La Russie sous pression internationale croissante, combats dans le nord-est de l'Ukraine

Une école du centre de Kharkiv, seconde ville de l'Ukraine, détruite à l'issue de combats entre les forces russes et ukrainiennes (Photo, AFP).
Une école du centre de Kharkiv, seconde ville de l'Ukraine, détruite à l'issue de combats entre les forces russes et ukrainiennes (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 01 mars 2022

La Russie sous pression internationale croissante, combats dans le nord-est de l'Ukraine

  • 12 membres de la mission russe à l'ONU ont reçu l'ordre des Etats-Unis, qui les accusent d'espionnage, de quitter leur territoire avant le 7 mars
  • Reconnaissance de la Crimée en tant que territoire russe, démilitarisation et «dénazification» de l'Ukraine: Vladimir Poutine a pour sa part posé ses conditions lundi à l'arrêt de l'invasion

KIEV: Enquête de la CPI, exclusion de la Coupe du monde de football, nouvelles sanctions financières: la pression s'est encore accrue lundi sur la Russie, qui a posé ses conditions pour mettre fin à la guerre en Ukraine tandis que ses forces bombardaient Kharkiv, la deuxième ville du pays.  


"Je suis convaincu qu'il existe une base raisonnable pour croire que des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité présumés ont été commis en Ukraine" depuis 2014, a déclaré le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan, souhaitant déclencher "aussi vite que possible" des investigations à ce sujet.


Moscou est par ailleurs sur le banc des accusés à l'Assemblée générale de l'ONU réunie en "session extraordinaire d'urgence".


"Les combats en Ukraine doivent cesser", a martelé Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies. "Trop c'est trop. Les soldats doivent retourner dans leurs casernes".


Parallèlement à cela, douze membres de la mission russe à l'ONU ont reçu l'ordre des Etats-Unis, qui les accusent d'espionnage, de quitter leur territoire avant le 7 mars. Une "démarche hostile", a réagi la Russie.


Dans ce contexte, la Turquie a interdit lundi soir le passage des détroits du Bosphore et des Dardanelles à tous les navires de guerre appartenant à des Etats "riverains ou non de la Mer noire".

Les géants de la tech s'attaquent aux médias proches du pouvoir russe

Facebook les bloque, Twitter les rend moins visibles, Microsoft les retire de sa boutique d'application; des géants de la tech ont franchi un nouveau palier lundi pour limiter l'influence de médias proches du pouvoir russe, accusés de désinformation depuis l'invasion de l'Ukraine.


Depuis le début du conflit, jeudi, ils avaient pris des initiatives mesurées pour limiter la diffusion d'informations émanant d'organes de presse affiliés au gouvernement russe.


Facebook avait notamment refusé de céder aux autorités russes qui lui demandaient de ne plus soumettre la production de ces médias au "fact-checking", ce qui lui avait valu de voir son accès limité en Russie.


Lundi, la filiale de Meta a décidé de bloquer, dans les pays de l'Union européenne, les contenus publiés par la chaîne RT (ex-Russia Today) et le site Sputnik, tous deux considérés comme des émanations du pouvoir russe.

Exigences russes, négociations
Reconnaissance de la Crimée en tant que territoire russe, démilitarisation et "dénazification" de l'Ukraine: Vladimir Poutine a pour sa part posé ses conditions lundi à l'arrêt de l'invasion au cours d'un échange avec son homologue français Emmanuel Macron, le président en exercice de l'Union européenne.


Les délégations russe et ukrainienne qui se rencontraient pour la première fois, au Bélarus, depuis le début de l'invasion jeudi sont rentrées pour "consultations dans leurs capitales" respectives, après avoir convenu vouloir un "deuxième round" de pourparlers.


Un règlement "n'est possible que si les intérêts sécuritaires légitimes de la Russie sont pris en compte sans conditions", a répété le Kremlin, ajoutant espérer que les négociations "mèneraient aux résultats espérés".


La présidence ukrainienne avait souligné, avant leur ouverture, qu'elle réclamerait "un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien".


