Le mariage précoce gâche la vie des jeunes filles dans les communautés marginalisées du Liban

Outre la sensibilisation, les associations pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables. (Shutterstock)
Outre la sensibilisation, les associations pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Jeudi 24 février 2022

Le mariage précoce gâche la vie des jeunes filles dans les communautés marginalisées du Liban

  • La pauvreté écrasante et le manque d'opportunités ont forcé de nombreuses familles à prendre des décisions désespérées
  • Le mariage des enfants est considéré par certaines communautés comme l'un des rares moyens dont elles disposent

DUBAΪ: Nadia, 14 ans, devrait être à l'école dans sa Syrie natale. Au lieu de cela, elle est mariée dans le Liban voisin à un homme qui a treize ans de plus qu’elle.

Elle a été mariée par son père, Yasser, un réfugié syrien, en échange de 8 000 dollars (la première moitié en amont et le reste de la somme lors de la signature du contrat de mariage).

«Son prétendant m'a approché lorsqu'elle allait à l’école», déclare Yasser à Arab News. «Il a promis de la traiter correctement et de m'aider à ouvrir une supérette pour améliorer mes finances. Mais il s'est révélé un menteur et un agresseur.»

Parmi les réfugiés du Liban, le sort de Nadia n'est pas rare. La pauvreté écrasante et le manque d'opportunités ont forcé de nombreuses familles à prendre des décisions désespérées: vendre leurs filles pour s'assurer un semblant de sécurité financière.

Yasser regrette sa décision. «Son mari ne la laisse pas me parler», confie-t-il. «J'ai appelé une fois. Il l'a entendue dire baba [“père”] et lui a pris le téléphone. J'ai eu l'impression qu’on m’arrachait le cœur.»

Une campagne qui vise à dénoncer le sort des enfants mariés est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante: elle montre un homme d'âge moyen en train de poser avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage. (Fourni)
Une campagne qui vise à dénoncer le sort des enfants mariés est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante: elle montre un homme d'âge moyen en train de poser avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage. (Fourni)

Outre les périls de la pauvreté en exil, les réfugiés syriens au Liban, qui représentent 1,5 million d’individus, doivent également faire face à la série de défis auxquels leur pays d'accueil se trouve confronté en raison de la crise économique dévastatrice qu’il traverse.

Si l'on ajoute à cela les effets de la pandémie de Covid-19, la paralysie politique et la violence permanente qui règne en Syrie, chacun de ces facteurs mettant en péril le retour des familles déplacées, les options, pour beaucoup, semblent réduites.

Dans un tel contexte, le mariage des enfants est considéré par certaines communautés – y compris parmi les Libanais pauvres – comme l'un des rares moyens dont elles disposent.

Reem, qui est libanaise, n'avait que 16 ans lorsqu'elle a consenti à un mariage arrangé. Elle ne s'est pas opposée à cette idée, car plusieurs de ses amis et voisins se mariaient à peu près au même moment.

L'une des principales raisons de sa décision – qui n'était, en réalité, que partiellement la sienne – reposait sur le désir d'alléger la charge financière de ses parents. Aujourd'hui, trois ans après son mariage, elle se sent piégée.

Une femme libanaise porte une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale du pays, Beyrouth. (AFP/File Photo)
Une femme libanaise porte une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale du pays, Beyrouth. (AFP/File Photo)

«J'aimerais ne jamais avoir vécu cela», confie-t-elle à Arab News. « Qu'est-ce que je savais? J'ai une fille. Où est-ce que j'irai avec elle? Je pensais que j'aidais mes parents à avoir une bouche de moins à nourrir. Maintenant, il me semble que j'en ai ajouté une.»

Au Liban et en Syrie, les enfants continuent d'être mariés sans que les gouvernements n'y prêtent attention. En vertu de la Constitution libanaise, les lois sur le statut personnel sont édictées individuellement par chaque communauté; elles combinent le droit commun et la doctrine religieuse.

Par conséquent, des questions telles que le mariage, le divorce, la garde des enfants et l'héritage sont souvent régies par des tribunaux religieux. Chacune des principales communautés préconise un âge légal différent pour le mariage: pour les catholiques, il est de 14 ans; les sunnites l'ont fixé à 18 ans et les chiites à 15 ans.

Selon la Constitution, «l'État garantit le respect du statut personnel et des intérêts religieux de la population, quelle que soit la communauté religieuse à laquelle elle appartient».

