Le fonds capital-risque 500 Global cherche sa prochaine licorne en Arabie saoudite

Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. (Shutterstock)
Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Dimanche 13 février 2022

Le fonds capital-risque 500 Global cherche sa prochaine licorne en Arabie saoudite

  • Global 500 mise sur un large éventail d’entreprises dans le but de trouver la start-up qui fera les choses en grand
  • La cofondatrice de Global 500 déclare qu'elle se concentre avec son équipe, non seulement sur la qualité des fondateurs et de leurs produits, mais aussi sur le potentiel du service offert

RIYAD: Le fonds de capital-risque 500 Global a augmenté ses financements en Arabie saoudite et est actuellement à la recherche de sa prochaine licorne – une startup évaluée à plus d’un milliard de dollars –.

L’entreprise, basée à San Francisco et cofondée par le PDG Christine Tsai, a étendu son réseau, finançant plus de 2 600 start-up dans 75 pays au moins, depuis sa création en 2010.

Elle a 2,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion et son portefeuille comprend des participations dans 41 entreprises évaluées à plus d’un milliard de dollars, ainsi que 125 entreprises d’une valeur supérieure à cent millions de dollars.

On compte parmi ses licornes le courtier en crédit américain Credit Karma, la plate-forme de conception en ligne australienne Canva et l’application singapourienne de covoiturage et de livraison de nourriture Grab.

Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. Christine Tsai a fondé l’entreprise il y a douze ans avec son partenaire Dave McClure. Elle portait alors le nom de 500 Startups, avant de se transformer en 500 Global l’année dernière. Tous deux avaient travaillé comme responsables du marketing chez des géants de la technologie comme Google, YouTube et Microsoft. M. McClure a quitté l’entreprise en 2017.

Dans un entretien accordé à Arab News, la cofondatrice Tsai affirme que leur expérience était un avantage lorsqu’ils ont commencé à lever des capitaux pour l’entreprise, puisqu’ils partageaient «un vaste réseau de personnes disposant d’une trésorerie importante, dont beaucoup travaillaient chez Google et YouTube par le passé».

« En 2010, notre premier fonds mondial s’élevait à trente millions de dollars environ. Ce n’était pas énorme, mais c’était un bon début ».

Global 500 mise sur un large éventail d’entreprises dans le but de trouver la start-up qui fera les choses en grand.

Les investissements du fonds varient généralement entre 100 000 et 200 000 dollars américains – une simple goutte d’eau dans l’océan par rapport à ce que de nombreuses entreprises de capital-risque investissent –.

Cependant, la cofondatrice souligne que pour une petite entreprise, souvent avec deux ou trois employés seulement, « même un chèque de 100 000 dollars représente parfois une grosse somme » pour développer un produit ou embaucher du personnel supplémentaire.

« La méthode traditionnelle de financement par capital-risque, qui concentre le capital dans un petit nombre d’entreprises, est une classe d’actifs risqués, note-t-elle. Et, au début, c’est certainement encore plus risqué ».

« Nous voulions donc en faire un jeu de nombres, en investissant beaucoup moins dans un plus grand nombre d’entreprises, en utilisant notre expérience et nos relations pour aider ces entreprises à se développer, puis en doublant la mise sur les gagnants ».

« Dès le départ, c’était vraiment un projet de longue haleine. Dix ans peuvent s’écouler entre le moment où nous finançons une start-up et sa stratégie de sortie potentielle ou son introduction en bourse. Maintenant que notre fonds est sur le marché depuis douze ans, nous pouvons constater quelle incidence cette stratégie a ».

« Dans certains cas où nous avons rapidement pris position, les chiffres sont très importants».

L’entreprise a reçu des paiements de ses premières participations dans des acquisitions comme la vente à 403 millions de dollars de la société d’impression 3D MakerBot en 2013 par son rival Stratasys, l’achat par Google de la société de logiciels de marketing Wildfire à 350 millions de dollars en 2012 et le rachat à 200 millions de dollars du service de streaming vidéo Viki par l’entreprise japonaise de commerce électronique Rakuten en 2013.

La cofondatrice déclare que son équipe et elle se concentrent, non seulement sur la qualité des fondateurs et de leurs produits, mais aussi sur la portée potentielle du service offert. L’entreprise avait des ambitions internationales dès le départ, ciblant initialement les start-up au Mexique, avant de se tourner rapidement vers l’Extrême-Orient, l’Asie du Sud et la région Mena.

Elle est basée dans plus de quinze pays, avec des bureaux à New York, à Lisbonne, à Shanghai et à Mumbai (Bombay). Elle possède un bureau à Riyad depuis 2020. Ce dernier est dirigé par Amal Dokhan, également membre du conseil consultatif féminin de l’Université du roi Abdelaziz.

