Le mariage précoce gâche la vie des jeunes filles dans les communautés marginalisées du Liban

Outre la sensibilisation, les associations pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables. (Shutterstock)
Outre la sensibilisation, les associations pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Jeudi 24 février 2022

Le mariage précoce gâche la vie des jeunes filles dans les communautés marginalisées du Liban

  • La pauvreté écrasante et le manque d'opportunités ont forcé de nombreuses familles à prendre des décisions désespérées
  • Le mariage des enfants est considéré par certaines communautés comme l'un des rares moyens dont elles disposent

DUBAΪ: Nadia, 14 ans, devrait être à l'école dans sa Syrie natale. Au lieu de cela, elle est mariée dans le Liban voisin à un homme qui a treize ans de plus qu’elle.

Elle a été mariée par son père, Yasser, un réfugié syrien, en échange de 8 000 dollars (la première moitié en amont et le reste de la somme lors de la signature du contrat de mariage).

«Son prétendant m'a approché lorsqu'elle allait à l’école», déclare Yasser à Arab News. «Il a promis de la traiter correctement et de m'aider à ouvrir une supérette pour améliorer mes finances. Mais il s'est révélé un menteur et un agresseur.»

Parmi les réfugiés du Liban, le sort de Nadia n'est pas rare. La pauvreté écrasante et le manque d'opportunités ont forcé de nombreuses familles à prendre des décisions désespérées: vendre leurs filles pour s'assurer un semblant de sécurité financière.

Yasser regrette sa décision. «Son mari ne la laisse pas me parler», confie-t-il. «J'ai appelé une fois. Il l'a entendue dire baba [“père”] et lui a pris le téléphone. J'ai eu l'impression qu’on m’arrachait le cœur.»

Une campagne qui vise à dénoncer le sort des enfants mariés est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante: elle montre un homme d'âge moyen en train de poser avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage. (Fourni)
Une campagne qui vise à dénoncer le sort des enfants mariés est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante: elle montre un homme d'âge moyen en train de poser avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage. (Fourni)

Outre les périls de la pauvreté en exil, les réfugiés syriens au Liban, qui représentent 1,5 million d’individus, doivent également faire face à la série de défis auxquels leur pays d'accueil se trouve confronté en raison de la crise économique dévastatrice qu’il traverse.

Si l'on ajoute à cela les effets de la pandémie de Covid-19, la paralysie politique et la violence permanente qui règne en Syrie, chacun de ces facteurs mettant en péril le retour des familles déplacées, les options, pour beaucoup, semblent réduites.

Dans un tel contexte, le mariage des enfants est considéré par certaines communautés – y compris parmi les Libanais pauvres – comme l'un des rares moyens dont elles disposent.

Reem, qui est libanaise, n'avait que 16 ans lorsqu'elle a consenti à un mariage arrangé. Elle ne s'est pas opposée à cette idée, car plusieurs de ses amis et voisins se mariaient à peu près au même moment.

L'une des principales raisons de sa décision – qui n'était, en réalité, que partiellement la sienne – reposait sur le désir d'alléger la charge financière de ses parents. Aujourd'hui, trois ans après son mariage, elle se sent piégée.

Une femme libanaise porte une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale du pays, Beyrouth. (AFP/File Photo)
Une femme libanaise porte une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale du pays, Beyrouth. (AFP/File Photo)

«J'aimerais ne jamais avoir vécu cela», confie-t-elle à Arab News. « Qu'est-ce que je savais? J'ai une fille. Où est-ce que j'irai avec elle? Je pensais que j'aidais mes parents à avoir une bouche de moins à nourrir. Maintenant, il me semble que j'en ai ajouté une.»

Au Liban et en Syrie, les enfants continuent d'être mariés sans que les gouvernements n'y prêtent attention. En vertu de la Constitution libanaise, les lois sur le statut personnel sont édictées individuellement par chaque communauté; elles combinent le droit commun et la doctrine religieuse.

