Liban: Aoun réitère son soutien à un audit impartial de la banque centrale

Le gouverneur de la Banque centrale libanaise, Riad Salameh, s'exprime lors d'une interview dans une conférence «Reuters Next» à Beyrouth, Liban, le 23 novembre 2021. (Photo, Reuters)
Le gouverneur de la Banque centrale libanaise, Riad Salameh, s'exprime lors d'une interview dans une conférence «Reuters Next» à Beyrouth, Liban, le 23 novembre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 18 février 2022

Liban: Aoun réitère son soutien à un audit impartial de la banque centrale

  • Cette situation survient au milieu des retombées politiques des tentatives continues du juge de convoquer le gouverneur de la banque centrale afin de répondre aux questions devant le tribunal
  • Le président Aoun, quant à lui, a critiqué «les campagnes d'incitation et les fausses allégations du Mouvement du futur et de ceux qui l'accompagnent»

BEYROUTH: Le président libanais, Michel Aoun, a souligné jeudi que «l’audit juricomptable de la Banque du Liban (la banque centrale du pays) devrait aboutir à des résultats concrets, tout en évitant les intérêts personnels».

Lors d'un discours prononcé jeudi devant la Commission nationale de lutte contre la corruption récemment formée, Aoun a déclaré que le peuple libanais «a le droit de savoir où sont passées ses économies. Tout parti qui dit le contraire a certainement bénéficié de mauvaises pratiques dans la gestion des affaires de l'État et de ses institutions, notamment la BDL. Ces partis mènent des campagnes contre moi et continuent d'induire l'opinion publique en erreur».

La juge Ghada Aoun, qui est politiquement affiliée au président, continue d'insister pour que Riad Salameh, le gouverneur de la banque, soit poursuivi en justice. Mercredi, la juge a décidé de poursuivre le général Imad Othman, chef des Forces de sécurité intérieure, pour avoir empêché mardi des agents de la Sûreté de l'État de pénétrer le domicile de Salameh à Rabieh.

Les agents de la Sûreté de l'État agissaient sur une convocation émise par la juge Aoun contre Salameh après qu'il n'a pas comparu à trois reprises comme témoin dans une affaire pénale intentée par le groupe «Le peuple veut réformer le système» sur des allégations d'«enrichissement injustifié, de blanchiment d'argent et de gaspillage de fonds publics».

La Direction générale des Forces de sécurité intérieure (FSI) a déclaré: «Les membres qui se trouvent devant la maison de Salameh y sont stationnés depuis un certain temps pour le protéger de toute menace à sa sécurité et ils ne sont pas autorisés à interférer, signaler ou empêcher la mise en œuvre d’un mémorandum officiel.» Cela a été souligné lors d'un appel entre Othman et le Directeur général de la sécurité de l'État, le général Tony Saliba, dans le cadre de la coordination continue entre eux.

Les observateurs considèrent que les FSI et la Sûreté de l'État ont des loyautés différentes au sein du système politique sectaire libanais.

En avril 2021, le procureur de la République, le juge Ghassan Oweidat, a suspendu la juge Aoun des affaires liées aux crimes financiers majeurs et les a déférées à l'inspection judiciaire.  Cependant, la juge a insisté pour poursuivre ses enquêtes et a émis une assignation à comparaître contre Salameh en tant que témoin, et non en tant qu'accusé. Ses avocats ont demandé à la juge Aoun de se retirer de l'affaire, mais elle a refusé de le faire.

Selon une source de la BDL citée par Reuters: «Salameh travaille normalement depuis son bureau.»

La juge Aoun a accusé les services de sécurité d'être «complices» et a ajouté qu'elle avait le droit «de poursuivre en justice tout employé cherchant à violer l'État de droit».

Sa décision de prendre des mesures contre le chef des FSI, Othman, a eu des répercussions politiques. La députée Bahia Hariri, chef du bloc du Mouvement du Futur, a fait part de ses inquiétudes au Premier ministre, Najib Mikati. Il lui a assuré, selon un communiqué publié par son bureau, qu'il était «contre les actions de la juge Aoun», et a affirmé qu'Othman avait correctement rempli toutes ses fonctions en parfaite coordination avec le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur.

Mikati a ajouté que l'allégation contre Othman «est une pure diffamation et est complètement fausse». Il a affirmé qu'il abordera la question avec le juge Oweidat et le ministre de la Justice pour mettre fin à «cette persistance à s'en prendre aux institutions de l'État, à leur prestige et à la dignité de ceux qui les dirigent».

Bahia Hariri a dénoncé «ce silence suspect de la part des organes de contrôle judiciaire concernant les violations de la loi commises par la juge Aoun au nom de la loi, uniquement pour servir des objectifs politiques et des caprices personnels».

Le président Aoun, quant à lui, a critiqué «les campagnes d'incitation et les fausses allégations du Mouvement du Futur et de ceux qui l'accompagnent».