M. Zelensky a souligné mardi que ces pourparlers avaient "lieu sur fond de bombardements et de tirs visant notre territoire (...). La synchronisation des tirs avec le processus de négociations était évidente".


Selon lui, l'Ukraine "n'a pas eu de résultat qu'elle aimerait avoir" à l'issue du premier round de discussion, mais elle a évoqué ses "contre-propositions" à celles des Russes "pour mettre fin à la guerre".

Ukraine: Zelensky appelle à interdire la Russie de «tous les ports» et «aéroports du monde»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à interdire la Russie de "tous les ports" et "aéroports du monde" en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine.


"Il faut fermer l'entrée pour un tel Etat dans tous les ports, tous les canaux et tous les aéroports du monde", a déclaré M. Zelensky dans une vidéo publiée sur Facebook.
Il a également appelé la communauté internationale à "considérer une fermeture totale du ciel pour les missiles, avions et hélicoptères russes".
M. Zelensky a dénoncé les bombardements russes qui ont visé le territoire ukrainien lundi, au moment où les délégations russe et ukrainienne se sont rencontrées pour la première fois, au Bélarus, depuis le début de l'invasion jeudi.
"Je pense que la Russie essaye de cette manière simple de faire pression" sur Kiev, a estimé M. Zelensky, en ajoutant: "Ne perdez pas votre temps".

Intenses combats à Kharkiv 
Le début des pourparlers a coïncidé avec d'intenses combats pour Kharkiv (nord-est), proche de la frontière russe. Plusieurs immeubles résidentiels y ont été visés lundi par des tirs de missiles russes, ainsi que dans d'autres villes du pays, faisant des blessés, a indiqué lundi soir l'agence Interfax-Ukraine citant des autorités locales.


Au moins onze personnes ont été tuées dans des bombardements russes sur des quartiers d'habitation, a indiqué le gouverneur régional, craignant des "dizaines de morts".


Un photographe de l'AFP a vu les corps sans vie de deux soldats russes devant une école en ruines, non loin du centre de cette ville de 1,4 million d'habitants.


Dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) signalait que les forces russes se trouvaient à proximité de la plus centrale nucléaire de Zaporizhzhia (Est), la plus grande d'Ukraine.


A Kiev, la situation semblait plus calme lundi, après un week-end sous couvre-feu. Mais beaucoup se préparaient à un nouvel assaut russe. 


La capitale était hérissée de barricades de fortune, des panneaux électroniques publics prévenaient les Russes qu'ils seraient accueillis "par des balles".


D'après le chef des armées ukrainiennes Valéri Zaloujny, l'armée russe a lancé 113 missiles tactiques contre des villes et des villages ukrainiens depuis le début de l'invasion. 


En l'absence jusqu'ici de victoire majeure de l'armée russe, Vladimir Poutine a franchi dimanche un nouveau cap dans la menace d'élargir le conflit, dont beaucoup redoutent qu'il ne devienne le plus grave en Europe depuis 1945.


Il a mis en "état spécial d'alerte" les forces nucléaires de la Russie, qui dispose du plus grand nombre d'ogives nucléaires, face aux "déclarations belliqueuses de l'Otan" et aux sanctions "illégitimes" contre son pays.


Les Etats-Unis ont toutefois affirmé lundi n'avoir détecté aucun changement "concret" dans la posture nucléaire russe.

Expulsion de diplomates russes à l'ONU: Moscou dénonce une «démarche hostile» américaine

L'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Anatoli Antonov, a dénoncé dans la nuit de lundi à mardi une "démarche hostile" américaine, après l'annonce par Washington de l'expulsion pour "espionnage" de 12 membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU.


"C'est une démarche hostile contre notre pays", a déclaré M. Antonov dans un communiqué publié sur Facebook, en ajoutant que ces actes de l'administration américaine suscitent une "déception profonde et un rejet absolu" à Moscou.


"Le gouvernement américain a de nouveau enfreint ses obligations d'assurer des conditions normales pour le fonctionnement des missions étrangères auprès de l'ONU. Les diplomates russes ont de nouveau subi le coup", a-t-il déploré.