Pour diffuser le savoir-faire au sein de son réseau d’entreprises, ses entreprises les plus performantes agissent en tant que mentors pour les jeunes entreprises dans le cadre des « programmes d’incubateurs de start-up » sur douze semaines de 500 Global.

On peut citer, à titre d’exemple, son incubateur de start-up Sanabil 500 MENA de décembre, organisé en partenariat avec Sanabil Investments, propriété du fonds public d’investissement de Riyad, où les fondateurs de start-up perfectionnent leurs compétences en gestion, en finances et marketing au cours de programmes intensifs.

« Riyad est notre centre dans la région Mena, poursuit la cofondatrice, et c’est désormais un grand pôle technologique. Nous avons plus de trente investissements dans le Royaume. Nous avons vu comment l’écosystème des start-up du Royaume s’est véritablement épanoui au cours des six dernières années. Il s’est glissé au deuxième rang derrière les Émirats arabes unis dans la région Mena ».

Awsim Asmi, PDG du fournisseur de solutions d’expédition Nitros, qui a attiré en décembre 2021 un investissement conjoint de 300 000 dollars américains de Global 500 et d’OMQ Investments, un fonds basé en Arabie saoudite, déclare à Arab News : « Leur réseau et leur expérience sont presque inégalés.»

« Nous avons vu des licornes comme Shippo prospérer après avoir été intégrées dans l’incubateur de start-up de Global 500. Nous sommes dans le même espace, nous avons vécu la même expérience et nous sommes sur la bonne voie».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


JPMorgan: Le prix du baril de pétrole pourrait atteindre 380 dollars

Short Url
  • Les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe
  • Si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril

RIYAD: Dans un contexte de tensions géopolitiques persistantes et d'une flambée des prix de l'énergie, les cours mondiaux du pétrole pourraient atteindre 380 dollars le baril si les restrictions américaines et européennes obligent la Russie à réduire sa production de brut en guise de représailles, rapporte Bloomberg en citant des analystes de JPMorgan Chase & Co.

C'est après l'invasion de l'Ukraine par la Russie que les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe.

Selon les analystes de JPMorgan, dont Natasha Kaneva, la Russie bénéficie en ce moment d'une position financière solide et peut se permettre de réduire sa production quotidienne de brut de 5 millions de barils.

La réduction de la production de brut russe pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le monde entier. Une réduction de 3 millions de barils ferait par exemple grimper le prix du brut à 190 dollars à Londres. Dans le pire des scénarios, si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril, expliquent les analystes.

«Le risque le plus évident et le plus probable d'un plafonnement des prix serait la décision de la Russie de riposter en réduisant ses exportations afin de porter un coup dur à l'Occident.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Orpea: Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, proposé à la tête du conseil d'administration

PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
Short Url
  • Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente
  • L'action Orpea a dégringolé depuis «Les Fossoyeurs» et le scandale qui s'en est suivi

PARIS: Guillaume Pépy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea, a indiqué dimanche soir le groupe privé de maisons de retraite, dans la tourmente depuis la parution début 2022 du livre enquête "Les Fossoyeurs".

"Un profond renouvellement du conseil d'administration sera proposé à la prochaine assemblée générale", avec l'arrivée de cinq nouveaux administrateurs indépendants, dont Guillaume Pepy, précise Orpea dans un communiqué. S'il est élu, l'ancien dirigeant de la SNCF "sera proposé" à la présidence du nouveau conseil d'administration.

Les nominations comme administrateurs indépendants de Guillaume Pepy, actuellement président d'Initiative France, Isabelle Calvez, directrice des ressources humaines du Groupe Veolia, John Glen, président du Conseil d’administration de BIC SA jusqu’en mai et David Hale, directeur général de Guerbet Group, seront soumises au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale le 28 juillet prochain.

Laurent Guillot, qui a effectué une grande partie de sa carrière chez Saint-Gobain et directeur général d’Orpea depuis vendredi, sera également proposé comme nouvel administrateur lors de cette assemblée générale, ajoute Orpea.

Philippe Charrier, qui présidait le conseil d’administration avant que le scandale éclate et qui "a assuré à titre provisoire la direction générale d’Orpea de février à juin 2022", "a choisi de mettre un terme à son mandat d’administrateur à l’issue de la prochaine assemblée".

Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente depuis la parution en janvier d'un livre-enquête, "Les Fossoyeurs", qui documente des mauvais traitements infligés aux résidents, des fraudes comptables et administratives et des pratiques contestables en matières de ressources humaines.

A la suite d'un signalement que le gouvernement a émis à la justice fin mars, une enquête enquête préliminaire a été ouverte en avril pour maltraitance institutionnelle et infractions financières.

Les enquêteurs creusent également plus d'une quarantaine de plaintes, dont la majorité a été déposée de manière groupée début avril par des familles de résidents d'Ehpad, qui accusent Orpea de "mise en danger de la vie d'autrui" et d'"homicide involontaire".

