À Minneapolis, les parents d'un Afro-Américain tué par la police réclament justice

«Une mère ne devrait jamais voir son fils se faire exécuter comme ça», a déclaré Karen Wells (à gauche), lors d'une conférence de presse. (Photo, AFP)
«Une mère ne devrait jamais voir son fils se faire exécuter comme ça», a déclaré Karen Wells (à gauche), lors d'une conférence de presse. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 05 février 2022

À Minneapolis, les parents d'un Afro-Américain tué par la police réclament justice

  • Amir Locke, 22 ans, a été abattu mercredi au petit matin lors d'une perquisition dans un appartement de cette métropole du nord des Etats-Unis
  • Sa mort a rouvert les plaies causées par le meurtre de George Floyd en mai 2020 à Minneapolis, sous le genou d'un policier blanc

WASHINGTON : "Désemparés et en colère", les parents d'un jeune Afro-Américain tué par la police de Minneapolis ont dénoncé vendredi une "exécution", accusant les agents de n'avoir "laissé aucune chance" à leur fils.

Amir Locke, 22 ans, a été abattu mercredi au petit matin lors d'une perquisition dans un appartement de cette métropole du nord des Etats-Unis, qui reste traumatisée par le meurtre de George Floyd.

Sur une vidéo diffusée par les forces de l'ordre, on voit des agents entrer avec une clé, puis s'annoncer bruyamment. Amir Locke, endormi sur le canapé du salon, s'agite alors sous sa couette, saisit un pistolet et se redresse légèrement. Des coups de feu résonnent. Le tout dure moins de neuf secondes.

"Une mère ne devrait jamais voir son fils se faire exécuter comme ça", a déclaré Karen Wells, lors d'une conférence de presse, en promettant de se battre pour "obtenir justice".

Andre Locke a souligné que son fils n'avait pas de casier et disposait d'un permis de port d'armes. "Il avait le sommeil lourd" et "a fait ce que tout citoyen respectueux des lois aurait fait dans les mêmes circonstances, noir comme blanc".

Pour lui, les policiers "auraient pu faire autrement", notamment en lui ordonnant de lâcher son arme avant de tirer. "Ils ne lui ont donné aucune chance."

Sa mort a rouvert les plaies causées par le meurtre de George Floyd en mai 2020 à Minneapolis, sous le genou d'un policier blanc.

Pour apaiser les tensions, le procureur général de l'Etat du Minnesota, Keith Ellison, a "promis" de mener un examen "rigoureux et juste" des faits. "La vie d'Amir Locke comptait", a-t-il ajouté dans un communiqué, en référence au slogan emblématique Black Lives Matter (les vies noires comptent).

Sans préjuger des conclusions de l'enquête, le gouverneur démocrate Tim Walz a relevé "le besoin d'aller plus loin dans les réformes" de la police adoptées après la mort de George Floyd, notamment "au sujet des mandats de perquisition".

Le mandat au coeur du drame ne mentionnait pas Amir Locke. Il avait été émis dans le cadre d'une enquête pour homicide ouverte dans la ville voisine de Saint Paul et autorisait les agents à ne pas s'annoncer, selon la cheffe de la police de Minneapolis Amelia Huffman, citée par la radio NPR.

Ces mandats dits "no knock" (sans frapper à la porte) ont été impliqués dans plusieurs dossiers de violences policières et le Minnesota avait restreint leur usage après les grandes manifestations de l'été 2020.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, a annoncé vendredi soir la suspension immédiate de ce type de mandats dans sa ville, et promis un examen approfondi des pratiques de la police. 

Ils "continuent de voler des vies noires innocentes", a dénoncé l'avocat des parents d'Amir Locke, Ben Crump, qui a aussi représenté la famille Floyd.

Selon lui, Amir Locke avait acheté une arme parce qu'il était livreur et qu'il voulait pouvoir se protéger. "Les hommes noirs ont, comme tout le monde, le droit de posséder des armes.


Ethiopie: une attaque dans une église orthodoxe fait deux morts

Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center
  • L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la «persécution» des chrétiens orthodoxes

NAIROBI: Deux jeunes chrétiens orthodoxes ont été tués samedi lors d'une attaque dans une église de cette obédience dans le sud de l'Ethiopie, a annoncé un média lié à ce culte.

Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center (TMC), organe de l'église ortodoxe dans ce pays. Abune Henok, l'archevêque du diocèse d'Addis Abeba, y a qualifié cette attaque de "honteuse et déchirante".

Le TMC a accusé les forces de sécurité d'avoir mené cette attaque dans la ville située à environ 250 kilomètres au sud de la capitale.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier ces informations de manière indépendante.

L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la "persécution" des chrétiens orthodoxes, selon le TMC.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions au sein de l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, après que des évêques rebelles ont créé le mois dernier leur propre synode dans la région d'Oromia, la plus peuplée du pays.