Par conséquent, des questions telles que le mariage, le divorce, la garde des enfants et l'héritage sont souvent régies par des tribunaux religieux. Chacune des principales communautés préconise un âge légal différent pour le mariage: pour les catholiques, il est de 14 ans; les sunnites l'ont fixé à 18 ans et les chiites à 15 ans.

Selon la Constitution, «l'État garantit le respect du statut personnel et des intérêts religieux de la population, quelle que soit la communauté religieuse à laquelle elle appartient».

Aya Majzoub, chercheuse pour Human Rights Watch, affirme que l'impact du mariage des enfants sur les jeunes filles est «dévastateur». (Fourni)
Aya Majzoub, chercheuse pour Human Rights Watch, affirme que l'impact du mariage des enfants sur les jeunes filles est «dévastateur». (Fourni)

Les groupes de la société civile, au Liban, exhortent depuis longtemps le gouvernement à introduire une loi globale sur le statut personnel.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de porter sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. Une telle loi a été rédigée cette même année, mais elle n'a jamais été adoptée.

«L'impact sur les filles est dévastateur», affirme Aya Majzoub, chercheuse pour HRW, à Arab News. «Elles courent un risque accru de viol conjugal, de violence domestique et risquent de connaître une série de problèmes de santé en raison de leur maternité précoce.»

«Le Parlement libanais peut contribuer à mettre fin à cette pratique. Le gouvernement et les autorités locales devraient développer des programmes pour prévenir les mariages d'enfants, notamment en procurant aux filles des informations et des réseaux de soutien ainsi qu'en sensibilisant les parents et les membres de la communauté aux effets négatifs du mariage d'enfants.»

 

EN BREF

  • 2 millions de filles de moins de 18 ans sont mariées chaque année dans le monde. (HRW)
  • On estime que 13 millions de mariages d'enfants supplémentaires auront lieu au cours des dix prochaines années en raison de la pandémie. (ONU)
  • 2030 est l'année cible de l'objectif de développement durable de l'ONU pour l'élimination du mariage avant l'âge de 18 ans.

Le nombre élevé d'enfants qui n'ont pas reçu d'éducation au Liban au cours des deux dernières années, en raison de la pandémie et de la crise économique, a augmenté les mariages prématurés, en particulier parmi les communautés de réfugiés, plus vulnérables.

Un récent rapport intitulé «Searching For Hope» («À la recherche de l'espoir»), publié par Unicef, l'agence des Nations unies pour l'enfance, a révélé que, au Liban, 31% des enfants n’étaient pas scolarisés et que le taux d'inscription dans les classes avait chuté à 43% pour l'année scolaire en cours.

Les chiffres seraient bien pires au sein des communautés de réfugiés, où, dans de nombreux cas, les enfants n'ont guère accès à l'éducation.

Les organismes d'aide ont fait des efforts pour mettre fin à la coutume du mariage des mineurs en sensibilisant les gens aux effets qu'elle a sur la vie des filles et au risque de traumatisme physique pour les préadolescentes dont le corps n'est pas suffisamment développé pour supporter les rigueurs de l'accouchement.

Kafa – un mot arabe qui signifie «ça suffit» – est une organisation non gouvernementale libanaise créée en 2005 dans le but d'éliminer toutes les formes de violence et d'exploitation liées au genre.

Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les organismes d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration d'une sécurité économique dans les communautés vulnérables. (AFP/File Photo)
Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les organismes d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration d'une sécurité économique dans les communautés vulnérables. (AFP/File Photo)

En 2016, elle a lancé une campagne pour mettre en lumière le sort des enfants mariées. Elle fournit également un soutien psychosocial aux survivantes.

La campagne est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante qui montrait un homme d'âge moyen qui pose avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage.

«Nos statistiques se basent sur les femmes maltraitées qui viennent dans notre centre. Elles montrent que 20% d'entre elles étaient en réalité des enfants mariées», signale à Arab News Céline al-Kik, responsable au centre de soutien Kafa.