"Les actes de Washington ne visent ni à adoucir la situation sur le scène internationale, ni à maintenir le niveau nécessaire des relations bilatérales entre deux grandes puissances qui ont une responsabilité particulière pour la paix et la sécurité internationales", a ajouté M. Antonov.

Des oligarques sanctionnés 
Lundi, le maître du Kremlin a ordonné des mesures-choc pour soutenir le rouble, qui descendait à des planchers historiques face au dollar et à l'euro après l'annonce de nouvelles sanctions économiques européennes et américaines. 


De nombreux Russes commençaient à retirer leur épargne des banques et les résidents en Russie ne pourront plus, à compter de mardi, transférer des devises hors de ses frontières. Les exportateurs russes devront convertir en roubles 80% des revenus engrangés en monnaies étrangères depuis le 1er janvier.


Auparavant, la Banque centrale de Russie avait annoncé relever à 20% son taux directeur face aux nouvelles sanctions. Les Occidentaux ont en particulier averti que des établissements russes seraient exclus du système interbancaire international Swift.


Les Etats-Unis ont en outre mis en application lundi une sanction d'une sévérité inédite contre la banque centrale russe, qui a pour effet d'"immobiliser tous les actifs" qu'elle "détient aux Etats-Unis ou qui seraient détenus où que ce soit par des personnes américaines".


La veille, les ministres européens des Affaires étrangères s'étaient aussi entendus pour bloquer les transactions de cette institution.


Poursuivant sur sa lancée, l'Union européenne a ajouté le porte-parole de Vladimir Poutine et plusieurs oligarques à sa liste noire des personnalités concernées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de séjour.


Les Européens et leurs alliés sont prêts à prendre des sanctions supplémentaires, a fait savoir Paris, après une visioconférence ayant réuni les dirigeants français, américain, britannique, canadien, allemand, italien, japonais, polonais et roumain, ainsi que des représentants de l'UE et de l'Otan.


Le Canada va à cet égard interdire "toute importation de pétrole brut" russe, "une industrie dont le président Poutine et ses oligarques ont grandement profité".


L'ensemble des Bourses ont replongé lundi, craignant que le conflit n'alimente la flambée des prix de l'énergie et la reprise de l'inflation, tandis que le cours du blé atteignait un nouveau plus haut historique sur le marché européen.


Après de nombreuses manifestations contre l'invasion russe dans le monde ce week-end, un nouveau rassemblement s'est déroulé lundi en Allemagne: 250 000 personnes ont défilé à Cologne, transformant la parade du traditionnel Carnaval en mobilisation contre la guerre.


Autre geste fort, la Russie a été exclue de la Coupe du monde de football par son organisatrice, la Fifa, qui a suspendu les sélections nationales et des clubs russes "jusqu'à nouvel ordre".

Des terminaux du service internet Starlink d'Elon Musk sont arrivés en Ukraine

Une cargaison de terminaux du service internet par satellite Starlink d'Elon Musk est arrivée lundi en Ukraine, selon un ministre ukrainien qui en avait fait la requête au milliardaire américain face à l'invasion russe. 


Le réseau de satellites Starlink pourrait ainsi aider à apporter une connexion à internet aux zones frappées par les assauts de l'armée russe qui a envahi l'Ukraine jeudi dernier. 


"Starlink est arrivé. Merci Elon Musk", a tweeté le vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov en charge du secteur numérique avec une photo d'un camion transportant des terminaux Starlink. 


"Je vous en prie", a répondu le fondateur de SpaceX sur le réseau social.

                

Longues files de voitures 
Le conflit a jeté sur les routes des flots croissants d'Ukrainiens.


Depuis le début de l'offensive russe jeudi, plus de 500 000 d'entre eux ont fui vers les pays voisins, a déclaré lundi le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés. L'UE a dit s'attendre à plus de sept millions de personnes déplacées.


La majeure partie se rend en Pologne. Mais Roumanie, Slovaquie et Hongrie --membres de l'Otan-- sont aussi concernées.


Conséquence de cet exode, de longues files de voiture patientent aux points de passage frontaliers avec la Pologne.