Aya Majzoub, chercheuse pour Human Rights Watch, affirme que l'impact du mariage des enfants sur les jeunes filles est «dévastateur». (Fourni)
Aya Majzoub, chercheuse pour Human Rights Watch, affirme que l'impact du mariage des enfants sur les jeunes filles est «dévastateur». (Fourni)

Les groupes de la société civile, au Liban, exhortent depuis longtemps le gouvernement à introduire une loi globale sur le statut personnel.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de porter sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. Une telle loi a été rédigée cette même année, mais elle n'a jamais été adoptée.

«L'impact sur les filles est dévastateur», affirme Aya Majzoub, chercheuse pour HRW, à Arab News. «Elles courent un risque accru de viol conjugal, de violence domestique et risquent de connaître une série de problèmes de santé en raison de leur maternité précoce.»

«Le Parlement libanais peut contribuer à mettre fin à cette pratique. Le gouvernement et les autorités locales devraient développer des programmes pour prévenir les mariages d'enfants, notamment en procurant aux filles des informations et des réseaux de soutien ainsi qu'en sensibilisant les parents et les membres de la communauté aux effets négatifs du mariage d'enfants.»

 

EN BREF

  • 2 millions de filles de moins de 18 ans sont mariées chaque année dans le monde. (HRW)
  • On estime que 13 millions de mariages d'enfants supplémentaires auront lieu au cours des dix prochaines années en raison de la pandémie. (ONU)
  • 2030 est l'année cible de l'objectif de développement durable de l'ONU pour l'élimination du mariage avant l'âge de 18 ans.

Le nombre élevé d'enfants qui n'ont pas reçu d'éducation au Liban au cours des deux dernières années, en raison de la pandémie et de la crise économique, a augmenté les mariages prématurés, en particulier parmi les communautés de réfugiés, plus vulnérables.

Un récent rapport intitulé «Searching For Hope» («À la recherche de l'espoir»), publié par Unicef, l'agence des Nations unies pour l'enfance, a révélé que, au Liban, 31% des enfants n’étaient pas scolarisés et que le taux d'inscription dans les classes avait chuté à 43% pour l'année scolaire en cours.

Les chiffres seraient bien pires au sein des communautés de réfugiés, où, dans de nombreux cas, les enfants n'ont guère accès à l'éducation.

Les organismes d'aide ont fait des efforts pour mettre fin à la coutume du mariage des mineurs en sensibilisant les gens aux effets qu'elle a sur la vie des filles et au risque de traumatisme physique pour les préadolescentes dont le corps n'est pas suffisamment développé pour supporter les rigueurs de l'accouchement.

Kafa – un mot arabe qui signifie «ça suffit» – est une organisation non gouvernementale libanaise créée en 2005 dans le but d'éliminer toutes les formes de violence et d'exploitation liées au genre.

Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les organismes d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration d'une sécurité économique dans les communautés vulnérables. (AFP/File Photo)
Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les organismes d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration d'une sécurité économique dans les communautés vulnérables. (AFP/File Photo)

En 2016, elle a lancé une campagne pour mettre en lumière le sort des enfants mariées. Elle fournit également un soutien psychosocial aux survivantes.

La campagne est devenue virale sur les médias sociaux grâce à la diffusion d’une photographie extrêmement choquante qui montrait un homme d'âge moyen qui pose avec une fille de 12 ans le jour de leur mariage.

«Nos statistiques se basent sur les femmes maltraitées qui viennent dans notre centre. Elles montrent que 20% d'entre elles étaient en réalité des enfants mariées», signale à Arab News Céline al-Kik, responsable au centre de soutien Kafa.

«La violence et les mariages d'enfants sont liés. La loi nous permet d'intervenir et de fournir une assistance juridique lorsque la jeune fille mineure est kidnappée et lorsque ses parents s'opposent à son mariage alors que son prétendant l'a convaincue.»

Outre les réformes juridiques et les campagnes actives de sensibilisation du public, les agences d'aide pensent que la clé pour mettre fin au mariage des enfants est la réduction de la pauvreté et l’instauration de la sécurité économique dans les communautés vulnérables.

«Les familles qui subissent la crise économique au Liban ont de plus en plus souvent recours au mariage des jeunes filles pour s’adapter à l'aggravation de la crise», indique à Arab News Nana Ndeda, directrice des politiques de l’ONG Save the Children.