L'action Orpea a dégringolé depuis "Les Fossoyeurs" et le scandale qui s'en est suivi, passant de 86 euros fin janvier à quelque 22 euros fin juin.


L'Argentine dans l'attente nerveuse d'un nouveau ministre de l'Economie

L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
Short Url
  • Martin Guzman a été le grand artisan des négociations avec le FMI pour restructurer la dette argentine
  • Changement de cap ou simplement de personne?

BUENOS AIRES: Le président argentin Alberto Fernandez tenait dimanche une série de consultations pour désigner un nouveau ministre de l'Economie, après la démission surprise samedi de Martin Guzman, artisan de l'accord sur la dette argentine, mais incapable au final de dompter l'inflation.

Le président de centre-gauche, qui ne s'est pas exprimé depuis la démission de Martin Guzman samedi en fin de journée, a convoqué à la mi-journée plusieurs collaborateurs et membres du gouvernement à la résidence officielle d'Olivos (nord de Buenos Aires), dont le président de la Chambres des députés Sergio Massa.

Martin Guzman, 39 ans, nommé en décembre 2019 par Alberto Fernandez juste élu, a été le grand artisan des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour restructurer la dette argentine de près de 45 milliards de dollars, héritage d'un prêt record contracté en 2018 par le précédent gouvernement du libéral Mauricio Macri.

Salué pour avoir évité à l'Argentine, 3e économie d'Amérique latine, un défaut de paiement, le jeune ministre a pourtant régulièrement été mis en cause par l'aile gauche de la coalition gouvernementale "Frente de Todos", la frange péroniste incarnée par la toujours influente Cristina Kirchner, vice-présidente du pays (et cheffe de l'Etat de 2007 à 2015).

Réclamant régulièrement une inflexion sociale, elle n'avait jamais caché sa réticence à un accord avec le FMI, son refus de toute ajustement structurel -- de sinistre mémoire en Argentine -- et ses doutes sur un surcroît de discipline budgétaire -pourtant au coeur de l'accord avec le FMI-- dans un pays comptant 37% de pauvres.

Et les mois passant, l'inflation toujours prégnante (+29,3% depuis janvier) et une méfiance continue envers le peso argentin (130 pour un dollar au taux officiel,  mais 239 au taux de la rue contre 170 il y a un an) ôtaient de facto de la crédibilité à la patiente ligne Guzman.

«Moment de tension»

Il y a quelques semaines, Cristina Kirchner a encore mis en cause la stratégie de lutte contre l'inflation, qui a atteint en mai 60,7% sur douze mois, après 59% en 2021, pointant plutôt du doigt l'évasion de devises et les attaques spéculatives, que les déficit budgétaires ou la fuite en avant des salaires.

Martin Guzman, un économiste disciple du Nobel de l'Economie Joseph Stiglitz mais sans profil ni parcours politique en Argentine, a paru payer au final le prix de ce manque d'appui, hormis celui du chef de l'Etat encore ces derniers jours.

Dans sa lettre de démission, il exprime ce regret, estimant que pour son successeur, "d'après mon expérience, il sera primordial de travailler à un accord politique au sein de la coalition gouvernementale".

Dans une analyse prémonitoire en juin, le cabinet de consultants Eurasia group prédisaitque "les luttes intestines au sein du gouvernement vont continuer de s'aggraver, nuisant davantage à la capacité d'élaborer un plan politique cohérent".

"Au-dela d'un nom, ce qu'il doit y avoir c'est la paix politique, l'ordre politique, l'accord politique", a estimé sur Radio con Vos Diego Mosso un économiste et ancien dirigeant de la Sécurité sociale. "Parce que si après 10 jours vous prenez une décision et que sort un tweet quelqu'un disant qu'il faut aller dans l'autre sens, c'est très difficile".

L'opposition de droite, qui était restée mesurée à l'égard de Guzman, a tiré ce week-end à boulets rouge sur la coalition, le chef du groupe radical (centre-droit) Mario Negri, estimant que sa démission "corrobore que ce gouvernement est sur un toboggan" et évoquant un "moment de tension maximale".

Horacio Rodríguez Larreta, maire (centre-droit) de Buenos Aires et l'un des potentiels présidentiables en vue de l'élection fin 2023, a appelé le chef de l'Etat à "des mesures immédiates pour réduire l'incertitude générée par les affrontements au sein du gouvernement et l'absence de plan".

Changement de cap ou simplement de personne ? Avec la réaction des marchés en début de semaine, celle du FMI au changement d'interlocuteur argentin pourrait donner un indice des difficultés des prochains mois pour l'économie argentine. "Pour le FMI, Guzman était un moindre mal", résumait pour l'AFP l'analyste politique Carlos Fara.