«La violence et les mariages d'enfants sont liés. La loi nous permet d'intervenir et de fournir une assistance juridique lorsque la jeune fille mineure est kidnappée et lorsque ses parents s'opposent à son mariage alors que son prétendant l'a convaincue.»

Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les agences d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables.

«Les familles qui subissent la crise économique au Liban ont de plus en plus souvent recours au mariage des jeunes filles pour s’adapter à l'aggravation de la crise», indique à Arab News Nana Ndeda, directrice des politiques de l’ONG Save the Children.

« Il est important de remédier de toute urgence aux raisons économiques qui poussent au mariage des enfants. Les filles qui se marient sont plus susceptibles d'abandonner l'école et ont un accès limité à un travail décent. Le mariage des enfants est une violation des droits de l'homme. »

Des jeunes filles libanaises déguisées en mariées brandissent une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale Beyrouth, le 2 mars 2019. (AFP/ANWAR AMRO/File Photo)
Des jeunes filles libanaises déguisées en mariées brandissent une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale Beyrouth, le 2 mars 2019. (AFP/ANWAR AMRO/File Photo)

Rawda Mazloum, réfugiée syrienne, fait campagne sur les questions des droits des femmes et de la violence sexiste dans les camps de la vallée de la Bekaa, dans l'est du Liban.

Elle organise des ateliers communautaires et s'associe à des organisations non gouvernementales (ONG) locales comme Kafa pour tenter de sensibiliser le public aux taux croissants de mariages d'enfants, de divorces et de violences au sein de la communauté des réfugiés syriens.

«La plus jeune fille que je connais [qui s'est mariée] n'avait que 13 ans», a déclaré Mazloum à Arab News. «Ses parents, comme les autres, avaient des difficultés. Ces filles sont souvent victimes d'abus. Elles ne sont pas conscientes de leurs droits, car ce sont encore des enfants. Elles sont victimes de l'ignorance, de la pauvreté et de la guerre.»

Alors que les crises se multiplient de part et d'autre de la frontière syro-libanaise, la lutte quotidienne pour la survie, et les décisions désespérées qui l'accompagnent ne risquent pas de prendre fin de sitôt.

Un rapport publié en 2019 par Save The Children au Liban, intitulé «No I Don't», cite la pauvreté, les conflits et le manque d'éducation comme les principaux facteurs à l'origine du mariage des enfants.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de relever sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. (AFP/File Photo)
Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de relever sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. (AFP/File Photo)

Le rapport note toutefois que le mariage des enfants peut aussi être un moyen par lequel les familles tentent de protéger leurs filles du harcèlement sexuel.

Les parents qui ont marié leurs jeunes filles disent souvent que la sécurité est une motivation essentielle. En effet, lorsque les réfugiés et les ménages appauvris vivent dans des espaces densément peuplés parmi de nombreux étrangers, le risque de harcèlement sexuel et de violence envers les filles est plus élevé.

La présence d'une figure masculine susceptible d’offrir une protection est souvent prise en considération. Dans le cas de Yasser et de sa fille Nadia, c'est pourtant le contraire qui s'est produit.

«Je pensais lui offrir une meilleure alternative, une meilleure vie. Mais il n'était pas sérieux avec elle. Il l'utilisait pour s'amuser», confie-t-il à Arab News.


Frappes turques en Syrie: «vive préoccupation» de Paris

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu rencontre le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin au Pentagone, le 30 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu rencontre le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin au Pentagone, le 30 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces frappes «conduisent à une escalade des tensions qui menace la stabilité de la région et les progrès réalisés depuis plusieurs années par la coalition internationale dans la lutte contre Daech»
  • Il a prévenu qu'une intervention «risquait de mettre en danger la sécurité des personnels de la coalition opérant dans le nord-est syrien»

PARIS: La France a fait part à Ankara de sa "vive préoccupation" à propos des frappes turques en Syrie et en Irak qui "menacent les progrès" réalisés contre le groupe Etat islamique, selon un communiqué du ministère des Armées diffusé mercredi.