« Il est important de remédier de toute urgence aux raisons économiques qui poussent au mariage des enfants. Les filles qui se marient sont plus susceptibles d'abandonner l'école et ont un accès limité à un travail décent. Le mariage des enfants est une violation des droits de l'homme. »

Des jeunes filles libanaises déguisées en mariées brandissent une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale Beyrouth, le 2 mars 2019. (AFP/ANWAR AMRO/File Photo)
Des jeunes filles libanaises déguisées en mariées brandissent une pancarte lors d’une marche contre le mariage avant l'âge de 18 ans, dans la capitale Beyrouth, le 2 mars 2019. (AFP/ANWAR AMRO/File Photo)

Rawda Mazloum, réfugiée syrienne, fait campagne sur les questions des droits des femmes et de la violence sexiste dans les camps de la vallée de la Bekaa, dans l'est du Liban.

Elle organise des ateliers communautaires et s'associe à des organisations non gouvernementales (ONG) locales comme Kafa pour tenter de sensibiliser le public aux taux croissants de mariages d'enfants, de divorces et de violences au sein de la communauté des réfugiés syriens.

«La plus jeune fille que je connais [qui s'est mariée] n'avait que 13 ans», a déclaré Mazloum à Arab News. «Ses parents, comme les autres, avaient des difficultés. Ces filles sont souvent victimes d'abus. Elles ne sont pas conscientes de leurs droits, car ce sont encore des enfants. Elles sont victimes de l'ignorance, de la pauvreté et de la guerre.»

Alors que les crises se multiplient de part et d'autre de la frontière syro-libanaise, la lutte quotidienne pour la survie, et les décisions désespérées qui l'accompagnent ne risquent pas de prendre fin de sitôt.

Un rapport publié en 2019 par Save The Children au Liban, intitulé «No I Don't», cite la pauvreté, les conflits et le manque d'éducation comme les principaux facteurs à l'origine du mariage des enfants.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de relever sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. (AFP/File Photo)
Selon un rapport publié par Human Rights Watch en 2017, ce serait une «mesure de bon sens» de relever sans délai l'âge minimum du mariage à 18 ans, sans aucune exception. (AFP/File Photo)

Le rapport note toutefois que le mariage des enfants peut aussi être un moyen par lequel les familles tentent de protéger leurs filles du harcèlement sexuel.

Les parents qui ont marié leurs jeunes filles disent souvent que la sécurité est une motivation essentielle. En effet, lorsque les réfugiés et les ménages appauvris vivent dans des espaces densément peuplés parmi de nombreux étrangers, le risque de harcèlement sexuel et de violence envers les filles est plus élevé.

La présence d'une figure masculine susceptible d’offrir une protection est souvent prise en considération. Dans le cas de Yasser et de sa fille Nadia, c'est pourtant le contraire qui s'est produit.

«Je pensais lui offrir une meilleure alternative, une meilleure vie. Mais il n'était pas sérieux avec elle. Il l'utilisait pour s'amuser», confie-t-il à Arab News.


Un nouveau parc lacustre dans le quartier historique de Djeddah

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville
  • Il y existe plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés

DJEDDAH: Le programme du quartier historique de Djeddah a créé un nouveau parc lacustre – le lac d’Al-Arbaeen – en tant que destination culturelle exclusive.
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux et d’améliorer la qualité de vie dans le quartier historique de la ville.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)


Des sculptures du monde entier ont été disposées dans le parc. Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville.
Le quartier historique de Djeddah a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) en 2014, et il présente une vision frappante de la vie dans le passé.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)

Fondé au VIIe siècle de notre ère, le quartier historique Al-Balad servait autrefois de centre d’échanges et de commerce pour Djeddah. Cependant, la plupart des anciens murs qui entouraient la ville, ainsi que le souk qui s’y trouvait, ont été altérés et finalement démolis au fil des siècles.
Lorsque les richesses du pétrole ont commencé à affluer dans l'économie saoudienne et que le pays a entamé une marche vers la modernité, de nombreuses personnes ont quitté les espaces exigus d'Al-Balad, laissant les maisons et les bâtiments les plus somptueux se délabrer lentement.
Il y a plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés.
Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a promis de fournir cinquante millions de riyals saoudiens (13,33 millions de dollars; 1 dollar = 0,96 euro) pour soutenir la restauration de ces bâtiments, car ils constituent une part importante du patrimoine du Royaume et un site touristique majeur.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frankly Speaking : Le vice-ministre saoudien des services du Hajj, Hisham Saeed, détaille les initiatives du Royaume pour faciliter et sécuriser le Hajj

Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Short Url
  • Les préparatifs comprennent un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, des préparatifs en matière de soins de santé et de préparation aux urgences
  • Le vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra a donné ces explications lors de son apparition dans l'émission Frankly Speaking

RIYADH : L'Arabie saoudite a pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer le bon déroulement du Hajj pour les personnes qui effectueront le pèlerinage cette semaine, tout en tenant compte de leur sécurité et de leur santé, selon Hisham Saeed, vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra.

Parmi les principales dispositions prises, citons un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, les préparatifs sanitaires pour la saison du Hajj dans un contexte de pandémie persistante de COVID-19, et la préparation aux situations d'urgence.

Les dispositions élaborées prises par l'Arabie saoudite pour accueillir les pèlerins à l'occasion du premier Hajj, deux ans depuis l'apparition de la pandémie, ont été détaillées par Saeed lors d'une interview avec Katie Jensen, présentatrice de «Frankly Speaking», le talk-show d'Arab News dans lequel interviennent des décideurs politiques et des chefs d'entreprise de premier plan.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed.

«Le premier objectif est de faciliter et d'alléger tous les processus permettant aux pèlerins et aux mutamirs d'accomplir le Hajj et la Omra au Royaume d'Arabie saoudite. Le deuxième objectif est d'élever le niveau de qualité du service et de s'assurer que nous fournissons le niveau de service le plus élevé et le plus affiné», a-t-il déclaré.

Le troisième objectif «est d'enrichir leur voyage spirituel et de leur laisser de beaux souvenirs de leur séjour en Arabie saoudite».

Pour des centaines de milliers de musulmans du monde entier qui s'apprêtent à effectuer leur pèlerinage dans la ville sainte de La Mecque, il s'agit du voyage de leur vie. Il y a quelques semaines à peine, le ministère saoudien du Hajj a mis en place un système de réservation en ligne, intitulé Motawif, pour les pèlerins de Grande-Bretagne, des États-Unis, d'Australie et d'Europe.

«Avant (l'introduction de) Motawif, le seul moyen pour les pélerins éligibles au Hajj était de se rendre dans l'une des agences d’un pays étranger et d'effectuer toutes les procédures manuellement», a déclaré Saeed.

«Nous avons lancé cette plateforme le 9 juin. Nous avons une campagne complète, une campagne de sensibilisation sur la façon d'utiliser cette plateforme. Nous avons un centre d'appel 24h/24 et 7j/7 pour répondre à toutes les questions de ces clients ou pèlerins.

«Il reste beaucoup de temps pour que le demandeur puisse s'inscrire et voir tous les différents forfaits qui lui sont proposés et faire son choix personnel du forfait qui lui convient.»

Saeed explique qu'il existe trois forfaits - argent, or et platine - que les pèlerins peuvent choisir en fonction de leurs propres préférences. Les forfaits commencent à partir de 6 000 £ (27 253 SR), ce qui, a-t-il ajouté, est de 40 % moins cher que ceux proposés par les agences de voyage traditionnelles.

Les forfaits de base comprennent l'hébergement à l'hôtel, le transport à l'intérieur du Royaume, la nourriture et les boissons, ainsi que des agents de services au sol chargés d'assister et de suivre les pèlerins à leur arrivée.

Les forfaits les plus chers, qui atteignent 9 000 £, comprennent des hôtels cinq étoiles, un hébergement plus proche de la Sainte Mosquée de La Mecque ou de la Sainte Mosquée de Médine, un séjour plus long dans le Royaume, des repas de première classe et un transport en bus VIP.

Toutefois, le système a déjà fait l'objet de plaintes. Des candidats ont déclaré que le site était défectueux, ce qui rendait difficile la réservation de leur pèlerinage. Certains pèlerins sont même restés bloqués dans les aéroports et n'ont pas pu participer au Hajj après avoir dépensé toutes leurs économies pour cette expérience religieuse extrême.

Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)
Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)

Des milliers de pèlerins ont pris la parole sur les médias sociaux pour se plaindre de l’échec d’un voyage qu'ils avaient attendu des années.