Son bureau de presse a déclaré que le président continuera d'exiger des réponses sur «le sort de 69 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,88 euro) perdus sur les 86 milliards de dollars déposés par les banques libanaises à la BDL, sachant que les emprunts en devises étrangères de l'État libanais auprès de la BDL n'ont pas dépassé 5 milliards de dollars».

Selon l’expert en économie Jassem Ajaka, la situation de Salameh comporte plusieurs dimensions.

«Si des banques étrangères constatent qu'il existe des risques juridiques dans leurs relations avec le Liban, les comptes de la BDL pourraient être fermés», a-t-il prévenu. «Cela aurait des répercussions négatives sur les importations et si le taux de change du dollar est affecté, le déficit budgétaire augmentera et aura donc un impact sur les négociations avec le Fonds monétaire international.

«La situation monétaire est directement liée à Salameh, et la question financière lui est indirectement liée car le gouvernement qui a approuvé le budget a besoin de lui afin d’assurer un taux de change stable.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’époux de la jihadiste Shamima Begum se défend contre des allégations de traite

Yago Riedijk (G) qui avait 23 ans lorsqu’il a épousé Shamima Begum (D), âgée de 15 ans à l’époque, a déclaré que le couple avait un bon mariage. (Captures d’écran)
Yago Riedijk (G) qui avait 23 ans lorsqu’il a épousé Shamima Begum (D), âgée de 15 ans à l’époque, a déclaré que le couple avait un bon mariage. (Captures d’écran)
Short Url
  • Yago Riedijk affirme que lui et l’écolière « s’étaient mis d’accord sur les conditions du mariage »
  • Begum fait appel d’une décision du gouvernement britannique de lui retirer sa citoyenneté

LONDRES : L’époux de Shamima Begum, mariée Daëch, a insisté que son mariage avec l’écolière britannique était heureux, a reporté le Daily Mail.

Yago Riedijk, qui avait 23 ans lorsqu’il a épousé Begum alors âgée de 15 ans, a déclaré que le couple avait eu un bon mariage en Syrie, malgré les affirmations de Begum d’avoir été victime de traite.

Begum a quitté son domicile de l’est de Londres en février 2015 et a épousé Riedijk, hollandais converti et soldat de Daëch, quelques jours après son arrivée en Syrie.

Le couple a eu trois enfants tous morts de maladie ou de malnutrition.

Les avocats de Begum –  qui fait appel de la décision du gouvernement britannique de lui retirer sa citoyenneté – ont déclaré au tribunal spécial de l’immigration la présence de preuves « accablantes » montrant que la jeune fille aurait été victime de la traite par Daëch à des fins « d’exploitation sexuelle et de mariage avec un homme adulte. »

Nick Squires KC, membre de son équipe juridique, a déclaré à la Commission spéciale des recours en matière d’immigration : « Elle a suivi un schéma bien connu selon lequel ISIS (un autre terme pour désigner le groupe terroriste) recrutait cyniquement et préparait des enfants de sexe féminin dès l’âge de 14 ans afin qu’elles soient offertes comme épouses à des hommes adultes. »

Cependant, Riedijk a déclaré lors d’un entretien depuis la prison du nord de la Syrie que le mariage était consensuel et initialement heureux.

« En fait, je cherchais à me marier et un de mes amis m’a dit qu’il y a une fille qui voulait également se marier et m’a demandé si cela m’intéressait ; je l’ai donc accepté. »

Il ajoute : « Nous avions discuté et nous sommes mis d’accord sur les conditions de mariage. »

« Ce n’était vraiment pas aussi important. C’était comme n’importe quelle autre petite chose ; comme faire du shopping par exemple. »

« Elle a demandé à ce que je lui accorde quelques libertés : du shopping, voir ses amies et d’autres choses très basiques que j’ai acceptées. Nous nous sommes mis d’accord sur une dot – tout ce qu’elle a demandé en retour était une traduction anglaise du Coran que j’ai également acceptée. »

Après l’éviction de Daëch du dernier territoire dont il s’était emparé en Syrie et en Irak en mars 2019, le gouvernement britannique a déclaré que Begum était un risque et a donc annulé sa citoyenneté.

Le MI5, le service de sécurité britannique a conclu que son voyage en Syrie était en fait volontaire et qu’elle avait « fait preuve de détermination et d’engagement » afin de rejoindre le groupe terroriste.

Le MI5 a d’ailleurs déclaré dans un communiqué que les recrues de Daëch étaient susceptibles d’avoir été radicalisées et ont probablement reçu une formation militaire afin de se battre pour la défense du groupe.