"On part car ça tire et on doit se cacher dans des abris, je ne veux pas traumatiser mon enfant car elle a peur", lâche Olga Kovaltchouk, une bibliothécaire, dans la gare de Lviv, une ville de l'Ouest de l'Ukraine où l'ambassade de France vient d'être transférée.


Les départs de Russie d'Occidentaux devraient aussi s'accélérer. Les Etats-Unis ont recommandé lundi à leurs ressortissants d'immédiatement quitter ce pays, après l'Italie et la Belgique.


Le bilan humain de cinq jours de conflit reste incertain. 


L'ONU a parlé lundi de 102 civils tués et de 304 blessés, mais souligné que les chiffres réels étaient "considérablement" plus élevés.


L'Ukraine a fait état lundi de 352 civils tués et 2 040 blessés depuis jeudi et affirme que des milliers de soldats russes ont péri. 


Les Russes, quant à eux, n'ont fourni aucun chiffre. 


Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan

Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan
Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan
Short Url
  • Les interlocuteurs ont livré des récits d'"actes horribles de meurtres, de violences sexuelles, y compris de viols collectifs", a indiqué l'équipe d'enquêteurs dans un communiqué.
  • De nombreuses violations semblent viser particulièrement certains groupes socio-professionnels : avocats, défenseurs des droits, enseignants, médecins, notamment.

GENEVE : Des enquêteurs de l'ONU ont affirmé avoir documenté des "schémas inquiétants" de graves abus au Soudan en rencontrant au Tchad des victimes des violences de la guerre civile qui sévit depuis quinze mois dans le pays du nord-est de l'Afrique.

La Mission internationale indépendante d'établissement des faits de l'ONU, récemment créée pour le Soudan, a précisé avoir passé trois semaines au Tchad pour rencontrer des survivants du conflit au Soudan, des membres de la société civile soudanaise et d'autres observateurs.

Leurs interlocuteurs ont livré des récits d'"actes horribles de meurtres, de violences sexuelles, y compris de viols collectifs", a indiqué l'équipe d'enquêteurs dans un communiqué.

"Ces actes brutaux doivent cesser et leurs auteurs doivent être traduits en justice", a déclaré Mona Rishmawi, membre de la mission.

La mission d'établissement des faits, créée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU fin 2023 pour enquêter sur les abus présumés dans le conflit, mais qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU, a également décrit "des détentions arbitraires, des actes de torture (et) des disparitions forcées".

Elle a également entendu parler de "pillages, d'incendies de maisons et d'utilisation d'enfants soldats".

De nombreuses violations semblent viser particulièrement certains groupes socio-professionnels : avocats, défenseurs des droits, enseignants, médecins, notamment.

Le Soudan est plongé depuis avril 2023 dans une guerre opposant l'armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdane Daglo.

Les deux camps ont été accusés de crimes de guerre pour avoir visé délibérément des civils et bloqué l'aide humanitaire.

La guerre a fait des dizaines de milliers de morts et plus de dix millions de déplacés, tandis que deux millions de personnes fuyaient hors du pays, selon l'ONU ; elle a ravagé les infrastructures et poussé le pays au bord de la famine.

Plus de 600.000 personnes sont parties au Tchad voisin.

Les experts indépendants ont à intensifier de toute urgence les efforts pour mettre fin au conflit. "Cette crise nécessite le soutien de la communauté internationale dans son ensemble", a déclaré le président de la mission Mohamed Chande Othman.

 


HRW: Les États-Unis sous le coup d'allégations de crimes de guerre lors de la visite de Netanyahu

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • Le premier ministre israélien se présentera devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet.
  • Les législateurs devraient être « sérieusement concernés par les risques de responsabilité » selon le directeur de Human Rights

LONDRES : Les législateurs américains risquent d'être exposés à des allégations de crimes de guerre lors de la comparution du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet, a déclaré Human Rights Watch mardi.

La visite de M. Netanyahu « met en évidence la fourniture continue et importante d'armes par les États-Unis à l'armée israélienne malgré des allégations crédibles de crimes de guerre continus à Gaza », a ajouté HRW.

À la fin de l'année dernière, l'administration Biden a relevé le seuil de livraison des exportations d'armes aux pays étrangers, dans une tentative apparente de réduire la probabilité de violations du droit international.