«Nous sommes très tristes d'entendre cela, mais cela n’a affecté qu’un nombre très limité de personnes, soit environ deux pour cent du trafic total», a déclaré Saeed.

Selon lui, certaines personnes ont tardé à payer leurs services, ce qui a entraîné des retards, d'autres n'ont pas soumis les documents requis, et d'autres encore ont choisi par erreur des forfaits qui ne comprenaient pas de billets d'avion.

Certains critiques ont affirmé que la plateforme aurait dû être reportée jusqu'au Hajj de l'année prochaine, mais Saeed n'est pas d'accord. «La plateforme est très, très facile à utiliser, et nous avons des campagnes de sensibilisation et un contact direct avec les clients», a-t-il déclaré.

Selon M. Saeed, le moment était idéal pour lancer la plateforme, car celle-ci permet de s'assurer que les pèlerins n'ont pas atteint la limite d'âge de 65 ans pour le Hajj et qu'ils ont la preuve de leurs vaccins COVID-19 et d'un test PCR négatif effectué dans les 72 heures suivant leur arrivée au Royaume.

Avec toutes ces nouvelles exigences, «comment le faire manuellement ?» a-t-il lancé.

«Nous ne voulons pas blâmer les pèlerins, car il s'agit d'une nouvelle plateforme. Il y a (inévitablement) quelques défis lorsque vous lancez toute nouvelle plateforme et tout nouveau système électronique. Mais notre rôle ici est de les aider et de leur faciliter le processus.»

Pour les pèlerins qui ont payé leur forfait à l'avance mais n'ont pas reçu de permis pour participer au Hajj, Motawif a une solution. Les pèlerins éligibles qui ont payé par le biais de la plateforme peuvent suivre un processus d'annulation et recevoir des remboursements.

Il a ajouté : «Je vous assure que tous ces problèmes ou difficultés auxquels sont confrontés ces pèlerins, Motawif y fera face, et nous nous en occupons actuellement.»

Malgré les écueils du système de réservation en ligne, le Hajj de cette année devrait être l'une des plus grandes entreprises de l'Arabie saoudite en deux ans.

Le Royaume a récemment levé un grand nombre de ses restrictions liées au COVID-19, notamment le port de masques en public dans la plupart des régions.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)
Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)

Les saisons du Hajj 2020 et 2021 ont été limitées à seulement 10 000 et 60 000 pèlerins respectivement en raison de ces restrictions, et 2022 sera la première fois en deux ans où un bien plus grand nombre de personnes seront autorisées à entrer dans le Royaume pour le Hajj.

«Nous avons décidé d'accueillir 1 million de pèlerins venant de l'étranger comme de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite. Quatre-vingt-cinq pour cent du million, soit 850 000 personnes, seront réservés aux pèlerins (venant) du monde entier. En plus des 150 000 pèlerins de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite, répartis entre citoyens et résidents en Arabie saoudite.

«Cette année, nous avons décidé d'aller jusqu'à un million de personnes, car la pandémie existe toujours, elle n'est pas encore terminée, et nous n'avons pas la pleine capacité pour cette année.»

M. Saeed a expliqué comment les nouvelles technologies allaient simplifier l'expérience du Hajj pour les pèlerins. Les applications mobiles leur donneront un identifiant intelligent, leur permettant d'accéder aux services et permettant au ministère du Hajj de les contacter par SMS. Les pèlerins pourront également utiliser les applications pour contacter les travailleurs s'ils se perdent ou s'ils ont besoin d'une autre forme d’assistance dans les lieux saints.

Avec les restrictions anti COVID-19 encore fraîches dans l'esprit des Saoudiens et des pèlerins, certains s'inquiètent de l'émergence du virus de la variole du singe qui pourrait menacer sécurité et santé au cours du pèlerinage. D'autres se souviennent des écrasements et des bousculades qui ont entraîné la mort tragique de pèlerins lors des saisons passées du Hajj.

Dans ce contexte, M. Saeed a déclaré que certaines restrictions sont toujours en place, comme le port obligatoire de masques faciaux dans les lieux saints de Muzdalifah, Mina et Arafat.

Le ministère du Hajj a également mis sur pied une équipe médicale de plus de 30 000 médecins et infirmiers, et 185 hôpitaux du Royaume peuvent accueillir les pèlerins qui tomberaient malades, a-t-il précisé.

