiative, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement des liens entre l'Arabie saoudite et l'Espagne dans les domaines de l'investissement et du tourisme, est le fruit de plusieurs mois d'efforts déployés par les deux pays pour obtenir le soutien des membres du Conseil à cette proposition.

Le groupe de travail vise à rendre l'OMT « plus inclusive, plus résiliente et plus durable que jamais », a déclaré le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb.

L'adoption de la résolution est la première mesure importante prise par le Royaume en sa qualité de président du Conseil.

Al-Khateeb a supervisé le transfert de la présidence précédente, celle de la Côte d'Ivoire, à Marrakech vendredi dernier.

Les échanges commerciaux entre l'Arabie saoudite et l'Espagne s'élèvent à 3,5 milliards de dollars par an. Les deux pays ont pris des mesures importantes pour renforcer leurs liens économiques tout au long de l'année. Le Forum saoudo-espagnol sur l'investissement, qui s'est tenu en juin avant l'événement de l'OMT à Djeddah, a débouché sur un certain nombre d'accords importants.

La réunion de Marrakech a également abouti à l’admission de plusieurs membres affiliés saoudiens et espagnols, notamment la Jeddah Central Development Co. et les sociétés espagnoles Innovaris SL et Eturia CLM.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com