La Turquie a effectué le 20 novembre une série de raids aériens dans le nord-est de la Syrie sur des positions de combattants kurdes membres de groupes qu'elle qualifie de "terroristes". Et son président Recep Tayyip Erdogan a réitéré la semaine dernière son intention d'ordonner, "le moment venu", une offensive terrestre.

Ces frappes "conduisent à une escalade des tensions qui menace la stabilité de la région et les progrès réalisés depuis plusieurs années par la coalition internationale dans la lutte contre Daech (le groupe Etat islamique, ndlr)", emmenée par les Etats-Unis et dont fait partie la France, a souligné le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, dans un entretien téléphonique mardi avec son homologue turc, Hulusi Akar.

Il a prévenu qu'une intervention "risquait de mettre en danger la sécurité des personnels de la coalition opérant dans le nord-est syrien et de favoriser l'évasion de combattants de l'Etat islamique".

Une opération terrestre de la Turquie en Syrie risquerait de "compromettre" les acquis de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) dans ce pays, avait déjà estimé mardi le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder, appelant Ankara à la retenue.

La Turquie a procédé à ces raids après un attentat qui a fait six morts et des dizaines de blessés à Istanbul le 13 novembre, accusant les Kurdes de l'avoir commandité, ce qu'ils ont démenti.


L’ambassadrice de la Norvège à l’ONU: «nous sommes motivés par l'humanitaire en Syrie»

«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès de l'ONU, à Arab News dans une interview exclusive à New York (Photo, AFP).
«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès de l'ONU, à Arab News dans une interview exclusive à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • La Norvège «travaille sans relâche» pour renouveler le mécanisme d'aide transfrontalière pour la Syrie, affirme Mona Juul
  • Avec l'Irlande, la Norvège est l'actuel responsable du dossier humanitaire syrien au Conseil de sécurité

NEW YORK: Les médias du monde entier ont peut-être cessé de compter les morts et les blessés dans le conflit syrien, mais la destruction généralisée des infrastructures civiles et le deuxième plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays dans le monde montrent bien que la guerre est loin d'être terminée.

Avec 90% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, la Syrie continue de traverser l’une des pires crises humanitaires au monde. Selon le Programme alimentaire mondial, quelque 14,6 millions de personnes ont aujourd'hui besoin d'une aide humanitaire pour survivre, soit une augmentation de 1,2 million par rapport à l'année dernière.

L'effondrement économique et la menace d'une pénurie alimentaire mondiale due à la guerre en Ukraine ont rendu la situation encore plus complexe. Aujourd'hui, selon le PAM, la menace de famine est aux portes de la Syrie.

«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré à Arab News Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès des Nations unies, dans une interview exclusive à New York.

Selon le Programme alimentaire mondial, quelque 14,6 millions de personnes ont désormais besoin d'une aide humanitaire pour survivre (Photo, AFP).

«Nous sommes inquiets depuis des années. Mais la situation semble empirer de jour en jour. Et inévitablement, avec l’hiver qui arrive, les souffrances de millions et de millions de Syriens qui ont un besoin urgent, un besoin immédiat, d’aide humanitaire s’intensifient.

«Cela concerne pratiquement l’ensemble du pays. Mais nous sommes évidemment très préoccupés par la situation dans le nord-ouest du pays, dans la zone contrôlée par le gouvernement.»

La situation particulièrement alarmante est celle des 4,4 millions de personnes dans le nord-ouest du pays, sous le contrôle de l'opposition, qui dépendent de l'aide étrangère pour survivre et qui ne savent pas s'ils auront suffisamment de pain sur leurs tables en janvier.

C'est à ce moment-là qu'un mécanisme transfrontalier des Nations unies, de plus en plus fragile, permettant d'acheminer l'aide à la Syrie, doit expirer et que son renouvellement doit être soumis au vote du Conseil de sécurité des Nations unies. Les diplomates craignent que la Russie, alliée du régime syrien, n'utilise son veto pour fermer le dernier point d'entrée de l'aide en Syrie, facilité par les Nations unies, à savoir Bab al-Hawa, à la frontière turque.