«Nous sommes prêts à gérer n'importe quel cas, n'importe quel scénario. Nous avons fait des répétitions et nous nous sommes entraînés», a déclaré M. Saeed, se voulant rassurant.

«Au cas où, à Dieu ne plaise, nous serions confrontés à une quelconque urgence, nous avons le plan d'urgence pour y faire face».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les femmes saoudiennes participent au Syndicat général des voitures de La Mecque pour la première fois

Les femmes font partie du Syndicat général des voitures de La Mecque pour la première fois et sont fières d’être au service des pèlerins. (Photo fournie)
Les femmes font partie du Syndicat général des voitures de La Mecque pour la première fois et sont fières d’être au service des pèlerins. (Photo fournie)
Short Url
  • Le leadership des femmes leur a permis de travailler, en particulier dans les secteurs gouvernementaux, et de jouer un rôle actif, conformément à l’initiative Vision 2030
  • Mervat Habhab, responsable du service client au centre d’information du syndicat, affirme que le rôle des femmes est devenu plus visible et plus important

LA MECQUE: Les femmes font partie du Syndicat général des voitures de La Mecque pour la première fois depuis sa création, il y a neuf décennies.
Le syndicat est un organe exécutif qui organise le transport des pèlerins par l’intermédiaire d’entreprises affiliées.
«Je suis très heureuse que les femmes aient plus de possibilités professionnelles pendant le Hajj.» Binan Basnan, responsable du service client au Syndicat général des voitures
Khadija Fida, journaliste et créatrice de contenu au sein du syndicat, déclare: «De nombreuses femmes participent au travail que nécessitent les rituels du Hajj dans le Royaume depuis des décennies. J’ai vu le travail de mon père dans ce secteur, mais aussi celui de mon frère et de mon mari. Aujourd'hui,  j’y participe également. Notre leadership a permis aux femmes de travailler, en particulier dans les secteurs gouvernementaux, et de jouer un rôle actif, conformément à l’initiative Vision 2030.»

femmes
(De gauche à droite) Binan Basnan, Mervat Habhab et Khadija Fida. (Photo fournie)

«Aujourd’hui, je représente le Syndicat général des voitures dans les médias, les relations publiques, la création de matériel de qualité et le suivi des succès du centre d’information sur les transports pendant le Hajj. En ma qualité de femme originaire de La Mecque, je suis fière de travailler pour le syndicat qui contribue grandement et activement au succès du Hajj et à la sécurité du transport des pèlerins.»
«Le syndicat travaille toujours à la création d’un cadre institutionnel pour cette association qui a fait une différence spectaculaire au niveau du transport à La Mecque.» Khadija Fida, journaliste et créatrice de contenu au Syndicat général des voitures
«Les rituels du Hajj et de l’Omra sont effectués à La Mecque et le syndicat travaille toujours à la création d’un cadre institutionnel pour cette association qui, au niveau du transport à La Mecque, a permis des progrès spectaculaires en vue de favoriser le confort des pèlerins. Ces derniers empruntaient [auparavant] des chemins de terre pour atteindre La Mecque.»
Mervat Habhab, responsable du service client au centre d’information du syndicat, affirme que le rôle des femmes est devenu plus visible et plus important.
«Ma mission est d’aborder la situation de chaque bénéficiaire en fonction de ses besoins et de l’orienter vers les services concernés pour une réponse et une intervention rapides. C’est une mission honorable et merveilleuse que de contribuer au service des pèlerins, dans la mesure où ces services étaient réservés aux hommes. En cette ère prospère et en ces jours bénis, j’ai la chance de jouer un rôle important et actif en tant que femme de La Mecque qui aime Dieu et sa patrie.»
Elle ajoute que le soutien du gouvernement les incite à améliorer leur rendement au travail chaque année.
Binan Basnan, elle aussi responsable du service client du syndicat, déclare: «Je suis fière de travailler dans une grande institution comme le Syndicat général des voitures, qui est au service des pèlerins lors de leur voyage du Hajj. Elle reçoit leurs demandes de renseignements et leurs plaintes. Je suis très heureuse que les femmes aient davantage de possibilités professionnelles pendant le Hajj. J’espère être récompensée [par Dieu] et je remercie notre gouvernement, qui nous donne la chance de pouvoir le faire.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com