« Elles ont été exposées à des actes routiniers extrêmement violents qui auraient eu pour effet de les désensibiliser et les encourager à considérer l’activité terroriste violente comme une ligne de conduite acceptable et légitime. »

« (Daëch) s’est engagé à perpétuer la violence contre ceux qu’ils considéraient comme ennemis de l’Islam, notamment le Royaume-Uni. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Le vice-ministre de AE reçoit une diplomate française en visite au Royaume

Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji s'entretient avec Anne Gueguen à Riyad (Photo, SPA).
Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji s'entretient avec Anne Gueguen à Riyad (Photo, SPA).
Short Url
  • Léchange s'est déroulé en présence du conseiller à la Cour royale saoudienne Nizar Al-Alula et de l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille
  • Ils ont discuté de questions d'intérêt commun et ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les développer

RIYADH : Le vice-ministre des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a rencontré Anne Gueguen, directrice du département Afrique du Nord et Moyen-Orient au ministère français des Affaires étrangères, à Riyadh.

Au cours de cet entretien, ils ont discuté de questions d'intérêt commun et ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les développer.

L'échange s'est déroulé en présence du conseiller à la Cour royale saoudienne Nizar Al-Alula et de l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des femmes conservatrices se joignent aux manifestations en Iran

Les manifestations des femmes ont secoué l'Iran depuis la mort d'Amini (Photo, AFP).
Les manifestations des femmes ont secoué l'Iran depuis la mort d'Amini (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Canada impose de nouvelles sanctions au régime iranien
  • «Les manifestations en cours en Iran sont le début d'une révolution de la dignité», a signalé le directeur de l'IHR, Mahmood Amiry-Moghaddam

DJEDDAH: Vendredi, dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan, des femmes vêtues de noir se sont jointes aux protestations nationales suscitées par la mort de Mahsa Amini.

Des vidéos en ligne montrent des dizaines de femmes dans les rues de la capitale provinciale, Zahedan, tenant des banderoles sur lesquelles on peut lire «Femme, vie, liberté», l'un des principaux slogans du mouvement de protestation qui a éclaté à la mi-septembre.

«Que ce soit avec le hijab ou sans, en avant pour la révolution», scandaient des femmes vêtues de tchador dans des vidéos postées sur Twitter.

Les protestations des femmes ont secoué l'Iran depuis la mort d'Amini, une Iranienne d'origine kurde de 22 ans, après son arrestation à Téhéran pour une infraction présumée au code vestimentaire du pays.

Les forces de sécurité ont tué au moins 448 manifestants, le bilan le plus lourd étant enregistré dans le Sistan-Baloutchistan, à la frontière sud-est de l'Iran avec l'Afghanistan et le Pakistan, selon Iran Human Rights (IHR), une organisation non gouvernementale basée à Oslo.

«C'est en effet rare», a déclaré le directeur de l'IHR, Mahmood Amiry-Moghaddam, à propos des manifestations de femmes à Zahedan, où les hommes descendent dans la rue après la prière du vendredi depuis plus de deux mois.

«Les manifestations en cours en Iran sont le début d'une révolution de la dignité», a-t-il signalé.

«Les femmes et les minorités, qui ont été traitées pendant plus de quatre décennies comme des citoyens de seconde classe, ont le pouvoir, grâce à ces manifestations, de descendre dans la rue et de réclamer leurs droits humains fondamentaux», a-t-il ajouté.

Les femmes baloutches sont parmi les «plus opprimées» d'Iran et leurs protestations sont les plus grandes jusqu'à présent depuis que les manifestations ont éclaté dans tout le pays, a ajouté Amiry-Moghaddam.

Des dizaines d'hommes sont également descendus dans la rue vendredi, scandant «nous ne voulons pas d'un gouvernement tueur d'enfants», selon des images mises en ligne par des activistes. Dans une vidéo publiée par l'IHR, on voit les forces de sécurité ouvrir le feu à l'aide de chevrotine et de gaz lacrymogènes sur des manifestants masculins à Taftan, une localité du Sistan-Baloutchistan.

Un éminent religieux sunnite a déclaré qu'il était erroné d'accuser les manifestants de délits capitaux. Molavi Abdolhamid, une puissante voix sunnite dissidente dans ce pays dominé par les chiites, a souligné qu'il était erroné que le système judiciaire radical inculpe les manifestants de «moharebeh» — un terme signifiant «guerre contre Dieu » — une accusation passible de la peine de mort.

Entre-temps, le Canada a imposé des sanctions supplémentaires contre l'Iran en raison de son déni des droits des femmes et des filles et de la répression des manifestations pacifiques, a soutenu la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

Les dernières sanctions visent quatre personnes et cinq entités qui, selon Ottawa, sont liées aux «violations systématiques des droits de l'homme» et aux actions de Téhéran qui «menacent la paix et la sécurité internationales». Elle a ajouté que le Canada «ne restera pas les bras croisés alors que les violations des droits de l'homme commises par le régime augmentent en portée et en intensité contre le peuple iranien».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com