Washington est également tenu, en vertu de la législation nationale, de procéder à une évaluation des risques avant de procéder à des exportations d'armes.

Cependant, bien que HRW et Oxfam aient averti en mars que les assurances données par Israël aux États-Unis concernant les exigences légales n'étaient « pas crédibles », l'administration Biden a déclaré au Congrès en mai que Tel-Aviv « respectait » le nouveau seuil américain et les lois nationales.

Selon Tirana Hassan, directrice exécutive de HRW, « les responsables américains sont parfaitement conscients de l'existence de ce nouveau seuil et des lois nationales » : « Les responsables américains sont bien conscients des preuves de plus en plus nombreuses que les forces israéliennes ont commis des crimes de guerre à Gaza, y compris très probablement avec des armes américaines.

« Les législateurs américains devraient s'inquiéter sérieusement des risques de responsabilité encourus en continuant à fournir des armes et des renseignements sur la base des assurances peu convaincantes d'Israël qu'il respecte les lois de la guerre ».

Human Rights Watch et Oxfam ont déposé un dossier auprès du département d'État américain qui met en évidence les nombreuses violations du droit international commises par Israël à Gaza.

Les forces de défense israéliennes ont « attaqué illégalement des bâtiments résidentiels, des installations médicales et des travailleurs humanitaires, restreint les évacuations médicales et utilisé la famine comme arme de guerre », a déclaré HRW.

« Les autorités israéliennes ont détenu et maltraité des milliers de Palestiniens, et des rapports persistants font état d'actes de torture.

« En Cisjordanie occupée, où les forces israéliennes ont tué plus de 500 Palestiniens depuis le 7 octobre, les colons et les soldats ont déplacé des communautés palestiniennes entières, détruisant chaque maison, avec le soutien apparent des autorités israéliennes supérieures et confisquant effectivement les terres des Palestiniens.

Des armes américaines ont été utilisées par les forces israéliennes tout au long de cette période, a averti HRW, citant des rapports de CNN, de la National Public Radio, du New York Times et de l'Agence France-Presse.

En vertu du droit international, un État qui aide un autre État ou un acteur non étatique peut être complice de crimes de guerre s'il est établi qu'il a eu connaissance des intentions de son partenaire et y a contribué. Des individus peuvent également être poursuivis en vertu de cette ligne directrice.

HRW a appelé les États-Unis et les autres fournisseurs d'armes à suspendre immédiatement l'assistance militaire à Israël.

En usant de son influence, notamment par le biais de sanctions ciblées, l'administration Biden peut « sauver des vies », a ajouté l'organisation.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Qui d'autre que Kamala Harris pourrait être le candidat démocrate aux élections de novembre ?

 Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)
Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)
Short Url
  • Des analystes arabo-américains évaluent les démocrates qui cherchent à devenir le candidat qui défiera Donald Trump
  • Les Arabo-Américains aliénés par la position de Biden sur Gaza pourraient s'avérer décisifs dans les États clés de la campagne électorale

NEW YORK/CHICAGO : La décision du président Joe Biden de mettre fin à sa campagne de réélection et de se retirer de la course à la présidence des États-Unis a créé un élan suffisant pour que la vice-présidente Kamala Harris devienne la candidate du Parti démocrate à l'élection présidentielle, selon trois analystes arabo-américains.

M. Biden, qui a soutenu Mme Harris en annonçant son retrait dimanche, était à la traîne de l'ancien président Donald Trump dans les sondages d'opinion, alors que le mouvement arabo-américain #AbandonBiden prenait de l'ampleur et qu'on exigeait plus largement qu'il se retire de la course de 2024 après sa prestation désastreuse lors du débat du 27 juin à Atlanta.

usa

M. Biden est à la traîne de l'ancien président Donald Trump dans les sondages d'opinion. (AFP)


Ce qui devait être un couronnement pour M. Biden, âgé de 81 ans, lors de la convention nationale du parti démocrate à Chicago le 19 août, est devenu un concours ouvert dans lequel près de 4700 délégués du parti voteront par État pour le candidat de leur choix pour défier M. Trump, le candidat du parti républicain.