En tant que co-responsable du dossier humanitaire de la Syrie au Conseil de sécurité, la Norvège, avec l'Irlande, est chargée de suivre la situation humanitaire en Syrie en rédigeant des résolutions, en demandant des réunions d'urgence et en organisant des visites de mission.

Le mécanisme transfrontalier a été créé en 2014 pour permettre l'acheminement de l'aide de l'ONU directement dans les zones tenues par l'opposition en Syrie.

Le droit humanitaire international exige que toutes les livraisons d'aide passent par le gouvernement hôte. Toutefois, la tactique du président syrien, Bachar Assad, consistant à traiter les aides humanitaires comme une arme de guerre a incité le Conseil de sécurité de l’ONU à approuver l'utilisation de quatre points de passage de l'aide – un depuis la Jordanie, un autre depuis l'Irak et deux derniers depuis la Turquie.

La Syrie a subi des années de guerre déclenchée par des manifestations antigouvernementales lors des soulèvements du Printemps arabe dans tout le Moyen-Orient (Photo, AFP).

Jusqu'en décembre 2019, le Conseil de sécurité des Nations unies a renouvelé le mandat de ces points de passage sans obstruction. Cependant, en janvier 2020, la Russie a utilisé son veto pour forcer la fermeture de tous les points de passage sauf un: Bab al-Hawa.

Si ce dernier point de passage est fermé, les agences humanitaires craignent qu'il soit quasiment impossible de trouver une alternative.

«Et c'est pourquoi nous travaillons sans relâche pour nous assurer que nous pouvons prolonger le mandat de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui autorise l'assistance humanitaire transfrontalière à Bab al-Hawa», a expliqué Juul.

Depuis 2020, ce renouvellement fait l'objet de négociations très délicates, à un moment où les canaux diplomatiques entre la Russie et les États-Unis sont pratiquement fermés, ce qui a un impact sur chaque question à l'ordre du jour du Conseil de sécurité.

«Ce n'est un secret pour personne que chaque fois que nous devons renouveler ce mécanisme transfrontalier, le point de départ est qu'au moins un membre du Conseil de sécurité ne veut pas de cette résolution et de ce mécanisme», a insisté Juul. «C'est le point de départ depuis que ce mécanisme a été établi en 2014.»

Moscou affirme que l'opération d'aide internationale viole la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie. Puisque la Syrie a été «libérée», elle souligne que toute l'aide destinée au nord doit passer par la capitale, Damas.

Bien que les expéditions internes depuis Damas vers les zones contrôlées par l'opposition constitueraient un complément bienvenu à la ligne de vie transfrontalière, Juul estime qu'elles ne peuvent la substituer. Même s'ils étaient déployés régulièrement, ces convois ne pourraient pas reproduire l'ampleur et la portée des opérations transfrontalières.

Même si les Nations unies assurent que leurs opérations internes d'acheminement de l'aide sont menées de manière «transparente et conforme aux principes», les organisations humanitaires maintiennent que l'aide fournie à Damas n'atteint pas les zones opposées au régime d'Assad.

Ces organisations accusent le gouvernement de priver délibérément des millions de Syriens de produits et de services de base, notamment de nourriture et d'eau potable, les utilisant comme outil de guerre.

La tactique du président syrien, Bachar Assad, consistant à traiter les aides humanitaires comme une arme de guerre a incité le Conseil de sécurité des Nations unies à approuver l'utilisation de quatre points de passage de l'aide (Photo, AFP).

Une enquête récente sur les opérations d'achat de l'ONU en Syrie, menée par le Syrian Legal Development Program et l’Observatory of Political and Economic Networks, a révélé qu'environ 50% des achats de l'ONU impliquent des acteurs liés au régime, dont beaucoup sont impliqués dans des violations des droits et des crimes de guerre.