L'unité de cette Eglise, l'une des plus anciennes au monde et qui compte environ 40% des 115 millions d'Ethiopiens, est dès lors menacée.

L'Eglise Tewahedo, dirigée par le patriarche Abune Mathias depuis une décennie, a déclaré la scission illégale et excommunié les évêques impliqués.

L'Eglise a également accusé le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed d'interférer dans ses affaires et de faire des déclarations qui de fait reconnaissent le "groupe illégitime".

M. Abiy, lui-même issu de la communauté Oromo, a appelé cette semaine les responsables au dialogue et affirmé que les deux parties avaient "leur propre vérité".

Les prêtres dissidents accusent l'Eglise de discrimination et d'hégémonie linguistique et culturelle, en faisant valoir qu'elle ne s'adresse pas aux congrégations en Oromia dans leur langue maternelle, des plaintes balayées par le patriarcat.

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) a publié vendredi une déclaration exprimant sa "profonde inquiétude" face aux tensions au sein de l'institution éthiopienne.

"Nous appelons tous les dirigeants politiques d'Ethiopie à soutenir l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo dans ses efforts pour parvenir à l'unité et à la paix entre ses membres", a déclaré le secrétaire général du COE, Jerry Pillay.


Les corps des deux volontaires Britanniques tués en Ukraine récupérés

Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays
  • Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev

LONDRES: Les corps des deux Britanniques, Christopher Parry et Andrew Bagshaw, tués en Ukraine où ils étaient partis comme volontaires, ont été récupérés dans le cadre d'un échange de prisonniers entre Kiev et Moscou, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

"Nous avons réussis à récupérer les corps de volontaires étrangers morts", a indiqué Andriï Yermak, le chef de l'administration du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev.

Christopher Parry, 28 ans, et Andrew Bagshaw, 48 ans, ont été tués alors qu'ils tentaient une évacuation humanitaire de la ville de Soledar, théâtre d'intenses affrontements début janvier et largement détruite dans des bombardements, avait confirmé fin janvier la famille de M. Parry, via le ministère britannique des Affaires étrangères.

Ils étaient portés disparus depuis plusieurs semaines, et le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, avait indiqué le 11 janvier que ses combattants avaient trouvé à Soledar le corps de l'un d'entre eux.

L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays, devenu l'épicentre des combats près d'un an après le début de l'invasion du pays.

Les Russes revendiquaient sa prise depuis deux semaines.

Contacté, le ministère britannique des Affaires étrangères n'était pas en mesure de réagir dans l'immédiat.


Niger: neuf morts dans l'attaque d'un site de réfugiés maliens

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia», a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque
  • Les « terroristes lourdement armés» sont venus sur « une dizaine de motos», puis ont « fait  irruption» dans le campement et ont « ouvert le feu» avant de fuir vers le Mali

NIAMEY: Neuf personnes ont été tuées mercredi dans une attaque menée par "des terroristes lourdement armés" contre un site de réfugiés maliens dans l'ouest du Niger proche du Mali, a appris samedi l'AFP de sources locale et sécuritaire.

"Le bilan de l'attaque est de neuf morts, un blessé et six portés disparus", selon un élu local. "Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia", a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque.

Selon l'élu local, l'attaque a visé dans la soirée du 1er février un campement de réfugiés maliens près d'une localité située à 65 km au nord-ouest de Tillia, dans la région de Tahoua, frontalière du Mali.

Les "terroristes lourdement armés" sont venus sur "une dizaine de motos", puis ont "fait  irruption" dans le campement et ont "ouvert le feu" avant de fuir vers le Mali, a-t-il dit.

Tahoua et Tillabéri - dans la zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali - sont deux régions immenses et instables, théâtres depuis 2017 d'actions meurtrières de groupes armés liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI).

C'est dans la même région de Tillia que 141 civils avaient été massacrés le 21 mars 2021 par des jihadistes présumés dans plusieurs attaques menées contre les localités de Bakorat, Intezayane, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements.

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat.

Et en mai de la même année, 16 soldats nigériens avaient trouvé la mort dans une embuscade tendue par des hommes armés dans cette même zone.

Il y a un an, Tillabéri et Tahoua abritaient 61 042 réfugiés maliens qui avaient fui en 2012 le nord du Mali tombé sous la coupe de groupes jihadistes, selon l'ONU.

En avril 2022, des milliers d'autres Maliens et Nigériens vivant au Mali, s'étaient installés dans ces régions après avoir fui de violents combats dans le nord du Mali opposant différents groupes armés.

Après le départ forcé en 2022 des soldats français du Mali, et bientôt du Burkina Faso, quelque 3.000 d'entre eux restent déployés au Niger et au Tchad pour participer à la lutte antijihadiste dans la région.