Rana Abtar, animatrice d'un talk-show à Washington D.C. pour Asharq News, s'attend à ce que Mme Harris devienne la candidate démocrate, bien que plusieurs autres candidats puissent également être envisagés. Elle estime toutefois que les démocrates "doivent faire preuve d'unité" s'ils veulent remporter les élections de novembre.

usa

"Aujourd'hui, nous remarquons que les démocrates commencent à soutenir Mme Harris, un par un", a-t-elle déclaré à Arab News. "Dans certains États, des délégués ont déjà voté en faveur de Kamala Harris. Cela signifie que leur vote sera pris en compte lors de la convention nationale du parti démocrate.

usa

Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)

"Le reste des démocrates qui n'ont pas encore soutenu Mme Harris devraient bientôt rentrer dans le rang. À un moment donné, nous verrons tous les démocrates, ou la plupart d'entre eux, s'aligner derrière Harris. Il est très important pour les démocrates de montrer leur unité après le dilemme auquel leur parti a été confronté suite à l'annonce par le président Biden qu'il ne briguerait pas un second mandat".

Le retrait de M. Biden de la course libère les délégués des 50 États et provinces du pays qui participent à la convention et leur permet de soutenir n'importe quel candidat au cours de la convention. De nombreux autres noms sont évoqués, dont le sénateur centriste Joe Manchin, l'ancienne députée Tulsi Gabbard, l'ancienne première dame Michelle Obama, le gouverneur de l'Illinois J.B. Pritzker et le gouverneur de Pennsylvanie Josh Shapiro.

Notant que Mme Harris est populaire parmi les électeurs afro-américains, un pilier traditionnel du Parti démocrate, M. Abtar a déclaré que beaucoup la considèrent encore comme faisant partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, dans lequel les Arabes et les musulmans ont voté dans les primaires des États clés pour des options "non engagées" ou "pas de vote" plutôt que pour le président.

usa
Donald Trump a choisi JD Vance comme colistier la semaine dernière. (AFP)


"Mme. Harris n'est pas très populaire dans les sondages", a déclaré M. Abtar. "Beaucoup de démocrates craignent que ses chances face à Trump soient les mêmes que celles du président Biden face à Trump. Bien sûr, dans les jours à venir, nous verrons Mme Harris se rendre sur le terrain, parler aux électeurs, car par le passé, dans son rôle de vice-présidente, elle ne s'est pas adressée directement au peuple américain à de nombreuses occasions".

"Biden lui a donné la question de l'immigration, ce qui en soi l'a mise dans une position très délicate, d'autant plus que la principale attaque des républicains contre les démocrates concerne l'immigration et la sécurité des frontières.

"Mais je pense que l'élément le plus important n'est pas Harris. Il s'agit de savoir qui elle choisira comme colistier, car les électeurs ont besoin d'enthousiasme. Les électeurs démocrates ont besoin d'enthousiasme pour se rendre aux urnes".

usa

"Harris n'est pas très populaire dans les sondages", a déclaré Rana Abtar. (AFP)


Selon Mme Abtar, les candidats de tiers partis, tels que le candidat indépendant Robert F. Kennedy Jr. et la candidate du Parti vert Jill Stein, sont souvent considérés comme des "fauteurs de troubles", c'est-à-dire comme des personnes susceptibles d'enlever des voix à Mme Harris ou même à M. Trump.

"Les chiffres de Kennedy sont considérés comme assez élevés pour un candidat indépendant et ses électeurs pourraient faire la différence dans la saison électorale en enlevant des voix à ... Trump ou Harris ... si elle obtient l'investiture officielle", a déclaré M. Abtar.

Toutes les personnes actuellement proposées pour remplacer M. Biden pourraient devenir candidates à la vice-présidence, y compris M. Pritzker, un milliardaire qui a lui-même des ambitions présidentielles.

usa



Amal Mudallali, ancien ambassadeur à l'ONU et PDG de Bridges International Group, pense que Mme Harris a un "problème de perception".

Elle a déclaré à Arab News : "La perception est qu'elle n'a pas été une vice-présidente forte, qu'elle ne sera pas une candidate forte et qu'elle ne sera pas capable de battre Trump.