Interrogé sur les conclusions du rapport, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU, a déclaré à Arab News que l'ONU était «bien consciente des défis» posés par le travail dans de tels contextes.

Il a signalé que l'ONU s'engageait auprès des auteurs du rapport et que les équipes de l'ONU en Syrie continuaient «d'essayer d'améliorer» leurs méthodes.

«L'autre chose, je dirais, c'est qu'il y a une augmentation en termes de valeur des produits achetés en dehors de la Syrie, mais il y a des produits qui ne peuvent être achetés que dans le pays, comme les téléphones, le carburant, etc.


Syrie: Renforts russes dans une zone frontalière de la Turquie (habitants et ONG)

La Russie a déployé mercredi des renforts de troupes dans une zone du nord de la Syrie contrôlée par des combattants kurdes et des troupes gouvernementales, craignant une incursion terrestre turque (Photo, AFP).
La Russie a déployé mercredi des renforts de troupes dans une zone du nord de la Syrie contrôlée par des combattants kurdes et des troupes gouvernementales, craignant une incursion terrestre turque (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est la première fois que l'armée russe, qui soutient le régime de Bachar al-Assad, dépêche des renforts dans la région de Tal Rifaat
  • Des habitants de Tal Rifaat ont indiqué que des renforts russes étaient arrivés dans la ville située à une quinzaine de kilomètres de la frontière turque

QAMICHLI: Les forces russes ont accru leur présence mercredi  dans une région du nord de la Syrie sous contrôle des forces kurdes et de l'armée syrienne, menacée par une offensive terrestre de la Turquie, ont indiqué des habitants et une ONG.

C'est la première fois que l'armée russe, qui soutient le régime de Bachar al-Assad, dépêche des renforts dans la région de Tal Rifaat, frontalière de la Turquie, depuis qu'Ankara a lancé le 20 novembre une campagne de raids aériens contre les combattants kurdes.

Des habitants de Tal Rifaat ont indiqué que des renforts russes étaient arrivés dans la ville située à une quinzaine de kilomètres de la frontière turque.

Le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué que l'offensive terrestre que la Turquie menace de lancer "le moment venu" viserait en priorité Tal Rifaat, ainsi que les localités de Manbij et Kobané, en vue d'établir une zone de sécurité large de trente kilomètres au sud de sa frontière.

Tal Rifaat se trouve dans une enclave contrôlée par les forces kurdes, entourée de régions tenues par l'armée syrienne d'un côté, et de groupes proturcs de l'autre.

Selon les mêmes habitants, les forces de Moscou ont établi un nouveau barrage entre la zone contrôlée par les Kurdes et celle tenue par les forces pro-turques.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain) a de son côté indiqué que les forces russes avaient également consolidé leur présence à l'aéroport militaire de Menagh, tenu par le régime syrien, proche de Tal Rifaat.

L'OSDH a également fait état de renforts russes dans les environs de la ville frontalière kurde de Kobané. Un responsable de sécurité a indiqué à l'AFP que les forces russes y avaient fait circuler une patrouille, sous la surveillance d'un hélicoptère.

"Le but de ces renforts pourrait être d'empêcher ou de retarder l'opération militaire turque", a affirmé à l'AFP le chef de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Les forces kurdes de Syrie ont indiqué mardi avoir demandé à la Russie de faire pression sur la Turquie pour la dissuader de lancer une offensive terrestre.

Moscou, allié du régime syrien, et Washington, qui soutient les Kurdes de Syrie, ont tous deux appelé Ankara "à la retenue".

La Turquie a lancé ses raids après un attentat qui a fait six morts à Istanbul le 13 novembre, accusant les Kurdes de l'avoir commandité, ce qu'ils ont démenti.

Depuis le 20 novembre, environ 75 personnes ont été tuées dans les frappes turques, en majorité des combattants kurdes, ainsi qu'une dizaine de civils et des soldats syriens, selon l'OSDH.