Bien que les démocrates aient semblé se rallier rapidement à Harris, y compris le soutien de l'ancienne présidente de la Chambre Nancy Pelosi lundi, Mudallali reste prudente.

 

usa
Le nom de l'ancienne Première dame Michelle Obama a également été évoqué dans les cercles démocrates. (AFP)


"Il y a encore des démocrates très puissants qui appellent à une convention ouverte et à un champ ouvert pour que tout le monde puisse jeter son chapeau dans l'arène, et voir s'ils peuvent obtenir le candidat le plus fort pour le parti démocrate afin de pouvoir vaincre Trump", a-t-elle déclaré.

L'impact des candidats indépendants dans l'élection ne peut pas non plus être ignoré, a-t-elle ajouté.

"Dans des élections très serrées, les candidats indépendants peuvent faire beaucoup de mal. Parce que cette élection est très serrée - il s'agit de quelques milliers ou milliers de voix - qui peuvent faire ou défaire une campagne électorale", a déclaré Mme Mudallali.

"Par exemple, si Kennedy a réussi à obtenir beaucoup de voix des démocrates, cela pourrait nuire davantage aux démocrates et ce serait un gros problème pour eux.

"Mais jusqu'à présent, nous ne savons pas qui sera le candidat du parti démocrate. Si la personne est un candidat très fort, le parti pourrait être en mesure d'unir l'électorat anti-Trump, qui votera massivement pour le candidat du côté démocrate. Dans ce cas, les indépendants ne feront pas la différence."

usa

La gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer pourrait être sa colistière sur le premier "ticket entièrement féminin". (AFP)


Firas Maksad, chercheur au Middle East Institute, estime que Mme Harris est "presque certaine" de remplacer M. Biden en tant que candidate, et a suggéré que la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, pourrait être sa colistière sur le premier "ticket exclusivement féminin".

Il a déclaré à Arab News : "Les spéculations se concentrent fortement sur l'identité de son colistier à la vice-présidence, y compris la possibilité d'un ticket exclusivement féminin si elle choisissait Whitmer. C'est sans précédent et cela comporte des risques. Mais Mme Whitmer pourrait contribuer à la victoire dans l'État clé du Michigan, et une équipe exclusivement féminine pourrait redonner de l'énergie à la base démocrate, aujourd'hui largement démoralisée.

usa


Et d'ajouter : "La cote de sympathie de Mme Harris auprès du public américain n'a jamais été élevée. Mais à ce stade, la décision du Parti démocrate et du président Biden de mettre son nom en avant est largement basée sur le financement et les finances. Elle est la seule à pouvoir prétendre à tout l'argent, les centaines de millions de dollars, qui ont été collectés jusqu'à présent. Par conséquent, le choix de son colistier sera également déterminant pour rallier la base démocrate et pour rendre le ticket démocrate plus sympathique".

Maksad pense que le retrait de M. Biden de la course à la présidence et les spéculations sur l'arrivée de Mme Whitmer sur le ticket pourraient influencer le vote arabe et musulman dans le Michigan, dont beaucoup ont voté contre l'équipe Biden-Harris lors des primaires du Parti démocrate du 27 février.

usa



"Les Américains d'origine arabe ne sont pas monolithiques", a-t-il déclaré. "Il s'agit d'un groupe diversifié, avec des priorités différentes, réparti dans quatre États clés. Le Michigan fait l'objet d'une grande attention, mais aussi la Floride, la Virginie et la Pennsylvanie.

"Dans le Michigan, où ils sont 100 000, ils sont très préoccupés par la guerre à Gaza et par le fait que le président Biden n'en fait pas assez pour arrêter la guerre. Le fait que M. Biden se retire ouvre au Parti démocrate la possibilité de faire des percées parmi les Américains d'origine arabe dans le Michigan. Et si le vice-président (choisi) est en fait le gouverneur du Michigan, cela donnera aux démocrates encore plus d'occasions de faire des percées et de reconquérir le Michigan, qui est un État clé dans la lutte pour le pouvoir".

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com